Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

6P

Kong zui




> LOCALISATION

Chamfrault :

7 cun au-dessus du pli du poignet, sur une ligne droite allant de Chi ze (5P) à Lie que (7P) et à 5 cun au-dessous du pli du coude.

Soulié de Morant :

Face externe de l’avant-bras, 6 TDD au-dessus du poignet, entre os et artère radiale, au ras de l’os, dans un creux, sur le long fléchisseur du pouce, 5 TDD sous Chi ze (5P), 5 TDD au-dessus de Lie que (7P).

Pékin :

Au bord radial de l’avant-bras, 7 cun au-dessus du pli de flexion du poignet.

Shanghai :

Du côté radial de la face antérieure de l’avant-bras, 7 cun au-dessus du pli du poignet. Et 5 cun au-dessous de Chi ze (5P).

Duron-Borsarello :

 À 7 cun de 5P, sur la ligne 5P-7P. Si on donne une forte pression sur ce point, on sent une répercussion dans le pouce.

Nguyen van Nghi :

5 cun au-dessous de Chi ze (5P) et 7 cun au-dessus de Tai yuan (9P).

Dacheng :

À 7 cun du pli du poignet. Tourner légèrement le bras pour localiser le point.

Sun Simiao :

7 cun au-dessus du pli de flexion du poignet.

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
孔最,手太陰之,去腕七寸
« Le [point] Kong zui (6P) se situe à sept pouces du poignet. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

Obliquement, 0,3 cun.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1 à 1,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers la direction du coude, 1 à 1,5 cun.

Dacheng :

0,3 cun.

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
刺入三分,留三呼,灸五壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant trois expirations. On y fait cinq cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur poumon, gros intestin, intestin grêle, vessie, gorge, tête, coude, doigts, larynx, trachée.

Shanghai :

Traite le poumon. Élimine la chaleur (son principal ennemi).
Stoppe les hémorragies.

Nguyen van Nghi :

Point spécifique de la maladie de la chaleur sans sueurs.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Libère le biao. Purifie le poumon. Arrête le sang. Adoucit la gorge.

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
孔最,手太陰之[] 專(此處缺文。)金二七水之父母
« Le [point] Kong zui (6P) est le [point] xi du taiyin de main […] Sa spécificité est au métal [dont les nombres sont] 2 et 7 et il est le père et la mère de l’eau1. »
1. Dans le Mingtang il est écrit : « Sa spécificité est le métal et le métal est neuf (9), il est le père et la mère de l’eau ». Le commentaire de Yang Shangshan dit : « L’occident est l’orientation du métal dont le nombre correspond à 9, c’est pourquoi on "sa spécificité est le métal et le métal est 9". Le métal produit l’eau, c’est pourquoi on dit "le père et la mère". Ses troncs sont 2 et 7 ». Il s’agit des troncs yi et geng. Le commentaire moderne trouve tous ces textes obscurs et signale que dans une autre édition ancienne du présent ouvrage cette phrase est remplacée par « le souffle du poumon du taiyin de main s’y déploie ».

Jean Marc Eyssalet :

- Connaissance de l’acupuncture : « Intestins, labyrinthes et métamorphoses » – 2008
手太陰獨受陰之清 shou taiyin du shou yin zhi qing
« Le yin suprême de la main seul reçoit le clair du yin » (Lingshu 40)
Le clair du yin représente le « clair du clair » et restitue à shou taiyin la place de premier méridien transportant l’énergie essentielle rassemblée à partir du foyer supérieur par l’organe des poumons. Le shou taiyin initie donc le mouvement de distribution des énergies claires dont les poumons, « premier ministre », ont la charge. Mais cette énergie claire aura elle-même deux destinations, déterminant ainsi deux états, l’un clair du clair, l’autre trouble du clair. Le clair du clair monte effectivement en direction des sept grands orifices supérieurs pour y introduire à la fois énergie et liquides nécessaires à l’entretien et au pouvoir de thésaurisation du cerveau.
Trois points du shou taiyin semblent ici jouer un rôle intéressant dans cette distribution du clair vers la tête : le 3P, 天府 Tian fu, « Palais céleste », en tant que point « fenêtre du ciel » règle la montée de l’énergie vers la tête (liquides du nez et de la bouche conditionnés par le rapport foie-poumons, LS 21) ; le 6P, 孔最 Kong zui, « Réunion des ouvertures », point xi qui libère le larynx et les cordes vocales ; le 7P, 列缺 Lie que, « Défilé des brèches », point luo qui ouvre le renmai et fait monter le yin de la tête.

