Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

49V

Yi she




> LOCALISATION

Chamfrault :

Au-dessous et à côté de la 11ème vertèbre dorsale, à 4 cun de l aligne médiane postérieure.

Soulié de Morant :

Région inféro-externe du dos, environ 4 TDD de chaque côté du rebord supérieur de la 12ème vertèbre dorsale, environ 2 TDD au-dessus du rebord inférieur de la 12ème côte, au rebord inférieur de la 11ème, presque au-dessus de la pointe de la 12ème côte, dans un creux, 1 très large TDD sous Yang gang (48V), 2 TDD au-dessus de Wei cang (50V), 2 TDD en dehors de Pi shu (20V), 4 TDD de chaque côté de Ji zhong (6VG).

Pékin/Shanghai :

À 3 cun de la ligne médiane, sur l’horizontale passant par l’apophyse épineuse de la 11ème vertèbre dorsale.

Duron-Borsarello :

Sous D11, à environ 4 cun du 6VG.

Nguyen van Nghi :

3 cun en dehors de l’apophyse épineuse de la 11ème vertèbre dorsale, dans le 11ème espace intercostal.

Dacheng :

 3 cun en dehors et au-dessous de la 11ème vertèbre (dorsale). Pour localiser le point, le sujet doit être en position assise, tête et dos en rectitude.

Sun Simiao :

Sous la 11ème dorsale, à 3 cun latéralement de la colonne. Selon le Waitai biyao, ce point est situé sous la 9ème dorsale.

Jiayi jing :

III-9 : « Les vingt-six points qui longent l’épine dorsale à trois pouces de chaque côté et qui descendent de la deuxième jusqu’à la vingt-et-unième vertèbre [4ème sacrée] »
意舍在第十一椎下兩傍,各三寸陷者中。
« Le [point] Yi she (49V) se situe au-dessous de la 11ème vertèbre [dorsale], dans un creux, à trois pouces de chaque côté. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,5 cun pour Tongren.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Oblique, 0,5 à 0,8 cun.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers le bas, 0,5 à 1 cun.

Dacheng :

0,5 cun pour Tongren. 0,3 cun pour Jaiyi.

Jiayi jing :

III-9 : « Les vingt-six points qui longent l’épine dorsale à trois pouces de chaque côté et qui descendent de la deuxième jusqu’à la vingt-et-unième vertèbre [4ème sacrée] »
刺入五分。灸三壯。
« On le puncture à 0,5 pouce de profondeur. On y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur vessie, foie, rein, estomac, dos ; disperse poumon.

Nguyen van Nghi :

Point qui répond aux activités psychiques de la rate.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Tonifie la rate et harmonise l’estomac.
Draine l’humidité.

Jiayi jing :

III-9 : « Les vingt-six points qui longent l’épine dorsale à trois pouces de chaque côté et qui descendent de la deuxième jusqu’à la vingt-et-unième vertèbre [4ème sacrée] »
足太陽脈氣所發。
« Le souffle du méridien taiyang de pied s’y déploie. »

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Les points « âmes » ou benshen portent les noms de shen et sont à la même hauteur que les points shu des organes qui sont en continuité avec le même élément qu’eux. Cette relation des benshen avec les 4 éléments nous est dite par le cycle de création. Leurs fonctions sont obscures. Ils ne comportent aucune indication psychique ou spirituelle et ne paraissent agir que sur l’organe correspondant, plus que sur la métabolisation des aliments. Ils nous ont donnés par Husson (SW32 ?) comme points shu, yang, des viscères. Nous ne voyons pas la relation entre la fonction créatrice de ces cinq « âmes » et les indications de ces points ; à moins qu’ils ne soient dialectiques des points mu des 4 éléments dont ils renforceraient l’action sur un plan plus subtil, plus yang.

