Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

20V

Pi shu



Noms secondaires

Pi shu


(d'après Jiayi jing)

Shi yi jiao zhi jian



> LOCALISATION

Chamfrault :

Au-dessous et en dehors de la 11ème vertèbre dorsale, à 2 cun de la ligne médiane postérieure où se trouve le point Ji zhong (6VG). Sur la même horizontale, à 2 cun du point Pi shu (20V) se trouve le point Yi she (49V).

Soulié de Morant :

Dans le dos, environ 2 TDD de chaque côté de la 11ème vertèbre dorsale, entre deux muscles verticaux (ilio-costal et long dorsal), au rebord inférieur de la 11ème côte, dans un creux sur le grand dorsal, 2 TDD sous Dan shu (19V), 2 TDD au-dessus et un peu en dehors de Wei shu (21V), dans l’angle et sous la dernière côte, 2 TDD de chaque côté de Ji zhong (6VG), 2 TDD en dedans de Yi she (49V).

Pékin :

À 1,5 cun de la ligne médiane, sur l’horizontale passant par l’apophyse épineuse de la 11ème vertèbre dorsale.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

À 1,5 cun en dehors de la pointe de l’apophyse épineuse de la 11ème vertèbre dorsale, dans le 11ème espace intercostal.

Duron-Borsarello :

Entre D11 et D12, à 2 cun environ du 6VG.

Dacheng :

1,5 cun en dehors et au-dessous de la 11ème vertèbre dorsale. Pour localiser le point, le sujet doit être assis, tête et dos en rectitude.

Sun Simiao :

Au-dessous de la 11ème dorsale, à 1,5 cun latéralement de la colonne. Il est dit au Juan 8 : « Le point Pi shu n’a pas d’emplacement précis. Celui-ci varie selon les mois et la saison. On applique la moxibustion au point shu du viscère correspondant à la saison qui est alors le point shu de la rate (pishu) ».

Jiayi jing :

III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
在第十一椎下兩膀,各一寸五分。
« Le [point] Pi shu (21V) se situe au-dessous de la 11ème vertèbre [dorsale] à 1,5 pouce de chaque côté. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

Selon Tongren : 0,3 cun pendant 7 expirations. Selon Suwen shu : « La puncture ne doit pas atteindre la rate, sinon la mort surviendra en 10 jours avec signe fatal : sialophagie (déglutition incessante). »

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun ; ou sous-cutanée, 1 à 2 cun. Ne pas piquer trop profondément.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers le bas, 0,5 à 1 cun.

Lingshu :

- LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur »
身有五部:伏兔一;腓二,腓者也;背三,五臟之輸四;項五。此五部有癰疽者死。
« Le corps (身 shen) a cinq parties : la première est la partie proéminente à la face antérieure de la cuisse (伏兔 futu), la deuxième le mollet (腓 fei ou 腨 chuai1), la troisième le dos, la quatrième les [points] shu [du dos] des cinq organes2, la cinquième la nuque. Si ces cinq parties ont des abcès ou des abcès térébrants (癰疽 yongju)3, c’est mortel. »
1. Le texte en donne les deux noms.
2. Ces points sont étroitement liés à chacun des cinq organes : feish
u, xinshu, ganshu, pishu et shenshu. Ils portent les noms des organes concernés.
3. Le terme 癰疽
yongju comprend différents types d’abcès, tels que : tuju (abcès sur la face antérieure de la cuisse), feichuaifa (éruption sur le mollet), fabei (éruption sur le dos), pifaju (abcès de la rate), shenshufa (éruption au [point] shu du rein) et tianzhuju (abcès au point Tian zhu-10V) …

- LS 51 : « Les points shu des organes »

