Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

7C

Shen men



Noms secondaires

Zhong du


Zhong rui


Rui zhong


(d'après Zhen jiu ju ying)

Dui chong


Dui gu



> LOCALISATION

Chamfrault :

Dans un creux, à côté de la partie la plus saillante au bord interne du pisiforme, sur le pli de flexion du poignet, sur l’artère cubitale.

Soulié de Morant :

Face antérieure du poignet , près de la paume, sur la ligne du petit doigt, au rebord inféro (distal)-externe du pisiforme, au rebord interne de l’artère cubitale, au rebord supérieur de l’aponévrose palmaire, à l’angle de l’os et de l’insertion de l’adducteur du petit doigt, dans un creux, 1 large TDD sous Yin xi (6C), 3 TDD au-dessus de Shao fu (8C), séparé par l’adducteur de Wan gu (4IG).

Pékin :

Au bord supérieur du pisiforme, sur le côté externe du tendon cubital antérieur.

Shanghai :

Sur le pli antérieur du poignet, au bord radial du tendon cubital antérieur.

Duron-Borsarello :

Bord supérieur du pisiforme, sur la même ligne que 9P et 7MC.

Nguyen van Nghi :

Sur le pli antérieur du poignet, à côté du bord interne du pisiforme, sur l’artère cubitale.

Dacheng :

Dans un creux à l’extrémité de l’os.

Sun Simiao :

Dans une dépression au pli du poignet, sur le bord du cubital externe.

Jiayi jing :

III-26 : « Les seize points du shaoyin de main aux membres supérieurs »
神門者,土也。一名兌衝,一名中都,在掌後兌骨之端陷者中。(素問陰陽論云神門在掌後五分,當小指間。)
« Le [point] Shen men (7C) c’est la terre. Il s’appelle aussi Dui chong (ou Rui zhong) et Zhong du. Il se situe en arrière en arrière de la paume à l’extrémité de la styloïde cubitale. » [Le commentaire de la "Discussion sur les catégories du yin et du yang" du Suwen 79 dit : à 0,5 pouce en arrière de la paume correspondant à l’intervalle de l’auriculaire]


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,3 cun pour Tongren pendant 7 respirations.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun, ou implanter l’aiguille du bord externe du tendon cubital antérieur et du bord supérieur du pisiforme vers le côté externe.

Shanghai :

Perpendiculaire, légèrement du côté cubital, 0,3 à 0,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale ou oblique, 0,5 à 0,8 cun.

Jiayi jing :

III-26 : « Les seize points du shaoyin de main aux membres supérieurs »
刺入三分,留七呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point shu (俞) du méridien. Point de dispersion.
Si l’énergie ne parvient plus jusqu’à ce point, la maladie est incurable (on ne perçoit plus le pouls de l’artère cubitale).
Ce point est à puncturer en même temps que le point Zhi zheng (7IG) en présence des symptômes de troubles de vaisseau secondaire du méridien du coeur.
D’après Dong Fun, chaque fois que l’énergie de l’estomac, au lieu de monter normalement vers le haut, s’affaisse vers le bas, il s’ensuit que toutes les énergies sont troublées dans les méridiens ; si le malade présente ces symptômes de troubles de l’énergie du méridien du coeur, il faut puncturer Shen men (7C).
D’après Lingshu, en principe le coeur n’est pas atteint ; si son méridien est troublé, il faut puncturer Shen men (7C).

Soulié de Morant :

