Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

56V

Cheng jin



Noms secondaires

Chuan chang


Zhi chang


(d'après Jiayi jing)

Duan chang


Zhu yang


Shuan chang


Zhen chang


(d'après Sheng hui fang)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Entre les jumeaux externe et interne, dans un creux, 4 cun juste au-dessous de Wei zhong (40V).

Soulié de Morant :

Sur le mollet, à mi-hauteur et mi-largeur, entre les deux jumeaux, à l’angle du jumeau externe et du rebord inférieur d’une masse transverse, dans un creux, 2 TDD sous He yang (55V), 2 TDD au-dessus de Cheng shan (57V).

Pékin/Shanghai/Nguyen van Nghi :

À mi-distance du point He yang (55V) et du point Cheng shan (57V), au milieu du triceps sural, entre les jumeaux externe et interne.

Duron-Borsarello :

5 cun sous le 40V, dans la fosse qui sépare les deux jumeaux (jambes étendues). La partie antérieure des pieds du malade couché doit repousser le genou du praticien pour que l’on puisse repérer le point entre les deux jumeaux.

Dacheng :

Au milieu du mollet, 7 cun au-dessus du talon/calcanéum.

Sun Simiao :

7 cun au dessus du talon, dans une dépression au milieu du mollet.

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
承筋,一名腸,一名直腸,在腸中央陷者中(刺腰痛論注云在*中央)。
« Le [point] Cheng jin (56V) s’appelle aussi Chuan chang et Zhi chang. Il se situe dans un creux en plein milieu du mollet. » [Le commentaire de la "Discussion sur la puncture dans les lombalgies" du Suwen (chapitre 41) dit : il se situe au centre du biceps].


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

Piqûre interdite pour Tongren.

Pékin/Shanghai :

Perpendiculaire, 1 à 2 cun.

Duron-Borsarello :

Piqûre graduelle.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 1 à 2 cun.

Dacheng :

Selon Tongren, piqûre interdite ; moxas 3 fois.

Sun Simiao :

Puncture interdite.

Jiayi jing :

- III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
禁不可刺,灸三壯。
« Il est formellement interdit à la puncture. On y fait trois cônes de moxa. »

V-1 (2) : « Les interdictions de la puncture et de la moxibustion »
承筋禁不可刺。
« Le [point] Cheng jin (56V) est formellement interdit à la puncture.
»

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et autres les commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à trois distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [aux points du] yangming de pied (; on fait des moxas)3 sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion4. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Dans une autre version, ce passage entre parenthèses n’apparaît pas.
4. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F)
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V)


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Répond dans Xue hai (10Rt) et réciproquement.
Agit sur gros intestin, anus, muscles de l’occiput au talon, cou-de-pied.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Relâche les tendons.
Vivifie les luo.

Lingshu :

LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
請言氣街 [] 故氣在頭者,止之於腦;氣在胸者,止之膺與背腧;氣在腹者,止之背腧,與沖脈於臍左右之動脈者;氣在脛者,止之於氣街,與承山踝上以下。取此者,用毫針,必先按而在久應於手,乃刺而予之。所治者,頭痛眩,腹痛中滿暴脹,及有新。痛可移者,易已也;積不痛,難已也。
À propos du « carrefour des souffles (氣街 qìjiē)1 […] Quand le souffle est à la tête, il loge (止 zhi)2 au cerveau3 ; quand le souffle est dans le thorax (胸 xiong) il loge des deux côtés de la poitrine (應 ying) et aux [points] shu du dos4 ; quand le souffle est dans le ventre, il loge aux [points] shu du dos ainsi que dans le chōngmài et dans les artères à gauche et à droite du nombril5 ; quand le souffle est dans les jambes, il loge au [point] Qì jiē (30E), au [point] Chéng shān (57V) ainsi qu’au-dessus de la cheville6. Si l’on choisit [de traiter] cela, il faut employer des aiguilles fines (毫針 haozhen) ; on doit d’abord presser, attendre longtemps [le souffle] et seulement quand il répond sous la main on puncture afin de traiter7. On traite [ainsi] les céphalées, les étourdissements et les syncopes, les douleurs au ventre, les plénitudes abdominales, les ballonnements soudains ainsi que les amas récents. Ceux qui font mal et qui bougent sont faciles à guérir. Les amas qui ne sont pas douloureux sont difficiles à guérir. »
1. Qìjiē désigne les points de liaison des méridiens et des luò qui se situent à la tête, à la poitrine, au ventre et aux jambes. Qìjiē désigne aussi la région de l’artère fémorale et est un autre nom du point Qì chōng (30E).
2. Il y a différentes interprétations de cette phrase. Certains l’interprètent comme : « pour traiter on choisit… », d’autres comme : « le souffle se rassemble à… ».
3. Le commentaire du 
Taisu dit : « Le cerveau, c’est le carrefour des souffles de la tête, c’est pourquoi quand le souffle est la tête, il s’arrête à Bai hui (20VG) ». Le Leijing dit : « Toutes les moelles dépendent du cerveau, et celui qui agit en tant que rassemblement le plus élevé des souffles, c’est le carrefour des souffles de la tête ».
4. Le 
Leijing commente : « Les deux côtés de la poitrine s’appellent ying ; quand le souffle est dans la partie antérieure de la poitrine, il demeure dans les deux côtés de la poitrine (應 ying) : il s’agit d’une partie des méridiens yángmíng et shàoyīn. Quand il est dans la partie postérieure de la poitrine, il est aux [points] shu du dos. Il s’agit des points shu des organes du méridien taiyang de pied au-dessus de la 11ème vertèbre [dorsale] et du diaphragme ; ils sont tous le carrefour des souffles de la poitrine ».
5. Le 
Leijing dit : « Ce que l’on appelle les [points] shu du dos, ce sont pour le ventre tous les [points] d’organe du méridien taiyang au-dessous de la 11ème vertèbre [dorsale] et du diaphragme. Quant à ce qui circule dans la partie antérieure, ce sont les méridiens chongmai et shàoyīn, qui circulent ensemble au ventre, et l’artère des deux côtés du nombril ; c’est à dire aux [points] Huang shu (16Rn), Tian shu (25E), etc. Ils sont au carrefour des souffles du ventre ».
6. Le 
Leijing commente : « Ce que l’on appelle qìjiē, c’est un [point] du méridien yangming de pied, c’est à dire le point Qì jiē (30E). Cheng shan (57V), c’est un point du méridien taiyang de pied, il se situe au-dessus et au-dessous de la cheville ; ils sont tous également le carrefour des souffles du pied ».
7. Le 
Taisu dit : « Les méthodes de puncture du carrefour des souffles consistent toutes à appuyer longtemps pour savoir si les souffles "répondent à la main" soit par le [déclenchement] d’une douleur sous la main soit par le battement d’un vaisseau sous la main. Ensuite, il faut procéder à une tonification ou à une dispersion des souffles ».
La traduction de Chamfrault diffère ! :
« Quand les méridiens des membres inférieurs sont en vide, le malade a la sensation de jambes glacées ; s’ils sont en plénitude, il a la sensation de chaleur dans les membres inférieurs. Quand les méridiens situés en haut du corps sont en vide, le malade a des vertiges ; s’ils sont en plénitude le malade a la sensation de chaleur dans le haut du corps qui est douloureux. S’il y a plénitude en haut, il faut puncturer de telle sorte qu’elle ne puisse descendre vers le bas. Si elle est en bas, il faut puncturer de telle sorte qu’elle ne puisse monter vers le haut. S’il y a vide, il faut, dans le haut ou dans le bas, y attirer l’énergie pour rétablir l’équilibre. Il existe quatre régions principales où s’effectuent les ramifications des méridiens : à la poitrine, au ventre, à la tête et au mollet où il faut puncturer les points Cheng jin (56V), Cheng shan (57V) et Fei yang (58V) avec l’aiguille n°7 après avoir appuyé longtemps sur le point avec le doigt. »

