Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

60V

Kun lun



Noms secondaires

An xie



> LOCALISATION

Chamfrault :

Au-dessus du calcanéum, entre la malléole externe et le tendon d’Achille, à 0,5 cun de la partie moyenne de la malléole, dans un creux au niveau de l’artère péronière postérieure.

Soulié de Morant :

Face externe de la cheville, à l’angle du rebord postéro-inférieur de la malléole externe, du rebord supérieur du calcanéum et du rebord antérieur des tendons postérieurs péroniers, en avant de l’artère péronière postérieure, de la veine et du nerf saphènes externes, dans un creux, 4 TDD sous Fu yang (59V) et 2 TDD serrés au-dessus de Pu shen (61V).

Pékin :

Entre le bord postérieur de la malléole externe et le tendon d’Achille, au niveau de la pointe de la malléole externe.

Shanghai :

Au milieu de l’espace compris entre le bord postérieur de la malléole externe et le bord antérieur du tendon d’Achille, au niveau du sommet de la malléole.

Duron-Borsarello :

Entre le calcanéum et le tendon d’Achille, le doigt glissant sur le bord externe du calcanéum s’arrête dans un creux. Tourner plusieurs fois le doigt en appuyant sur le point.

Nguyen van Nghi :

Entre la malléole externe et le tendon d’Achille, dans un creux.

Dacheng :

0,5 cun en arrière de la malléole externe, dans un creux au-dessus du calcanéum, au niveau d’une petite artère.

Sun Simiao :

Dans une dépression au-dessus du calcanéum et à l’extérieur de la malléole externe (au bord postérieur).

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
昆侖,在外踝之後,跟骨之上
« [Le point] Kun lun (60V) [se situe] au-dessus du calcanéum en arrière de la malléole externe. »

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
崑崙 [] 在足外踝後,跟骨上陷中,細脈動應手
« Le [point] Kun lun (60V) se situe dans un creux en arrière de la malléole externe et au-dessus du calcanéum, [là où] l’on sent battre un fin vaisseau sous la main. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,5 cun pendant 10 respirations pour Suwen. 0,3 cun pour Tongren. Interdit à la puncture chez la femme enceinte.

Pékin :

Perpendiculaire de 0,5 à 0,8 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire vers Tai xi (3Rn) de 0,5 à 1 cun.
Oblique vers le haut en direction de Fu yang (59V) de 1 à 3 cun pour le traitement du goitre.

Nguyen van Nghi :

Verticale de 1 à 1,5 cun ou transfixiante vers Tai xi (3Rn).

Dacheng :

5 cun pendant 10 respirations pour Suwen. 0,3 cun pour Tongren. La puncture pendant la grossesse peut provoquer l’avortement.

Jiayi jing :

- III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
刺入五分,留十呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,5 pouce de profondeur pendant 10 expirations. On y fait 3 cônes de moxa. »

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數,次灸撅骨以年為壯數,視背陷者灸之,舉臂肩上陷者灸之,兩季脅之間灸之,外踝上骨之端灸之,足小指、次指之間灸之, 上陷脈灸之,外踝後灸之,缺盆骨上切之堅動如筋者灸之,膺中陷骨間灸之,掌束骨下灸之,臍下關元三寸灸之,毛際動脈灸之,臍下二寸分間灸之,足陽明跗上動脈灸之,上一灸之,取犬所嚙處灸之,即以犬傷病法三炷灸之,凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et les autres commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à deux distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [au point du] yangming de pied situé sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion3. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise.
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F).
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V).


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point jing (經) du zu taiyang.
« Ce point est extrêmement important. On l’a symbolisé en l’appelant du nom des montagnes Kun Lun qui, en Chine, donnent naissance au plus grand fleuve (le fleuve Jaune). De même, tous les liquides chez l’homme qui alimentent la partie supérieure du corps viennent du méridien de la vessie et le point Kun lun (60V) représente leur source. Dans tous les symptômes que nous venons de voir [bourdonnements, vertige, borborygmes, constipation, paralysies], les troubles sont engendrés par un manque de liquide » (commentaire tiré de sa traduction du Linshu 28 : « Questions orales »).

Duron-Borsarello :

Point jing (經) du zu taiyang.

