Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

19V

Dan shu



Noms secondaires

Dan shu


(d'après Jiayi jing)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Au-dessous et à côté de la 10ème vertèbre dorsale, à 2 cun de la ligne médiane postérieure ; sur la même ligne horizontale et à 2 cun en dehors de Dan shu se trouve le point Yang guan (48V).

Soulié de Morant :

Dans le dos, 4 TDD au-dessous de la pointe inférieure de l’omoplate, entre deux muscles (ilio-costal et long dorsal), au rebord inférieur de la 10ème côte, dans un creux, sur le grand dorsal, 2 TDD sous Gan shu (18V), 2 TDD au-dessus de Pi shu (20V), 2 TDD en dedans de Yang guan (48V), 2 larges TDD de chaque côté de Zhong shu (7VG).

Pékin :

À 1,5 cun de la ligne médiane, sur l’horizontale passant par l’apophyse épineuse de la 10ème vertèbre dorsale.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

À 1,5 cun en dehors de la pointe de l’apophyse épineuse de la 10ème vertèbre dorsale, dans le 10ème espace intercostal.

Duron-Borsarello :

Entre D10 et D11, à 2 cun environ de dumai.

Dacheng :

À 1,5 cun en dehors et au-dessous de la 10ème vertèbre dorsale, dans le 10ème espace intercostal. Pour localiser ce point, le sujet doit être en position assise, tête et dos en rectitude.

Sun Simiao :

Au-dessous de la 10ème vertèbre dorsale, à 1,5 cun latéralement de la colonne.

Jiayi jing :

III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
在第十椎下兩傍,各一寸五分 [] 正坐取之
« Le [point] Dan shu (19V) se situe au-dessous de la 10ème vertèbre [dorsale] à 1,5 pouce de chaque côté […] On le localise [en mettant le patient en position] assise. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,5 cun, 7 expirations pour Tongren. 0,3 cun pour Mingtang. D’après Suwen shu : « la puncture ne doit pas atteindre la vésicule biliaire sinon la mort survient en 1 jour, avec signe fatal : vomissements ».

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun ; ou sous-cutanée, de haut en bas, 1 à 2 cun.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers le bas, 0,5 à 1 cun.

Jiayi jing :

- III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
刺入五分,灸三壯。
« 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant 7 expirations. On y fait 3 cônes de moxa. »

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數,次灸撅骨以年為壯數,視背陷者灸之,舉臂肩上陷者灸之,兩季脅之間灸之,外踝上骨之端灸之,足小指、次指之間灸之, 上陷脈灸之,外踝後灸之,缺盆骨上切之堅動如筋者灸之,膺中陷骨間灸之,掌束骨下灸之,臍下關元三寸灸之,毛際動脈灸之,臍下二寸分間灸之,足陽明跗上動脈灸之,上一灸之,取犬所嚙處灸之,即以犬傷病法三炷灸之,凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et les autres commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à deux distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [au point du] yangming de pied situé sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion3. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise.
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F).
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V).


> FONCTIONS

Chamfrault/Soulié de Morant/Duron-Borsarello :

Point assentiment de vésicule biliaire.

Soulié de Morant :

Agit sur vessie, foie, aisselle, temporal, pariétal ; disperse vésicule biliaire et intestin grêle.

Pékin :

Quand un viscère est troublé, une réaction morbide (douleur à la pression ou hyperesthésie) apparaît souvent au beishu correspondant. Ce point peut donc être utilisé pour traiter les affections de ce viscère. Il est également indiqué dans les états morbides de l’organe des sens avec lequel ce viscère est en relation.

Shanghai :

Élimine la chaleur du foie et de la vésicule biliaire.
Traite l’estomac.

Duron-Borsarello :

Disperse le feu de vésicule biliaire :
Fait circuler l’énergie de vésicule biliaire, épure l’énergie de vésicule biliaire.
Détend la frayeur.
Fait circuler l’énergie des méridiens.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Purifie et draine le foie et la vésicule biliaire. Tonifie la rate, harmonise l’estomac.
Régularise le qi.
Élargit le thorax.
Selon le Tai yi shen zhen :
Élimine la chaleur de la vésicule biliaire.
Dissipe l’humidité et réduit les gonflements.
Élimine l’ictère.