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
足太陽脈氣所發
« Le souffle du méridien taiyang de pied s’y déploie. »

Jean Marc Kespi :

Parait gouverner le yang qui fait circuler le sang du bas vers le haut du corps et donc le retour du sang veineux à partir des membres inférieurs . La dialectique taiyang est ici temporelle, "transporter pour offrir", comme les points shu du dos. Il est donc indiqué dans les stases veineuses du bas du corps : "point préférentiel pour les hémorroïdes", "oedèmes des jambes et des genoux, chaleur sous le pied", "veines détendues".
Mais il ne faut pas réduire son action à cette seule acception : il permet au sang de gagner le tronc et le haut du corps, d’où ses indications dans les contusions et les crampes. Remarquons que son action sanguine nous est indiquée par "répond dans le 10 ZTYi/Rt".


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Roustan :

Céphalée.

Sun Simiao :

Céphalée.
Chaud et froid. Sudation sans crainte du froid.
Ne peut rester longtemps debout.

Neurologie

Chamfrault :

Mollet et hanche insensibles.

Soulié de Morant :

Moitié du corps postérieure.
D’occiput à talon ou main (nuque, dos, lombes, membres supérieur et inférieur postérieurs) : contracture, douleur ou faiblesse, flaccidité.

Nguyen van Nghi/Roustan :

Paralysie du membre inférieur.

Duron-Borsarello :

Névralgie du membre inférieur.

Dacheng :

Parésie, paresthésie de la jambe.

Sun Simiao :

Convulsions, ne peut rester longtemps debout.

ORL

Chamfrault :

Épistaxis.

Dacheng :

Épistaxis. Éternuements.

Sun Simiao :

Épistaxis due à la présence de chaleur dans la tête.

Phlébologie

Soulié de Morant :

Veines : varices internes, mollet et pied engourdis et lourds.

Digestif

Chamfrault :

Constipation. Hémorroïdes. Choléra avec spasmes musculaires.

Soulié de Morant :

Gros intestin : constipation ou diarrhée.
Anus : hémorroïdes.

Pékin/Nguyen van Nghi/Roustan :

Hémorroïdes.

Duron-Borsarello :

Vomissements. Constipation. Diarrhée. Hémorroïdes.

Dacheng :

Constipation. Hémorroïdes. Choléra avec spasmes musculaires.

Sun Simiao :

Constipation. Douleurs de l’hypogastre. Hémorroïdes douloureuses. Syndrome cholériforme.

Lymphatiques

Chamfrault/Soulié de Morant :

Enflure de l'aisselle.

Dacheng :

Inflammation et enflure sous axillaire.

Sun Simiao :

Adénite axillaire.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Spasmes de la région rénale et du dos. Douleur aux reins.
Mollet et hanche insensibles.
Douleur du talon. Spasmes du pied.

Soulié de Morant :

Moitié du corps postérieure.
D’occiput à talon ou main (nuque, dos, lombes, membres supérieur et inférieur postérieurs) : contracture, douleur ou faiblesse, flaccidité.
Membres supérieur et inférieur postérieurs : enflure. Ou engourdissement. Ou crampes.
Crampes du choléra.
Talon postérieur (et tendon d’Achille ?) : contracture, dureté, douleur.

Pékin :

Douleur de la jambe.
Raideur dorso-lombaire douloureuse.

Roustan :

Contracture et douleur dorso-lombo-coccygienne. Dorsalgie.
Douleur du mollet. Douleur de la hanche.

Duron-Borsarello :

Névralgies du membre inférieur. Crampes du mollet.

Nguyen van Nghi :

Lombalgie avec contracture.
Douleurs au mollet.

Dacheng :

Douleur lombaire avec contracture.
Douleur sourde du mollet. Lassitude des jambes. Choléra avec spasmes musculaires.
Talalgie.

