Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

3P

Tian fu




> LOCALISATION

Chamfrault :

Au niveau de la face antérieure du bras, sur le biceps, à 3 cun au-delà du pli de l’aisselle, à 6 cun au-dessus du pli du bras. Une façon originale, mais peut-être moins précise de localiser le point, consiste à porter la face interne du bras au niveau de la pointe du nez, qui marque l’emplacement du point.

Soulié de Morant :

Biceps brachial, mi-hauteur, mi-largeur. 4 TDD au-dessus du pli antérieur du coude, dans un creux antre court et long biceps, 2 larges TDD en dedans et un peu au-dessus de Xia bai (4P), 3 TDD en dehors et au-dessus de Qing ling (2C).

Pékin/Shanghai :

Au bord externe du biceps brachial, à 3 cun au-dessous de l’extrémité antérieure du pli axillaire.

Duron-Borsarello :

Partie interne du bras, 3 cun au-dessous du creux de l’aisselle, sur l’artère, là où le nez touche le biceps quand on lève le bras. 

Nguyen van Nghi :

Sur le bord externe du biceps brachial, à 3 cun au-dessous de l’extrémité antérieure du pli axillaire, à 6 cun au-dessus du pli du bras.

Dacheng :

À 3 cun au-dessous du creux axillaire, à 5 cun au-dessus du pli du coude, là où bat une artère. Ce point peut se déterminer en levant le coude et en mettant en contact le nez et le bras.

Sun Simiao :

À 3 cun au-dessous du pli axillaire inférieur.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
腋內動脈手太陰也,名曰天府。
« À l’intérieur des aisselles, là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] taiyin de main [où se situe] le point appelé Tian fu (3P). »

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
天府,在腋下三寸,臂廉動脈中
« Le [point] Tian fu (3P) se situe à trois pouces au-dessous des aisselles, sur la face interne du bras, [là où il y a] une artère. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,4 cun pendant 7 respirations. Moxas interdits. 

Pékin :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1 à 1,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Vertical, 1 à 2 cun. Moxas interdits.

Jiayi jing :

- III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
禁不可灸,灸之令人逆氣,刺入四分,留三呼。
« Il est formellement interdit d’y faire de la moxibustion, sinon on provoque chez le patient un reflux du souffle (niqi). On le puncture à 0,4 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant trois expirations ».

- V-1 (2) : « Les interdictions de la puncture et de la moxibustion »
« Sont formellement interdits à la moxibustion* les [points] : Tou wei (8E), Cheng guang (6V), Nao hu (17VG), Feng fu (16VG), Yin men (15VG) [la moxibustion rend le patient muet], Xia guan (7E) […] s’il y a du cérumen (gandi) dans l’oreille, Er men (21TR) […] s’il y a du pus dans l’oreille, Ren ying (9E), Si zhu kong (23TR) [si par malheur on fait des moxas, les eux rapetissent ou bien le patient devient aveugle], Cheng qi (1E), Ji zhong (6VG) [si on fait des moxas le patient devient bossu], Bai huan shu (30V), Ru zhong (17E), Shi men (5VC) chez la femme, Qi jie (30E) [si par malheur on fait des moxas on provoque de la dyspnée], Yuan ye (22VB) [si par malheur on fait des moxas on provoque des tuméfactions phagédéniques], Jing qu (8P) [blesse l’esprit du patient], Jiu wei (15VC), Yin shi (33E), Yang guan (3VG), Tian fu (3P) [provoque un reflux respiratoire chez le patient], Fu tu (32E), Di wu hui (42VB) [provoque de la maigreur chez le patient, Qi mai (18TR). Tels sont les points interdits à la moxibustion ».
* La traduction mot à mot de C. Minsky dit : le point Tou wei (8E) est formellement interdit à la moxibustion. Le point Nao hu (17VG) est formellement interdit à la moxibustion, … Par soucis de simplicité, la formulation a été modifiée dans ce travail.