黃帝問於岐伯曰:願聞五臟之腧,出於背者。
岐 伯曰:背中大腧,在杼骨之端,肺腧在三焦之間,心腧在五焦之間,膈腧在七焦之間,肝腧在九焦之間,脾腧在十一焦之間,腎腧在十四焦之間。皆挾脊相去三寸 所,則欲得而驗之,按其處,應在中而痛解,乃其輸也。灸之則可刺之則不可。氣盛則瀉之,虛則補之。以火補者,毋吹其火,須自滅也;以火瀉之,疾吹其火,傳 其艾,須其火滅也。
« [Huangdi] demanda à Qibo: J'aimerais entendre parler des points shu des cinq organes qui sortent dans le dos1.
[Qibo] répondit : Le grand point (da shu) du thorax se situe des [deux] côtés de l’apophyse de la première vertèbre (zhugu), le [point] shu du poumon se situe des [deux] côtés de la troisième vertèbre, le [point] shu du cœur se situe des [deux] côtés de la cinquième vertèbre, le [point] shu du diaphragme se situe des [deux] côtés de la septième vertèbre, le [point] shu du foie se situe des [deux] côtés de la neuvième vertèbre, le [point] shu de la rate se situe des [deux] côtés de la onzième vertèbre, le [point] shu du rein se situe des [deux] côtés de la quatorzième vertèbre ; tous [ces points] se situent à une distance de trois pouces de chaque côté du rachis2, il faut examiner pour les localiser. Si, en appuyant dessus, il y a une douleur qui répond à l’intérieur, c’est le [point] shu3. On peut y faire des moxas, mais on ne peut pas puncturer4. Si le souffle est surabondant (sheng), on disperse ; s’il est vide (xu), on tonifie. Quand on tonifie par la moxibustion, on ne souffle pas sur le feu, mais il faut [le laisser] s’éteindre lui-même. Quand on disperse par la moxibustion, on souffle rapidement sur le feu, on tapote le moxa et il faut laisser le feu s’éteindre5. »
1. Le Leijing dit : « les cinq organes demeurent dans l’abdomen, le souffle de leurs méridiens sort au taiyang de pied dans le dos et ce sont les points shu des cinq organes ».
2. En fait, c’est à la distance de 1,5 pouce de chaque côté.
3. Cette phrase peut-être comprise différemment : « si l’on appuie sur ce point, la douleur [déjà existante] disparaît ».
4. Le Taisu dit : « on peut y faire des moxas et puncturer ». L’éditeur actuel a fait corriger ce texte d’après le Taisu.
5. Le Taisu dit : « on parle [ici] de tonification et de dispersion par la moxibustion. « En brûlant le feu » à cet endroit, on fait se rassembler le souffle véritable (zhengqi), c'est pourquoi on dit tonifier. Souffler fait pénétrer la chaleur afin qu’elle attaque la maladie, c'est pourquoi on dit disperser ».

Jiayi jing :

III-8 : « Les quarante-deux points du dos qui vont de la 1ère vertèbre jusqu’à la dernière et qui sont situés à 1,5 pouce de chaque côté de l’épine dorsale »
五藏之腧,出於背者。按其處應在中而痛節,乃其腧也。灸之則何,刺之則不何。盛則瀉之,虛則補之。以火補之者,無吹其火 自減也。以火瀉之者,疾吹其火,拊其艾, 其火減頁 [] 刺入三分,七呼,灸三壯。
« Tous les points shu des cinq organes sortent dans le dos1. Si en appuyant dessus il y a une douleur qui se diffuse, c’est le point shu2. On peut y faire des moxas et puncturer3. Si le souffle est surabondant (盛 sheng) on disperse, s’il est vide (虛xu) on tonifie. Quand on tonifie par la moxibustion on ne souffle pas sur le feu mais on le laisse s’éteindre lui-même. Quand on disperse par la moxibustion on souffle rapidement sur le feu, on tapote le moxa et on laisse le feu s’éteindre4 […] On puncture le [point] Pi shu (20V) à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant 7 expirations. On y fait 3 cônes de moxa. »
1. Le Leijing dit : « les cinq organes demeurent dans l’abdomen, le souffle de leurs méridiens sort au taiyang de pied dans le dos et ce sont les points shu des cinq organes ».
2. Cette phrase peut être comprise différemment : « si l’on appuie sur ce point la douleur [déjà existante] disparaît ».
3. Le texte ancien dit : « On peut y faire des moxas, mais on ne peut pas puncturer ». L’éditeur actuel a fait corriger le texte d’après le Taisu.
4. Le Taisu dit : « On parle [ici] de tonification et de dispersion par la moxibustion. En "brûlant le feu" à cet endroit on fait se rassembler le souffle véritable (真氣zhenqi), c’est pourquoi on dit tonifier. Souffler fait pénétrer la chaleur afin qu’elle attaque la maladie, c’est pourquoi on dit disperser ».