Jiayi jing :

III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
足太陽脈所發(氣府論註云七呼,膽胃三焦大少腸膀胱並足太陽脈氣所發)。
« Le souffle de taiyang de pied s’y déploie. » [Le commentaire de la "Discussion sur les maladies bi" du Suwen (chapitre 43) dit : là se déploient les souffles des points de la vésicule biliaire, de l’estomac, du triple réchauffeur ; des gros et petit intestins, de la vessie et du méridien taiyang de pied.]

Jean Marc Kespi :

Point shu de la vésicule biliaire, arbitre, juge qui décide, gardien de la conformité et mise en mouvement : "peur de mourir", "folie avec peur", "coléreux", "ne peut se décider, ne peut décider", "troubles vésiculaires entraînant bouche ou amère, nausées, ictère, yeux jaunes, jaunisse par alcool, troubles gastriques, …", "nausées le matin", "dyspnée le matin" (la mise en mouvement se fait le matin) ; avec retentissement sur le méridien chargé de la mise en mouvement du yang et de la circulation du yin, zu shaoyang : céphalées shaoyang, toutes les affections des yeux, douleur aux côtés (shaoyang) de la poitrine empêchant de respirer, enflure et inflammation des aisselles, crampes au mollet, yin ne circulant pas de par l’inaction du yang : "aliments ne descendant pas", "hypertension" (sang), "spasmes de la poitrine", "douleur du bas-ventre", "tuberculose osseuse", "contracture à cause de yin".
Donc, ce point transporte pour l’offrir l’énergie de la vésicule biliaire ; il est à disperser si elle est en plénitude et à traiter par des moxas si elle stagne.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Tuberculose avec fièvre. Frilosité. Absence de sueur.
Céphalée avec frissons sans fièvre. Éblouissement.
Teint verdâtre tout autour des yeux et au front.

Soulié de Morant :

Migraine par excès de Vésicule Biliaire.
Mauvais froid, fièvre, maux de tête, peu d’énergie et de souffle, craint de s’étendre, ne peut se reposer (par atteinte des voies respiratoires).

Nguyen van Nghi/Roustan :

Céphalée.

Duron-Borsarello :

Migraines.

Dacheng :

Céphalée avec frilosité. Absence de sueurs en cas d’attaque du froid avec frilosité.

Psychisme

Chamfrault :

Crampes au mollet qui s’étendent jusqu’au ventre avec angoisse.

Soulié de Morant :

Coléreux.
Folie avec peur. Peur de mourir.

Neurologie

Chamfrault :

Névralgie intercostale.
Apoplexie due au froid. Opisthotonos avec yeux révulsés.

Roustan :

Sciatique.

Nguyen van Nghi :

Névralgie intercostale.

Ophtalmologie

Chamfrault :

Toutes les affections des yeux (le foie régit les yeux). Larmoiement ; éblouissements ; troubles de la vue ; douleur aux sourcils ; voile blanc devant les yeux ; yeux déviés ou révulsés ; congestion de sang aux yeux ; sclérotiques jaunes.
Le malade ne peut baisser la tête et quand il y a des épistaxis, il y a en même temps des troubles oculaires.

Soulié de Morant :

Yeux jaunes.

Duron-Borsarello :

Maladie des yeux.

Dacheng :

Yeux jaunes. Anoblepsie (mouvements oculogyres avec souvent les yeux fixés vers le haut). Choroïdite avec troubles de la vue.

ORL

Chamfrault :

Angine.
Douleur au nez ; épistaxis. Le malade ne peut baisser la tête et quand il y a des épistaxis, il y a en même temps des troubles oculaires.

Soulié de Morant/Dacheng :

Douleur du pharynx. Pharyngite. Maux de gorge.

Roustan :

Douleur de la gorge.

Duron-Borsarello :

Angine.

Stomatologie

Chamfrault/Dacheng :

Bouche très amère. Langue sèche.

Soulié de Morant :

Bouche sèche et amère.

Nguyen van Nghi/Roustan :

Bouche amère.

Sun Simiao :

Bouche et langue sèches.

Dermatologie

Chamfrault :

Enflure de l’aisselle. Hidrosadénite.

Soulié de Morant :

Poussées à la peau par excès de Vésicule Biliaire. Enflure de l'aisselle. Adénite axillaire. Face rouge par plaques.

Roustan :

Gonflement axillaire.

Dacheng :

Gonflement et inflammation sous-axillaire.

Pneumologie

Chamfrault :

Crache du sang.
Quintes de toux avec douleur aux côtés de la poitrine empêchant de respirer. Spasmes de la poitrine.