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur poumon, coeur, vessie, gros intestin, tête, peau, psychisme.

Nguyen van Nghi :

Point "fenêtre du ciel". Le Tian fu (3P) et le Tian chi (1MC) reçoivent l’énergie venant du zhong jiao (réchauffeur moyen). Ces deux méridiens (STYi et SJYi) régissent l’un l’énergie et l’autre le sang (Lingshu 2).

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Dissipe la chaleur du poumon. Harmonise la chaleur du poumon.
Rafraîchit le sang. 
Contrôle le sang du coeur et du foie. Disperse le vent. Transforme l’humidité.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »

Après avoir énuméré les trajets des méridiens principaux des cinq organes et des six entrailles (le méridien du coeur n’est pas cité) dans l’ordre : P – MC – F – Rt – Rn – V – VB – E – TR – IG – GI, le texte parle des points fenêtre du ciel en ces termes :
缺盆之中,任脈也,名曰天突。一次,任脈側之動脈足陽明也,名曰人迎;二次脈,手陽明也,名曰扶突;三次脈,手太陽也,名曰天窗;四次脈,足少陽也,名曰天容五次脈,手少陽也,名曰天牖;六次脈,足太陽也,名曰天柱;七次脈,頸中央之脈,督脈也,名曰風府。腋內動脈手太陰也,名曰天府。腋下三寸手心主也,名曰天池。
« Au milieu des creux sus-claviculaires (缺盆 quepen), c’est le [méridien] renmai [où se situe] le point appelé Tian tu (22VC). Des deux côtés du renmai, sur la première rangée [verticale], là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] yangming de pied [où se situe] le point appelé Ren ying (9E) ; sur la deuxième rangée, c’est le [méridien] yangming de main [où se situe] le point appelé Fu tu (18GI) ; sur la troisième rangée, c’est le [méridien] taiyang de main [où se situe] le point appelé Tian chuang (16IG) ; sur la quatrième rangée, c’est le [méridien] du shaoyang de pied [où se situe] le point appelé Tian rong (17IG) ; sur la cinquième rangée, c’est le [méridien] du shaoyang de main [où se situe] le point appelé Tian you (16TR) ; sur la sixième rangée, c’est le [méridien] du taiyang de pied [où se situe] le point appelé Tian zhu (10V) ; sur la septième rangée, en plein milieu (中央 zhong yang) de la nuque, c’est le [méridien] dumai [où se situe] le point appelé Feng fu (16VG). À l’intérieur des aisselles, là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] taiyin
 de main [où se situe] le point appelé Tian fu (3P). Trois pouces au-dessous des aisselles, c’est le [méridien] ministre du coeur de main [où se situe] le point appelé Tian chi (1MC). »
1. Commentaire de Nguyen van Nghi : « Le Tian rong (17IG) appartenant au zu shaoyang » a été l’objet de discussion au cours des siècles. Le paragraphe décrit la localisation des points cervicaux et nucaux ». Par conséquent, nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une erreur d’impression car le Tian chong (9VB) est situé au crâne et non au cou. Nous penchons donc vers la thèse suivante : Avant l’époque des Tang (618-906), le Tian rong (17IG) a été classé parmi les points appartenant au zu shaoyang (VB), probablement en raison de la liaison étroite entre taiyang et shaoyang (le shaoyang étant le méridien « mi-interne et mi-externe » = « barrière »).
Commentaire de Chamfrault : « Tous ces points sont sur des méridiens qui montent graduellement vers le cou. Ils représentent l’énergie yang qui monte de la terre pour aller se relier à celle du ciel. Le renmai et le dumai prennent leur source aux reins ; ils communiquent également avec l’énergie yin et yang de l’univers. L’énergie située aux points Tian fu (3P) et Tian chi (1MC) vient du réchauffeur moyen. Ces deux méridiens, poumon et maître du coeur, régissent l’un l’énergie, l’autre le sang. Tous les points énumérés ci-dessus sont des points de communication avec l’énergie du ciel, mais leur énergie vient du bas du corps. »

- LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur »
« Les cinq positions de Tian you (天牖五部 tianyou wu bu) sont les points Tian you (16TR), Fu tu (18GI), Tian zhu (10V), Tian fu (3P) et Ren ying (9E) ».
Remarque : cette désignation provient du fait que les quatre derniers points sont disposés autour du point Tian you (16TR) quand les bras sont levés.
Une autre version dit : « Les points Ren ying (9E), Fu tu (18GI), Tian you (16TR), Tian zhu (10V) et Tian fu (3P) … sont les cinq grandes fenêtres du ciel ».

- LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
手太陰之本,在寸口之中,標在腋內動也。
« Le tronc d’enracinement du taiyin de main se situe au milieu du pouls radial (寸口 cunkou)1 et sa cime à l’intérieur de l’aisselle, [là où] bat [une artère]2 (標在腋內動也 biao zai ye nei dong ye) »*
1. C’est-à-dire le [point] Tai yuan (9P).
2. C’est-à-dire le [point] Tian fu (3P).
* La traduction du
Jiayi jing diffère : « Le tronc d’enracinement du taiyin de main se situe au milieu du pouls radial (寸口 cunkou) et sa cime se situe en bas de l’aisselle à la face antéro-interne [du bras] sur l’artère (脈 mai) (標在腋下內動脈是也 biao zai ye xia nei dong mai shi ye). »
Remarque personnelle : ordre de citation des troncs et des cimes
Lingshu : V – VB – Rn – F – E – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC
Jiayi jing : V – Rn – VB – E – F – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC

Jiayi jing :

- III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
手太陰脈氣所發
« Le souffle du méridien (mai) taiyin de main s’y déploie ».

- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
« Fait partie des grands points [de l’estomac]1. »
1. Les « cinq grands points de l’estomac » sont appelés dans Lingshu (chapitre 21) « les cinq positions de tian you (天牖五部 tianyou wu bu). Ce sont les points : Tian you (16TR), Fu tu (18GI), Tian zhu (10V), Tian fu (3P) et Ren ying (9E). Cette désignation provient de ce que les quatre autres points sont disposés autour du point Tian you (16TR) quand les bras sont levés.

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Le nom évoque la notion d’administrer l’approvisionnement du ciel. Ce point "fenêtre du ciel" assure en effet la liaison tronc-tête, la tête étant le ciel de l’homme. On sait qu’il administre l’irrigation de la tête par l’énergie, complémentairement au 1MC qui régente le sang et ce parce qu’ici l’énergie résonne sur taiyin et le sang sur jueyin.
Il faut donc le puncturer pour amener l’énergie de la tête au tronc en prenant bien soin qu’il n’y ait pas vide d’énergie et plénitude de sang car on aggraverait alors ce malade.

Jean Marc Eyssalet :

Connaissance de l’acupuncture : Intestins, labyrinthes et métamorphoses – 2008
手太陰獨受陰之清 shou taiyin du shou yin zhi qing
« Le yin suprême de la main seul reçoit le clair du yin » (Lingshu 40)
Le clair du yin représente le « clair du clair » et restitue à shou taiyin la place de premier méridien transportant l’énergie essentielle rassemblée à partir du foyer supérieur par l’organe des poumons. Le shou taiyin initie donc le mouvement de distribution des énergies claires dont les poumons, « premier ministre », ont la charge. Mais cette énergie claire aura elle-même deux destinations, déterminant ainsi deux états, l’un clair du clair, l’autre trouble du clair. Le clair du clair monte effectivement en direction des sept grands orifices supérieurs pour y introduire à la fois énergie et liquides nécessaires à l’entretien et au pouvoir de thésaurisation du cerveau.
Trois points du shou taiyin semblent ici jouer un rôle intéressant dans cette distribution du clair vers la tête : le 3P, 天府 Tian fu, « Palais céleste », en tant que point « fenêtre du ciel » règle la montée de l’énergie vers la tête (liquides du nez et de la bouche conditionnés par le rapport foie-poumons, LS 21) ; le 6P, 孔最 Kong zui, « Réunion des ouvertures », point xi qui libère le larynx et les cordes vocales ; le 7P, 列缺 Lie que, « Défilé des brèches », point luo qui ouvre le renmai et fait monter le yin de la tête.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Toutes sortes de bi brusque. Paludisme.
Éblouissements.