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數,次灸撅骨以年為壯數,視背陷者灸之,舉臂肩上陷者灸之,兩季脅之間灸之,外踝上骨之端灸之,足小指、次指之間灸之, 上陷脈灸之,外踝後灸之,缺盆骨上切之堅動如筋者灸之,膺中陷骨間灸之,掌束骨下灸之,臍下關元三寸灸之,毛際動脈灸之,臍下二寸分間灸之,足陽明跗上動脈灸之,上一灸之,取犬所嚙處灸之,即以犬傷病法三炷灸之,凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et les autres commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à deux distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [au point du] yangming de pied situé sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion3. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise.
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F).
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V).


> FONCTIONS

Chamfrault :

Assentiment de l’estomac.
Point de dispersion de l’énergie des cinq organes.
PROBLEME DES POINTS DISPERSANT L’ENERGIE DES CINQ ORGANES
Cette fonction est citée par Chamfrault et Duron qui, tous deux, se réfèrent à la traduction du Suwen par Chamfrault : « Pour disperser le yang aux organes : Fei shu (13V), Xin shu (15V), Gan shu (18V), Pi shu (20V), Shen shu (23V) ». Ces données, comme bien d’autres d’ailleurs, ne se retrouvent pas dans les autres traductions … ce qui n’est pas forcément un argument pour condamner celle de Chamfrault qui a traduit des sources vietnamiennes alors que Husson traduit l’édition moderne du Suwen (Shanghai 1955) ; il en va probablement de même pour la récente traduction de NvN dont le texte ne diffère que très peu de celui de Husson.

Notons aussi que NvN (RFMTC n°110), se référant au Suwen 61 cite le Xin shu (15V) comme point dispersant la chaleur perverse au niveau du thorax avec 11V, 1P et 12E, alors que dans sa traduction du Suwen 61 (RFMTC n°115), il n’est plus question de ce point mais du 12V !
A propos des points de eaux et des chaleurs, le Suwen 61 ne cite que 5 beishu : 25V, 27V, 28V, 29V et 30V, donc aucun beishu d’organe.

Soulié de Morant :

Assentiment de rate et pancréas (troubles par excitation externe avec fièvre ou surexcitation).
Tout trouble par excès de rate ou pancréas ou estomac.
Agit sur vessie, rate et pancréas, estomac, yeux, lombes ; disperse coeur et poumon.

Pékin :

Quand un viscère est troublé, une réaction morbide (douleur à la pression ou hyperesthésie) apparaît souvent au beishu correspondant. Ce point peut donc être utilisé pour traiter les affections de ce viscère. Il est également indiqué dans les états morbides de l’organe des sens avec lequel ce viscère est en relation.

Shanghai :

Traite l’énergie de la rate. Chasse l’humidité.

Duron-Borsarello :

Assentiment de l’estomac. Point de dispersion de l’énergie des cinq organes.
Harmonise estomac et rate. Harmonise la circulation de l’énergie centrale. Tonifie la terre.
Arrête les évacuations anormales. Facilite l’évacuation d’une nourriture en excès.
Diffuse l’humidité. Concentration du yin de l’oedème.

Nguyen van Nghi :

Point « shu du dos » de la rate.
Point qui rétablit les fonctions de la rate et élimine l’humidité.

Auteroche :

Renforce la rate pour évacuer l’humidité.
Harmonise l’estomac pour faire descendre le contresens.
Métamère D10.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Tonifie la Rate, élimine l’humidité, harmonise l’Estomac. Abaisse les reflux.
Selon le Tai yi shen zhen :
Tonifie la Rate et harmonise l’Estomac.
Élimine les ballonnements et favorise l’élimination de l’humidité. Facilite la digestion. Tonifie le qi et renforce la constitution.