Soulié de Morant :

Tonifier : tonifie tous les méridiens yang et disperse tous les méridiens yin. Disperser : agit sur toutes les douleurs.
Spécial pour douleurs, crampes et contractions, enflures, prurit.
Agit sur vessie, tous les méridiens yang, hémicorps homolatéral.

Shanghai :

Point jing du zu taiyang qui : élimine le vent, favorise la communication des luo, relâche les tendons et la fonction musculaire, fortifie les lombes

Nguyen van Nghi :

Point jing du zu taiyang correspondant au mouvement « feu/coeur ».
Élimine le vent et l’humidité. Harmonise les communications des luo de ramifications en vue d’activer les circulations énergétique et sanguine.
Assure le tonus musculaire. Renforce la région lombaire.

Auteroche :

Délie les tendons.
Donne le passage aux luo , c’est-à-dire expulse les facteurs pathogènes situés dans les muscles, et en particulier le froid.
Rend 
vigoureuses les lombes. Tonifie le rein.
Métamère S1.

Dacheng :

« Un des douze points à action céleste de Ma Da Yang »
« Les 360 points sont tous sous le commandement de ces 12 points … Kun lun (60V) à la propriété de traiter entorse, lombalgie et coccygodynie, douleur subite et ballonnement abdominal ainsi que l’impossibilité à la marche avec douleur intense ».

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Fortifie les lombes et tonifie les reins.
Assouplit les tendons. Vivifie les luo.

Lingshu :

- LS 2 : « Les points shu des quatre membres » / Jiayi jing III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
行於昆侖 [] 為經
« [Le souffle de la vessie] circule vers le [point] Kun lun (60V) […] c’est le [point] jing (passage). »

LS 5 : « Racines et nœuds » / Jiayi jing II-5 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
足太陽根於至陰,溜於京骨,注於昆侖,入於天柱、飛揚也 [] 此所謂十二經者,盛絡皆當取之。
« Le taiyang de pied s’enracine (根 gen) au [point] Zhi yin (67V), s’écoule (溜 liu) à Jing gu (64V), se déverse (注 zhu) à Kun lun (60V), entre (入 ru) à Tian zhu (10V) et [en bas] à Fei yang (58V)1 […] Quand un luo est plein (盛 sheng), il faut le traiter. »
1. Le Taisu dit : « En ce qui concerne les points shu, il s’agit des six méridiens (脈 maiyang qui s’écoulent par 井 jing, 榮 ying, 輸 shu, 原 yuan, 經 jing, 合 he suivant l’ordre des cinq éléments (五行 wuxing) et leur arrivée au corps en fait l’extrémité. Ici, [le trajet] des six yang de main et de pied, qui montent de la racine jusqu’à l’entrée, s’écoulent, se déversent et circulent en montant, présente une certaine différence avec le trajet des chapitres Benshu et Mingtang. Ici, les points où l’on dit « s’enraciner » (根 gen) correspondent tous aux points de sortie de ces deux derniers textes. Ici, les points où l’on dit « s’écouler » (溜 liu) correspondent tous aux points de passage. Seul le point où s’écoule le taiyang de main ne passe pas à Wan gu (4IG), mais se déplace vers le [point] Yang gu (5IG) qui correspond dans ces textes à un point d’écoulement abondant ; il semble que ce soit le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « se déverser » correspondent tous aux points d’écoulement abondant de ces textes ; seul le yangming de pied ne correspond pas au [point] Xie xi (41E) d’écoulement abondant, mais se déplace vers le [point] de réunion Xia ling (36E) ; comme plus haut, c’est le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « entrer » diffèrent tous des points de ces textes. Les six méridiens yang partent tous des doigts de la main et du pied en tant qu’enracinement et montent établir une liaison (絡 luo) jusqu’à la ramification du grand luo qu’on appelle « l’entrée ». Il y a deux endroits d’entrée : l’une qui entre dans le grand luo, l’autre qui prend un trajet montant jusqu’à la tête pour entrer dans le [point] Tian zhu (10V) ; seuls les yangming de main et de pied arrivent en avant du cou aux [points] Ren ying (9E) et Fu tu (18GI). L’endroit où sort le trajet d’écoulement s’appelle 井 jing (puits) ; ici, il s’appelle racine, [car] le puits est le lieu d’où sort l’eau ; c'est pourquoi la racine équivaut au puits (井 jing). Le [point] Tian zhu (10V) [se situe] dans un creux des deux côtés de la nuque à l’extérieur du grand tendon, c’est le méridien principal du taiyang de pied. Le [point] Fei yang (58V) se situe à 7 pouces au-dessus de la malléole externe, c’est le grand luo du taiyang de pied. Le Leijing (livre 9, chapitre 19) commente : « le texte parle desluo prospères des trois yang de main et de pied, dans tous les soins des maladies, il faut le traiter. Le [point] Zhi yin (67V) du taiyang de pied, c’est le [point] jing (puits), Jing gu (64V), c’est le [point] yuan. Le [point) Kun lun (60V), c’est le [point] jing (passage). Le [point] Tian zhu (10V) se situe à la tête, le [point] Fei yang (58V) se situe au pied ; tous les deux sont [les points] de ce méridien qu’il faut traiter, pour le reste, il faut faire de même. »