Soulié de Morant :

Malaria ?
Vertige.

Dacheng :

Hyperthermie. Fièvre et frilosité. Éblouissements.
Bi violent.

Sun Simiao :

Syncope très brusque. Vent et sueurs. Vent malin et souffle pathogène créant un état cataleptique. Vent pathogène.

Psychisme

Chamfrault :

Possédé du démon. Perte de mémoire.

Soulié de Morant :

Se parle à lui-même, parle seul ou ne parle plus.
Perte de mémoire.

Dacheng :

Onirisme. Amnésie.

Sun Simiao :

Amnésie. Contamination par le mal. Patient délirant et possédé.

Neurologie

Chamfrault :

Apoplexie. Perte de mémoire.

Soulié de Morant :

Perte de mémoire. Congestion cérébrale, menace d’apoplexie.

Duron-Borsarello :

Congestion cérébrale.

Dacheng :

Zhongfeng (attaque directe du vent).

Sun Simiao :

Syncope très brusque. Vent malin et souffle pathogène créant un état cataleptique.

Ophtalmologie

Soulié de Morant :

Yeux : tout trouble. Larmes. Myopie ?

Duron-Borsarello :

Maladie des yeux.

Dacheng :

Myopie. Larmoiement.

Sun Simiao :

Larmoiement.

ORL

Chamfrault/Pékin/Nguyen van Nghi/Roustan :

Épistaxis.

Soulié de Morant :

Ouïe lourde.
Rend du sang par la bouche et le nez (peste pulmonaire).

Dacheng :

Épistaxis. Nez rouge.

Jean Marc Kespi :

Rhume des foins.

Stomatologie

Soulié de Morant :

Absence de goût.

Pneumologie

Chamfrault :

Dyspnée. Plénitude de la poitrine.
Hoquet.

Soulié de Morant :

Bronchite. Crise d’asthme empêchant de manger.
Peste pulmonaire, rend du sang par la bouche et le nez.
Empoisonnement par les gaz, acide carbonique, … (tonifier).

Pékin :

Asthme.

Roustan :

Bronchite. Suffocation intermittente.

Duron-Borsarello :

Énergie dans la poitrine. Étouffement.

Nguyen van Nghi :

Toux. Dyspnée.

Dacheng :

Hémoptysie. Dyspnée.

Sun Simiao :

Dyspnée. Dyspnée avec gêne respiratoire importante. Dyspnée, inversion et remontée du souffle.
Expectoration abondante. Remontée du souffle. Respiration haut placée.

Cardiovasculaire

Chamfrault/Nguyen van Nghi :

Douleur au coeur.

Sun Simiao :

Syncope très brusque.

Endocrinologie

Dacheng :

Goitre. 

Sun Simiao :

Goitre, excroissance avec gonflement de la gorge.

Métabolisme

Sun Simiao :

Oedème avec inversion du souffle et impossibilité de s’allonger.
Oedème généralisé.

Appareil locomoteur

Soulié de Morant :

Épaule antérieure et membre supérieur, tous les nerfs : douloureux ou affaiblis.
Rhumatisme chronique surtout articulaire.

Pékin/Roustan :

Douleur de la face interne du bras.

