Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

17V

Ge shu



Noms secondaires

Ge shu


(d'après Jiayi jing)

Qi jiao zhi jian



> LOCALISATION

Chamfrault :

Au-dessous et à côté de la 7ème vertèbre dorsale, à 2 cun de la ligne médiane postérieure où se trouve le point Zhi yang (9VG). Sur la même horizontale, à 2 cun de Ge shu (17V) se trouve Ge guan (46V).

Soulié de Morant :

Dans le dos, environ 2 TDD de chaque côté de l’épine dorsale (6ème/7ème), 1 TDD au-dessus de la pointe inférieure de l’omoplate, à mi-distance entre omoplate et colonne vertébrale, entre deux muscles verticaux (ilio-costal et long dorsal), au rebord inférieur de la 7ème côte, dans un creux, 2 TDD sous Du shu (16V), 4 TDD au-dessus Gan shu (18V), environ 2 TDD de chaque côté de Zhi yang (9VG), 2 TDD en dedans de Ge guan (46V).

Pékin :

À 1,5 cun de la ligne médiane, sur l’horizontale passant par l’apophyse épineuse de la 7ème vertèbre dorsale.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

À 1,5 cun en dehors de la pointe de l’apophyse épineuse de la 7ème vertèbre dorsale, dans le 7ème espace intercostal.

Duron-Borsarello :

Entre D7 et D8, à 2 cun environ du 9VG.

Dacheng :

1,5 cun en dehors et au-dessous de la 7ème vertèbre dorsale.

Sun Simiao :

Au-dessous de la 7ème dorsale, à 1,5 cun latéralement de la colonne.

Jiayi jing :

III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
在第七椎下兩,各一寸五分。
« Le [point] Ge shu (17V) se situe au-dessous de la 7ème vertèbre [dorsale] à 1,5 pouce de chaque côté. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,3 cun, 7 respirations pour Tongren.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun ; ou sous-cutanée de haut en bas, 1 à 2 cun. Ne pas piquer trop profondément.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers le bas, 0,5 à 1 cun.

Dacheng :

0,3 cun, 7 respirations pour Tongren.. D’après Suwen shu : « La puncture ne doit pas atteindre le diaphragme pour éviter une éventuelle lésion du foie qui sera difficile à guérir ; sinon la mort survient en 1 an ».

Lingshu :

LS 51 : « Les points shu des organes »
黃帝問於岐伯曰:願聞五臟之腧,出於背者。
岐 伯曰:背中大腧,在杼骨之端,肺腧在三焦之間,心腧在五焦之間,膈腧在七焦之間,肝腧在九焦之間,脾腧在十一焦之間,腎腧在十四焦之間。皆挾脊相去三寸 所,則欲得而驗之,按其處,應在中而痛解,乃其輸也。灸之則可刺之則不可。氣盛則瀉之,虛則補之。以火補者,毋吹其火,須自滅也;以火瀉之,疾吹其火,傳 其艾,須其火滅也。
« [Huangdi] demanda à Qibo: J'aimerais entendre parler des points shu des cinq organes qui sortent dans le dos1.
[Qibo] répondit : Le grand point (da shu) du thorax se situe des [deux] côtés de l’apophyse de la première vertèbre (zhugu), le [point] shu du poumon se situe des [deux] côtés de la troisième vertèbre, le [point] shu du cœur se situe des [deux] côtés de la cinquième vertèbre, le [point] shu du diaphragme se situe des [deux] côtés de la septième vertèbre, le [point] shu du foie se situe des [deux] côtés de la neuvième vertèbre, le [point] shu de la rate se situe des [deux] côtés de la onzième vertèbre, le [point] shu du rein se situe des [deux] côtés de la quatorzième vertèbre ; tous [ces points] se situent à une distance de trois pouces de chaque côté du rachis2, il faut examiner pour les localiser. Si, en appuyant dessus, il y a une douleur qui répond à l’intérieur, c’est le [point] shu3. On peut y faire des moxas, mais on ne peut pas puncturer4. Si le souffle est surabondant (sheng), on disperse ; s’il est vide (xu), on tonifie. Quand on tonifie par la moxibustion, on ne souffle pas sur le feu, mais il faut [le laisser] s’éteindre lui-même. Quand on disperse par la moxibustion, on souffle rapidement sur le feu, on tapote le moxa et il faut laisser le feu s’éteindre5. »
1. Le Leijing dit : « les cinq organes demeurent dans l’abdomen, le souffle de leurs méridiens sort au taiyang de pied dans le dos et ce sont les points shu des cinq organes ».
2. En fait, c’est à la distance de 1,5 pouce de chaque côté.
3. Cette phrase peut-être comprise différemment : « si l’on appuie sur ce point, la douleur [déjà existante] disparaît ».
4. Le Taisu dit : « on peut y faire des moxas et puncturer ». L’éditeur actuel a fait corriger ce texte d’après le Taisu.
5. Le Taisu dit : « on parle [ici] de tonification et de dispersion par la moxibustion. « En brûlant le feu » à cet endroit, on fait se rassembler le souffle véritable (zhengqi), c'est pourquoi on dit tonifier. Souffler fait pénétrer la chaleur afin qu’elle attaque la maladie, c'est pourquoi on dit disperser ».