Soulié de Morant :

Asthme, surtout le matin par excès de Vésicule Biliaire.
Voies respiratoires : mauvais froid, fièvre, maux de tête, maux de gorge, glaires respiratoires, peu d’énergie pour respirer, craint de s’étendre, ne peut se reposer.
Douleur de la poitrine et des côtés surtout. Pleurésie. Tuberculose, fièvre.

Roustan :

Douleur costale.

Duron-Borsarello :

Douleur costale à la respiration. Affections pulmonaires.

Nguyen van Nghi :

Tuberculose pulmonaire.

Sun Simiao :

Engorgement thoracique et nausées.
Douleur costale empêchant le patient de s’allonger.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant :

Coeur : plénitude, enflure.
HTA.

Digestif

Chamfrault :

Rétrécissement de l’oesophage. Douleur au ventre et au bas-ventre.

Soulié de Morant :

Oesophage contracté. Nourriture ne descend pas. Aliments non digérés.

Roustan :

Gastrite. Gonflement abdominal.

Sun Simiao :

Dysphagie. Engorgement thoracique et nausées.

Hépatologie

Chamfrault :

Ictère ou sclérotiques jaunes.
Bouche très amère, langue sèche.
Foie atteint de feng avec teint verdâtre tout autour des yeux et au front.
Nausées ou vomissements. Impossibilité de manger. Mauvaise digestion.

Soulié de Morant :

Assentiment de vésicule biliaire (troubles par excitation externe avec fièvre ou surexcitation).
Excès de vésicule. Bouche sèche ou amère et nausées le matin.
Migraines ou poussées de peau, ou asthme surtout le matin.
Jaunisse, yeux jaunes. Jaunisse par alcool.

Pékin :

Hépatite infectieuse. Cholécystite.

Roustan :

Hépatite. Affections vésiculaires. Ascaridiose des voies biliaires.
Bouche amère, nausées, ictère.

Duron-Borsarello :

Ictère.
Douleur costale à la respiration.

Nguyen van Nghi :

Hépatite. Affections vésiculaires.
Bouche amère. Ictère.

Dacheng :

Maladie de la bouche amère par atteinte de la vésicule biliaire par la chaleur perverse (technique shu-mu : 19V, 24VB)
Bouche amère, langue sèche, vomiturition. Anorexie. Yeux jaunes.

Andrologie

Roustan :

Spermatorrhée au cours de la miction.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Impossibilité de baisser la tête.
Crampes au mollet qui s’étendent jusqu’au ventre avec angoisse. Contractures dues au
yin.
Tuberculose osseuse.

Soulié de Morant :

Tuberculose osseuse.

Duron-Borsarello :

Crampes musculaires.
Tuberculose osseuse.

Dacheng :

Dégénérescence osseuse de type chaleur.

Sun Simiao :

Douleur costale empêchant le patient de s’allonger.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Dacheng :

Traduction de NvN : « L’acupuncteur Cui Zhi Di utilise les sihua (quatre fleurs) pour traiter les maladies de la dégénérescence osseuse. Les sihua sont formés au-dessus par les 2 points Ge shu (17V) et au-dessous par les deux points Dan shu (19V). Les sihua ne constituent donc pas à notre époque une technique de puncture dite transfixiante. »

Traduction de Darras : « Le maître Cui Zhi Di dit que pour trouver les points hors méridiens les sihua (quatre fleurs), les deux points supérieurs sont Ge shu (17V) et les deux points inférieurs sont Dan shu (19V) ; ces quatre points commandent le sang, ils peuvent donc soigner la maladie lao ji (NdT : sorte de maladie chronique qui ressemble à la tuberculose pulmonaire). Mais les praticiens suivants pensaient que les points hors méridiens sihua xue sont différents, c’est une erreur. »

Jiayi jing :