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
崑崙,火也 [] 足太陽脈之所行也,為經。
« Le [point] Kun lun (60V) c’est le feu […] Là circule le méridien taiyang de pied, c’est le [point] jing (passage). »

Jean Marc Kespi :

Toutes les opérations alchimiques se déroulent dans un fourneau qui a la forme du mont Kun Lun, centre géographique du monde, haut lieu, autel (altare : haut lieu) et donc point de jonction entre la Terre et le Ciel, entre l’Homme et le Ciel ; il est, chez l’homme, en relation avec la « caverne du Coeur », avec la caverne du centre. Point de jonction du ciel et de la terre, il est donc en rapport direct avec le centre de l’homme par l’ombilic et Kun lun (60V) ; il est donc sur l’axe du monde.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Paludisme avec sueurs abondantes. Céphalées. Éblouissement avec douleur atroce. Vertiges.

Soulié de Morant :

Insomnie par douleur morale, ou mécontentement, ou irritation, ou douleur physique.
Bébés : insomnie, douleurs et tout trouble de dentition.
Céphalée congestive avec vertiges.
Spécial pour toutes les douleurs internes ou externes. Spécial pour toutes les crampes et contractions.
En général : hémicorps homolatéral : douleurs récentes ou légères, disperser ; douleurs graves ou anciennes, tonifier.

Roustan :

Céphalées. Fièvre intermittente.

Duron-Borsarello :

Migraines fébriles. Douleurs en général.

Nguyen van Nghi :

Céphalée.

Dacheng :

Céphalée. Vertige avec douleur des yeux. Sudation abondante. Maladie du Froid/Chaleur avec hyperhidrose.

Sun Simiao :

Céphalées. Céphalée avec vertiges. Fièvre intermittente avec forte sudation. Fièvre intermittente avec froid et absence de sudation. Vent dans tout le corps. Vertiges dus au Vent.

Psychisme

Sun Simiao :

Démence, folie due à un grand vent. Logorrhée.

Neurologie

Chamfrault :

Convulsions ou épilepsie infantile brutale.

Soulié de Morant :

Insuffisance du thalamus qui inhibe les sensations.
Apoplexie : coma.
Hémiplégie : membres faibles et douloureux.
Toutes douleurs de spasmes, de convulsions infantiles. Tics de la tête.
Pieds faibles, ne peut les relever, marche sans force, jusqu’à flaccidité.

Pékin :

Paralysie du membre inférieur. Sciatique.

Roustan :

Sciatique. Paralysie du membre inférieur. Convulsions infantiles.

Duron-Borsarello :

Épilepsie.

Nguyen van Nghi :

Paralysie du membre inférieur. Sciatalgie. Convulsions infantiles.

Dacheng :

Convulsions infantiles avec contracture ou relâchement des membres.

Sun Simiao :

Convulsions. Convulsions épileptiques. Épilepsie.

Ophtalmologie

Chamfrault :

Éblouissement avec douleur atroce.

Soulié de Morant :

Oeil (interne controlatéral, externe homolatéral) : douleur oculaire vive, ou congestion oculaire, ou gonflement de l'oeil.

Duron-Borsarello :

Affections des organes des sens.

Dacheng :

Éblouissements et douleur aux yeux.