Point important pour les maladies de la personnalité et du coeur. Grand maître de tous les organes internes. Source du coeur.
Logis de l’Évolué et de l’énergie sexuelle.
Évolué et shen : Le plan psychique supérieur, qui est d’autant mieux doué que les lobes frontaux sont plus développés, a été bien étudié par la Chine puisque plusieurs points de commande agissent sur lui. Il fait agir toutes les facultés qui différencient l’Humain Évolué des animaux instinctifs. La conscience morale avant tout qui voit la conséquence de ses actes en même temps que la satisfaction de son désir, d’où la notion du Bien et du Mal. Il donne une perception précise de la réalité, des faits que les mots déforment ou cachent. Il donne la vision des apports de ces réalités entre elles, d’où idées justes, jugement. Voyant les conséquences des actes, il peut agir sur l’avenir. Il donne enfin la faculté de résoudre rapidement les problèmes de la mathématique et de la vie. Tout ceci pouvant se résumer en : don d’observation et don de synthèse ; en fait l’intelligence qui voit juste, pense juste et agit juste, c'est à dire conformément à la réalité totale.
Le nom d’"Évolué" semble le plus approprié pour traduire la notion de shen que le dictionnaire explique ainsi : « est devenu un homme ; est évolué, n’est plus un animal » ; ce nom étant encore employé pour les génies, les sages ; pour l’âme.
On voit qu’en plus, du conscient de Freud, ce plan possède la raison et la conscience morale, le sens des réalités.
Le pouls est gauche superficiel [secteur IV du système de SdM, situé en amont du pied]. Il varie en même temps que la partie du pouls du cerveau qui reflète les lobes frontaux.
Plusieurs points de commande agissent sur lui pour le faire fonctionner et le développer au maximum possible. Par eux, il a été obtenu de permettre à de jeunes mathématiciens de comprendre leurs problèmes avec aisance et rapidité ; de donner de la conscience morale à des enfants.
Les méridiens intéressés sont surtout zu taiyin et shou shao yin. Il est possible que par une meilleure assimilation du sucre indispensable aux centres nerveux par le pancréas, et par une meilleure circulation sanguine, le fonctionnement de ces lobes soit amélioré. Citons Da du (2Rt) et Shao chong (9C). Aussi Feng long (40E).
Au Japon, la secte Zen du bouddhisme vise à effacer de l’esprit l’emprise déformante des mots et des notions apprises (tout l’Automate et le Perroquet) afin de percevoir la réalité complexe, et les rapports profonds et essentiels des choses, les mots ne pouvant donner qu’un aspect ou trop simple ou trop vague ; en fait de redonner la primauté intégrale à l’Évolué.
Troubles de l’Évolué :
- Insuffisance : inconscience, amoralité. Ne voit pas les aspects profonds de la réalité ni ses rapports. Pas de synthèse. Obéit sans comprendre. Aisément suggestible. Imprévoyance, insouciance. Joyeux, sociable. Réalités toujours faussées. Ne peut concevoir un plan viable. Ne peut se concentrer longtemps, l’esprit s’échappe.
- Excès : Conscience morale. Moralité. Superpose aussitôt les données d’un problème et le résout. . Esprit de synthèse. 
- Distingue aussitôt le vrai du faux ; comprend aisément toute question. Prévoyance. Préoccupé de l’avenir. Sombre. Images juste de la réalité. Organisateur, pense à tout. Concentration aisée, prolongée.


Agit sur coeur, gorge, langue, épaule antérieure, membre supérieur antérieur, main et pouce palmaire et dorsal.

Pékin :

Calme l’esprit et le coeur.
Fait communiquer (circuler) les luo.

Duron-Borsarello :

Point régisseur du psychisme.
Apaise le corps et l’Esprit (dispersion).
Esprit blessé par les sentiments (tonification).

Nguyen van Nghi :

Point shu (俞) – yuan du méridien correspondant au mouvement « terre/rate » et recevant un vaisseau venant du méridien de l’intestin grêle.
Point de dispersion en cas de plénitude de l’énergie du coeur.
Point faisant partie des points de réanimation dans le traitement de la "syncope cadavérique" provoquée par une rupture de l’intercommunication des organes « poumon/reins/coeur/estomac ». Les autres points sont : Yong quan (1Rn), Shao shang (11P), Shen men (7C), Yin bai (1Rt) et Li dui (45E).
Le coeur est le maître souverain des cinq organes et des six entrailles ; il commande la circulation de l’énergie jing (quintessence) et les activités psychiques de ces viscères.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Régularise le coeur et calme le shen.
Selon Tai yi shen zhen :
Apaise et calme l’esprit.
Purifie le coeur. Ouvre les orifices.

Lingshu :

- LS 6 : « Durée de vie, dur et mou » / Jiayi jing VI-6 : « Importante discussion sur l’examen de la forme corporelle à l’extérieur et à l’intérieur, des jeunes et des vieux, des gras et des maigres et sur la clarté d’esprit le matin et l’aggravation le soir chez les malades »
病在陰之陰者,刺陰之滎俞
« Lorsque la maladie est dans le yin de yin, on puncture les [points] ying et shu des yin1. »
1. Les interprétations de ces deux phrases divergent. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ceci veut dire que lorsque les cinq organes sont malades et que [la maladie] se situe dans les tendons et les os, on doit puncturer les [points] ying et shu des méridiens yin ».

- LS 34 : « Cinq perturbations » / Jiayi jing VI-4 : « Importante discussion sur la conformité1 et la norme, sur l’opposition et le désordre du yin et du yang, du clair et du trouble »
黃帝曰:五亂者,刺之有道乎?岐伯曰:有道以來,有道以去,審知其道,是謂身寶 [] 氣在於心者,取之手少陰心主之俞。
« Huangdi demanda : Pour puncturer les cinq perturbations, existe t-il des règles ?
Qibo répondit : [Puisqu’] il y a de la régularité dans leur apparition, il y a des règles pour leur élimination. La connaissance de ces règles est [comme] un bijou précieux qu’on porte sur soi […] Si le souffle perturbé se situe dans le coeur, on traite le [point] shu du shaoyin de main et du ministre du coeur2. »
1. Il s’agit de la conformité (順 shun) et de l’opposition (逆 ni) de la circulation du souffle dans les douze méridiens selon les changements naturels de l’environnement.
2. Il s’agit respectivement des points Shen men (7C) et Da ling (7MC).


- LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
手少陰之本,在銳骨之端,標在背腧也。
« Le tronc d’enracinement du shaoyin de main se situe au bout de la styloïde cubitale (銳骨 rui gu)1 et sa cime aux [points] shu du dos2. »
1. C’est-à-dire au [point] Shen men (7C).
2. C’est-à-dire au [point] Xin shu (15V).

Note personnelle : ordre de citation des troncs et des cimes
Lingshu : V – VB – Rn – F – E – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC
Jiayi jing : V – Rn – VB – E – F – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC

- LS 71 : « Infestation par le pervers » / Jiayi jing III-26 : « Les seize points du shaoyin de main aux membres supérieurs »
曰︰少陰脈獨無俞者,心不病乎?曰︰其外經脈病而臟不病,故獨取其經於掌後兌骨之端。其餘脈出入曲折,皆如手少陰(少陰少字宜作太字,銅人經作厥字)。心主之脈行也。故本俞者,皆因其氣之虛實疾徐以取之,是謂因衝而泄,因衰而補。如是者,邪氣得去,真氣堅固,是謂因天之序。
« Huangdi demanda : Seul le shaoyin de main n’a pas de [point] shu, n’a t-il pas de maladie ?
Qibo répondit Son méridien (經脈 jingmai) à l’extérieur a des maladies, mais l’organe n’en a pas1, c'est pourquoi on prend seulement sur ce méridien2 [le point situé] à l’extrémité de la styloïde cubitale (銳骨 ruigu)3 en arrière de la paume ; les entrées et les sorties, les sinuosités et les méandres, la rapidité et la lenteur de la circulation de tous les autres méridiens (脈 mai) sont semblables à la circulation des méridiens taiyin de main et ministre du coeur de main4. C'est pourquoi on choisit les [points] shu du [méridien] correspondant (本 ben)5 en fonction du vide ou de la plénitude, de la rapidité ou de la lenteur du souffle, c'est-à-dire qu’en abondance (衝 chong) on disperse et qu’en cas de déperdition (衰 shuai) on tonifie. Ainsi, on arrive à faire partir le souffle pervers et à rendre solide et ferme le souffle véritable (真氣 zhenqi) ; c’est ce que l’on appelle suivre l’ordre céleste6. »
1. Le Leijing dit : « Le shaoyin de main est le méridien du coeur, le jueyin de main est le méridien de l’enveloppe du coeur. Bien qu’il y ait deux méridiens (經 jing), les organes ont en réalité une seule origine. Cependant, l’enveloppe du coeur est à l’extérieur, elle sert de défense au coeur. Le coeur est le grand maître des cinq organes et des six entrailles, l’endroit où demeure l’essence et l’esprit (精神 jingshen). Cet organe est [tellement] solide et ferme [que] que le pervers ne peut pas l’affecter, [mais si] l’affection arrive jusqu’au coeur, on ne peut pas échapper à la mort. C'est pourquoi tous les pervers qui sont dits être dans le coeur ne sont [en fait] que dans l’enveloppe qui est à l’extérieur du coeur. » Ainsi, l’absence de points shu sur le méridien du coeur shaoyin de main signifie que pour les maladies qui pénètrent dans le coeur il n’y a pas de points pour les guérir ou bien qu’elles ne sont pas guérissables.
2. Le Leijing dit : « Généralement pour les organes et les entrailles les méridiens et les luo, chaque organe a son méridien. L’organe demeure à l’intérieur, le méridien circule à l’extérieur. L’organe coeur est solide et demeure à l’intérieur, le pervers ne peut pas y pénétrer, mais le méridien ne peut pas éviter les maladies. »
3. Il s’agit du point Shen men (7C) qui est le point shu du méridien. Ce qui a induit certaines personnes en erreur croyant que le shaoyin de main n’avait pas de point shu, mais en fait, le chapitre 2 « les points essentiels (benshu) » du présent ouvrage décrit seulement les cinq points shu de onze méridiens et ne parle pas des cinq points shu de shaoyin de main. Il semble que le shenmen soit pris comme exemple.
4. Le texte original écrit : « Shaoyin est ministre du coeur de main ». D’après le Taisu, on doit lire « taiyin de main et ministre du coeur de main », car ce sont les deux méridiens déjà décrits dans les textes précédents.
5. Le Leijing dit : « Les points (俞 shu) du méridien correspondant désignent les points shu du shaoyin lui-même et non [les points shu du méridien] de l’enveloppe du coeur tous [énumérés] dans les textes précédents. »
6. Cette dernière phrase peut avoir deux interprétations. D’après le Leijing, cela signifie « ne pas faire défaut à l’ordre attribué par le ciel aux méridiens ». Pour sa part, le Lingshu zhuzheng fawei l’interprète ainsi : « arriver à suivre l’ordre des quatre saisons de la voie du ciel ».


