Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

40V

Wei zhong



Noms secondaires

Xue xi


Xi zhong


Zhong xi


Tui ao 退


Xi zhong


(d'après Jiayi jing)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Au milieu du pli du genou, au milieu du creux poplité au-dessus de l’artère poplitée, au niveau de l’articulation du genou. Pour puncturer, la jambe doit être bien tendue, le corps légèrement incliné en avant.

Soulié de Morant :

Face postérieure du genou (creux poplité), au 1/3 externe du pli de flexion, 1 TDD en dedans du tendon en corde du biceps crural, à l’angle du rebord inférieur du pli de flexion et du rebord interne du jumeau externe, dans un creux, 1 TDD en dedans de Wei yang (39V), 2 TDD au-dessus de He yang (55V).

Pékin :

Au milieu du pli de flexion du creux poplité.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

Au milieu du creux poplité.

Duron-Borsarello :

Malade couché sur le ventre, au milieu de la distance entre les deux tendons du creux poplité, le point est sur la partie la plus saillante du muscle [la photo indique la partie la plus saillante de la loge poplitée et non du muscle], sur l’artère.

Dacheng :

Sur l’artère, au milieu du creux poplité. Pour localiser le point, le sujet doit être en décubitus ventral, les jambes bien tendues ou en décubitus dorsal, les genoux légèrement pliés.

Sun Simiao :

Sur l’artère, au milieu du creux poplité.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
委中,膕中央 [] 委而取之。
« [Le point] Wei zhong (40V) [se situe] en plein milieu (中央 zhongyang) du creux poplité […] [il faut] le traiter [en position] couchée sur le ventre. »

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
委中者在膕中央約文中動脈(素問骨空論注云謂膝解之後,曲之中,背面取之。刺腰痛論注云在膝後屈處)。
« Le [point] Wei zhong (40V) se situe en plein milieu du creux poplité, [là où il y a] une artère. » [Le commentaire de la "Discussion sur les creux osseux" du Suwen (chapitre 60) dit : le creux poplité signifie en arrière, au milieu de l’articulation du genou, on le prend en pliant le genou en arrière. Le commentaire de la "Discussion sur la puncture et dans les lombalgies" du Suwen (chapitre 41) dit : il se situe dans le pli en arrière du genou.]


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,5 cun, 7 respirations pour Suwen.
0,8 cun, 3 respirations, moxas interdits pour Tongren.
Pour Bian sho, en plus de la puncture à ce point, il faut faire saigner tous les capillaires bleuâtres situés au creux poplité, surtout dans la douleur de la région rénale ou dorsale.
Pour Suwen, si l’on touche l’artère, le malade tombe en syncope.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,8 à 1,5 cun ; ou piquer une veine superficielle près du point avec une aiguille triangulaire pour la saignée.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun. Saigner pour traiter l'entorse lombaire.

Duron-Borsarello :

Faire saigner les capillaires autour du point ; faire saigner avec aiguilles triangulaires et ventouses pour attirer le sang, dans la sciatique rebelle à tout traitement. Pas de moxa.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 1,5 à 2 cun.

Dacheng :

Selon Suwen shu, 0,5 cun pendant 7 expirations.
Selon Tongren, 0,7 cun pendant 3 expirations, disperser à la 7ème inspiration [?] (on lit dans Darras : 0,8 cun, laisser pendant 3 respirations, disperser pendant 7 respirations).
Selon Jai yi : 0,8 cun (0,5 
cun chez Darras), moxas interdits.
Selon Suwen : si l’on ce point en touchant la grande artère, cela pourra provoquer l’évanouissement et la perte de couleur du visage.

Suwen :

SW 52 « Des interdits de l’acupuncture »
« La piqûre de la fissure qui atteint le gros vaisseau cause une chute avec décoloration du visage. »

Lingshu :

- LS 2 : « Les points shu des quatre membres » / Jiayi jing III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
委中 [] 委而取之。
« [Le point] Wei zhong (40V) [...] se traite [en position] couchée sur le ventre. »

- LS 4 : « Souffle pervers, organes et des entrailles et symptômes objectifs des maladies » / Jiayi jing IV-2 (2) : « Les symptômes des maladies et le diagnostic par les pouls »
En parlant des points he :
黃帝曰:取之奈何?岐伯答曰:取之三里者,低跗取之;巨虛者,舉足取之;委陽者,屈伸而索 之;委中者,屈而取之;陽陵泉者,正豎膝予之齊下,至委陽之陽取之;取諸外經者,揄申而從之。
« Huang di demanda : Comment les traite t-on ?
Qi bo répondit : Pour traiter le [point] San li (36E), il faut faire baisser le dessus du pied ; pour traiter les [points] Ju xu (37E et 39E), il faut faire lever le pied ; pour traiter le [point] Wei yang (39V), il faut faire plier et étendre (屈伸 qushen)1 [la jambe] ; pour traiter le [point] Wei zhong (40V), il faut faire plier le genou ; pour traiter le [point] Yang ling quan (34VB), il faut faire redresser les genoux l’un à côté de l’autre en position debout et, en descendant jusqu’au [point] Wei yang (39V), on prend le côté externe [de la jambe]2,3. Pour traiter les points des méridiens (經 jing) à l’extérieur, il faut d’abord faire plier puis étendre [les membres]. »
1. Le Jiayi jing écrit : « Il faut faire plier à moitié la jambe » mais précise que 屈伸 qushen peut aussi se traduire par plier puis étendre.
2. Le texte en langue moderne traduit ce passage ainsi : « pour localiser le [point] Yang ling quan (34VB), il faut faire redresser le corps en position accroupie afin que les genoux soient au même niveau et [le point] est sur la face externe [de la jambe] sous le point Wei yang (39V) ».
3. Le 
Jiayi jing écrit : « … et, en descendant jusqu’au [point] Wei yang (39V), on trouve le point Yang ling quan (34VB) sur la face externe [de la jambe]


- LS 4 : « Souffle pervers, organes et des entrailles et symptômes objectifs des maladies » / Jiayi jing II-6 : « Les tendons des méridiens »
« Le tendon du taiyang de pied commence au petit orteil […] se noue au creux poplité1. »
1. Le Leijing dit : « "Se noue au creux poplité" signifie [se noue au point] Wei zhong (40V). »

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
刺入五分,留七呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,5 pouce de profondeur pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point he (合) du zu taiyang.
Point régissant les régions rénale et dorsale, comme Lie que (7P) régit la tête et le cou, He gu (4GI) la figure et la bouche, Zu san li (36E) le ventre.

Soulié de Morant :

Répond dans Hou xi (3IG), grand tonique du sang. Répond dans Zhong kui (5GI).
Agit sur rein, organes sexuels, dumai, foie, nuque, sacrum, dos, cuir chevelu ; disperse gros intestin et vessie.

Shanghai :

Point he (合) du zu taiyang.
Point xi du sang.
Élimine la chaleur. Traite les lombes et le genou.

Duron-Borsarello :

Évacue la chaleur accumulée dans le sang.
Point xi du sang (disperser).