Jiayi jing :

III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
五藏之腧,出於背者。按其處應在中而痛節,乃其腧也。灸之則何,刺之則不何。盛則瀉之,虛則補之。以火補之者,無吹其火 自減也。以火瀉之者,疾吹其火,拊其艾, 其火減頁 [] 鍼入三分,七呼,灸三壯。
« Tous les points shu des cinq organes sortent dans le dos1. Si en appuyant dessus il y a une douleur qui se diffuse, c’est le point shu2. On peut y faire des moxas et puncturer3. Si le souffle est surabondant (盛 sheng) on disperse, s’il est vide (虛xu) on tonifie. Quand on tonifie par la moxibustion on ne souffle pas sur le feu mais on le laisse s’éteindre lui-même. Quand on disperse par la moxibustion on souffle rapidement sur le feu, on tapote le moxa et on laisse le feu s’éteindre4. »
« On puncture le [point] Ge shu (17V) à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant 6 expirations. On y fait 3 cônes de moxa. »
1. Le Leijing dit : « les cinq organes demeurent dans l’abdomen, le souffle de leurs méridiens sort au taiyang de pied dans le dos et ce sont les points shu des cinq organes ».
2. Cette phrase peut être comprise différemment : « si l’on appuie sur ce point la douleur [déjà existante] disparaît ».
3. Le texte ancien dit : « On peut y faire des moxas, mais on ne peut pas puncturer ». L’éditeur actuel a fait corriger le texte d’après le Taisu.
4. Le Taisu dit : « On parle [ici] de tonification et de dispersion par la moxibustion. En "brûlant le feu" à cet endroit on fait se rassembler le souffle véritable (真氣zhenqi
), c’est pourquoi on dit tonifier. Souffler fait pénétrer la chaleur afin qu’elle attaque la maladie, c’est pourquoi on dit disperser ».


VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數,次灸撅骨以年為壯數,視背陷者灸之,舉臂肩上陷者灸之,兩季脅之間灸之,外踝上骨之端灸之,足小指、次指之間灸之, 上陷脈灸之,外踝後灸之,缺盆骨上切之堅動如筋者灸之,膺中陷骨間灸之,掌束骨下灸之,臍下關元三寸灸之,毛際動脈灸之,臍下二寸分間灸之,足陽明跗上動脈灸之,上一灸之,取犬所嚙處灸之,即以犬傷病法三炷灸之,凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et les autres commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à deux distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [au point du] yangming de pied situé sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion3. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise.
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F).
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V).


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point maître du sang d’après le livre des 81 questions de l’empereur Huang di.

Soulié de Morant :

Répond à Xuan zhong (39VB), Gao huang (43V) et Fu tu (32E).
Réunion de sang : tout trouble de sang.
Agit sur vessie, coeur, sternum, temporal, pariétal, estomac ; disperse triple réchauffeur et poumon.