Lingshu :

LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur »
身有五部:伏兔一;腓二,腓者也;背三,五臟之輸四;項五。此五部有癰疽者死。
« Le corps (身 shen) a cinq parties : la première est la partie proéminente à la face antérieure de la cuisse (伏兔 futu), la deuxième le mollet (腓 fei ou 腨 chuai1), la troisième le dos, la quatrième les [points] shu [du dos] des cinq organes2, la cinquième la nuque. Si ces cinq parties ont des abcès ou des abcès térébrants (癰疽 yongju)3, c’est mortel. »
1. Le texte en donne les deux noms.
2. Ces points sont étroitement liés à chacun des cinq organes : feishu, xinshu, ganshu, pishu et shenshu. Ils portent les noms des organes concernés.
3. Le terme 癰疽 yongju comprend différents types d’abcès, tels que : tuju (abcès sur la face antérieure de la cuisse), feichuaifa (éruption sur le mollet), fabei (éruption sur le dos), pifaju (abcès de la rate), shenshufa ((éruption au [point] shu du rein) et tianzhuju (abcès au point Tian zhu-10V) …

LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
請言氣街 [] 故氣在頭者,止之於腦;氣在胸者,止之膺與背腧;氣在腹者,止之背腧,與沖脈於臍左右之動脈者;氣在脛者,止之於氣街,與承山踝上以下。取此者,用毫針,必先按而在久應於手,乃刺而予之。所治者,頭痛眩,腹痛中滿暴脹,及有新。痛可移者,易已也;積不痛,難已也。
À propos du « carrefour des souffles (氣街 qìjiē)1 […] Quand le souffle est à la tête, il loge (止 zhi)2 au cerveau3 ; quand le souffle est dans le thorax (胸 xiong) il loge des deux côtés de la poitrine (應 ying) et aux [points] shu du dos4 ; quand le souffle est dans le ventre, il loge aux [points] shu du dos ainsi que dans le chōngmài et dans les artères à gauche et à droite du nombril5 ; quand le souffle est dans les jambes, il loge au [point] Qì jiē (30E), au [point] Chéng shān (57V) ainsi qu’au-dessus de la cheville6. Si l’on choisit [de traiter] cela, il faut employer des aiguilles fines (毫針 haozhen) ; on doit d’abord presser, attendre longtemps [le souffle] et seulement quand il répond sous la main on puncture afin de traiter7. On traite [ainsi] les céphalées, les étourdissements et les syncopes, les douleurs au ventre, les plénitudes abdominales, les ballonnements soudains ainsi que les amas récents. Ceux qui font mal et qui bougent sont faciles à guérir. Les amas qui ne sont pas douloureux sont difficiles à guérir. »
1. Qìjiē désigne les points de liaison des méridiens et des luò qui se situent à la tête, à la poitrine, au ventre et aux jambes. Qìjiē désigne aussi la région de l’artère fémorale et est un autre nom du point Qì chōng (30E).
2. Il y a différentes interprétations de cette phrase. Certains l’interprètent comme : « pour traiter on choisit… », d’autres comme : « le souffle se rassemble à… ».
3. Le commentaire du 
Taisu dit : « Le cerveau, c’est le carrefour des souffles de la tête, c’est pourquoi quand le souffle est la tête, il s’arrête à Bai hui (20VG) ». Le Leijing dit : « Toutes les moelles dépendent du cerveau, et celui qui agit en tant que rassemblement le plus élevé des souffles, c’est le carrefour des souffles de la tête ».
4. Le 
Leijing commente : « Les deux côtés de la poitrine s’appellent ying ; quand le souffle est dans la partie antérieure de la poitrine, il demeure dans les deux côtés de la poitrine (應 ying) : il s’agit d’une partie des méridiens yángmíng et shàoyīn. Quand il est dans la partie postérieure de la poitrine, il est aux [points] shu du dos. Il s’agit des points shu des organes du méridien taiyang de pied au-dessus de la 11ème vertèbre [dorsale] et du diaphragme ; ils sont tous le carrefour des souffles de la poitrine ».
5. Le 
Leijing dit : « Ce que l’on appelle les [points] shu du dos, ce sont pour le ventre tous les [points] d’organe du méridien taiyang au-dessous de la 11ème vertèbre [dorsale] et du diaphragme. Quant à ce qui circule dans la partie antérieure, ce sont les méridiens chongmai et shàoyīn, qui circulent ensemble au ventre, et l’artère des deux côtés du nombril ; c’est à dire aux [points] Huang shu (16Rn), Tian shu (25E), etc. Ils sont au carrefour des souffles du ventre ».
6. Le 
Leijing commente : « Ce que l’on appelle qìjiē, c’est un [point] du méridien yangming de pied, c’est à dire le point Qì jiē (30E). Cheng shan (57V), c’est un point du méridien taiyang de pied, il se situe au-dessus et au-dessous de la cheville ; ils sont tous également le carrefour des souffles du pied ».
7. Le 
Taisu dit : « Les méthodes de puncture du carrefour des souffles consistent toutes à appuyer longtemps pour savoir si les souffles "répondent à la main" soit par le [déclenchement] d’une douleur sous la main soit par le battement d’un vaisseau sous la main. Ensuite, il faut procéder à une tonification ou à une dispersion des souffles ».

- LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
足太陰之本,在中封前上四寸之中,標在背腧與舌本也。
« Le tronc d’enracinement du taiyin de pied se situe à quatre pouces au-dessus et en avant de Zhong feng (4F)1 et sa cime se situe aux points shu du dos2 et à la base de la langue. »
1. Il s’agit du point San yin jiao (6Rt).
2. Il s’agit du point Pi shu (20V).

Note personnelle : ordre de citation des troncs et des cimes
Lingshu : V – VB – Rn – F – E – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC
Jiayi jing : V – Rn – VB – E – F – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC

Jean Marc Kespi :

Point shu de la rate qui, chargé du ravitaillement, transforme, transporte et distribue. On sait de plus le rôle de la rate dans le métabolisme des liquides : "Oedème, ascite, hypersécrétion de glaires" (liquides), "toute maladie due à une mauvaise digestion", "troubles de l’appétit, …" (par non transformation), "ballonnement et plénitude du ventre" (par non distribution), troubles hépatiques ou pulmonaires d’origine rate ; "diarrhée de bile, ictère", "dyspnée".
Ce point transporte pour l’offrir l’énergie de la rate. Il faut le disperser si elle est en plénitude et le traiter par des moxas si elle stagne.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Maladie soit yin soit yang avec fièvre ou frissons. Paludisme dû aux glaires.

Soulié de Morant :

Essoufflement, douleur aux côtés, corps lourd.

Pékin :

Malaria.

Nguyen van Nghi/Roustan :

Asthénie.

Dacheng :

Maladie du Froid/Chaleur avec afflux glaireux. Fièvre et frilosité en alternance.
Aime s’étirer. Bâillements.

Sun Simiao :

Bâillements fréquents. Nonchalance. Pesanteur du corps.

Psychisme

Dacheng :

Aime s’étirer. Bâillements.

Sun Simiao :

Bâillements fréquents. Nonchalance. Pesanteur du corps.

Neurologie

Pékin :

Paralysie des muscles abdominaux.

Sun Simiao :

Convulsions dues à la chaleur avec douleurs osseuses.

Ophtalmologie

Soulié de Morant :

Enfant qui ne voit pas au crépuscule (héméralopie).

Dermatologie

Chamfrault :

Enflure du corps par excès d’énergie sans oedème avec douleur de la colonne vertébrale.

Soulié de Morant :

Mange beaucoup, mauvaise odeur du corps.

Nguyen van Nghi/Roustan :

Urticaire.

Dacheng :

Sensation d'enflure sous axillaire.

Pneumologie

Chamfrault :

Dyspnée.

Soulié de Morant :

Essoufflement, douleur aux côtés, corps lourd.

Dacheng :

Entassement énergétique entraînant des douleurs thoraciques.

Sun Simiao :

Hémoptysie.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Plénitude et douleur à la poitrine.