Nguyen van Nghi :

Point he (合) du zu taiyang correspondant au mouvement « terre/rate ».
Point de départ des méridiens distincts de zu taiyang et zu shaoyin.
Point spécifique de la région lombaire.
Fait partie du groupe des points de dispersion de la chaleur au niveau des membres (Suwen 32). « Pour disperser le yang aux membres : Yun men (2P), Jian yu (15GI), Heng gu (11Rn), Wei zhong (40V) ».

Auteroche :

Rend vigoureux lombes et genoux. Détend les tendons.
Arrête vomissements et diarrhée.
Disperse le poison du sang.
Métamère S2.

Dacheng :

Point de pénétration en profondeur du zu taiyang appelé point « he/terre ».
Un des douze points à action céleste de Ma Da Yang. Les 360 points sont sous la commande de ces 12 points […] Wei zhong (40V), situé au milieu du pli du genou, a la propriété de traiter : les lombalgies gênant la station debout, les rachialgies, les bi à prédominance « vent » et à déclenchement subit et les limitations de mouvements du genou.
Énoncé 62 : Un des quatre points à action générale, avec Zu san li (36E), Lie que (7P) et He gu (4GI), indiqué dans les maladies de la région dorso-lombaire.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Fortifie les lombes et les genoux. Relâche les tendons. Neutralise les toxiques.
Vivifie les luo. Purifie la chaleur.
Tonifie la rate, harmonise l’estomac.
Selon Tai yi shen zhen :
Chasse le vent et dissipe l’humidité.
Disperse la chaleur et calme les spasmes.
Détend les tendons et active le sang.

Lingshu :

- LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
入於委中 [] 為合。
« [Le souffle de la vessie] entre [au point] Wei zhong (40V) […] c’est le [point] he. »

LS 4 : « Souffle pervers, organe, entrailles et symptômes objectifs des maladies » / Jiayi jing IV-2 (2) : « Les symptômes des maladies et le diagnostic par les pouls »
黃帝曰:治內府奈何?岐伯曰:取之於合。黃帝曰:合各有名乎?岐伯答曰:胃合於三里,大腸合入於巨虛上廉,小腸合入於巨虛下廉,三焦合入於委陽,膀胱合入於委中央,膽合入於陽陵泉。
« Huang di demanda : Comment soigne t-on l’entraille à l’intérieur ?
Qi bo répondit : On traite le [point] he.
Huang di demanda : Est-ce que chaque [point] he a un nom ?
Qi bo répondit : Pour l’estomac le [point] he entre au [point] San li (36E) ; pour le gros intestin, le [point] he entre au [point] Ju xu shang lian (37E) ; pour l’intestin grêle, le [point] he entre au [point] Ju xu xia lian (39E) ; pour le triple réchauffeur, le [point] he entre au [point] Wei yang (39V) ; pour la vessie le [point] he entre au [point] Wei zhong (40V) ; pour la vésicule biliaire le [point] he entre au [point] Yang ling quan (34VB)1. »
1. Un commentaire dit : « Le [point] he du gros intestin est Qu chi (11GI), le [point] he de l’intestin grêle est Xiao hai (8IG), le [point] he du triple réchauffeur est Tian jing (10TR) ; maintenant ceux-là sont différents car c’est une méthode spéciale ancienne. Autre remarque : précisons que Ju xu shang lian et Ju xu xia lian sont respectivement les [points] he sur le yangming de pied du gros intestin et de l’intestin grêle. À la différence de San li (36E) qui est le [point] he de l’estomac, Wei zhong qui est le [point] he de la vessie et Yang ling quan qui est le [point] he de la vésicule biliaire, ceux-là ne correspondent pas au lieu de rentrée du méridien qui fait le [point] he. On dit que le [point] Wei yang est le [point] he du triple réchauffeur car il est le [point] inférieur du triple réchauffeur ; ici on ne voit pas non plus d’explication à ce [point] he. »
Commentaire de la traduction de NvN : Zhang shi explique : « Parce que le sang circulant dans les méridiens provient des 6 entrailles, les points San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) sont les points he du shou yangming et du zu yangming ; de ce fait, la puncture du San li (36E) s’effectue la jambe baissée car ce méridien se trouve à la partie basse du corps ; la puncture des Ju xu (37E et 39E) s’effectue le pied relevé pour relâcher les muscles de cette zone. Le Wei yang (39V) appartenant au zu taiyang est le point he ; la puncture de ce point s’effectue avec des mouvements de flexion et d’extension pour activer la circulation de l’énergie du sanjiao dans cette partie du corps. La vessie régit l’eau, c’est pourquoi la puncture du Wei zhong (40V) s’effectue le genou plié. Le shaoyang appartient au Bois, c’est pourquoi pour puncturer le Yang ling quan (34VB) il faut demander de plier les deux genoux à la même hauteur pour que l’énergie Bois soit bien équilibrée (distendue) ».

- LS 6 : « Durée de vie, dur et mou » / Jiayi jing VI-6 : « Importante discussion sur l’examen de la forme corporelle à l’extérieur et à l’intérieur, des jeunes et des vieux, des gras et des maigres et sur la clarté d’esprit le matin et l’aggravation le soir chez les malades »
病在陽之陽者,刺陽之合。
« Lorsque la maladie est dans le yang de yang, on puncture les [points] he des yang1. »
1. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ceci veut dire que lorsque les six entrailles sont malades et que [la maladie] se situe à l’extérieur dans la peau, on doit puncturer les [points] he des méridiens yang ».

Jiayi jing :

- III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
委中者,土也 [] 足太陽脈氣之所入也,為合。
« Le [point] Wei zhong (40V) c’est la terre […] Là entre le méridien taiyang de pied, c’est le [point] he. »

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l'affection des six méridiens » / SW 61 : « Discussion sur les points soignant l'oedème et les maladies de la chaleur »
雲門、骨、委中、髓空,此八者,以瀉四肢之熱也。
« Les points Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)1 servent tous les huit à disperser la chaleur des membres ».
1. Les interprétations sur la localisation du point Sui kong divergent. Les plus plausibles sont celles de Wu Kun et du Suwen jishu qui affirment qu'il s'agit du point Heng gu (11Rn). Signalons que Sui kong est aussi le nom secondaire des points Yao shu (2VG), Xuan lu (5VB) et Da ying (5E).

Jean Marc Kespi :

Le he, « jonction et réunion », est la réunion entre les parties superficielles et profondes du méridien, entre les territoires superficiels et les zones profondes qu’il irrigue ; par exemple, c’est de lui que dépendent les méridiens distincts qui gèrent les profondeurs.
Le Lingshu 4 cite le 40 ZTYg/V parmi les points he spéciaux. Il serait le point he spécial du zu taiyang. On voit mal l’intérêt de cette précision puisqu’il est déjà le point he, shu antique de zu taiyang. On peut donc s’interroger sur sa nature de point he spécial.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Paludisme yin. Avant la montée thermique : frissons, corps brûlant et sueurs abondantes ne marquant pas la fin de la crise. Coup de froid avec chaleur des quatre membres.
Affections chroniques.