Traduction de NvN :
« Huangdi : Le shou shaoyin est le seul vaisseau à ne pas disposer de points shu particuliers. Pourquoi ? Qibo : Le shou shaoyin appartient au coeur. Le coeur est l’organe souverain des cinq organes et des six entrailles. Il est le logis du jing (quintessence) et du shen (mental). Il est de tempérament solide. C’est pourquoi l’énergie perverse ne peut pas s’infiltrer jusqu’à lui. Au cas où elle y parvient, le coeur est lésé. Le coeur lésé entraîne la disparition du shen (mental) : c’est la mort. Ainsi, parler de l’énergie perverse siégeant au coeur, c’est désigner la localisation de l’énergie perverse au niveau du xin bao luo. Le xin bao luo est le vaisseau dont le "maître" est le coeur. Il possède des points shu (points particuliers : points shu antiques) pour suppléer le coeur. C’est pourquoi le shou shaoyin ne dispose pas de points shu.
Huangdi : Le shou shaoyin étant le seul sans point shu, est-il vrai qu’il est indemne de toutes maladies ? Qibo : Lorsque le shou shaoyin est affecté, la maladie reste au méridien ; elle ne gagne pas l’organe (coeur). Dans ce cas, on utilise uniquement le point situé à l’extrémité de l’os pointu (apophyse styloïde du cubitus), derrière la paume de la main, c’est à dire au point Shen men (7C). Quant au reste du méridien (shou shaoyin), la circulation "contraire" ou "favorable", "lente" ou "rapide" épouse celle du shou jueyin. C’est pourquoi le Shen men (7C) est considéré comme l’unique point shu du shou shaoyin.
En cas de maladie, le Shen men (7C) doit être puncturé en fonction du vide ou de la plénitude de ce vaisseau (shou shaoyin). En d’autres termes, en cas de plénitude de l’énergie perverse, il faut utiliser la technique de dispersion et en cas de vide de l’énergie essentielle (du corps), la technique de tonification. Pratiquer ainsi, c’est éliminer l’énergie perverse et consolider l’énergie source (zhengqi) en se basant sur l’Ordre Céleste (manipulation au niveau des jingmai imprimée par l’énergie cosmique). »
1. Note de Ming Wong : Le texte ici n’explique pas pourquoi il n’y aurait pas de points shu sur ce méridien du coeur. Dans d’autres traductions du Lingshu, en particulier dans le manuscrit du Dr Duron, le doute plane de la même façon et l’on peut, ou tout moins proposer l’explication suivante : le méridien du coeur est souvent atteint par les perturbations, mais l’organe coeur lui-même beaucoup moins. On aurait donc peu d’occasion de se servir des points shu (jing, rong, shu, jing, he) pour agir sur l’organe lui-même.

Remarque de Perrey : Plusieurs confusions ne font qu’ajouter à l’obscurité du texte
1- Confusion entre enveloppe du coeur et méridien du coeur (fin de la première réponse de Qibo) qui annonce l’absence de points shu du SJYi/MC alors qu’il s’agit du SSYi/C. La traduction de Chamfrault est à cet égard sans ambiguïté.
2- Confusion entre points shu antique et points shu (3ème shu antique). Il ressort du présent texte que le SSYi/C n’a pas du tout de points shu antiques … Mais le point Shen men est quand même le point shu du méridien du coeur. La version de Chamfrault ne mentionne que le point shu (3ème point shu antique). Kespi tranche en faveur de l’absence de point shu antique par une argumentation métaphysico-symbolique qui laisse perplexe et ne satisfait pas la conduite pratique : « Il faut distinguer shou shaoyin et méridien du coeur. En tant que méridien du coeur, il répond au Coeur-centre, logis du shen, principe de vie, qui ne peut être atteint par l’énergie perverse sous peine de mort ; il ne peut donc posséder de points shu antiques en raison de cette inaccessibilité par l’énergie perverse. En tant que shou shaoyin, par contre, il est résonance de phénomènes shaoyin, accessible à l’énergie perverse et donc pourvu de points shu antiques ». Kespi évacue ainsi le problème de la relation méridien du coeur / méridien du Coeur-Maître devant l’agression des énergies perverses.
Claude Larre, exégète du Suwen 8, nous fait remarquer que « parfois, mais pas assez souvent, le coeur n’est pas une partie du corps ni un zang (organe) comme les autres. Pour cette raison, il est, avec le triple réchauffeur, le seul viscère dont le caractère soit dépourvu du radical de la chair […] Le coeur n’exerce de fonction active de communication que par une sorte de dédoublement de sa puissance ; c’est alors tanzhong qui se charge des relations du coeur et s’en donne les moyens en rassemblant autour de lui des serviteurs et des émissaires ». Mais, il signale un peu avant que « le coeur est un creux où descendent et habitent les Esprits (shen). Il les recueille, mais un coeur mal gardé peut être envahi par la perversité et se porter d’une manière malsaine vers les êtres ». Le problème de l’accessibilité à la perversité sous peine de mort se retrouve posé ; rappelons que les chinois ne distinguent pas l’énergie physique de l’énergie psychique, qu’il s’agit d’un tout indissoluble aux expressions diverses.
La version de Chamfrault, beaucoup plus simple, presque triviale, écarte la phraséologie superflue : « le méridien du coeur peut être atteint mais non l’organe lui-même. Si le méridien est affecté, il suffit de puncturer le point Shen men (7C) ».