Duron-Borsarello :

Assentiment du diaphragme. Selon le commentaire chinois, ce serait le point de réunion du sang, entre 15V qui contrôle la circulation sanguine du haut du corps et 18V qui contrôle celle du bas.
Disperse la chaleur du sang.
Chasse le sang écoulé.

Mussat :

Lorsqu’on parcourt les divers traités d’acupuncture donnant les indications thérapeutiques de ce point, il en ressort que celles-ci concernent essentiellement un "ralentissement yin" : asthénie, corps lourd, ballonnement, … Par ailleurs, il est le point de commande du diaphragme. Par conséquent, dès qu’un défaut du mouvement yin apparaît, c’est qu’il s’agit d’un défaut de fonctionnement de la charnière entre le yin et le yang. La limite "anatomique" globale entre yin et yang est constituée par le diaphragme qui sépare l’abdomen yin du thorax yang. Par conséquent, lorsque le mouvement yin est gêné dans le corps, il faut faciliter le mouvement de mutation au niveau du diaphragme.
Le mouvement du yin dans son aspect matière est essentiellement relié au sang de sorte que le point Ge shu (17V) représente la synthèse des notions de mouvement yang par puncture du taiyang (vessie), de commande du diaphragme (et de l’oesophage) qui est la charnière entre le bas et le haut, et de mise en mouvement du sang.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Tonifie la rate et harmonise l’estomac.
Régularise le sang. Régularise le qi.
Transforme les glaires.
Élargit le thorax.
Selon le Tai yi shen zhen :
Détend le thorax et favorise le jeu du diaphragme.
Élimine la chaleur et rafraîchit le sang.
Arrête les vomissements.
Élimine l’anxiété.

Suwen :

SW 52 : « Des interdits de l’acupuncture »
« À côté de la 7ème vertèbre est le "petit coeur" (résidence de l’âme supérieure). »
Commentaire de NvN : « À côté de la 7ème vertèbre est le "petit coeur", il reçoit l’énergie de xinbaoluo (maître du coeur) ». Deux théories :
- Le "petit coeur" désigne le xinbaoluo (maître du coeur). En effet, d’après Ma Shi : « Le coeur est le souverain donc le "grand coeur" ; le xinbaoluo est son sujet donc le "petit coeur".
- Le "petit coeur" désigne l’organe rein. Pour Wu Gong : « L’énergie du rein monte latéralement à la 7ème vertèbre. Le côté gauche est le lieu où arrive l’énergie du rein gauche ; le côté droit est le lieu om arrive l’énergie du mingmen. Le mingmen est le rein droit, le feu ministériel. Le feu ministériel remplace le feu impérial dans les activités énergétiques. C’est pourquoi le mingmen ou rein droit porte le nom de "petit coeur". »
NvN pense que, la théorie du "mingmen/rein droit" n’étant pas mentionnée dans le Nei jing, celle de Ma Shi est la plus vraisemblable. En effet, aux deux côtés de la 7ème vertèbre dorsale se trouve la région diaphragmatique appartenant au Ge shu (17V) où arrive l’énergie du coeur avant de gagner le Xin shu (15V) et le Jue yin shu (14V). Le dos est yang ; le coeur est le yang dans le taiyang. L’énergie des organes et des entrailles s’extériorise aux points shu du taiyang (beishu) grâce aux mouvements diaphragmatiques, excepté celle du coeur puisqu’elle est déjà le yang dans le taiyang. Au total, l’énergie du coeur empreinte la région dorsale du diaphragme (Ge shu-17V) pour gagner le taiyang (Xin shu-15V). À ces niveaux, l’énergie du coeur est infime, c’est pourquoi il est déconseillé de la puncturer au risque de la détériorer.