Benny Cassuto :

Actes du congrès de Gien – octobre 2003 : « Vide et grand, une métaphysique au centre de la chair : à propos de xūlĭ et dàbāo »
« Wèi cāng (50V) et Yì shè (49V) augmentent notre capacité d’intégration, de symbolisation, ils nourrissent le jīng de la rate et de l’estomac. Ils calment le shén et aident à concrétiser sa vie en restituant une crédibilité aux désirs et aux intentions. Ils donnent du corps aux pensées et rompent les idées obsessionnelles inefficaces. Du coup, le sujet pèse plus sur sa vie au lieu que celle-ci ne lui pèse. Il est question ici de s’incarner plus et d’alléger l’esprit. »


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Fièvre. Craint le froid. Frilosité.

Soulié de Morant :

Fièvre. Soif.

Dacheng :

Fièvre avec sclérotiques jaunes. Crainte du vent et du froid.

Sun Simiao :

Chaleur généralisée.

Pneumologie

Chamfrault :

Plénitude de la poitrine avec hoquet.

Soulié de Morant :

Poumons : crises d’éternuements. Pleurésie.

Dacheng :

Souffle court avec ballonnement abdominal et troubles de la déglutition.

Digestif

Chamfrault :

Sclérotiques jaunes.
Aliments et boissons ne descendent pas. Vomissements. Grande soif. Plus il boit, plus il a soif.
Ballonnement et plénitude abdominale dus au yin. Diarrhée.

Soulié de Morant :

Oesophage contracté.
Estomac atone, mauvaise digestion, inappétence.
Foie : tout trouble. Jaunisse, urines rouge brun.

Pékin :

Distension abdominale. Dyspepsie. Hépatite. Vomissements.  

Roustan :

Hépatite. Cholécystite. Gastrite.

Duron-Borsarello :

Anorexie. Digestions lentes. Ballonnements abdominaux.
Incontinence fécale. Parasitoses.

Nguyen van Nghi :

Ballonnement abdominal. Dyspepsie. Nausées et vomissements.
Pathologie du système Foie/Rate.

Dacheng :

Ballonnement abdominal dû au vide. Dysphagie, nausées et vomissements.
Diarrhée avec urines rouges jaunâtres. Polyurie.
Corps chaud avec sclérotiques jaunes.

Sun Simiao :

Ballonnement abdominal et envie diarrhéique. Borborygmes.
Tendance à boire beaucoup.
Ictère facial et conjonctival.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Urines jaune foncé et urines rouges.

Soulié de Morant :

Urines rouge-brun (jaunisse).

Dacheng :

Urine jaune rougeâtre (ictère).

Endocrinologie

Chamfrault :

Grande soif. Plus il boit, plus il a soif.

Soulié de Morant :

Diabète avec soif et fièvre.

Dacheng :

Polyurie.

Sun Simiao :

Diabète. Tendance à boire beaucoup.

Appareil locomoteur

Soulié de Morant :

Grand droit de l'’abdomen : faiblesse ou contracture.

Duron-Borsarello :

Rhumatisme (aiguille chauffée).

Nguyen van Nghi :

Dorsalgie.

Dacheng :