Jiayi jing :

- III-26 : « Les seize points du shaoyin de main aux membres supérieurs »
神門者,土也 [] 手少陰脈之所注也,為
« Le [point] Shen men (7C) c’est la terre […] Le shaoyin de main s’y déverse, c’est le [point] shu. »


IV-3 : « Les trois régions et les neuf lieux d’observation » / SW 20 : « Discussion sur les trois régions et les neuf lieux d’observation »
中部天,手太陰;中部地,手陽明;中部人,手少陰 […] 中部之天以候肺,地以候胸中之氣,人以候心。
« Le ciel de la région médiane, c’est le taiyin de main1 ; la terre de la région médiane, c’est le yangming de main2 ; l’homme de la région médiane, c’est le shaoyin de main3 » […] « Le ciel de la région médiane sert à observer le poumon ; la terre sert à observer le milieu du thorax (胸中 xiongzhong) ; l’homme sert à observer le coeur. »
1. Le commentaire de Wang bing dit : « il s’agit du pouls du poumon qui se trouve au pouls radial (寸口 cunkou) en arrière de la paume de la main. Il s’appelle Jing qu (8P) ; on y sent des battements sous la main ».
2. Le commentaire de 
Wang bing dit : « Il s’agit du pouls du gros intestin qui se trouve dans l’intervalle des os du pouce et de l’index, dans la zone du [point] He gu (4GI), là où l’on sent des battements sous la main ».
3. Le commentaire de 
Wang bing dit : « Il s’agit du pouls du coeur qui se trouve au bout de la styloïde cubitale dans la zone du [point] Shen men (7C), là où l’on sent battre une artère sous la main ».

Jean Marc Kespi :

Ce point peut être puncturé dans :
- tous les troubles psychiques avec excès ou insuffisance (cf SdM).
- tous les troubles du centre source de vie avec les 14 RM/VC et 23 ZYgM/E.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Paludisme avec malaise au coeur, sensation de chaleur au coeur et de douleur au coeur.
Envie de boissons froides. Peur du froid. Frilosité.
Faciès rubicond. Manque d’énergie.
Insomnie.

Soulié de Morant :

Troubles psychiques avec excès ou insuffisance physique :
- Excès : chagrin surexcité. Sanglots extravagants. Ou rires et chants extravagants. Colères folles. Idées fausses surexcitées. Hallucinations violentes. Épilepsie avec surexcitation. Cinq sortes d'épilepsies de l'enfant ou de l'adulte. Insomnie par surexcitation. Fièvre intermittente avec agitation.
- Insuffisance : Peu d’énergie. Nombreux soupirs. Oublis obstinés ; oublie les noms. Peur. Stupidité de nature et d’esprit. Dépression jusqu’à anémie cérébrale. Angoisse. Frissons de froid, horreur du froid, voudrait vivre dans la chaleur ; bras et mains froids. Langue gênée, parle mal (flaccidité du hyoglosse).

Pékin :

Sommeil agité. Insomnie.

Nguyen van Nghi/Roustan :

Insomnie. Excès de rêves.

Duron-Borsarello :

Maux de tête. Éblouissements. A toujours froid.

Dacheng :

Maladie du Froid/Chaleur avec embarras gastrique, soif et envie de boissons froides, peur du froid et recherche de la chaleur.
Afflux énergétique avec dyspnée et corps chaud, compassion simulée et rire oiseux. Face rouge.

Sun Simiao :

Inversion et remontée du souffle avec dyspnée.

Psychisme

Chamfrault :

Peureux. Aime rire. Folie avec pleurs ou rires fous. Idiotie. Perte de mémoire.

Soulié de Morant :

Troubles psychiques avec excès ou insuffisance physique :
- Excès : chagrin surexcité. Sanglots extravagants. Ou rires et chants extravagants. Colères folles. Idées fausses surexcitées. Hallucinations violentes.
- Insuffisance : nombreux soupirs. Oublis obstinés ; oublie les noms. Peur. Stupidité de nature et d’esprit. Dépression jusqu’à anémie cérébrale. Angoisse.

Pékin :

Anxiété. Hystérie.

Roustan :

Neurasthénie. Excès de rêves. Affections psychiques. Hystérie.

Duron-Borsarello :

Point régisseur du psychisme.

Nguyen van Nghi :

Rêve. Affolement. Hystérie. Maladies mentales.