- VII-5 : « Les trois [types] de malaria causées par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « La puncture de la malaria »
風瘧,發則汗出惡風,刺足三陽經背之血者。脛酸痛,按之不可,名曰肘髓病,以針針骨出其血,立已。身小痛,刺諸陰之井無出血,間日一刺。
« Dans la malaria du vent, lors de l’accès, on transpire et on craint le vent ; on puncture les points shu du dos du troisième méridien yangde pied (足三陽經背俞 zu sanyang jing beishu)1 et on les fait saigner. Lorsque les jambes sont douloureuses et courbaturées au point de ne pas pouvoir y toucher, cela s’appelle la maladie de la moelle du pied (胕髓病 fu sui bing) ; on puncture Jue gu2 avec l’aiguille à tête de flèche (鑱針 chanzhen) en faisant sortir le sang et [le patient] guérira immédiatement. Lorsque le corps est peu douloureux, on puncture, sans les faire saigner, les [points] jing (puits) de tous les [méridiens] yin et ce tous les deux jours. »
1. D’après Leijing, l’expression 三陽 sanyang signifie les trois points shu correspondant aux entrailles des trois yang de pied : Pang guang shu (28V) pour le taiyang, Wei shu (21V) pour le yangming et Dan shu (19V) pour shaoyangWang Bing se contente de dire que 三陽 sanyang signifie le "troisième yang". Le Suwen Jizhu dit : « Beishu, ce sont les points du méridien du taiyang, car le souffle du taiyang régit la superficie. Le pervers ayant blessé le taiyang, le souffle de la superficie est vide et [le malade] craint le vent, c’est pourquoi il convient de disperser le pervers du taiyang ».

Remarque : Husson cite la puncture du Da zhu (11V). NvN et le dacheng indiquent la puncture et la saignée des points shu du dos des trois méridiens yang que NvN interprète comme étant : 27V et 28V pour taiyang, 19V et 22V pour shaoyang, 21V et 25V pour yangming.
2. Jue gu est le nom de l’extrémité inférieure du péroné. Le Leijing dit : « le propre nom de Jue gu est Xuan zhong. C’est le point du méridien shaoyang de pied (39VB) ». Pour Wang Bing cependant, Jue gu correspond au point Yang fu (38VB).


VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW 60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 視背陷者灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge
[…] On observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».

- IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »
胸滿嘔無所出,口苦舌乾,飲食不下,膽主之。
« La sensation de plénitude de la poitrine, les vomissements sine materia, la bouche amère avec langue sèche et la non descente des boissons et des aliments relèvent du [point] Dan shu (19V). »

- IX-5 : « Chagrin (悲 bei), peur, soupirs, bouche amère, tristesse (不樂 bule) et effroi dus au pervers qui se situe dans le coeur et la vésicule biliaire et qui atteint les organes et les entrailles » / SW 47 : « Des maladies irrégulières »
黃帝問曰有口苦取陽陵泉,口苦者病名為何?何以得之?岐伯對曰病名曰膽癉。夫膽者,中精之腑(素問無此句),肝者中之將也,取決於膽,咽為之使。此人者,數謀慮不決,膽(素問下有虛字)氣上溢而口為之苦。治之以膽募
« Huang di demanda : "Lorsque l’on a la bouche amère, on traite le [point] Yang ling quan (34VB)1. Comment appelle t-on la maladie où la bouche est amère et comment la traite t-on ? "
"Qibo répondit : Cette maladie s’appelle fièvre de vésicule biliaire (膽癉 dandan). La vésicule biliaire c’est l’entraille de la quintessence médiane (中精之府 zhongjing zhi fu) [phrase tirée du]. Les cinq organes prennent leur décision de la vésicule biliaire et la gorge (喉 hou) lui sert d’émissaire (使 shi). Une telle personne a de nombreuses préoccupations et soucis, elle ne décide pas, le souffle de la vésicule biliaire déborde vers le haut et rend la bouche amère. On la soigne avec les [point] mu et shu de la vésicule biliaire (24VB et 19V)". »
1. Cette phrase est absente du texte du chapitre 30 du Taisu. Les commentateurs considèrent qu’elle a été ajoutée par erreur par un copiste.
2. Cette phrase est tirée du chapitre 2 du Lingshu.

Traduction de Chamfrault : « Huang di demanda : "comment se contracte et s’appelle la maladie où la bouche est amère et où l’on prend le point Yang ling quan (34VB) de la vésicule biliaire ?"
"Qibo répondit : c’est un échauffement de la vésicule biliaire (膽癉 dandan). Le foie est le général commandant l’intérieur, les décisions sont prises par la vésicule et promulguée par la gorge. Si un sujet médite beaucoup sans se décider, c’est un vide de la vésicule, le qi déborde et la bouche en est toute amère. Cela se traite aux points collecteur (mu) et assentiment (shu) de la vésicule (24VB, 19V)". »


> OBSERVATIONS