Sun Simiao :

Amblyopie importante. Douleur oculaire aiguë. Fragilité de l’oeil au vent et au froid. Inflammation oculaire.

ORL

Chamfrault/Dacheng :

Épistaxis.

Soulié de Morant :

Nez saignant. Douleur de l'oreille (même côté).

Duron-Borsarello :

Affections des organes des sens.

Sun Simiao :

Épistaxis due à la présence de chaleur dans la tête.

Stomatologie

Soulié de Morant :

Odontalgie aiguë et douleur des gencives (homolatérales). Tout trouble de dentition des bébés (douleurs, diarrhées, …). Enfant faisant ses dents : tous troubles (disperser).

Dermatologie

Soulié de Morant :

Peau : tout prurit, spécial pour le prurit. Toutes sortes d'enflures.
Abcès ou acné du dos. Douleur d’abcès, blessures, coups.
Enflure douloureuse des ganglions ; empoisonnement.

Dacheng :

Éruptions cutanées au début sur la région dorsale (disperser).

Pneumologie

Chamfrault :

Toux avec dyspnée. Difficulté pour respirer.

Soulié de Morant :

Toux : quintes avec expectoration et étouffement ; toux irradiant dans le dos, la colonne vertébrale et les lombes. Asthme : arrête l’étouffement et les douleurs. Spasmes de la poitrine paralysants, suffocation ou congestion pulmonaire.

Dacheng :

Toux et dyspnée. Quintes de toux. Asthme et douleur.

Sun Simiao :

Dyspnée. Engorgement et ballonnement abdominal avec gêne respiratoire.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Douleur au coeur irradiant dans le dos.

Soulié de Morant :

HTA (céphalée congestive, épistaxis, hémorroïdes saignantes).
Douleur au coeur irradiant dans le dos.

Digestif

Soulié de Morant :

Douleur de l'estomac, crampes d'estomac, acidité gastrique.
Douleur aux intestins, coliques. Spasmes des intestins. Béribéri. Diarrhée avec enflure du membre inférieur. Hémorroïdes saignantes.
Enfant : tout trouble des intestins avec fièvre. Diarrhée verte quand fait ses dents.
Acupuncture et Moxibustion – 2010, 9 (3), p 174 : « Enfant faisant ses dents : tous troubles : 60V (disperser) – Inflammation de la bouche, ne peut pas sucer : 5IG – Manque d’appétit : 36E (tonifier) – 5VG ».

Duron-Borsarello :

Gastrite aiguë.

Dacheng :

Douleur abdominale avec irradiation lombaire. Douleur épigastrique irradiant dans le dos.

Sun Simiao :

Engorgement et ballonnement abdominal avec gêne respiratoire. Constipation importante. Diarrhée motrice due à un déséquilibre de l’humidité avec douleur généralisée. Douleur abdominale. Gonflement abdominal soudain.

Uro-néphrologie

Dacheng :

Inflammation de la loge rénale.

Andrologie

Chamfrault/Dacheng :

Douleur et enflure des organes génitaux.

Soulié de Morant :

Douleur et enflure des organes génitaux. Homme : testicules, orchite.

Gynécologie

Chamfrault :

Douleur et enflure des organes génitaux. Douleur du vagin. Stérilité.

Soulié de Morant :

Douleur et enflure des organes génitaux. Douleur de règles. Douleur du vagin ou enflure du vagin ou prurit vaginal.

Duron-Borsarello :

Maladies de l’utérus.

Dacheng :

Douleur et enflure des organes génitaux.

Obstétrique

Chamfrault/Roustan :

Accouchement difficile (de toute origine), rétention placentaire.

Soulié de Morant :

Difficulté et malaise de grossesse (peut causer avortement ?). Atténue beaucoup et diminue en nombre les douleurs d'accouchement. Fait venir l’enfant plus vite. Fait venir le placenta.

Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi :

Accouchement difficile.

Dacheng :

Rétention placentaire. Conception difficile. Rétention du foetus.

Sun Simiao :

Conception difficile. Rétention placentaire.

Endocrinologie

Chamfrault :

Toutes les affections glandulaires.

Roustan :

Goitre.

Métabolisme

Chamfrault :

Enflure des membres. Oedème des jambes.