Sun Simiao :

Bi et engourdissement de la jambe.
Chaleur de la plante des pieds. Contracture du pied.
Douleur du talon et tension du pied. Douleur intense et myalgie du pied. Endolorissement de la jambe et du pied. Endolorissement des pieds.
Entorse.
Lombalgie insupportable. Douleur de la colonne dorso-lombaire et crainte du froid.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 上陷脈灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge […] On fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, il s'agit du point Cheng shan (57V). Pour
Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V)

- VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »

寒熱後出,瘈瘲, 酸重,戰栗不能久立,急腫,跗痛足筋攣,少腹引喉嗌,大便難,承筋主之。
« Les frissons et la fièvre avec extériorisation des hémorroïdes (篡后出 cuan hou chu), convulsions, courbatures et lourdeur des pieds et des mollets, tremblements avec impossibilité de rester longtemps debout, contracture et gonflement des pieds, douleur sur le dessus du pied et contractures des tendons des pieds, douleurs hypogastriques qui irradient jusqu’à la gorge et défécation difficile relèvent du [point] Cheng jin (56V). »

- IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »
大腸實則腰背痛,痺寒轉筋,頭眩痛,虛則鼻衄癲疾,腰痛然汗出,令人欲食而走,承筋主之
« Si le gros intestin est plein, on souffre de douleurs lombaires et dorsales, de bi froid avec des crampes (轉筋 zhuanjin), de céphalées et de vertiges ; s’il est vide, on a des épistaxis, de l’épilepsie (癲疾 dianji), des douleurs lombaires avec une transpiration légère et continue, on a envie de manger et de marcher. Ces [symptômes] relèvent du [point] Cheng jin (56V). »

IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
會陰之脈令人腰痛,痛上濈然汗出,汗乾令人欲飲,飲已欲走。刺直陽之脈上三痏,在蹻上下三所橫居,視其盛者出血(素問濈濈然作漯漯然,三所作五寸)。
« Le vaisseau 會陰 huiyin1 [peut] provoquer chez l’homme des lombalgies avec une transpiration continue à l’endroit douloureux
 (frissons et transpiration pour le Suwen). Quand la transpiration sèche, l’homme a soif et, après avoir bu, il désire marcher. On puncture le vaisseau zhiyang2 à trois reprises et on fait saigner les [vaisseaux] transversaux [congestionnés] qui se situent à trois pouces (cinq pouces pour le Suwen) au-dessus du (yangqiao (mai)3 et au-dessous du [point] xi4. »
1. Huiyin est le nom du point où se rencontrent dumairenmai et chongmai. Les interprétations du terme "vaisseau du huiyin" divergent : pour Wang Bing et le Suwen jingzhu, c’est le trajet principal du taiyang de pied qui descend des lombes jusqu’à l’anus. Par contre, le LeijingWu Kun et d’autres commentateurs insistent sur la rencontre du dumaiet du renmai. La présente édition chinoise cite le Suwen zhuzheng fawei qui dit : « … le vaisseau huiyin part des lombes pour rejoindre [le dumai et le renmai] à l’anus. Si ce vaisseau reçoit le pervers, il peut également provoquer chez l’homme des lombalgies ».
2. Les interprétations de ce terme divergent : Wang Bing, le Leijing et d’autres commentaires pensent qu’il s’agit du taiyang de pied. Pour d’autres, comme le Suwen jizhu, il s’agit du dumai. D’autres encore pensent que ce terme désigne le vaisseau huiyin.
3. Il s’agit du point Shen mai (62V).
4. Sous-entendu Xi zhong, autre nom du point Wei zhong (40V). La localisation de l’endroit à piquer diverge dans les commentaires du Suwen [qui dit "à cinq pouces"]. SelonWang Bing, il s’agit du point Cheng jin (56V). D’après le Suwen zhijie, il s’agit du point Cheng shan (57V). Le même ouvrage précise qu’il ne faut pas nécessairement puncturer ce point , mais la région qui lui correspond approximativement.