Soulié de Morant :

Transpiration abondante (disperser). Ou fièvre sans sueurs (tonifier).
Influenza, grippe.

Pékin :

Insolation.

Roustan :

Insolation. Fièvre intermittente.

Duron-Borsarello :

Maladies fébriles épidémiques.

Dacheng :

Maladie du shanghan avec membres chauds et absence de sueurs (saignée, d’où son nom Xue xi 血郤 = fente du sang).

Sun Simiao :

Céphalée.
Chaleur du corps. Maladies chaudes avec douleur des gouttières para-dorsales.

Neurologie

Chamfrault :

Hémiplégie.
Syncope. Ce point puncturé réveille d'un état syncopal.

Soulié de Morant :

Congestion cérébrale. Apoplexie.
Paralysie nerveuse de tout genre ; tout trouble. Paralysie de tout le corps. Paralysie nerveuse revenant par périodes.

Pékin/Roustan :

Sciatique. Paralysie du membre inférieur.

Roustan :

Coma par 中風 zhongfeng (attaque directe du vent). Hémiplégie. Épilepsie.

Duron-Borsarello :

Sciatique rebelle à tout traitement (saigner + ventouses).

Nguyen van Nghi :

Bi du membre inférieur. Hémiplégie.

Sun Simiao :

Convulsions. Épilepsie.

Ophtalmologie

Sun Simiao :

Amblyopie importante. Fragilité de l’oeil au vent et au froid.

ORL

Chamfrault :

Épistaxis.
Angine.

Soulié de Morant :

Saignement de nez.

Sun Simiao :

Épistaxis abondante et ininterrompue.

Dermatologie

Chamfrault :

Plaies. Abcès chauds et froids. Anthrax du cou. Acné et furoncles du dos.
Toutes les maladies de peau. Exanthème type rougeole (faire saigner).
Sueurs nocturnes.

Soulié de Morant :

Troubles de peau anciens, invétérés. Prurit. Lèpre : piquer et saigner trois fois de suite. Cuir chevelu même côté : grand choc, chute de cheveux et sourcils, repoussent en poils blancs. Tonifier, redonne aux cheveux blancs ou gris leur couleur primitive.

Roustan :

Lèpre.

Duron-Borsarello :

Chute des cheveux et des sourcils (saigner).

Dacheng :

Urticaire (saignée). Dermatose. Éruptions cutanées au début, sur la région dorsale.
Lèpre entraînant une chute des sourcils (saignée).

Sun Simiao :

Adénite axillaire.

Cardiovasculaire

Roustan :

Douleurs à type d’élancements abdominaux et précordiaux.

Digestif

Chamfrault :

Choléra sans diarrhée (choléra sec). Bas-ventre dur.

Soulié de Morant :

Douleur abdominale. Si par spasmes : douleur en pressant (disperser). Si par atonie : gonflement abdominal, contraction dans le froid, peu de douleur (tonifier).
Gros intestin : spasmes (tonifier). Choléra avec douleur abdominale étranglante (tonifier).
Hémorroïdes saignantes (tonifier).

Roustan :

Entérite aiguë. Douleurs à type d’élancements abdominaux et précordiaux.

Nguyen van Nghi :

Douleurs abdominales. Nausées et vomissements. Intoxication.

Dacheng :

Crampes du ventre.

Sun Simiao :

Hémorroïdes douloureuses.
Chaleur et douleur du bas-ventre unilatérale. Gonflement et induration du bas-ventre.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Incontinence d’urine.

Soulié de Morant :

Reins-réabsorption.
Urine abondante et claire (tonifier). Urine rare (disperser).
Vessie : rétention d'urine, urine écarlate. Si rétention d'urine par spasme, douleur en pressant (disperser). Si rétention d'urine par atonie, contraction de la vessie dans le froid, peu de douleur (tonifier).

Duron-Borsarello :

Régularise les mictions.

Dacheng :

Incontinence d’urine avec plénitude pelvienne.

Sun Simiao :

Dysurie. Urine jaune rougeâtre.
Chaleur et douleur du bas-ventre unilatérale. Gonflement et induration du bas-ventre.

Andrologie

Soulié de Morant :

Organes génitaux : orgasme irradiant dans la moelle épinière.

Sun Simiao :

Tiraillements dans la verge avec perte d’urine.

Gynécologie

Soulié de Morant :

Organes génitaux : orgasme irradiant dans la moelle épinière.

Hématologie

Soulié de Morant :

Sang: troubles anciens, chroniques, invétérés. Grand tonique du sang.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur du genou. Rhumatisme de la jambe. Douleur de la hanche. Arthrite de la hanche.
Douleur de la région rénale et de la colonne vertébrale avec sensation de lourdeur.
Rhumatisme généralisé.
Pied sans force avec difficulté pour marcher. Feng au pied. Spasmes musculaires du pied.

Soulié de Morant :

Tête toujours penchée, tombante (tonifier), fait relever la tête et redresser le corps.
Muscles fessiers, région externe des muscles dorsaux (ilio-costal), de la nuque et de la tête, même côté : faiblesse (tonifier). Aide à attirer du côté piqué le sacrum déplacé vers l’autre côté ; aussi les vertèbres ; tonifie les muscles lombaires. Disperser, agit en sens contraire.
Articulation de hanche : arthrite, ou douleurs.
Lombes : tout trouble. Douleurs lombaires, ne peut se pencher ni se redresser, ne peut soulever un objet lourd (disperser). Faiblesse lombaire, ne peut se relever de la position assise (tonifier).
Cuisse postérieure : muscles ou faibles, ou contracturés.

Pékin :

Sciatique.
Dorso-lombalgie.
Maladie de l’articulation du genou et des tissus péri-articulaires.

Roustan :

Sciatique. Arthrite du genou. Spasmes du mollet (triceps sural).
Lombalgie. Contractures para-vertébrales.

Duron-Borsarello :

Sciatique rebelle à tout traitement (saignée + ventouses).
Affections l'articulation de la hanche. Arthrite du genou. Crampes.

Nguyen van Nghi :

Lombalgie.
Gonalgie. Bi du membre inférieur.

Dacheng :

Gonalgie avec douleur du gros orteil. Douleur du pied. Oedème du pied dû au Vent. Douleur osseuse de la cuisse (saignée). Douleur de la hanche.
Sensation de lourdeur de la région lombaire et du rachis.
Rhumatisme
bi à prédominance vent (saignée).