Dacheng :

Rire sardonique. Compassion simulée et rire oiseux par afflux énergétique. Hébétude. Idiotie. Naïveté. Amnésie. Extravagance (folie, le patient court dans tous les sens). Rires et pleurs immotivés. Mélancolie. Angoisse.

Sun Simiao :

Peur et palpitations. Rire démentiel.

Neurologie

Chamfrault :

Épilepsie.

Soulié de Morant :

Épilepsie avec surexcitation (Cinq épilepsies des grands ou des petits) (par excès).
Langue gênée, parle mal (flaccidité du hyoglosse) (par insuffisance).

Roustan :

Épilepsie. Aphonie.

Dacheng :

Cinq sortes d’épilepsie chez l’adulte et l’enfant (maladie jian).

ORL

Chamfrault :

Gorge sèche. Laryngite.

Soulié de Morant :

Nez bouché et congestionné ; jusqu’à saignement de nez (disperser).
Amygdalite.

Roustan :

Aphonie.

Duron-Borsarello :

Hémorragie nasale.
Maux de gorge.

Dacheng :

Gorge sèche. Aphonie.

Sun Simiao :

Inflammation de la gorge, angine.

Stomatologie

Sun Simiao :

Absence de goût.

Lymphatiques

Chamfrault :

Scrofule.

Soulié de Morant :

Ganglions.

Pneumologie

Chamfrault :

Douleur des côtés et des flancs. Dyspnée.

Soulié de Morant :

Crise d’asthme.

Roustan :

Hémoptysie, douleur thoracique latérale. Dyspnée.

Duron-Borsarello :

Crachement de sang.

Dacheng :

Hypopnée. Suffocation. Dyspnée par afflux énergétique avec plénitude thoracique et frilosité.

Sun Simiao :

Dyspnée, inversion et remontée du souffle. Hémoptysie. Respiration haut placée.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Douleur au coeur. Coeur dilaté. Palpitations nerveuses.

Soulié de Morant :

Coeur : source du coeur, corrige excès ou insuffisance :
- Excès : coeur et artères contractés. Palpitations nerveuses. Coeur rapide (tachycardie). Grande agitation du coeur, envie de boissons froides. Coeur gros. Douleur au coeur, barre sur la poitrine. Unifie l’énergie sexuelle et guide l’énergie en cas d'excès d’énergie dans le coeur. Fièvre intermittente avec agitation.
- Insuffisance : faiblesse du coeur. Coeur fatigable. Battements faibles sans énergie, inégaux de hauteur.
Artères : HTA ou hypotension.

Pékin :

Palpitations.

Roustan :

Palpitations. Affections cardiaques. Angine de poitrine.

Duron-Borsarello :

Palpitations nerveuses.

Nguyen van Nghi :

Palpitations. Cardialgie.

Dacheng :

Atteinte du coeur par le froid de l’automne. Entassement énergétique du coeur. Douleurs précordiales. Palpitations.

Sun Simiao :

Peur et palpitations.

Digestif

Chamfrault :

Perte de l’appétit. Nausées. Vomissements de sang. Sclérotiques jaunes.

Soulié de Morant :

Estomac : énergie troublée, vomissements de sang (hématémèse) (tonifier). Ou manque d’appétit (anorexie mentale ?) (disperser).

Roustan :

Vomissements. Ictère.

Duron-Borsarello :

Maladies de l’estomac.

Dacheng :

Anorexie, dysorexie. Vomissements de sang. Vomissements. Douleurs abdominales et éructations.
Maladie du Froid/Chaleur avec embarras gastrique, soif et envie de boissons froides, peur du froid et recherche de la chaleur.
Ictère conjonctival et douleur des hypochondres.

Sun Simiao :

Éructations fréquentes. Hématémèse.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Incontinence d’urine. Atonie de l’urètre.

Soulié de Morant :

Urètre flasque, ne sent pas passer l’urine jusqu’à incontinence (tonifier).

Duron-Borsarello :

Incontinence d’urine.

Dacheng :

Pollakiurie. Perte d’urine.

Sun Simiao :

Perte d’urine.

Gynécologie

Chamfrault :

Inflammation de l’utérus.

Obstétrique

Chamfrault :

Syncope après l’accouchement.

Soulié de Morant :

Hémorragie après l'accouchement (disperser).

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Sensation de pieds froids. Paumes des mains très chaudes. Bras glacés. Contractures au bras.

Soulié de Morant :

Épaule antérieure. Membre supérieur antéro-interne.
Main, pouce, doigts dorsaux et doigts palmaires. Main contractée. Paumes chaudes. Avant-bras et main : froid.
Jambe antérieure et cou-de-pied.

Dacheng :

Sensation de froid au bras. Sensation de chaleur de la paume des mains.