Nan jing :

45ème difficulté
經言八會者,何也? […] 血會鬲俞 […] 熱病在內者,取其會之氣穴也。
« Le [Nei] Jing dit qu’il y a huit réunions. De quoi s’agit-il ? […] Le sang se réunit à Ge shu (17V) […] Lorsqu’une maladie de chaleur siège à l’intérieur, il faut traiter ces points de réunion énergétique. »
« La réunion du sang à Ge shu : le sang c’est ce que régit le coeur, ce qu’abrite le foie. Ge shu est sous la 7ème vertèbre, des deux côtés (de la colonne vertébrale). Au-dessus il y a le point shu du coeur, Xin shu (15V) ; au-dessous il y a le point shu du foie, Gan shu (18V) : raison pour laquelle il s’agit de la "réunion du sang". »

Jean Marc Kespi :

Ce point transporte le sang cardiaque pour le transmettre au reste du corps.
Il est aussi un des huit points hui, maître du sang, complémentaire du 17RM/VC, maître du qi, maître des souffles.
Sa symptomatologie nous dit donc une accumulation de sang dans la région cardiaque et épigastrique (centre du corps) et un vide de sang en périphérie :
- "Yin épigastrique avec glaires ; le malade ne peut manger, s’il mange il ressent une douleur au coeur ; plénitude et ballonnement des flancs et du ventre ; tout trouble du coeur, douleur au coeur, toux et dyspnée". Ces symptômes nous disent la stagnation interne du sang avec trouble du coeur pompe et retentissement sur foie et poumon.
- "Lassitude des quatre membres, douleurs dans tout le corps, tendance au sommeil, sueurs abondantes, sueurs nocturnes, chaleur dans les os, enflure douloureuse du corps, désire se reposer et ne pas parler" nous disent le vide de sang en périphérie.
On comprend que ce point "réunion du sang" soit en rapport avec le 15 ZTYg/V qui contrôle sa circulation et le 18 ZTYg/V qui le conserve et le stocke.
On comprend que ce point réponde dans :
- 39 ZSYg/VB, point luo de groupe qui amène le yang en profondeur pour faire circuler le yin, donc le sang.
- 43 ZTYg/V, point de commande de l’enveloppe du coeur.
- 32 ZYgM/E qui fait circuler le sang en bas du corps.
Il faut donc le puncturer pour transporter et offrir le sang cardiaque.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Fièvre sans sueurs. Sueurs abondantes même s’il fait froid. Sueurs nocturnes.
Sensation de corps lourd. Douleurs dans tout le corps.
Tendance au sommeil.

Soulié de Morant :

Désire se reposer et ne pas parler.
Tout le corps humide constamment. Sueurs spontanées. Sueurs nocturnes.
Faiblesse des quatre membres.

Roustan :

Fièvres intermittentes. Sueurs nocturnes.
Asthénie. Aime s’étendre.

Dacheng :

Faiblesse des membres et tendance à s’allonger.
Maladie de la chaleur sans sueurs et avec sensation de corps lourd.
Sueurs faciles ou sueurs nocturnes.

Sun Simiao :

Absence de sueurs. Crainte du froid. Insuffisance de souffle. Reflux du souffle.
Insomnie.
Douleurs osseuses, musculaires, épidermiques.

ORL

Soulié de Morant :

Gorge enflée : perte de voix.

Sun Simiao :

Chaud et froid dans la gorge. Gonflement de la gorge avec impossibilité d’avaler. Inflammation de la gorge, angine.

Dermatologie

Chamfrault :

Enflure. Abcès froids.
Sueurs abondantes même s’il fait froid. Sueurs nocturnes.

Soulié de Morant :

Tout le corps humide, constamment. Sueurs spontanées. Sueurs nocturnes.
Troubles syphilitiques : tabès, bubons, excroissances ?

Pékin/Nguyen van Nghi/Roustan :

Urticaire.

Roustan :

Sueurs nocturnes. Manifestations cutanées des troubles du sang.

Dacheng :

Sueurs faciles. Sueurs nocturnes.
Bi cyclique, bi périphérique.

Sun Simiao :

Douleurs épidermiques.

Pneumologie

Chamfrault :

Toux avec quintes. Inflammation de la poitrine. Bronchite. Dyspnée.

Soulié de Morant :

Toux et essoufflement après les repas.
Asthme. Bronchite. Pleurésie.

Pékin :

Paralysie du diaphragme.

Shanghai :

Spasmes du diaphragme.
Hémoptysie.

Duron-Borsarello :

Maladies des poumons.