Nguyen van Nghi :

Brachialgie.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »

胸中膨膨然,甚則交兩手而瞀,暴痺喘逆,刺經渠及天府,此謂之大

« Le gonflement de la poitrine où, dans les cas graves, on croise les bras [sur la poitrine] et on est déprimé et troublé, douleurs violentes [au thorax], dyspnée par reflux, on puncture les [points] Jing qu (8P) et Tian fu (3P). Ce dernier est un des grands points [de l’estomac]1. »
1. Fait allusion aux « cinq grands points de l’estomac » (胃之大俞五部 wei zhi da shu wu bu) mentionnés au chapitre XII-7 du Jiayi Jing. Le Lingshu 21 les appelle « Les cinq positions de tianyou » (天牖五部 tianyou wu bu). Ce sont les points : Tian you (16TR), Fu tu (18GI), Tian zhu (10V), Tian fu (3P) et Ren ying (9E). Cette désignation provient de ce que les autres points sont disposés autour du point Tian you (16TR) quand les bras sont levés.

- IX-3 : « Toux avec remontée du souffle produite par le pervers qui, se situant au poumon, aux cinq organes et aux six entrailles, les rend malades »
咳上氣,喘不得息,暴痺逆,肝肺相傳,鼻口出血,身脹,逆息不得臥,天府主之。
« La toux avec remontée du souffle, halètement [au point de] ne pas pouvoir respirer, accès soudain de fièvre qui reflue à l’intérieur (暴癉內逆 bao dan nei ni), transmission réciproque [du pervers] entre le foie et le poumon, hémorragie par le nez et la bouche, enflure du corps, reflux respiratoire [au point de] ne pas pouvoir se coucher relève du [point] Tian fu (3P)1. »
1. Traduction de Chamfrault : « On puncture le point Tian fu (3P) quand le malade a brusquement soif. Le foie et les poumons luttent entre eux, le malade a des épistaxis et des saignements par la bouche. »

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
風汗出身腫喘喝,多睡恍惚善忘,嗜臥不覺,天府主之,在腋下三寸臂動脈之中。
« La transpiration due au vent, l’enflure du corps, la dyspnée bruyante, la somnolence, l’état confusionnel, les pertes de mémoire, la tendance à dormir sans beaucoup se réveiller relèvent du [point] Tian fu (3P). [Il se situe] à trois pouces au-dessous des aisselles, au milieu du vaisseau qui bat à [la face] interne du bras. »

- XII-9 : « Tumeurs et goitres provoqués par la nouure du souffle »
癭,天窗(一本作天容,千金作天府)及會主之。
« Les goitres (癭 ying) relèvent des [points] Tian chuang (16IG) [une autre version écrit Tian rong (17IG), le Qianjin écrit Tian fu (3P)] et Nao hui (13TR). »

Lingshu :

- LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing XII-7 : « Epistaxis causés par le débordement du sang (rhinorrhée et polype nasal inclus) »
頸側之動脈人迎。人迎,足陽明也,在嬰筋之前。嬰筋之後,手陽明也,名曰扶突。次脈,足少陽脈也,名曰天牖。次脈,足太陽也,名曰天柱。腋下動脈,臂太陰也,名曰天府 [...] 暴痹內逆,肝肺相搏,血溢鼻口,取天府。此為天牖五部。
« [Les points] renying [se situent] des deux côtés des artères carotidiennes. [Le point] renying (9E) appartient au méridien yangming de pied ; il se situe devant les tendons du cou (嬰筋 yingjin). Derrière les tendons yingjing se trouve le méridien yangming de main ; son point s’appelle futu (18GI). Le méridien suivant est le shaoyang de main ; son point s’appelle tianyou (16TR). Le méridien suivant est le taiyang de pied ; son point s’appelle tianzhu (10V). L’artère des aisselles, c’est le [méridien] taiyin ; son point s’appelle tianfu (3P) [...] Dans les maladies violentes1 avec reflux interne où le foie et le poumon entrent en interaction et où le sang déborde par le nez et la bouche, on traite le [point] Tian fu (3P). Telles sont "les cinq positions du point tianyou" (天牖五部 tianyou wu bu)1 »
1. Note reprise du Jiayi jing : Les « cinq grands points de l’estomac » sont appelés dans Lingshu (chapitre 21) « les cinq positions de tian you (天牖五部 tianyou wu bu). Ce sont les points : Tian you (16TR), Fu tu (18GI), Tian zhu (10V), Tian fu (3P) et Ren ying (9E). Cette désignation provient de ce que les quatre autres points sont disposés autour du point Tian you (16TR) quand les bras sont levés.