Lombalgie. Dorsalgie.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens » / SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs » / LS 23 : « Maladies fébriles »
Selon Lingshu, « ce que l’on appelle les 59 punctures [sont] : sur les côtés interne et externe des deux mains, il y en a trois de chaque [côté], soit [douze] points en tout [c’est à dire Shao shang (11P), Zhong chong (9MC), Shao chong (9C) du côté interne et Shao ze (1IG), Guan chong (1TR), Chang yang (1GI) du côté externe]. Aux intervalles des cinq doigts1, il y en a un à chaque [intervalle], soit huit points en tout [c’est à dire Hou xi (3IG), Zhong zhu (3TR), San jian (3GI), Shao fu (8C)] ; il en est de même aux pieds [c’est à dire Shu gu (65V), Zu lin qi (41VB), Xian gu (43E), Tai bai (3Rt)]. [Au-dessus du front], à 1 pouce à l’intérieur des cheveux, il y en a trois de chaque [côté], soit six [points] en tout [c’est à dire Wu shu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V)]. Plus loin, à trois pouces à l’intérieur des cheveux, il y en a cinq de [chaque] côté, soit dix [points] en tout [c’est à dire Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB), Nao kong (19VB)]. En avant et en arrière de l’oreille, au-dessous de la bouche, il y en a un à chaque endroit qui, avec celui du milieu de la nuque, en fait six en tout [c’est à dire Ting hui (2VB), Wan gu (12VB), Cheng jiang (24VC), Ya men (15VG)]. Il y en a un au vertex [c’est à dire Bai hui (20VG)], un au [point] Xin hui (22VG), un à chaque bord des cheveux [selon Leijing, il s’agit de deux points : l’un au bord des cheveux en avant, c’est à dire Shen ting (24VG) et l’autre en arrière, c’est à dire Feng fu (16VG)], un au point Lian quan (23VC), deux au point Feng chi (20VB) et deux aux [points] Tian zhu (10V) ».
« Le Suwen dit : " Les 59 [points] sont les suivants : cinq points sur [chacune des] cinq lignes de la tête2 pour disperser par le haut le reflux de la chaleur de tous les yang. [Les points] Da zhui (14VG), Ying shu (1P), Que pen (12E), Bei shu (12V)* servent tous les huit à disperser la chaleur du thorax. [Les points] Qi chong (30E), San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) servent tous les huit à disperser la chaleur de l’estomac. [Les points] Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)** servent tous les huit à disperser la chaleur des quatre membres. Les cinq [points] situés des deux côtés des points shu [du dos] des cinq organes [Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi shu (49V) et Zhi shi (52V)] servent tous les dix à disperser la chaleur des cinq organes. Ces 59 [points] sont à gauche et à droite [des points importants pour guérir les maladies] fébriles." »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points situés en arrière des articulations métacarpo-phalangiennes.
2. Le Leijing précise : « les cinq lignes de la tête indiquent les cinq trajets des méridiens, le 
dumai, les deux taiyang de pied et les deux shaoyang de pied. Les cinq points sont respectivement : Shang xing (23VG), Xin hui (22VG), Xian ding (21VG), Bai hui (20VG) et Hou ding (19VG) ; Wu chu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V), Luo que (8V) et Yu zhen (9V) ; Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB) et Nao kong (19VB) ; soit 25 points en tout. »
* 背輸 Bei shu est un nom secondaire des points 11V, 12V et 15V. Il s’agit ici du 12V.
** 髓空 Sui kong est un nom secondaire des points 11Rn et 2VG.

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « La puncture de la malaria »
瘧脈滿大急,刺背,用中針傍五胠各一,適肥瘦出血。
« Lorsque dans la malaria le pouls est rempli (滿 man), grand (大 da) et impétueux (急 ji), on puncture les points shu du dos (背俞 beishu)1 et sur les côtés les cinq points latéraux2 en utilisant l’aiguille moyenne et en puncturant une fois chaque point. On fait saigner en fonction de la corpulence [du malade]. »
1. Il s’agit des points shu du dos, à savoir : Fei shu (13V), Xin shu (15V), Gan shu (18V), Pi shu (20V) et Shen shu (23V).
2. Littéralement cinq points sous-axillaires (五胠俞 wuqushu). Les interprétations concernant ce terme divergent. La présente édition suit le Leijing et le Suwen jizhuqui donnent les points : Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi she (49V) et Zhi shi (52V). Wu kun pense qu’il s’agit des points : Po hu (42V), Shen tang (44V), Yi xi (45V), Ge guan (46V) et Hun men (47V).