Soulié de Morant :

Spécial pour toutes les enflures. Enflure des organes génitaux. Enflure de la peau. Enflure des quatre membres (homolatéraux) et des lombes.

Dacheng :

Atteinte de la région lombaire par le jiaqi (la maladie débute par l’oedème des pieds dû à l’eau/humidité) avec enflure et douleur des membres inférieurs (enflure ou gonflement des pieds qui ressemble au béribéri, oedème des membres inférieurs d’origine hépatique, cardiaque ou rénale, lymphoedème).

Sun Simiao :

Gonflement de la région lombaire et du coccyx ? Gonflement du coccyx et du dos. Gonflement du talon et du mollet.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleurs à l’intérieur de la région rénale et des vertèbres. Douleur de la région rénale et du coccyx.
Contractures du dos et des épaules avec spasmes. Douleur de la main.
Fesse et cuisse très douloureuses comme par un coup de hache. Spasmes du mollet, mollet enflé avec impossibilité de poser le pied à terre. Arthrite des malléoles et des talons, « énergie dans le pied ».

Soulié de Morant :

Spécial pour toutes les crampes et contractions.
Déviation de la colonne vertébrale. Douleur et fatigue de la colonne vertébrale. Douleur lombo-sacrée de déplacement. Lombes, sacrum, coccyx, ischion : douleurs, enflures, contractures.
Épaule et dos : contracture, dureté, douleurs.
Toute douleur ou enflure du membre supérieur même côté.
Toute douleur ou enflure du membre inférieur même côté. Genou postérieur : contracture ou enflure, arthrite. Cheville : douleur, foulure ou rhumatisme. Pied : douleurs anciennes, crampes, ne peuvent être posés à terre, comme éclatés. Ou faiblesse, ne peut les relever, marche sans force, jusqu’à flaccidité. Cou-de-pied : douleur, arthrite. Plante : douleur aiguë.
Béribéri : enflure rouge de la jambe et du pied.

Pékin :

Lombalgie, sciatique, douleurs de l’articulation du cou-de-pied et des tissus péri-articulaires.

Roustan :

Contracture cervicale, dorso-lombalgie, sciatique, affections de l’articulation de la cheville et des tissus mous environnants. Douleur du sacrum.

Duron-Borsarello :

Douleur de la jambe et du pied.

Nguyen van Nghi :

Dorsalgie. Lombalgie. Sciatalgie. Névralgie cervicobrachiale. Talalgie.

Dacheng :

Oedème de la jambe. Le pied ne peut pas toucher le sol. Crampes du creux poplité. Sévère douleur de la cheville. Raideur de l’épaule et du dos. Douleur de la colonne vertébrale. Atteinte de la région lombaire et du coccyx par le jiaqi (atteinte Eau/Humidité) avec enflure et douleurs des membres inférieurs. Douleur constrictive du cou-de-pied. Douleur du talon à type de déchirure. Contracture des muscles scapulo-huméraux. Lombalgie avec impossibilité de se pencher en avant. Douleur de la malléole externe.

Sun Simiao :

Gonflement de la région lombaire et du coccyx. Gonflement du coccyx et du dos. Gonflement du talon et du mollet. Pied bot ? Raideur de la colonne vertébrale, opisthotonos. Raideur du rachis. Torticolis : douleur aiguë et raideur de la nuque.

Pédiatrie

Soulié de Morant :

Bébés : insomnie, douleurs et tout trouble de dentition.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW 41 : « Acupuncture des lombalgies »
如折不可以俛仰,不可舉,刺足太陽
« Dans la lombalgie avec impossibilité de se redresser et de se mouvoir, corps plié, on pique Shu gu (65V), Jing gu (64V), Kun lun (60V), Shen mai (62V) et Pu shen (61V) de vessie. »

