Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas

OBSERVATION

Quel est votre diagnostic - JM Kespi 1997, RFA 91

Quel est votre diagnostic ?

(JM Kespi – 1997, RFA n°91)

 

Mr C., né en 1951, enseignant, consulte pour un syndrome évoluant depuis 5 ans, fait de sensation de nouure épigastrique avec nausées, membres coupés, tête vide, vertiges, fourmillements dans tout le corps. Sur un fond permanent modéré, se greffent des crises aiguës qui le laissent sans force.

1      Qu’évoquent ces symptômes ?

 

Les pieds et les mains ne sont pas froids ; ils ne changent pas de couleur. La TA reste normale. Il n’a pas de lipothymie.

2      Qu’en conclure ?

 

Il ne supporte pas qu’on touche cette zone épigastrique et demande de « ne pas piquer le plexus ».

Par ailleurs, il se porte bien et l’on ne relève aucun autre symptôme. Dans les antécédents, on note une acné à l’adolescence, une rupture sentimentale très douloureuse à 27 ans, le décès de deux fils, des jumeaux, à leur sixième mois de vie en 1983 (32 ans), le décès de son père en 1990 (39 ans) et l’ablation d’un léiomyome de l’estomac en 1991 (40 ans). La langue est normale. Les pouls des pieds sont en vide. Celui du cœur est normal.

3      Que dire de ces pouls ?

 

4      Que puncturer ?

 

Après une réaction d’aggravation de 48 heures, il est bien depuis 7 jours.

Nous refaisons le même traitement à la deuxième séance quinze jours plus tard. Il est mieux quinze jours après une nouvelle réaction de 48 heures accompagnée « d’idées noires et d’envie de rien ».

À la troisième visite, un mois après, les pouls sont courts mais plus forts au pied. Nous puncturons diji 地機 (8Rt) et zhangmen 章門 (13F).

5      Pourquoi le 8Rt ?

 

L’amélioration se poursuit notablement.

Deux mois après, il n’a pas eu de crises et le fond permanent a pratiquement disparu. Reste une période de trois jours avec seulement les membres coupés la dernière semaine. Deux séances semestrielles viendront pratiquement à bout de ce syndrome.

Le zhangmen 章門 (13F) régit, pour nous, le centre-terre-rate, à l’image du centre mingtang auquel l’empereur revient après avoir visité chacun des quatre orients, comme la dernière portion de 18 jours des 4 saisons qui permet à chaque qi saisonnier de revenir au centre pour se transformer dans la saison suivante. Ce qui est intéressant dans le zhangmen 章門 (13F), c’est la possibilité – ou l’impossibilité en pathologie – de revenir au centre, lieu impérial des transformations. Le léiomyome de l’estomac a probablement témoigné chez cet homme de cette impossibilité. La non distribution de zhongqi 中氣, énergie centrale, en périphérie, n’est que la conséquence apparente de ce non centrage que nous avons évoqué avec lui.

 

 

Quel est votre diagnostic ?  REPONSES

 

1      Un blocage du qi au centre du corps avec vide en périphérie. Quelle est la nature de qi : yin, yang, souffle, sang ?

 

2      Ceci indique un blocage du yin au centre. Un blocage du yang aurait entrainé un vide périphérique de yang avec froid : le zhongwan 中腕 (12VC) aurait été indiqué. L’absence de lipothymie et de variations tensionnelles élimine un blocage du sang qui aurait probablement bien répondu au geshu 膈輸 (17V).

 

3      En l’absence de symptômes pelviens, ils évoquent un effondrement psychique. À la question : « avez-vous vécu un effondrement ? », il répond : « Oui, lors du décès des jumeaux ». Cela indique la puncture du shimen 石門 (5VC). Le yinjiao 陰交 (7VC) (mo) du Réchauffeur inférieur aurait donné des signes intestinaux et urinaires, le zhongji 中極 (3VC), des symptômes vésicaux, articulaires et aux membres inférieurs. C’est probablement cet effondrement « qui donne l’impression de marcher psychiquement sur des sables mouvants et de ne pas pouvoir s’appuyer sur un sol solide », qui a entrainé le blocage du yin au centre.

 

4      Le shimen 石門 (5VC) donc et le zhangmen 章門 (13F), situé à l’extrémité de la 11ème côte, pour libérer cette énergie centrale.

 

5      Diji 地機 (8Rt), point xi de désobstruction, pour renforcer l’action du zhangmen 章門 (13F), point mo de la rate et réunion-hui des 5 zang.