Soulié de Morant :

Coeur : angine de poitrine, essoufflement, contractions et douleur aux côtés, corps lourd.

Dacheng :

Douleur de la poitrine irradiant dans le dos.

Digestif

Chamfrault :

Ballonnement douloureux avec plénitude et douleur de la poitrine et du dos.
Mauvaise digestion, gros appétit. Mange beaucoup mais reste maigre.
Plénitude des flancs. Ictère. Perte de l’appétit.
Spasmes de l’estomac. Hémorragie de l’estomac. Rétrécissement de l’oesophage.
Diarrhée. Selles abondantes. Dysenterie.

Soulié de Morant :

Tout trouble de l'estomac par excès d’énergie et inflammation. Hématémèse. Crampes. Mange beaucoup mais reste maigre. Mauvaise odeur du corps.
Oesophage contracté. Vomit.
Intestins : ballonnement douloureux avec douleur de la poitrine et du dos. Diarrhée grave avec fièvre ; glaires, vomissements, maigreur. Diarrhée de bile.

Pékin :

Gastralgie. Maladie ulcéreuse. Dyspepsie.
Diarrhée chronique. Hépatite.

Roustan :

Gastrite. Ulcère gastrique. Ptose gastrique.
Vomissements neurologiques. Dyspepsie. Hoquet.
Hépatite. Entérite. Diarrhée.

Duron-Borsarello :

Toutes les maladies dues à une mauvaise digestion. Mange beaucoup mais reste maigre.
Ascite et ictère.

Nguyen van Nghi :

Gastrite, ulcère, ptose gastrique.
Hépatite, ictère. Diarrhée, dysenterie.
Nausées et vomissements. Dyspepsie. Anorexie. Vide de rate et dyspepsie.

Dacheng :

Ballonnement abdominal avec douleurs irradiant vers le thorax et les lombes.
Mange beaucoup mais reste maigre. Anorexie. Diarrhée. Ictère.

Sun Simiao :

Dénutrition. Mange mais reste maigre. Mange beaucoup mais reste maigre et s’affaiblit.
Dysenterie ou diarrhée avec inappétence. Inappétence. Indigestion. Nausées. Vomissements de sang.
Engorgement des hypochondres. Gonflement du souffle dans l’abdomen provoquant des douleurs de l’épine dorsale. Ictère.

Uro-néphrologie

Soulié de Morant :

Reins contractés, ne fonctionnent pas, chaud et froid, douleur lombaire, oedème, raideur et crispation des vertèbres lombaires.

Gynécologie

Roustan :

Ptose utérine.

Hématologie

Pékin/Nguyen van Nghi :

Maladies hémorragiques

Roustan :

Anémie. Maladies hémorragiques chroniques.

Endocrinologie

Chamfrault/Duron-Borsarello/Dacheng :

Mange beaucoup mais reste maigre.

Soulié de Morant :

Peut manger mais maigrit. Diabète.

Sun Simiao :

Dénutrition. Mange beaucoup mais reste maigre et s’affaiblit.

Métabolisme

Soulié de Morant :

Oedème par atteinte des reins.

Pékin/Nguyen van Nghi/Dacheng/Roustan :

Oedème.

Duron-Borsarello :

Ascite.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur de la colonne vertébrale avec enflure du corps par excès d’énergie sans oedème.

Soulié de Morant :

Raideur et crispation des vertèbres lombaires (par atteinte des reins). Crampes.
Douleurs osseuses, tordu de douleur.

Duron-Borsarello :

Crampes intercostales.

Dacheng :

Stagnation énergétique avec rachialgie. Douleur de la poitrine et du dos.

Sun Simiao :

Convulsions dues à la chaleur avec douleurs osseuses.
Douleur costale aigue.
Raideur et tension de la colonne vertébrale et lombaire.

Pédiatrie

Soulié de Morant :

Enfant qui ne voit pas au crépuscule (héméralopie).