Sun Simiao :

Douleur et pesanteur des membres inférieurs et de la région lombaire.
Lombalgie et raideur des muscles para-vertébraux jusqu’à la tête. Raideur de la colonne vertébrale, opisthotonos.
Tensions tendino-musculaires.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW 36 : « L’acupuncture dans les malaria »
足太陽之瘧,令人腰痛頭重,寒從背起,先寒後熱,熇熇暍暍然,熱止汗出難已,刺中出血。
« La malaria du taiyang de la jambe est cause de lombalgie, pesanteur de tête, froid venant du dos et précédant l’échauffement qui est violent. La sueur sort quand cesse la chaleur. La terminaison est difficile. On pique au sang dans la "fissure" (Jinmen-63V). »
Remarque : NvN dans sa traduction interprète la "fissure" comme étant le point Weizhong (40V) ce qui, compte tenu de cette appellation fréquente du 40V, paraît plus correct. Le Dacheng ne tranche pas …

- SW 36 : « L’acupuncture dans les malaria »
腎瘧者,令人洒洒然,腰脊痛,婉轉大便難,目眴眴然,手足寒。刺足太陽少陰。
« La malaria du rein cause des lombalgies avec frissons, de la difficulté des selles et des mictions, des troubles visuels, du refroidissement des mains et des pieds. On pique les points de vessie [Wei zhong (40V)] et de rein [Da zhong (4Rn)] » Plus loin dans le texte, Wei zhong (40V) est appelé « point de pléthore vasculaire » ; on le fait saigner. »
« Dans l’acupuncture de la malaria, il faut d’abord s’enquérir de la localisation précédant l’accès que l’on veut prévenir […] Début par les lombes : piquer au sang (Wei zhong 40V) de vessie. »
Traduction de Dacheng :
« Quand la maladie se localise aux reins, les signes cliniques sont : forte sensation de froid, lombalgie et rachialgie, constipation, spasmes des paupières, membres froids. Il faut puncturer le zu taiyang et le zu shaoyin. Il s’agit des points Jin men (63V) et Tai xi (3Rn). »

- SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias » / Jiayi jing VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
一十二瘧者,其發各不同時。察其病形,以知其何脈之病。先其發時,如一食頃而刺之,一刺則衰,二刺則知,三刺則已,不已刺舌下兩脈出血,不已刺中盛經出血,又刺項以下俠脊者必已。舌下兩脈者,廉泉穴也。
« Les douze [types de] malaria1 ont chacun leur propre moment d’accès ; on observe les symptômes afin de savoir quel est le méridien (脈 mai) malade. Si on puncture le temps d’un repas avant l’accès, à la première fois [la maladie] s’affaiblit, à la deuxième [l’amélioration] est perceptible, à la troisième [le malade] guérit. S’il ne guérit pas, on puncture les deux vaisseaux sous la langue en les faisant saigner. S’il ne guérit [toujours] pas, on puncture le méridien en excès (盛經 sheng jing)2 [au point] Xi zhong (40V) pour le faire saigner ainsi que [les points] qui longent la colonne vertébrale sous la nuque* et [le malade] guérira obligatoirement. Les deux vaisseaux sous la langue sont les points lian quan3. »
1. Il s’agit des malarias des six méridiens, des cinq organes et de celle de l’estomac.
2. 盛經 sheng jing désigne ici les vaisseaux congestionnés. Nous l’avons traduit littéralement pour accentuer le fait que les mots méridiens (經 jing) et vaisseaux (脈 mai) sont souvent interchangeables dans les textes médicaux chinois.
3. Le Suwen shi indique qu’ici il ne doit pas s’agir du point Lian quan (23VC) du renmai car les points du renmai sont tous uniques et il ne peut donc pas y en avoir deux. Le chapitre 59 « Discussion sur les demeures du souffle » (Qifu lun) du Suwen dit : « Le shaoyin de pied [a] sous la langue un [point] de chaque [côté] ». Wang Bing commente : « Les deux points sous la langue du shaoyin se situent dans un creux devant le ren ying et devant les artères ; ils s’appellent she ben (racine de la langue) et [se situent] à droite et à gauche [de celle-ci, soit] deux [points en tout] ». Le chapitre 5 « Les racines et les noeuds » (genjie) du Lingshu dit : « Le shaoyin s’enracine au [point] Yong quan (1Rn) et se noue au [point] Lian quan (23VC) ».
* La version de Chamfrault indique les points Da zhu (11V) et Feng men ou Re fu (12V). La version de Nguyen van Nghi par contre indique en lieu et place de 11V et 12V les « Wu ku shu » ou points benshen (42V, 44V, 47V, 49V, 52V) et les points shu du dos.

SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
中熱而喘,刺足少陰。
« [Dans la lombalgie avec] atteinte de la chaleur et dyspnée on puncture le shaoyin de pied : Yong quan (1Rn) et Da zhong (4Rn). »
Remarque : NvN ne cite pas Yong quan (1Rn) mais ajoute Wei zhong (40V).

SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
解脈令人腰痛,痛引肩,目疏疏然,時遺溲。刺解脈在膝筋肉分間外廉之橫脈出血,血變而止。解脈令人腰痛如引帶,常如折腰狀,善恐。刺解脈在中結絡如黍米,刺之血射,以黑見赤血而已。
« Dans la lombalgie du vaisseau jie1 [jie = défaire. C’est une branche du vaisseau de vessie qui s’en échappe comme un toron rompu d’une corde (Husson)] : lombalgie irradiée entre les épaules, vue troublée et parfois urines incontinentes. On pique le vaisseau transversal à la face externe de la fissure qui sépare les muscles du genou [Wei yang (39V)] et on fait saigner jusqu’à ce que le sang change de couleur. Dans cette lombalgie où la douleur irradie en ceinture et où les lombes sont souvent fléchies comme par une crainte, on pique au centre de la fissure [Wei zhong (40V)] un noeud vasculaire gros comme un grain de mil. On arrête l’hémorragie quand le sang de noir devient rouge ».
1. Pour NvN, le 解脈 jie mai désigne un vaisseau superficiel du taiyang. En d’autres termes, ce n’est autre qu’un tronçon du méridien tendino-musculaire du vaisseau au niveau de la région de Wei yang (39V). Le traitement consiste à puncturer Xi zhong (40V) et à faire saigner les points d’insertion du méridien tendino-musculaire.

- SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
腰痛上寒,刺足太陽陽明
« Dans la lombalgie avec refroidissement du haut du corps, on pique les vaisseaux de la vessie et de l’estomac. » NvN interprète Wei zhong (40V et Zu san li (36E).

- SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
中熱而喘,刺足少陰。
« Dans la lombalgie avec atteinte de chaleur et dyspnée on pique Yong quan (1Rn) et Da zhong (4Rn). »
Remarque : NvN ne cite pas Yong quan (1Rn) mais ajoute Wei zhong (40V).

- SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
中熱而喘,刺足少陰,刺中出血。
« Dans la lombalgie avec fièvre et dyspnée, il faut puncturer le zu shaoyin [le commentaire donne Fu liu (7Rn)] et le Wei zhong (40V) en le faisant saigner. »

- SW 46 : « Pathogénies »
帝曰:有病怒狂者,此病安生岐伯曰:生於陽也。岐伯曰陽氣者因暴折而難決故善怒也病名曰陽厥。
帝曰何以知之岐伯曰陽明者常動巨陽少陽不動不動而動大疾此其候也。奪其食即已。夫食入於陰,長氣於陽,故奪其食即已。使之服以生鐵絡為飲,夫生鐵絡者,下氣疾也。
« Huangdi : Comment se produisent les folies furieuses ?
Qibo : elles viennent du yang. La colère est provoquée par une brutale répression du yang empêché dans son déversement, c’est un "blocage de yang" (yang jue)
Huangdi : À quoi les reconnaît-on ?
Qibo : Le yangming est normalement animé de pulsations aux points Ren ying (9E) et Qi she (11E). Il en va tout autrement pour les taiyang et shaoyang (dont les points Tian rong 17IG et Tian you 16TR) ne s’animent qu’en cas de maladie grave. La suppression des aliments y met fin immédiatement. En effet, les aliments entrent dans le yin et font croître le yang. La suppression de la nourriture fait tout cesser aussitôt. On fait boire de l’eau ferrugineuse qui abat les maladies du qi. »
Remarque : La version de NvN donne comme points de taiyang les 40V et 60V et comme points de shaoyang les 2VB et 39VB.