Sun Simiao :

Contracture de la main et de l’avant-bras.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW 63 : « Discussion sur la piqûre miu (côté opposé) (miu ci lun) » / Jiayi jing V-3 : « La piqûre miu » (traduction Jiayi jing)
邪 客於手足少陰太陰足陽明之絡,此五絡皆會於耳中,上絡左角,五絡俱竭,令人身脈皆動,而形無知也,其狀若屍,或曰屍厥。刺其足大指內側爪甲上,去端如韭 葉,後刺足心,後刺足中指爪甲上各一痏,後刺手大指內側,去端如韭葉,後刺手心主,少陰銳骨之端,各一痏,立已。不已,以竹管吹其兩耳,鬄其左角之髮,方 一寸燔治,飲以美酒一杯,不能飲者,灌之,立已。
« Lorsque le pervers s’installe dans les luo des shaoyin et taiyin [une autre version dit : taiyang] de main et de pied et dans le yangming de pied qui se rencontrent tous les cinq dans l’oreille et qui en haut se lient (絡 luo) à l’angle gauche du front, et si les cinq luo sont tous épuisés, il provoque chez le patient, malgré des pulsations dans le corps, une perte complète de connaissance et le corps devient comme un cadavre ; cela s’appelle un jue cadavérique (尸厥 shijue). On puncture l’extrémité du côté interne du gros orteil distante de l’angle de l’ongle [de la largeur] d’une feuille d’échalote1, ensuite on puncture le creux de la voûte plantaire2 puis on puncture le troisième au-dessus de l’ongle*, une fois à chaque [orteil], puis on puncture le côté interne du pouce distant de l’angle de l’ongle [de la largeur] d’une feuille d’échalote3, ensuite puncturer le ministre du coeur de main**, enfin on puncture le shaoyin de main à l’extrémité de la styloïde [cubitale] une fois à chaque [main]*** et cela cesse immédiatement.
Si cela ne cesse pas, on souffle dans ses deux oreilles à travers un tube de bambou, on coupe un pouce carré de cheveux sur son angle gauche du front et on les brûle en lui faisant boire dans un verre de bon vin. S'il ne peut boire, on lui fait ingurgiter et cela cesse immédiatement. »
1. Soit le point Yin bai (1Rt).
2. Soit le point Yong quan (1Rn)
3. Soit le point Shao shang (11P)
* 45E bis (séminaire AFA novembre 2008).
**
Il s'agit du point Zhong chong (9MC). Le Jiayi jing dit : "ensuite puncturer le ministre du coeur de main, ce qui n'est pas correct" ( 後刺手心主者,非也 )
*** 7C (séminaire AFA novembre 2008).

Lingshu :

- LS 20 : « Les cinq pervers » / Jiayi jing IX-5 : « Chagrin (悲 bei), peur, soupirs, bouche amère, tristesse (不樂 bule) et effroi dus au pervers qui se situe dans le coeur et la vésicule biliaire et qui atteint les organes et les entrailles »
邪在心,則病心痛,善悲,時眩仆,視有餘不足而調其
« Lorsque le pervers se situe dans le coeur, on souffre de douleurs précordiales, on est porté à la joie et au chagrin (悲 bei) et l’on souffre de chutes fréquentes en raison de vertiges. On harmonise le [point] shu1 en fonction de l’excès ou de l’insuffisance2. »
1. D’après Chamfrault, il s’agit du point Shen men (7C).
2. Le Leijing dit : « Le pervers qui se situe dans le coeur se trouve toujours dans l’enveloppe du coeur (心之包絡 xin zhi baoluo). Faut-il tonifier ou disperser ? Il convient de traiter le [point] shu du ministre du coeur, jueyin de main. » 
Note personnelle : Il s’agit du point Da ling (7MC).

Traduction de NvN : « L’infiltration de l’énergie perverse dans le coeur se caractérise par : la cardialgie et l’affliction, parfois l’éblouissement et la perte de connaissance. Il faut discerner l’excès et l’insuffisance et les traiter au niveau du point shu. »

- LS 22 : « Démences » / Jiayi jing XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
狂始發,少臥不飢,自高賢也,自辨智也,自尊貴也。善罵詈,日夜不休。治之取手陽明、太陰、太陽。舌下少陰,視脈之盛者,皆取之。不盛者釋之。
« Lorsque la folie furieuse (狂 kuang) commence à se développer1, [le malade] dort peu, n’a pas faim, il se croit hautement vertueux, supérieurement intelligent et de grande noblesse. Il est enclin à proférer des injures jour et nuit sans s’arrêter. Pour le soigner, on traite les yangming, taiyang, taiyin de main et le shaoyin sous la langue2. On regarde les vaisseaux qui sont congestionnés (盛 sheng) et on les traite tous. Ceux qui ne sont pas congestionnés, on les laisse [de côté sans les traiter] ».
1. Le Leijing dit : « Plus haut on dit "sur le point de se produire" (shi sheng), ceci veut dire début de la maladie ; ici on dit "commence à se développer" (shi fa) ; cela signifie que la maladie s’est [déjà] constituée et est en train de se manifester. »
2. Le Leijing interprète « le shaoyin » et « sous la langue » comme deux indications distinctes. Il écrit : « Les points des méridiens yangming, taiyang et taiyin de main sont tous identiques au texte précédent. Sous la langue, c’est le point Lian quan (23VC) du renmai. Pour le shaoyin, ce sont les [points] Shen men (7C) et Shao chong (9C) du méridien de coeur ». Par contre, le Taisu considère qu’il s’agit du shaoyin de pied. La présente édition chinoise suit cette interprétation indiquant qu’il s’agit de traiter les vaisseaux luo du shaoyin de pied qui passent de chaque côté de la racine de la langue.