- SW 46 : « Pathogénies »
帝曰:有病怒狂者,此病安生岐伯曰:生於陽也。岐伯曰陽氣者因暴折而難決故善怒也病名曰陽厥。
帝曰何以知之岐伯曰陽明者常動巨陽少陽不動不動而動大疾此其候也。奪其食即已。夫食入於陰,長氣於陽,故奪其食即已。使之服以生鐵絡為飲,夫生鐵絡者,下氣疾也。
« Huangdi : Comment se produisent les folies furieuses ?
Qibo : elles viennent du yang. La colère est provoquée par une brutale répression du yang empêché dans son déversement, c’est un "blocage de yang" (yang jue)
Huangdi : À quoi les reconnaît-on ?
Qibo : Le yangming est normalement animé de pulsations aux points Ren ying (9E) et Qi she (11E). Il en va tout autrement pour les taiyang et shaoyang (dont les points Tian rong 17IG et Tian you 16TR) ne s’animent qu’en cas de maladie grave. La suppression des aliments y met fin immédiatement. En effet, les aliments entrent dans le yin et font croître le yang. La suppression de la nourriture fait tout cesser aussitôt. On fait boire de l’eau ferrugineuse qui abat les maladies du qi. »
Remarque : La version de NvN donne comme points de taiyang les 40V et 60V et comme points de shaoyang les 2VB et 39VB.

Lingshu :

- LS 20 : « Les cinq pervers » / Jiayi jing IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
邪在腎,則病骨痛,陰痹。陰痹者,按之而不得,腹脹,腰痛,大便難,肩背頸項痛,時眩。取之湧泉、崑崙。視有血者,盡取之。
« Lorsque le pervers se situe dans le rein, on souffre de douleurs dans les os et de bi [de type] yin. Le bi [de type] yin ne se trouve pas lorsque l’on appuie dessus1 [et il provoque] des gonflements abdominaux, des douleurs lombaires, de la difficulté pour aller à la selle, de la raideur douloureuse des épaules, du dos, du cou et de la nuque ainsi que des vertiges fréquents. On le traite aux points Yong quan (1Rn) et Kun lun (60V). Si l’on voit du sang [stagnant, on doit] les faire saigner entièrement. »
1. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Dans le bi [de type] yin, la douleur n’a pas de localisation fixe. Si on appuie dessus, on ne la trouve pas » ; c’est justement ce que le chapitre 43 "Discussion sur [la maladie] bi" (bi lun) du Suwen dit : « Celui (bi) ou le froid domine s’appelle bi douloureux ».
Version de NvN : « … on traite les points rong de rein (2Rn) et jing de vessie (60V). »

- LS 24 : « Perturbation de la circulation de l’énergie » / Jiayi jing IX-2 : « Les douleurs précordiales subites, les bi de la poitrine, la hernie du coeur et les trois vers provoqués par le souffle froid qui se loge dans les cinq organes et les six entrailles »
厥心痛,與背相引,善,如從後觸其心,身傴僂者,腎心痛也。先取京骨、昆侖,發針立已,不已取然谷。
« Les douleurs précordiales par jue (厥心痛 juexintong)1 irradiant au dos, avec spasmes fréquents comme si l’on heurtait le coeur par derrière et corps voûté, sont des douleurs précordiales [dues au] rein (腎心痛 shenxintong). On traite d’abord les [points] Jing gu (64V) et Kun lun (60V). Dès que l’on retire l’aiguille [la douleur doit] cesser, sinon on traite le [point] Ran gu (2Rn). »
1. La note du texte correspondant du Jiayi jing écrit : La 60èmé difficulté du Nanjing dit : « Lorsque le souffle des cinq organes s’offensent réciproquement, cela s’appelle douleur précordiale par 厥 jue ». Dans ses commentaires du Nanjing, Yang Xuancao dit : « Tous les méridiens et les luo de tous les méridiens dépendent du coeur. Si un méridien est malade, son vaisseau reflue (逆 ni). S’il reflue, il a atteint le coeur. S’il atteint le coeur, il y a des douleurs précordiales, c’est pourquoi on dit douleur précordiales par 厥 jue. Ce sont les souffles des cinq organes qui, en refluant, heurtent (le coeur) et causent le douleur. Ce n’est pas le coeur qui est douloureux par lui-même ». Signalons que les mots 厥 jue et 逆 ni indiquent souvent le même mécanisme.