- SW 60 : « Des creux osseux »
膝痛,痛及姆指,治其膕
« Dans la douleur du genou qui gagne le gros orteil, on traite au creux poplité [Wei zhong (40V)]. »

Lingshu :

- LS 4 : « Souffle pervers, organes et des entrailles et symptômes objectifs des maladies » / Jiayi jing IX-9 : « Ballonnements hypogastriques et impossibilité d’uriner provoqués par les maladies qui atteignent le triple réchauffeur et la vessie »
膀胱病,在少腹偏腫而痛,以手按之,則欲小便而不得,眉(一本作肩)上熱,若脈陷及足少指外側,及脛踝後皆熱者,取委中。
« Lorsque la vessie est malade, le bas-ventre est partiellement gonflé et douloureux ; si l’on appuie dessus avec la main, on désire uriner, mais on ne peut pas ; il y a de la chaleur sur l’épaule et les vaisseaux y sont affaissés ; [à partir] de la face externe du cinquième orteil et de l’articulation de la malléole [externe] il y a de la chaleur et les vaisseaux y sont affaissés1. [Dans ces cas-là] on traite le [point] Wei zhong (40V). »
1. Le Jiayi jing écrit : « … on désire uriner mais on ne peut pas ; il y a de la chaleur tout le long du méridien [à partir] de la face externe du cinquième orteil et de l’arrière de la malléole [externe] jusqu’au dessus des sourcils [une autre version écrit : "partie supérieure de l’épaule"] [là] où le vaisseau est affaissé. »

LS 23 : « Maladies fébriles » / Jiayi jing VII-4 : « Maladies convulsives provoquées par l’attaque du vent et du du froid et de l’humidité du taiyang »
風痙身反折,先取足太陽及膕中及血絡出血,中有寒,取三里。
« Dans les maladies convulsives dues au vent (風痙 fengjing) avec opisthotonos, on traite d’abord le taiyang de pied au creux poplité1 et on fait saigner les luo sanguins. Si l’intérieur est froid, on traite le [point] San li (36E) ».
1. Note du texte correspondant du Jiayi jing : soit probablement le point Wei zhong (40V).

LS 26 : « Maladies diverses » / Jiayi jing XII-7 : « Epistaxis causés par le débordement du sang (rhinorrhée et polype nasal inclus) »
衄而不止,血流,取足太陽;大衄血,取手太陽;不已刺腕骨下。不已,刺膕中出血。
« Dans les épistaxis [où le sang coule] sans arrêt [avec] des caillots de sang, on traite le taiyang de pied. [Dans les épistaxis moins intenses] avec des caillots, on traite le taiyang de main1. S’ils ne s’arrêtent pas, on puncture en bas des os du carpe (wangu)2. S’ils ne s’arrêtent pas, on puncture au milieu du creux poplité et on fait saigner3. »
1. Ce texte est obscur : on ne voit pas la différence entre le premier et le deuxième cas. Le Taisu résoud le problème en ajoutant la préposition « sans ») devant le mot caillots ; il fait ainsi le commentaire suivant : « [Lorsque] le sang ne coagule pas, c’est que la chaleur est interne ». Nous avons préféré la version de la présente édition qui différencie les deux cas selon l’intensité de l’épistaxis.
2. Il s’agit du point Wan gu (4IG) du méridien taiyang de main. Note personnelle : La version de Chamfrault dit : « … le point situé au-dessous de l’os du poignet » et commente : Hou xi (3IG) !
3. Il s’agit du point Wei zhong (40V).

Dacheng :

- « Piqûre de la malaria (fièvres intermittentes dues à des mauvais esprits qui sont dans les marais) ou des fièvres intermittentes de l’automne »

NvN : « Quand la maladie se localise au zu taiyang, les signes cliniques sont : lombalgie, tête lourde, sensation de froid dans le dos, d’abord frilosité puis fièvre, hyperthermie, sudation après la fièvre. Le traitement consiste à puncturer et à faire saigner le zu taiyang. Pour les uns, il s’agit du point Jin men (63V), pour les autres du point Wei zhong (40V). » (cf supra).
Darras : « … pour soigner, piquer Xi zhong (= Jin men ?) ou Wei zhong (40V). »
Remarque : la note de Darras est discutable puisque Xi zhong est un nom secondaire de Wei zhong (40V) et pas de Jin men (63V).

- « Piqûre de la malaria »
« Quand la maladie se localise aux reins, les signes cliniques sont : forte sensation de froid, lombalgie et rachialgie, constipation, blépharospasme, membres froids. Il faut piquer zu shaoyin et zu taiyang. Il s’agit des points Jin men (63V) et Tai xi (3Rn). »
Remarque Husson et NvN : le Suwen 36 retient dans ce cas comme traitement les points Wei zhong (40V) et Da zhong (4Rn) !

- « Piqûre de la malaria »
« La puncture doit débuter au niveau de la partie atteinte. Par exemple : … si elle débute par une rachialgie avec une lombalgie, il faut commencer par puncturer les points situés aux membres inférieurs et les faire saigner : Jin men (63V) et Wei zhong (40V). »
Remarque : ni le Suwen 36 ni Darras ne mentionnent Jin men (63V) ; seul wei zhong (40V) est retenu.

- « Acupuncture et traitement des lombalgies » (cf Suwen 41)
À propos de la lombalgie du jie mai, le 39V n’est jamais cité et les deux versions diffèrent sensiblement :
* NvN : « Les troubles du 解脈 jie mai (littéralement vaisseaux disséminés ; il s’agit ici des méridiens tendino-musculaire et distinct de la vessie) peuvent aussi provoquer une lombalgie. Les douleurs sont de deux types :
- Douleur par trouble du méridien tendino-musculaire : lombalgie irradiée vers l’épaule et le cou avec éblouissements et parfois incontinence urinaire. Il faut puncturer le point d’insertion de méridien en dehors de Wei zhong (40V) en le faisant saigner jusqu’à ce que le sang vire au rouge.
- Douleur par trouble du méridien distinct : lombalgie avec impression d’avoir une ceinture trop serrée et sensation de cassure et de peur. Il faut puncturer le point Wei zhong (40V), point de réunion des systèmes des méridiens distincts « vessie/reins », se présentant sous forme de la grosseur d’un grain de riz. Il faut le faire saigner jusqu’à ce que le sang vire au rouge. »
* Darras n’évoque pas pour sa part le 40V !
« Si les lombalgies ont pour origine le 解脈
jie mai, on observe également une douleur irradiée vers l’épaule, des troubles de la vue, une incontinence d’urine. Piquer le 解脈 jie mai (il se trouve au côté externe du creux poplité) et le faire saigner. Quelque fois, le 解脈 jie mai est à l’origine de lombalgies avec une douleur très violente, comme si la région lombaire allait se briser, avec sensation de peur. Dans ce cas, il faut chercher un petit caillot gros comme un grain de maïs, qui est situé dans les ramifications de 解脈 jie mai. On pique alors sur ce caillot, ce qui entraîne l’irruption de sang noir. Dès que le sang rouge apparaît, la lombalgie disparaît. »