Dacheng :

Toux due à un afflux énergétique.

Sun Simiao :

Bronchite. Engorgement thoraco-costal et bronchique.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Douleur au coeur. Inflammation interne ou externe du coeur. Dilatation et atonie.

Soulié de Morant :

Coeur : tout trouble. Endocardite. Douleur. Coeur gros et gras. Angine de poitrine, digestion arrêtée, douleur montant. Coeur faible. Prévient la paralysie du coeur ?

Duron-Borsarello :

Affections cardiaques.

Dacheng :

Douleur au coeur.

Sun Simiao :

Douleur au coeur soudaine.

Digestif

Chamfrault :

Rend tout ce qu’il mange. Yin dans l’estomac avec glaires. Bien que la température soit normale, le malade ne peut manger ; douleur au coeur en mangeant. Cancer de l’estomac.
Rétrécissement de l’oesophage. Hémorragie intestinale.
Plénitude de l'abdomen et des flancs. Ballonnement abdominal.

Soulié de Morant :

Vomissements et sueurs. Oesophage contracté.
Douleur et gonflement de l'estomac. Inflammation de l’estomac, n’assimile pas. Digestion arrêtée, froid et glaires dans l’estomac. Ulcère. Fièvre d’estomac, ne peut manger. Cancer de l’estomac.
Trouble de nutrition.
Inflammation des intestins. Hémorragies intestinales.

Roustan :

Spasmes du diaphragme. Vomissements neurologiques.
Cancer de l'estomac. Rétrécissement de l’oesophage.

Duron-Borsarello :

Maladies de l’estomac.

Nguyen van Nghi :

Hoquets. Vomissements neurologiques.

Dacheng :

Maladie gastrique. Nausées et vomissements, accumulation de glaires/froid au niveau du diaphragme et de l’estomac avec anorexie. Vomissements post-prandiaux.
Maladie de la chaleur avec douleur abdominale post-prandiale. Douleur épigastrique en mangeant. Sensation de gonflement des flancs.

Sun Simiao :

Accumulations dans l’abdomen. Ballonnement abdominal. Vomissements alimentaires.

Nguyen van Nghi :

Anémie.

Hématologie

Chamfrault :

Tout trouble du sang. Hémorragies digestives.

Soulié de Morant :

Tout trouble du sang. Réunion du sang.
Hémorragies intestinales.

Pékin :

Maladies hémorragipares. Anémie.

Shanghai :

Anémie. Maladies hémorragiques chroniques. Toutes les maladies du sang (note : les maladies du sang comprennent en médecine chinoise aussi bien les affections de type urticaire, le prurit, l'eczéma que la calvitie et les maladies chaleur).

Dacheng :

Troubles du sang dû à l'entassement de l'énergie du Foie.

Métabolisme

Chamfrault :

Enflure.

Soulié de Morant :

Enflure douloureuse du corps. Enflure par vide ?

Duron-Borsarello :

Ascite et diabète.

Dacheng :

Bi cyclique, bi périphérique.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Tuberculose osseuse, « chaleur dans les os ». Lassitude des quatre membres.

Soulié de Morant :

Os : chaud et froid. Tuberculose osseuse. Tabès.
Rhumatisme généralisé. Lourdeur et plénitude des membres. Enflure douloureuse du corps.
Raideur de l'épaule et du dos, ne peut ni se plier ni se redresser.
Raideur ou spasmes de la tête et de la nuque ?
Enflure de la cheville et du pied.

Pékin :

Dorsalgie.

Pékin :

Bi cyclique, bi périphérique.