- LS 28 : « Questions orales » / Jiayi jing XII-1 : « Bâillements, hoquets, sanglots, frissons, éructations, éternuements, affaissements, larmoiements, soupirs, salivation, acouphènes, morsure de la langue, perte de mémoire et fringales »
凡此十二邪者,皆奇邪之走空竅者也。故邪之所在,皆為不足。故上氣不足,腦為之不滿,耳為之苦鳴,頭為之苦傾,目為之眩。中氣不足,溲便為之變,腸為之苦鳴。下氣不足,則乃為痿厥心悗。補足外踝下留之。
« Ces douze pervers1 sont des pervers extraordinaires (奇邪 qixie) qui vont aux cavités orificielles. Là où se trouve le pervers, il y a toujours insuffisance. C’est pourquoi lorsque le souffle en haut est insuffisant2, le cerveau ne se remplit pas, les oreilles produisent des acouphènes, la tête s’incline et la vue s’obscurcit. Lorsque le souffle médian est insuffisant les urines et les selles sont altérées, les intestins produisent régulièrement des borborygmes. Lorsque le souffle en bas est insuffisant, il se crée des wei et des jue ainsi que de l’oppression du coeur (心悶 xinman). On tonifie au-dessous de la malléole externe3 en laissant l’aiguille. On puncture d’urgence [le point] situé à deux pouces au-dessus du gros orteil4 en laissant l’aiguille. Une autre version dit : "on tonifie au-dessous de la malléole externe5 en laissant l’aiguille" »
1. Le texte correspondant du Jiayi jing dit : « Ces quatorze pervers ». Cette différence s’explique par le fait que le Jiayi jing rajoute un texte sur les pertes de mémoire et les fringales provenant du chapitre 80 du Lingshu et s’ajoutant ainsi aux douze pervers déjà cités à partir du chapitre 28 du Lingshu. Il y a aussi probablement une intention plus symbolique dans le Lingshu.
2. Le Taisu dit : « À l’endroit où arrive le souffle pervers, il y a une déperdition du souffle régulier, c’est pourquoi il s’agit chez l’homme de maladie par insuffisance ». Le Leijing écrit : « C’est seulement quand le souffle régulier est insuffisant que le pervers peut en profiter par la suite ». Le Jiayi jing fait remarquer que la seule différence entre les deux consiste dans la précession de l’attaque du pervers ou de l’insuffisance du souffle régulier ».
3. Selon le Leijing il s’agit du point Kun lun (60V).
4. Selon le Leijing il s’agit du point Tai chong (3F) ou du point Tai bai (3Rt).
5. Selon le Leijing il s’agit du point Kun lun (60V).


- LS 28 : « Questions orales » / Jiayi jing XII-1 : « Bâillements, hoquets, sanglots, frissons, éructations, éternuements, affaissements, larmoiements, soupirs, salivation, acouphènes, morsure de la langue, perte de mémoire et fringales »
目眩頭傾,補足外踝下留之
« Lorsqu'il y a des vertiges visuels et que la tête s'incline, on tonifie au-dessous de la malléole externe1. »
1. Selon le Leijing, il s’agit de Kun lun (60V).

Dacheng :

« Acupuncture et traitement des lombalgies »
« Si la douleur lombaire s’accompagne de sensation de cassure de la région rénale avec blocage des mouvements de flexion et d’extension et troubles de motricité, il faut puncturer le zu taiyang aux points 60V, 61V, 62V, 64V, 65V »

Jiayi jing :

- VII-4 : « Les maladies convulsives provoquées par l’attaque directe du vent et par les atteintes du froid et de l’humidité du taiyang »
脊強,項眩痛,如結,如裂,崑崙主之。
« Les maladies convulsives avec colonne vertébrale raide, vertiges et douleur de la tête, [douleur des] pieds comme s’ils étaient noués et [douleur des] mollets comme s’ils éclataient relèvent du [point] Kun lun (60V). »

- VII-5 : « Les trois [types] de malaria causées par la permutation du yin et du yang »
瘧多汗,腰痛不能俯仰,目如,項如拔,崑崙主之。
« La malaria avec transpiration abondante, douleur lombaire au point de ne pouvoir se pencher ni en avant ni en arrière, [douleurs] aux yeux comme s’ils éclataient et [douleur] à la nuque comme si on l’arrachait relèvent du [point] Kunlun (60V). »

- VII-5 : « Les trois [types] de malaria causées par la permutation du yin et du yang »
瘧不渴,間日作,崙主之。
« La malaria sans soif avec des accès tous les deux jours relève du [point] Fei yang (58V). » [Le texte original dit Kun lun (60V)]

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 外踝後灸之 […] 凡當灸二十九處。

« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge […] On fait des moxas en arrière de la malléole externe1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, il s'agit du point Kun lun (60V).

- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱取五處,乃天池、風池、腰、長強、大杼、中膂、中內俞、上、齦交、上關、關元、天牖、天容、合谷、陽溪、關衝,中渚、陽池、消濼、少澤、前谷、腕骨、陽谷、少海、然谷、至陰、崑崙主之。
« Le traitement des frissons et des fièvres relève [des points suivants] : Wu chu (5V) et Tian chi (1MC), Feng chi (20VB), Yao shu (2VG), Chang qiang (1VG), Da zhu (11V), Zhong lü nei shu (29V), Shang liao (31V), Yin jiao (28VG), Shang guan (3VB), Guan yuan (4VC), Tian you (16TR), Tian rong (17IG), He gu (4GI), Yang xi (5GI), Guan chong (1TR), Zhong zhu (3TR), Yang chi (4TR), Xiao luo (12TR), Shao ze (1IG), Qian gu (2IG), Wan gu (4IG), Yang gu (5IG), Shao hai (8IG), Ran gu (2Rn), Zhi yin (67V) et Kun lun (60V). »

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « La puncture des lombalgies »
足太陽脈令人腰痛,引項脊尻,背如腫狀。刺其中太陽正經去血,春無見血。
« [Lorsque] le méridien (脈 mai) taiyang de pied provoque chez l’homme des lombalgies irradiant à la nuque, à la colonne vertébrale, au coccyx et au dos comme si [l’on portait] un lourd fardeau, on puncture le point Xi zhong (autre nom du point Wei zhong 40V) et on fait saigner le méridien principal (正經 zhengjing) du taiyang1, mais on ne doit pas faire apparaître le sang au printemps ».
1. Les interprétations de « méridien principal de taiyang » divergent : selon Suwen zhuzheng fawei, il s’agit du point Kunlun (60V). D’après Suwen zhijie, il s’agit du point Wei zhong (40V).

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
大風,頭多汗,腰尻腹痛, 跟腫,上齒痛,脊背尻重不欲起,聞食臭,惡聞人音,泄風從頭至足,崑崙主之。
« [L’atteinte par] le grand vent avec transpiration abondante de la tête, douleurs lombaires, sacro-coccygiennes et abdominales, enflure des mollets et des talons, douleurs dentaires [à la mâchoire] supérieure, lourdeur de la colonne vertébrale et de la région sacro-coccygienne au point que l’on ne peut pas se lever, haleine fétide [la proposition signifie « aime sentir l’odeur de la nourriture »], déteste entendre des voix humaines, tout comme l’écoulement dû au vent [泄風 xiefeng désigne ici un syndrome avec transpiration incessante, bouche sèche et douleurs dues à l’atteinte par le pervers vent] qui pénètre de la tête aux pieds relèvent du [point] Kun lun (60V). »

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
狂易,魚際及合谷、腕骨、支正、少海、崑崙主之。
« La folie (狂易 kuangyi) relèvent des [points] Yu ji (10P), He gu (4GI), Wan gu (4IG), Zhi zheng (7IG), Shao hai (8IG) et Kun lun (60V). »

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲疾,目䀮䀮,鼽衄,崑崙主之。
« L’épilepsie avec vue trouble, catarrhe nasal et épistaxis relève du [point] Kun lun (60V). »

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
女子字難,若胞不出,崑崙主之。
« Chez la femme, la dystocie et la rétention placentaire relèvent du [point] Kunlun (60V). »

- XII-11 : « Diverses maladies infantiles »
風從頭至足,瘈瘲,口閉不能開,每大便腹暴滿,按之不下,嚏,悲,喘,崑崙主之。
« [L’atteinte] par le vent de la tête jusqu’aux pieds, les convulsions épileptiques, la bouche fermée que l’on ne peut pas ouvrir, la [sensation de] plénitude violente de l’abdomen à la défécation qui ne cède pas à la pression, les éructations, le chagrin et la dyspnée relèvent du [point] Kun lun (60V). »


> OBSERVATIONS