- RFA n° 143 – 2010 : « Points xi et empreintes émotionnelles », p28
« Kong zui 孔最 « ensemble des orifices » (6P) est un point qui traite la tristesse aiguë associée au sentiment d’échec avec parfois oppression thoraciquen troubles de la voix, toux et respiration asthmatiforme ».

Henning Strom :

RFA n° 143 – 2010 : « Explication des noms des points xi », p11-12
Kong zui 孔最 […] « Totalité des orifices et des ouvertures ». « Importance extrême des orifices ». « Appréhender le monde extérieur par les orifices ». « Maximum d’ouverture et de communication à travers les orifices » […]
Textes chinois expliquant le nom des points :
. (1,2) : « Kong zui est le point xi de shou taiyin, à 7 cun du poignet. Xi est un kong (trou), point xi est point kong. Zui signifie 聚 ju réunir, assembler, amasser. Le point est l’endroit de rassemblement du qi et du sang du méridien du poumon, d’où le nom rassemblement du trou ou du point xi ».
. (3) : « Kong signifie un point creux. Kong zui est un site remarquable au milieu de tout le méridien de shou taiyin, un creux vide dans la montagne. Le point est situé au xi de ce méridien, d’où le nom de "Creux très important" ».
. (4) : « Kong zui est à 7 cun au-dessus du poignet dans un creux, il est le xi de taiyin dont la terre est extrêmement spacieuse, d’où le nom "Trou le plus vaste" ».
. (5) : « Kong zui signifie les ouvertures et les orifices très importants. Le qi du poumon communique avec 7 orifices très commodes. Le qi surgit 7 cun au-dessus de cunkou (le pli du poignet) et il atteint tout le méridien, d’où le nom "Orifices très importants" ».
. (6) : « kong signifie communiquer et trou ; zui signifie très et rassembler. Le point est xi du méridien, il a un très grand pouvoir de dispersion des accumulations et de création de passage dans les orifices. Il guérit les maladies des orifices. C’est un point très commode et utile. Il guérit douleurs liées à la chaleur, blocage de transpiration, mal de tête, crachats de sang, aphonie, mal de gorge et tout ce qui est lié aux orifices et à la communication. Les deux caractères indiquent un très grand pouvoir de pénétration à travers les orifices ».
(1) Zhang chengxing, Qi gan. Collection et explication des interprétations des points des méridiens. Shanghai, 1985.
(2)
Zhang daqian. Grand dictionnaire d’acupuncture chinoise. Pékin : Beijing, 1988.
(3)
Huangdi neijing mingtang, dynastie Sui (589-618).
(4)
Yijing lijie (1653).
(5)
Huiyuan zhen jiu xue (1937).
(6)
Pan Lung Sen. Color illustration of clinical 361 shu points of 14 meridians (2 tomes). Taiwan (1994).
Commentaire :
6P est le premier point xi des douze méridiens, d’où une action forte et globale. Shou taiyin correspondant à la Branche Terrestre 寅 yin (la demande solennelle de mariage qui exige l’ouverture des orifices des sens) démarre le
qi à 3h00 du matin (en analogie avec le début du printemps, le nouvel an chinois). Le point est comme un creux vide dans la montagne, car le poumon est le plus haut placé parmi les viscères, et le méridien du poumon est comme un rivière de montagne. Ce point xi est un site remarquable au centre de tout le méridien (6P est au milieu par rapport à 1P et 11P). Taiyin-humidité est le plus superficiel des trois yin, il est donc près des orifices et ouvertures qui doivent être humidifiés ou qui servent à la transpiration. Le poumon permet de communiquer entre l’intérieur et l’extérieur, et il reçoit et amasse beaucoup de qi du monde extérieur. Les sept orifices de la face se trouvent vers le haut comme le poumon et vers le devant et l’externe comme taiyin. Cette indication sur les sept orifices de la face est très importante et rarement mentionnée.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault/Dacheng/Sun Simiao/Roustan :