- « Acupuncture et traitement des lombalgies »
À propos de la lombalgie du vaisseau transversal, NvN et Darras sont en désaccord total sur les points :
* NvN : « Les troubles du huan lo (autre nom du daimai) peuvent aussi provoquer une lombalgie empêchant le malade de se pencher en avant et en arrière ; s’il se penche en arrière, il a l’impression de perdre l’équilibre. Ces troubles surviennent après que l’on ait soulevé un poids lourd, entraînant une rupture de la circulation du daimai avec stagnation sanguine au niveau de la région lombaire. Il faut puncturer Wei zhong (40V) à 0,7 cun et le Huang men (51V) à 0,5 cun et appliquer trois moxas à chacun de ces points ».
* Darras : « Si l’origine des lombalgies est le hengluo mai, il y a difficulté à plier la région lombaire, cela est dû à un traumatisme. Il y a blocage du sang s’accumulant au hengluo mai et il faut piquer ce vaisseau : il se trouve entre les muscles Xi shang (Wei yang 39V à 0,7 cun et Yin men 37V à 0,5 cun) ».

- « Acupuncture et traitement des lombalgies »
« Si la douleur lombaire s’étend sur toute la longueur de la colonne vertébrale jusqu’au cou et au crâne avec limitation des mouvements de la tête, éblouissements et tendance à se rouler par terre, il faut puncturer Wei zhong (40V) et le faire saigner. »

- « Acupuncture et traitement des lombalgies »
« Si la douleur lombaire est vive avec impossibilité de se pencher en avant et en arrière avec dyspnée, il faut puncturer zu shaoyin et Wei zhong (40V). »

Jiayi jing :

- V-1 (1) : « Les interdictions de la puncture et de la moxibustion »
中大脈,令人仆色。
« Si, en puncturant le [point] Xi zhong (40V), on atteint le grand vaisseau, le patient tombe en syncope et perd ses couleurs. »

VI-9 : « Importante discussion sur les cinq saveurs qui conviennent aux cinq organes et aux maladies qui les affectent »
心病者,胸中痛,脅支滿,兩下痛,膺背肩胛間痛,兩臂痛。虛則胸腹大,脅下與腰相引而痛。取其經少陰太陽血者(素問舌下血者),其變病,刺中血者。
« Les maladies du coeur [provoquent] des douleurs au milieu de la poitrine, la sensation de plénitude dans les côtés, des douleurs dans la région sous-axillaire, des douleurs dans la région pectorale, le dos, les omoplates et à l’intérieur des bras. En cas de vide, la poitrine et l’abdomen gonflent (da) et il y a tiraillements et douleurs entre l’hypochondre et les lombes. [Ainsi, pour traiter], on prend les méridiens shaoyin et taiyin de main1 et l’on fait saigner sous la langue. S’il y a d’autres altérations, on fait saigner le point xi2. »
1. Le texte est ambigu car le mot 經 jing (méridien) employé ici est devant les noms des méridiens. C’est pourquoi les interprétations divergent. Les uns (Wang BingLeijing) le comprennent comme « méridien » et pensent qu’il est dans cette position pour accentuer le fait que ce ne sont pas les luo qui sont malades. Les autres (Wu KunSuwen zhuzheng fawei) pensent que le mot 經 jing désignent les points 經 jing [passage] de ces méridiens [soit respectivement Fu liu (7Rn) et Shang qiu (5Rt)] . La présente édition a suivi l’interprétation du Leijing.
2. Deux interprétations sont possibles car les trois premiers caractères de la phrase se lisent ci xizhong, ce qui peut vouloir signifier soit « on puncture le point Xi zhong », soit « on puncture le point xi ». Nous avons suivi les commentaires de Wang Bing et du Leijing alors que, d’après Suwen zhejie et le Suwen shi, il s’agit de faire saigner le point Wei zhong (40V), ce qui s’explique par le fait que Xi zhong est un autre nom du point Wei zhong.


VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens » / SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs » / LS 23 : « Maladies fébriles »
Selon Lingshu, « ce que l’on appelle les 59 punctures [sont] : sur les côtés interne et externe des deux mains, il y en a trois de chaque [côté], soit [douze] points en tout [c’est à dire Shao shang (11P), Zhong chong (9MC), Shao chong (9C) du côté interne et Shao ze (1IG), Guan chong (1TR), Chang yang (1GI) du côté externe]. Aux intervalles des cinq doigts1, il y en a un à chaque [intervalle], soit huit points en tout [c’est à dire Hou xi (3IG), Zhong zhu (3TR), San jian (3GI), Shao fu (8C)] ; il en est de même aux pieds [c’est à dire Shu gu (65V), Zu lin qi (41VB), Xian gu (43E), Tai bai (3Rt)]. [Au-dessus du front], à 1 pouce à l’intérieur des cheveux, il y en a trois de chaque [côté], soit six [points] en tout [c’est à dire Wu shu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V)]. Plus loin, à trois pouces à l’intérieur des cheveux, il y en a cinq de [chaque] côté, soit dix [points] en tout [c’est à dire Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB), Nao kong (19VB)]. En avant et en arrière de l’oreille, au-dessous de la bouche, il y en a un à chaque endroit qui, avec celui du milieu de la nuque, en fait six en tout [c’est à dire Ting hui (2VB), Wan gu (12VB), Cheng jiang (24VC), Ya men (15VG)]. Il y en a un au vertex [c’est à dire Bai hui (20VG)], un au [point] Xin hui (22VG), un à chaque bord des cheveux [selon Leijing, il s’agit de deux points : l’un au bord des cheveux en avant, c’est à dire Shen ting (24VG) et l’autre en arrière, c’est à dire Feng fu (16VG)], un au point Lian quan (23VC), deux au point Feng chi (20VB) et deux aux [points] Tian zhu (10V) ».