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias »
一十二瘧者,其發各不同時。察其病形,以知其何脈之病。先其發時,如一食頃而刺之,一刺則衰,二刺則知,三刺則已,不已刺舌下兩脈出血,不已刺中盛經出血,又刺項以下俠脊者必已。舌下兩脈者,廉泉穴也。
« Les douze [types de] malaria1 ont chacun leur propre moment d’accès ; on observe les symptômes afin de savoir quel est le méridien (脈 mai) malade. Si on puncture le temps d’un repas avant l’accès, à la première fois [la maladie] s’affaiblit, à la deuxième [l’amélioration] est perceptible, à la troisième [le malade] guérit. S’il ne guérit pas, on puncture les deux vaisseaux sous la langue en les faisant saigner. S’il ne guérit [toujours] pas, on puncture le méridien en excès (盛經 sheng jing)2 [au point] Xi zhong (40V) pour le faire saigner ainsi que [les points] qui longent la colonne vertébrale sous la nuque
3 et [le malade] guérira obligatoirement. Les deux vaisseaux sous la langue sont les points lian quan4. »
1. Il s’agit des malarias des six méridiens, des cinq organes et de celle de l’estomac.
2. 盛經 sheng jing désigne ici les vaisseaux congestionnés. Nous l’avons traduit littéralement pour accentuer le fait que les mots méridiens (經 jing) et vaisseaux (脈 mai) sont souvent interchangeables dans les textes médicaux chinois.
3. Remarque :  La version de Chamfrault indique les points Da zhu (11V) et Feng men ou Re fu (12V). La version de Nguyen van Nghi par contre indique en lieu et place de 11V et 12V les «Wu ku shu » ou points benshen (42V, 44V, 47V, 49V, 52V) et les points shu du dos.
4. Le Suwen shi indique qu’ici il ne doit pas s’agir du point Lian quan (23VC) du renmai car les points du renmai sont tous uniques et il ne peut donc pas y en avoir deux. Le chapitre 59 « Discussion sur les demeures du souffle » (Qifu lun) du Suwen dit : « Le shaoyin de pied [a] sous la langue un [point] de chaque [côté] ». Wang Bing commente : « Les deux points sous la langue du shaoyin se situent dans un creux devant le ren ying et devant les artères ; ils s’appellent she ben (racine de la langue) et [se situent] à droite et à gauche [de celle-ci, soit] deux [points en tout] ». Le chapitre 5 « Les racines et les nœuds » (genjie) du Lingshu dit : « Le shaoyin s’enracine au [point] Yong quan (1Rn) et se noue au [point] Lian quan (23VC) ».

IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »
腹滿臚脹,大便泄,意舍主之。
« La plénitude abdominale avec gonflement de la peau du ventre et diarrhée relèvent du [point] Yi shi (49V). »

XI-4 : « Syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) avec vomissements et diarrhée provoqués par la perturbation du souffle dans les intestins et l’estomac » / SW 28 : « Discussion générale sur le vide et le plein »
霍亂刺傍五、足陽明及上傍三。
« Dans les syndromes cholériformes (霍亂 huoluan)1, on puncture [le point situé] à côté du [point shen] shu2 à cinq reprises et le [point] latéral yangming de pied ainsi que [celui] au-dessus à trois reprises3. » 
1. 霍亂 huoluan signifie littéralement « perturbation soudaine » (霍 huo = rapide, soudain ; 亂 luan = perturbation, désordre).
Le Lingshu chapitre 34 définit cette perturbation ainsi : « Le souffle clair se situe dans le yin, le souffle trouble dans le yang ; le souffle nourricier suit les méridiens, le souffle défensif circule en sens contraire, le clair et le trouble se brouillent réciproquement […] Si la perturbation est dans les intestins et l’estomac, elle provoque un syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) ».
Le Leijing dit : « Lorsque le pervers se situe dans le réchauffeur moyen (中焦 zhongjiao), [le malade souffre] à la fois de vomissements et de diarrhée, le souffle des organes va et vient, l’esprit [du malade] est troublé, c’est pourquoi cela s’appelle 霍亂 huoluan (syndrome cholériforme) ».
2. Selon Wang Bing le point qui se situe à côté du point Shen shu (23V) et le point Zhi shi (52V).
3. Les interprétations divergent selon les auteurs : selon Wang Bing il s’agit des points Wei shu (21V) et Wei cang (50V). D’après le Suwen zhuzheng fawei ce sont les points Wei cang (50V) et Yi shi (49V).


XI-6 : « [Syndrome] émaciation-soif (消渴 xiaoke) et ictère causés par le débordement des cinq souffles »
消渴身熱,面赤(千金作目)黃,意舍主之。
« Le [syndrome] émaciation-soif (消渴 xiaoke) avec corps chaud, visage et yeux jaunes relève du [point] Yi she (49V). »


> OBSERVATIONS