Sun Simiao :

Crampes et froid dans le dos et l’épaule. Douleur du bord interne de l’omoplate.
Douleurs osseuses, musculaires, épidermiques. Douleurs musculaires.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Dacheng :

- Traduction de NvN : « L’acupuncteur Cui Zhi Di utilise les sihua (quatre fleurs) pour traiter les maladies de la dégénérescence osseuse. Les sihua sont formés au-dessus par les 2 points Ge shu (17V) et au-dessous par les deux points Dan shu (19V). Les sihua ne constituent donc pas à notre époque une technique de puncture dite transfixiante. »

- Traduction de Darras : « Le maître Cui Zhi Di dit que pour trouver les points hors méridiens les sihua (quatre fleurs), les deux points supérieurs sont Ge shu (17V) et les deux points inférieurs sont Dan shu (19V) ; ces quatre points commandent le sang, ils peuvent donc soigner la maladie lao ji (NdT : sorte de maladie chronique qui ressemble à la tuberculose pulmonaire). Mais les praticiens suivants pensaient que les points hors méridiens sihua xue sont différents, c’est une erreur. »

Jiayi jing :

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
淒淒振寒,數欠伸,鬲主之。
« Les sensations de froid glacial avec tremblements dus au froid, bâillements et étirements fréquents relèvent du [point] Ge shu (17V). »

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
背痛惡寒,脊強俯仰難,食不下,嘔吐多涎,鬲(千金作陽關)主之。
« Les douleurs dorsales, la crainte du froid, la raideur de la colonne vertébrale au point qu’il est difficile de se pencher en avant ou en arrière, la non descente des aliments et une intense salivation relèvent du [point] Ge shu (17V). » [le Qianjin dit : Yang guan (3VG ou 33VB)]

- VII-4 : « Maladies convulsives provoquées par l’attaque du vent et du froid et de l’humidité du taiyang »
取囟會、百會,及天柱、鬲、上關,光明主之。
« Les maladies convulsives relèvent des [points] Xin hui (22VG), Bai hui (20VG), ainsi que des [points] Tian zhu (10V), Ge shu (17V), Shang guan (3VB), Guang ming (37VB). »

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW 60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 視背陷者灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge
[…] On observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».

- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
咳而嘔,鬲寒,食不下,寒熱,皮肉膚痛,少氣不得臥,胸滿支兩脅,鬲上兢兢,脅痛腹,胸脘暴痛,上氣,肩背寒痛,汗不出,喉痺,腹中痛,積聚,默然嗜臥,怠惰不欲動,身常濕濕,心痛無可搖者,脾主之。
« La toux avec vomissements, le froid au diaphragme (鬲寒 gehan), la non descente des aliments, les frissons et la fièvre, la peau, la chair et les os douloureux, le manque de souffle avec impossibilité de rester couché, [la sensation de] plénitude de la poitrine et obstruction des côtés, la gêne (競競 jingjing) au-dessus du diaphragme, la douleur costale et les ballonnements abdominaux, les violentes douleurs à la poitrine et à l’épigastre (脘 wan), la remontée du souffle (上氣 shangqi), le froid et la douleur des épaules et du dos, l’absence de transpiration, le bi à la gorge, les douleurs dans l’abdomen, les amas (積聚 jiju), l’état silencieux, somnolent et indolent sans désir de bouger, le corps constamment humide et les douleurs au coeur relèvent du [point] Ge shu (17V). »
Remarque : Le texte original parle de 脾兪 píshú (20V) au lieu de 膈兪 géshú (17V) (NdA)

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie » / SW 60 : « Des creux osseux »
大風汗出,膈主之,又噫嘻主之(素問骨空論云大風汗出灸噫嘻)。
« Le grand vent1 avec transpiration relève du [point] Ge shu (17V) et également du [point] Yi xi (45V). » [Le chapitre 60 "Discussion sur les cavités des articulations" du Suwen dit : dans le grand vent avec transpiration on fait de la moxibustion au [point] Yi xi (45V)].
1. Il s’agit ici de l’atteinte par un pervers vent violent et non de la lèpre.
La traduction du Suwen 60 de Duron précise : « Dans le grand vent où l’on transpire, on fait des moxas à Yi xi qui est à 3 cun sur le côté du bas du rachis ; quand on le presse du doigt, le malade pousse un cri dont la vibration est sensible à la main. S’il y a dans les flancs une tension douloureuse qui va des fausses côtes au bas-ventre, on pique Yi xi. »

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲疾,膈及肝主之。
« L’épilepsie relève des [points] Ge shu (17V) et Gan shu (18V). »


> OBSERVATIONS