Céphalée.

Chamfrault :

Fièvre sans sueurs (on n’arrive pas à provoquer la sudation du malade).

Soulié de Morant :

Fièvre sans sueurs : disperser fait transpirer ?
Mal de tête.

Roustan :

Absence de sueurs.

Duron-Borsarello :

 Fièvre sans sueurs.

Dacheng :

Absence de sueurs en cas de maladie fébrile.

Sun Simiao :

Douleur, chaleur et retrait du souffle de l’avant-bras avec absence de sudation.

ORL

Chamfrault :

Laryngite. Angine.

Soulié de Morant :

Larynx, corde vocale opposée : enrouement, voix rauque, perte de son. Gorge enflée.

Pékin/Nguyen van Nghi/Dacheng/Roustan :

Amygdalite.

Roustan :

Aphonie. Douleur de la gorge.

Duron-Borsarello :

Mal de gorge.

Dacheng :

Aphonie.

Pneumologie

Chamfrault/Soulié de Morant :

Toux. Crache du sang.

Pékin :

Toux. Asthme. Hémoptysie. Toux rauque.

Roustan :

Toux. Suffocation intermittente. Pneumonie. Hémoptysie. Dyspnée.

Duron-Borsarello :

Mal dans la poitrine.

Nguyen van Nghi :

Toux. Dyspnée. Hémoptysie.

Dacheng :

Quintes de toux. Hémoptysie.

Digestif

Chamfrault :

Vomissements de sang.

Sun Simiao :

Accumulations et engorgement abdominal.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur du coude et du bras qui ne peut être plié. Ne peut toucher la tête avec la main.

Soulié de Morant :

Bras et coude : douleur et faiblesse.
Doigts palmaires, pouce dorsal : ne saisissent pas bien, faibles, maladresse. Ou articulations raides ; arthrite, surtout pouce et index.

Pékin :

Impotence douloureuse du coude et du bras.

Roustan :

Douleur du coude, difficulté à mobiliser le coude.

Duron-Borsarello :

Ne peut lever le bras.

Nguyen van Nghi :

Douleur du coude.

Dacheng :

Algoparesthésie de l’avant-bras. Douleur et sensation de froid au bras et au coude avec extension et flexion difficiles.

Sun Simiao :

Douleur, chaleur et retrait du souffle de l’avant-bras avec absence de sudation.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
熱病汗不出,上及孔最主之。(千金作臂厥熱病汗不出,皆灸刺之,此穴可以出汗)。
« Les maladies fébriles sans transpiration relèvent des [points] Shang liao (31V) et Kong zui (6P). » [Le Qianjin dit : dans tous les cas de jue au bras et de maladie fébrile sans transpiration, on puncture et on fait des moxas à ces points qui peuvent faire transpirer].

- IX-1 : « Céphalées provoquées par le reflux du yang ou par le grand froid qui agresse la moelle des os à l’intérieur (douleurs de la région sous-maxillaire et de la nuque inclues d’après la note du texte original) »
厥頭痛,孔最主之。
« Les céphalées par jue relèvent du [point] Kong zui (6P). »


> OBSERVATIONS