« Le Suwen dit : " Les 59 [points] sont les suivants : cinq points sur [chacune des] cinq lignes de la tête2 pour disperser par le haut le reflux de la chaleur de tous les yang. [Les points] Da zhui (14VG), Ying shu (1P), Que pen (12E), Bei shu (12V)* servent tous les huit à disperser la chaleur du thorax. [Les points] Qi chong (30E), San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) servent tous les huit à disperser la chaleur de l’estomac. [Les points] Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)** servent tous les huit à disperser la chaleur des quatre membres. Les cinq [points] situés des deux côtés des points shu [du dos] des cinq organes [Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi shu (49V) et Zhi shi (52V)] servent tous les dix à disperser la chaleur des cinq organes. Ces 59 [points] sont à gauche et à droite [des points importants pour guérir les maladies] fébriles." »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points situés en arrière des articulations métacarpo-phalangiennes.
2. Le 
Leijing précise : « les cinq lignes de la tête indiquent les cinq trajets des méridiens, le dumai, les deux taiyang de pied et les deux shaoyang de pied. Les cinq points sont respectivement : Shang xing (23VG), Xin hui (22VG), Xian ding (21VG), Bai hui (20VG) et Hou ding (19VG) ; Wu chu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V), Luo que (8V) et Yu zhen (9V) ; Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB) et Nao kong (19VB) ; soit 25 points en tout. »
* 背輸 
Bei shu est un nom secondaire des points 11V, 12V et 15V. Il s’agit ici du 12V.
** 髓空 
Sui kong est un nom secondaire des points 11Rn et 2VG.


- VII-1 (3) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
熱病俠脊痛,委中主之。
« Les maladies fébriles avec des douleurs des deux côtés de la colonne vertébrale relèvent du [point] Wei zhong (40V). »

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias »
一,刺瘧者,必先問其病之所先發者,先刺之。先頭痛及重者,先刺頭上及兩額兩肩間出血。先項背痛者,先刺之,先腰脊痛者,先刺中出血。先手臂痛者,先刺手少陰陽明十指間;先足脛酸痛者,先刺足陽明十指間出血。
« Dans la puncture contre la malaria, on se renseigne d’abord sur l’endroit où commence l’accès de la maladie et l’on puncture en premier cet endroit. Si [le patient] commence par avoir la tête douloureuse et lourde, on puncture d’abord en haut de la tête, des deux cotés du front, entre les sourcils et l’on fait saigner1. S’il commence par avoir des douleurs à la nuque et au dos, on les puncture d’abord2. S’il commence par avoir des douleurs aux vertèbres lombaires, on puncture d’abord Xi zhong (40V) et on le fait saigner. S’il commence par des douleurs aux mains et aux bras, on puncture d’abord les shaoyin et yangming de main et les dix doigts3. S’il commence par des douleurs et des courbatures aux pieds et aux jambes, on puncture d’abord le yangming4 de pied et les dix doigts que l’on fait saigner. »
1. Le Leijing dit : « En haut de la tête désigne les points Bai hui (20VG) et Shang xing (23VG) du dumai. Les deux côtés du front désignent les points Xuan lu (5VB) du shaoyang de pied. Entre les sourcils désigne le point Zan zhu (2V) du taiyang de pied ».
Remarques : Ici, NvN cite en lieu et place du 5VB et du 2V deux points hors méridien : Tai yang (9PC) et Yin trang (3PC).
La version du Dacheng dit : « les deux côtés du front » au lieu des tempes et donne Yang bai (14VB) au lieu de 5VB.
2. Remarque : Cette phrase reste imprécise. NvN et Husson la traduisent comme « il faut puncturer les points de la nuque et du dos » à savoir : Feng chi (20VB), Feng fu (16VG), Shen dao (11VG) et Da zhui (11V).
3. Le
Leijing dit : « Pour les shaoyin et yangming de main, il s’agit des points 井 jing (puits), Shao chong (9C) et Shang yang (1GI). On puncture les dix doigts en traitant aussi les points 井 jing (puits) selon les méridiens affectés par la maladie ».
4. Remarque : NvN et Husson citent Li dui (45E).


- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
瘧頭重,寒背起,先寒後熱,渴不止,汗乃出,委中主之。
« La malaria avec tête lourde, frissons qui commencent dans le dos, frissons puis fièvre, soif sans arrêt et transpiration [après avoir beaucoup bu] relève du [point] Wei zhong (40V). »

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
會陰之脈令人腰痛,痛上濈然汗出,汗乾令人欲飲,飲已欲走。刺直陽之脈上三痏,在蹻上下三所橫居,視其盛者出血(素問濈濈然作漯漯然,三所作五寸)。
« Le vaisseau 會陰 huiyin1 [peut] provoquer chez l’homme des lombalgies avec une transpiration continue à l’endroit douloureux (frissons et transpiration pour le Suwen). Quand la transpiration sèche, l’homme a soif et, après avoir bu, il désire marcher. On puncture le vaisseau zhiyang2 à trois reprises et on fait saigner les [vaisseaux] transversaux [congestionnés] qui se situent à trois pouces (cinq pouces pour le Suwen) au-dessus du (yang) qiao (mai)3 et au-dessous du [point] xi4. »
1. Huiyin est le nom du point où se rencontrent dumai, renmai et chongmai. Les interprétations du terme "vaisseau du huiyin" divergent : pour Wang Bing et le Suwen jingzhu, c’est le trajet principal du taiyang de pied qui descend des lombes jusqu’à l’anus. Par contre, le Leijing, Wu Kun et d’autres commentateurs insistent sur la rencontre du dumai et du renmai. La présente édition chinoise cite le Suwen zhuzheng fawei qui dit : « … le vaisseau huiyin part des lombes pour rejoindre [le dumai et le renmai] à l’anus. Si ce vaisseau reçoit le pervers, il peut également provoquer chez l’homme des lombalgies ».

2. Les interprétations de ce terme divergent : Wang Bing, le Leijing et d’autres commentaires pensent qu’il s’agit du taiyang de pied. Pour d’autres, comme le Suwen jizhu, il s’agit du dumai. D’autres encore pensent que ce terme désigne le vaisseau huiyin.
3. Il s’agit du point Shen mai (62V).
4. Sous-entendu Xi zhong, autre nom du point Wei zhong (40V). La localisation de l’endroit à piquer diverge dans les commentaires du Suwen [qui dit "à cinq pouces"]. Selon Wang Bing, il s’agit du point Cheng jin (56V). D’après le Suwen zhijie, il s’agit du point Cheng shan (57V). Le même ouvrage précise qu’il ne faut pas nécessairement puncturer ce point , mais la région qui lui correspond approximativement.