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

- VII-4 : « Maladies convulsives provoquées par l’attaque du vent et du froid et de l’humidité du taiyang 
,脾及腎主之。
« Les maladies convulsives fébriles relèvent des [points] Pi shu (20V) et Shen shu (23V). »

- VII-5 : « Les trois [types] de malaria causées par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « La puncture de la malaria »
瘧脈滿大急,刺背,用中針傍五胠各一,適肥瘦出血。
« Lorsque dans la malaria le pouls est rempli (滿 man), grand (大 da) et impétueux (急 ji), on puncture les points shu du dos (背俞 beishu)1 et sur les côtés les cinq points latéraux2 en utilisant l’aiguille moyenne et en puncturant une fois chaque point. On fait saigner en fonction de la corpulence [du malade]. »
1. Il s’agit des points shu du dos, à savoir : Fei shu (13V), Xin shu (15V), Gan shu (18V), Pi shu (20V) et Shen shu (23V).
2. Littéralement cinq points sous-axillaires (五胠俞 wuqushu). Les interprétations concernant ce terme divergent. La présente édition suit le Leijing et le Suwen jizhu qui donnent les points : Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi she (49V) et Zhi shi (52V). Wu kun pense qu’il s’agit des points : Po hu (42V), Shen tang (44V), Yi xi (45V), Ge guan (46V) et Hun men (47V).


VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW 60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 視背陷者灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge
[…] On observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».

- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
咳而嘔,鬲寒,食不下,寒熱,皮肉膚痛,少氣不得臥,胸滿支兩脅,鬲上兢兢,脅痛腹,胸脘暴痛,上氣,肩背寒痛,汗不出,喉痺,腹中痛,積聚,默然嗜臥,怠惰不欲動,身常濕濕,心痛無可搖者,脾主之。
« La toux avec vomissements, le froid au diaphragme (鬲寒 gehan), la non descente des aliments, les frissons et la fièvre, la peau, la chair et les os douloureux, le manque de souffle avec impossibilité de rester couché, [la sensation de] plénitude de la poitrine et obstruction des côtés, la gêne (競競 jingjing) au-dessus du diaphragme, la douleur costale et les ballonnements abdominaux, les violentes douleurs à la poitrine et à l’épigastre (脘 wan), la remontée du souffle (上氣 shangqi), le froid et la douleur des épaules et du dos, l’absence de transpiration, le bi à la gorge, les douleurs dans l’abdomen, les amas (積聚 jiju), l’état silencieux, somnolent et indolent sans désir de bouger, le corps constamment humide et les douleurs au coeur relèvent du [point] Ge shu (17V). »
Remarque : Le texte original parle de 脾兪 píshú (20V) au lieu de 膈兪 géshú (17V) (NdA)

- VIII-3 : « Le gonflement des cinq organes et des six entrailles »
脾脹者,脾主之,亦取太白
« Le gonflement de la rate relève du [point] Pi shu (20V) et on traite également le [point] Tai bai (3Rt). »

- IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »
腹中氣脹引脊痛,食飲而身羸瘦,名曰食。先取脾,後取脅。
« L’aérophagie avec irradiation douloureuse à la colonne vertébrale et un amaigrissement corporel malgré une alimentation débordante s’appelle maigreur avec polyphagie (食㑊 shiyi). On traite d’abord le [point] Pi shu (20V), puis le [point] Ji xie (13F)1. »
1. Autre nom du point Zhang men (13F).

- IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »
大腸轉氣,按之如覆杯,熱引胃痛,脾氣寒,四肢,不嗜食,脾主之。
« La circulation des gaz (氣 qi) dans le gros intestin qui ressemble à une tasse renversée quand on appuie dessus, la chaleur [intestinale] qui entraîne des douleurs à l’estomac, le froid du souffle de la rate, les contractions des quatre membres, l’anxiété et le manque d’appétit relèvent du [point] Pi shu (20V). »

- XI-6 : « [Syndrome] émaciation-soif (消渴 xiaoke) et ictère causés par le débordement des cinq souffles »
黃癉善欠,脅下滿欲吐(千金云身重不能動),脾主之。
« L’ictère avec tendance aux bâillements, plénitude à l’hypochondre et nausées relève du [point] Pi shu (20V). » [Le Qianjin dit : "Corps lourd et impossibilité de bouger".]


> OBSERVATIONS