Dacheng :

- « Acupuncture et traitement des fièvres intermittentes de l’automne »
« Quand la maladie se localise au coeur (organe), les signes cliniques sont : sentiment d’inquiétude, recherche d’ablutions d’eau froide, nombreux épisodes de frilosité et rares épisodes fébriles. Il faut puncturer shou shaoyin. Il s’agit du point Shen men (7C) ».

- « Acupuncture et traitement des fièvres intermittentes de l’automne »
« L’énergie perverse peut s’installer simultanément dans le tai luo du shou et du zu shaoyin (C, Rn), du shou et du zu taiyin (P, Rt) et du zu yang ming (E). Ces cinq grands luo se réunissent dans l’oreille et se ramifient à l’angle frontal. L’épuisement de l’énergie de ces grands luo favorise la pénétration de l’énergie perverse et entraîne des troubles en chaîne des voies énergétiques du corps dont le signe essentiel est la perte de conscience appelée "syncope cadavérique" (état lipothymique). On puncture d’abord Yin bai (1Rt), Yong quan (1Rn), Li dui (45E) puis Shao shang (11P), Shao chong (9C)1, Shen men (7C). Le malade sera immédiatement réanimé. Si le malade n’est pas réanimé, on insuffle les deux oreilles avec un tube de bambou (pour désobstruer les grands luo) et en même temps on arrache une touffe de cheveux située à l’angle frontal de l’oreille (pour faire revenir l’énergie des grands luo situés dans l’oreille), on les calcine et on mélange la cendre avec de l’alcool que l’on fait ingurgiter au malade. Il revient aussitôt à lui ».
1. Pour certains auteurs, il s’agit de Zhong chong (9MC) et non de Shao chong (9C).

Jiayi jing :

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias »
一,心瘧,令人煩心甚欲得見清水,寒多(素問作反寒多大素乃寒多),不甚熱刺手少陰,是謂神門
« La malaria du coeur provoque chez le patient une anxiété intense, le désir de boire de l’eau froide, il a très froid [le Suwen écrit : mais il a très froid. Le Taisu écrit : et il a trop froid] et la fièvre est peu intense. On puncture le shaoyin de main, c’est à dire le [point) Shen men (7C). »

-
IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
遺溺關門及神門、委中主之。
« L’incontinence urinaire relève des [points] Guan men (22E), Shen men (7C) et Wei zhong (40V). »
1. 隤疝 tuishan ou hernie 隤 tui désigne, chez l’homme, les hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule et, chez la femme, un gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
手及臂攣,神門主之。
« Les spasmes des mains et des avant-bras relèvent du [point] Shen men (7C). »

- XI-7 : « Métrorragies profuses, sang stagnant, vomissements de sang et crachements de sang provoqués par un comportement immodéré qui blesse l’intérieur et l’extérieur »
嘔血上氣,神門主之。
« Vomissements de sang avec remontée du souffle relèvent du [point] Shen men (7C). »

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
診女子,手少陰脈動甚者,妊子也。乳子而病熱脈懸小,手足溫則生,寒則死。
« Lorsque1 l’on diagnostique chez la femme un pouls de
shaoyin de main très remuant (動甚 dong shen), c’est qu’elle est enceinte2. Si, chez une femme3 qui allaite et qui souffre de maladie fébrile avec un pouls suspendu (懸 xuan) et petit (小 xiao) les mains et les pieds sont chauds, elle vivra ; s’ils sont froids, elle mourra. »
1. Le texte suivant provient du Suwen 18 « Discussion sur le sujet sain, sur le souffle et sur l’aspect [du pouls] ».
2. Le Leijing écrit : « Qi Xuanzi dit : "Le pouls du shaoyin de main [se situe] dans un creux en arrière de la paume, à l’endroit où l’on sent bouger l’auriculaire sous la main. Il s’agit du méridien du coeur, c’est à dire du [point] Shen men (7C). Ce point de vue est excellent mais d’après mon expérience le pouce (寸 cun) gauche y correspond aussi" ».
3. Le texte suivant provient du Suwen 28 « Discussion générale sur le vide et le plein ».


> OBSERVATIONS