Traduction de Husson :
« Dans la lombalgie venant du périnée [vaisseau du point Hui yin (1VC)], la douleur remonte et la sueur s’écoule à flots. Quand la sueur sèche, le sujet a envie de boire. Quand il a bu, il a envie de marcher. On fait trois piqûres sur le yang direct (vessie), sur le qiao [shen mai (62V)] et à 5 cun au-dessous de la "fissure" [Cheng jin (56V)] en faisant saigner ce qui est congestif. »
Traduction de NvN :
« L’atteinte du huiyin mai peut provoquer une lombalgie avec sudation, soif après la sudation et envie de trotter après avoir bu. Il faut d’abord piquer trois fois le Zhu yang mai puis le point situé au-dessus de Shen mai (62V) et à 5 cun au-dessous de Wei zhong (40V) [c’est à dire le point Cheng jin (56V)], et faire saigner les luo en plénitude ». Puis il s’explique :
. « Huiyin mai : Hui yin (1VC) est le nom du point d’émergence d’un vaisseau du rein situé entre le yin antérieur (vulve ou scrotum) et le yin postérieur (anus) huiyin mai désigne le méridien curieux renmai. Zhang zhitong dit : "Le point de départ du renmai et du dumai porte le nom de Hui yin (1VC) parce qu’il provient d’un vaisseau venant du rein.. Le huiyin mai n’est autre que le renmai. " »
. « Zhu yang mai : zhu signifie droit, vertical, direct. Zhu yang mai désigne donc le méridien curieux dumai. Il s’appuie sur Zhang zhitong qui explique : "Zhu yang mai le dumai. Il commande tous les méridiens yang du corps. Il monte tout droit le long du rachis vertébral. C’est pourquoi le dumai porte aussi le nom de Zhu yang mai (vaisseau vertical yang) ". »

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
足太陽脈令人腰痛,引項脊尻,背如腫狀。刺其中太陽正經去血,春無見血。
« [Lorsque] le méridien (脈 mai) taiyang de pied provoque chez l’homme des lombalgies irradiant à la nuque, à la colonne vertébrale, au coccyx et au dos comme si [l’on portait] un lourd fardeau, on puncture le point Xi zhong (autre nom du point Wei zhong 40V) et on fait saigner le méridien principal (正經 zhengjing) du taiyang1, mais on ne doit pas faire apparaître le sang au printemps. »
1. Les interprétations de « méridien principal de taiyang » divergent : selon Suwen zhuzheng fawei, il s’agit du point Kunlun (60V). D’après Suwen zhijie, il s’agit du point Weizhong (40V).

NvN précise : « le printemps est la période pendant laquelle le foie et la vésicule biliaire entretiennent le coeur en sang et en énergie. Il est donc déconseillé de faire saigner le Wei zhong à cette période au risque de provoquer une insuffisance au niveau du foie. »

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
腰痛上寒,取足太陽陽明。痛上熱,取足厥陰。不可以俯仰,取足少陽。中熱而喘,取足少陰中血絡。
« Dans les douleurs lombaires où l’on a froid au-dessus [de l’endroit douloureux], on traite les taiyang et yangming de pied. Si l’on a chaud au-dessus [de l’endroit] douloureux, on traite le jueyin de pied. Si on ne peut se pencher en avant ni en arrière, on traite le shaoyang de pied. S’il y a de la chaleur à l’intérieur (rezhong) avec de la dyspnée, on traite le shaoyin de pied [et on fait saigner] les luo sanguins au [point] Xi zhong (40V). »

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
解脈令人腰痛如裂(素問作引帶),常如折腰之狀,善怒。剌解脈,在中結絡如黍米,刺之血射以黑,見赤血乃已(全元起云有兩解脈,病原各異,疑誤未詳)。
« [Lorsque] les vaisseaux déliés (解脈 jiemai)1 provoquent chez l’homme des lombalgies comme des déchirures [le Suwen écrit : tiraillements jusqu’à la ceinture], souvent comme si les lombes se brisaient avec de fréquentes colères, on puncture les vaisseaux déliés (解脈 jiemai) au [point] Xi zhong (40V) dans les luo noués [grands] comme des grains de millet. Quand on les puncture, un sang noir jaillit et lorsqu’il devient rouge, on arrête [le traitement]. »
1. Les interprétations divergent sur ce terme : selon Wang Bing, ce sont les vaisseaux dispersés (散行之脈 san xing zhi mai) qui représentent les trajets séparés du méridien taiyang de pied. D’après Wu Kun, il s’agit de branches du méridien taiyang de pied. Le Su wen jizhu les définit comme les vaisseaux luo en général, répandus dans la région de la peau du corps entier, mais précise que cette région appartient à la « zone du souffle du taiyang ». D’après le contexte, les versions de Wang et de Wu semblent plus proches de la vérité.

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
衡絡之脈令人腰痛,得俯不得仰,仰則恐仆,得之舉重傷腰,衡絡傷,惡血歸之刺之在陽之筋間,上數寸衡居,為二痏出血
« Le 橫絡之脈 hengluozhimai1 provoque des lombalgies où l’on peut se pencher en avant mais pas en arrière et, si l’on se penche en arrière, on a peur de tomber. Cette blessure des lombes survient lorsque l’on soulève des poids lourds ; le 橫絡 hengluo est rompu [ou] blessé et le mauvais sang s’y attache (歸 gui). On le puncture entre les tendons [qui passent au point] Xi yang (39V) et, horizontalement, à plusieurs pouces du [point] xi [sous-entendu Xi zhong (40V)]. On fait [cela] à deux reprises et on fait saigner. »
1. Wang Bing dit : « 橫 heng signifie transversal ». Il s’agit du 絡 luo externe du taiyang. Il part transversalement de l’intérieur des lombes pour entrer dans la face postéro-externe de la cuisse et descendre rejoindre le méridien principal au creux poplité. D’après le Suwen jizhu : « C’est un autre nom du daimai, car ce dernier lie (絡 luo = lier) transversalement (橫 heng) dans la région lombaire les trois yang qui descendent et les trois yin qui montent. Lorsque cette liaison est défectueuse, la douleur lombaire apparaît ». La présente édition chinoise cite seulement le commentaire de Wang Bing.
Remarque
: le texte chinois écrit 衡 héng au lieu de 橫 héng, qui est un équivalent.

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture des lombalgies »
腰痛俠脊至頭几几然,目䀮䀮,委中主之(是前刺足太陽中出血者)。
« Les lombalgies avec raideur des deux côtés de la colonne vertébrale jusqu’à la tête et vue trouble relèvent du [point] Wei zhong (40V). » [Ceci correspond à la puncture en saignée du [point] Xi zhong du taiyang de pied [mentionné] ci-dessus.]

- IX-9 : « Ballonnements hypogastriques et impossibilité d’uriner provoqués par les maladies qui atteignent le triple réchauffeur et la vessie »
筋急身熱,少腹堅腫時滿,小便難,尻股寒,髀樞痛,引季脅控八,委中主之。
« Les tendons contractés, le corps chaud, le bas-ventre dur et gonflé, de fréquentes sensations de plénitude, la miction difficile, la région sacro-coccygienne et les cuisses froides, les douleurs aux hanches irradiant aux côtes flottantes et vers l’intérieur, dans la région des quatre trous sacrés (八髎 baliao) relèvent du [point] Wei zhong (40V). »

- IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
遺溺關門及神門、委中主之。
« L’incontinence urinaire relève des [points] Guan men (22E), Shen men (7C) et Wei zhong (40V). »
1. 隤疝 tuishan ou hernie 隤 tui désigne, chez l’homme, les hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule et, chez la femme, un gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.

- IX-12 : « Hémorroïdes et prolapsus du rectum provoqués dans la partie inférieure du corps par l’atteinte du méridien (脈 mai) taiyang de pied »
痔,痛,飛揚、委中及扶承主之。
« Les hémorroïdes et les douleurs périnéales relèvent des [points] Fei yang (58V), Wei zhong (40V) et Fu cheng (36V). »


> OBSERVATIONS