- LS 75 : « Des méthodes de puncture du [souffle] véritable et du [souffle] pervers » / Jiayi jing VII-1 (1) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produite par l’affection des six méridiens »
黃帝曰:刺衛言徹衣,夫子乃言盡刺諸陽之奇俞,未有常處也。願卒聞之。
岐伯曰:是陽氣有餘,而陰氣不足,陰氣不足則內熱,陽氣有餘則外熱,內熱相搏,熱於懷炭,外畏綿帛近,不可近身,又不可近席。腠理閉塞,則汗不出,舌焦唇槁,臘干益燥,飲食不讓美惡。

« Huangdi demanda : "Le Ci jie parle de [la méthode de puncture] "ôter les vêtements" (徹衣 cheyi) et vous dîtes, maître, qu’elle [consiste] à puncturer tous1 les points extraordinaires (奇俞 qishu) des [régions] yang2. [Tous ces points] n’ont pas d’emplacement fixe, j’aimerais en entendre le récit complet".
Qibo répondit : "C’est l’excès du souffle yang et l’insuffisance du souffle yin. Si le souffle yin est insuffisant, il y a de la chaleur interne (內熱 neire) ; si le souffle yang est en excès, il y a de la chaleur externe (外熱 waire). Ces deux chaleurs entrent en interaction et [le malade a] chaud comme s’il embrassait de la braise*, ses vêtements lui brûlent le corps et il ne peut pas toucher la natte**. Les linéaments (腠理 couli) sont obstrués et il ne transpire pas ; sa langue est rôtie, ses lèvres sont desséchées, la gorge est sèche et il ne distingue pas le goût de nourriture3. On traite ceci par les [points] Tian fu (3P)*** et Da zhu (11V) [en les puncturant] trois fois chacun ; on puncture en outre le [point] Zhong lu4 pour éliminer la chaleur et on tonifie les taiyin de main et de pied pour faire transpirer5. [Ainsi], la chaleur partira, la sueur sèchera rapidement comme si on ôtait les vêtements" ».
1. Le mot « tous » n’est pas repris dans le Jiayi jing.
2. Textuellement « des
yang » d’où les différentes interprétations possibles. La présente édition l’interprète comme « des méridiens yang » pensant que qi shu (points extraordinaires) s’applique ici aux 59 punctures contre les maladies fébriles. Nous ne l’avons pas suivie car le terme qi shu désigne des points hors méridiens.
3. Le
Jiayi jing dit : « […] la gorge est sèche et il a soif. » 嗌乾欲飲
4. Il s’agit probablement du point Zhong lü shu (29V).
5.
Remarque personnelle : Il doit s’agir de l’une des techniques de sudorification qui utilise les points Tai yuan (9P), Yu ji (10P), Yin bai (1Rt) et Da du (2Rt). Toutefois, NvN ne cite que Da du (2Rt) dans son commentaire.
* NvN traduit : « le malade a l’impression d’avoir de la cendre chaude dans son corps ».
** NvN rajoute : « et il refuse la présence de quelqu’un près de lui ».
*** AN : la traduction de Chamfrault (d’après F. Perrey) dit Tian you (16TR) au lieu de Tian fu (3P).



> OBSERVATIONS