Traduction de Husson :
« Dans la lombalgie venant du périnée [vaisseau du point Hui yin (1VC)], la douleur remonte et la sueur s’écoule à flots. Quand la sueur sèche, le sujet a envie de boire. Quand il a bu, il a envie de marcher. On fait trois piqûres sur le yang direct (vessie), sur le qiao [shen mai (62V)] et à 5 cun au-dessous de la "fissure" [Cheng jin (56V)] en faisant saigner ce qui est congestif. »
Traduction de NvN :
« L’atteinte du huiyin mai peut provoquer une lombalgie avec sudation, soif après la sudation et envie de trotter après avoir bu. Il faut d’abord piquer trois fois le Zhu yang mai puis le point situé au-dessus de Shen mai (62V) et à 5 cun au-dessous de Wei zhong (40V) [c’est à dire le point Cheng jin (56V)], et faire saigner les luo en plénitude ». Puis il s’explique :
. « Huiyin mai : Hui yin (1VC) est le nom du point d’émergence d’un vaisseau du rein situé entre le yin antérieur (vulve ou scrotum) et le yin postérieur (anus) huiyin mai désigne le méridien curieux renmaiZhang zhitong dit : "Le point de départ du renmai et du dumai porte le nom de Hui yin (1VC) parce qu’il provient d’un vaisseau venant du rein.. Le huiyin mai n’est autre que le renmai. " »
. « Zhu yang mai zhu signifie droit, vertical, direct. Zhu yang mai désigne donc le méridien curieux dumai. Il s’appuie sur Zhang zhitong qui explique : "Zhu yang mai le dumai. Il commande tous les méridiens yang du corps. Il monte tout droit le long du rachis vertébral. C’est pourquoi le dumai porte aussi le nom de Zhu yang mai (vaisseau vertical yang) ". »

- IX-12 : « Hémorroïdes et prolapsus du rectum provoqués dans la partie inférieure du corps par l’atteinte du méridien (脈 mai) taiyang de pied ».
痛,承筋主之。
« Les hémorroïdes et les douleurs périnéales relèvent du [point] Cheng jin (56V). »

XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲疾嘔沫,神庭及兌端、承漿主之。其不嘔沫,本神及百會、後頂、玉枕、天衝、大杼、曲骨、尺澤、陽溪、外丘、當上脘傍五分,通谷、金門、承筋、合陽主之,委中下二寸為合陽。
« L’épilepsie (癲疾 dianji) avec vomissements d’écume relèvent des [points] Shen ting (24VG), Dui duan (27VG), Cheng jiang (24VC). L'épilepsie sans vomissements d'écume relève des [points] Ben shen (13VB), Bai hui (20VG), Hou ding (19VG), Yu zhen (9V), Tian chong (9VB), Da zhu (11V), Qu gu (2VC), Chi ze (5P), Yang xi (5GI), Wai qiu (36VB), Tong gu (20Rn) qui se situe à 0,5 cun à côté du [point] Shang wan (13VC), Jin men (63V), Cheng jin (56V) et He yang (55V). »

- XI-4 : « Syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) avec vomissements et diarrhée provoqués par la perturbation du souffle dans les intestins et l’estomac »
霍亂轉筋,金門、僕參、承山、承筋主之。
« Les syndromes cholériformes avec crampes relèvent des [points] Jin men (63V), Pu shen (61V) et Cheng jin 56V). »
Remarque : Le texte original rajoute 承山 Cheng shan (57V)

- XI-4 : « Syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) avec vomissements et diarrhée provoqués par la perturbation du souffle dans les intestins et l’estomac »
霍亂脛痺不仁(千金云主瘈瘲酸),承筋主之。
« Les syndromes cholériformes avec bi et insensibilité des jambes relèvent du [point] Cheng jin (56V). » [le Qianjin dit : convulsions et courbatures des pieds relèvent de [ce point]]


> OBSERVATIONS