Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

62V

Shen mai ou



Noms secondaires

Gui lu


Yang qiao


Ju yang



> LOCALISATION

Chamfrault :

Juste au-dessous de la pointe de la malléole externe, à 0,5 cun de celle-ci, dans un creux entre deux tendons ; au-dessus, il y a un os de consistance molle, à l’endroit où la chair du pied change de couleur et devient blanche.

Soulié de Morant :

Face externe du pied, à l’aplomb de la malléole externe, sous le rebord inférieur du calcanéum, à l’angle du rebord postérieur des tendons du long péronier et du court péronier et du rebord supérieur de l’abducteur du 5ème orteil, dans un creux, à 2 TDD environ sous Pu shen (61V), 1 TDD marge en arrière de Jin men (61V).

Pékin :

 0,5 cun au-dessous du bord inférieur de la malléole externe, sur la même verticale que la pointe de la malléole.

Shanghai :

0,5 cun au-dessous de la pointe de la malléole externe.

Duron-Borsarello :

0,5 cun sous la pointe de la malléole externe, à la verticale de celle-ci. Fait le symétrique de Yinqiao (6Rn).

Nguyen van Nghi :

 0,5 cun au-dessous la malléole externe, dans un creux, à l’endroit où la peau change de couleur.

Dacheng :

0,5 cun au-dessous de la malléole externe, à côté de la zone où la chair blanche présente la forme d’un ongle, entre deux ligaments ; au-dessus se trouve la malléole externe, au-dessous le calcanéum ; le point se situe au milieu.

Sun Simiao :

Dans un creux au-dessous de la malléole externe. Naissance en ce point du méridien yangqiao.

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
申脈在足外踝下陷者中,容爪甲許(刺腰痛論注云外踝下五分)
« Le [point] Shen mai (62V) se situe sous la malléole externe, dans un creux un peu plus grand qu’un ongle. » [Le commentaire de la "Discussion sur la puncture dans les lombalgies" du Suwen (chapitre 41) dit : à 0,5 pouce au-dessous de la malléole externe.]


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

Selon Tongren, 0,3 cun, 7 respirations.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Oblique vers le bas, 0,3 à 0,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,3 à 0,5 cun.

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
刺入三分,留六呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur pendant 6 expirations. On y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault :

Premier point du méridien curieux yangqiao.

Soulié de Morant :

Tonifier : tonifie vessie, toute l’énergie d’activité yang, tout ce qui est yang (cerveau, chaleur, spasmes, peau, corps et membres même côté, surtout côté droit) ; disperse froid, énergie d’activité yin, enflure.
Toute l’énergie d’activité yang, de veille, cérébrale, chaleur. Point de commande de yangqiao qui commande toute l’énergie yang.
Répond à Hou xi (3IG) commande du dumai (énergie cérébrale et force physique).
Agit sur vessie, toute l’énergie yang ; Disperse tout ce qui est yin.

Shanghai :

Point clé du yangqiao. Stimule le yangqiao.
Éclaircit l’esprit.
Traite les tendons (… et la fonction musculaire !).

Duron-Borsarello :

Réunion avec yangqiao.

Nguyen van Nghi :

Point d’ouverture, point clé du yangqiao.

Dacheng :

Point de sortie du yangqiao.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Disperse le vent, disperse la chaleur, élimine la fièvre et les frissons.
Traite les tendons.
Calme le coeur, apaise et éclaircit l’esprit.
Traite les vides de rein yang.
Vivifie les luo, libère le biao, débloque les jing luo.

Jiayi jing :

III-35 : « Les trente quatre points du taiyang de pied aux membres inférieurs, y compris les six points du yangqiao mai »
申脈,陽蹻所生也
« Le [point] Shen mai (62V) est le [point] où naît le yangqiao mai. »

Jean Marc Kespi :

- Point clé et point d’ouverture du yangqiao mai qui gouverne les enracinements yang de l’homme (physique et psychique), ses relations avec la terre en tant qu’agent créateur et ses activités des temps yang (sommeil, articulations, épilepsie), d’où sa symptomatologie :

. Enracinement psychique : obsessions, refoulement de sentiments et d’idées, aide à s’extérioriser ; surexcitation, délire par fièvre ou émotion ; lenteur et lassitude d’esprit ; tête comme embrumée, vide ; être comme en bateau.
. Activités des temps yang : insomnie, sommeil trop profond ; convulsions ou épilepsie nocturne ; ankylose et contracture articulaire, maladresse, lombalgies avec muscles contractés et faibles (ici, nous est signifié en plus l’enracinement lombaire).
. Relations avec la terre : tête vide (la terre est ici le ciel de l’homme) ; chaleur extraordinaire même dans l’ombre et la fraîcheur, sueurs de la tête ; froid interne, froid par extrême fatigue.
- Commande les 3 premières portes : talon (Pu can-61V), hanche (Ju liao-29VB) et épaule. (Nao shu-10IG), d’où ses indications dans l’acné avec Ju liao (29VB).

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 81 – 1994
Shen mai est un point gui : 鬼路 guilu nomme trois points et qualifie donc trois fonctions comme la passionnante (鬼 gui) poursuite (路 lu) d’un objectif manifesté, tantôt attisée par l’imagination avec Jian shi (5MC), tantôt poussée par le désir de la mise en œuvre ou de la séduction avec Lao gong (8MC), ou encore conditionnée par un enracinement préalablement à son exécution avec Shen mai (62V).

Suwen :

SW 59 : « Des demeures du qi »
陰陽蹻各一。
« Les qiao (vaisseaux irréguliers) ont chacun un point [Jiao xin (8Rn) pour le yin et Fu yang (59V) pour le yang]. »
Dans sa version, NvN présente tous les commentaires :
- Pour Wang Bing, Zhang Jing Yue et Zhang Zhi Shong, le point de manifestation du yinqiao est le Jiao xin (6Rn) et celui du yangqiao est le Fu yang (59V).
- Pour Ma shi et Cao Shi Tong, le point de manifestation du yinqiao est le Zhao hai (6Rn) et celui du yangqiao est le Shen mai (62V).


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Tuberculose. Symptômes yin, frissons. Sensation de l’énergie qui remonte. Fièvre intermittente. Fatigue générale. Feng à la tête. Céphalées, vertiges. Éblouissements dus au feng.

Soulié de Morant :

Sans cause, tête embrumée, vide, vertiges.
Être comme en bateau (tonifier).
Insomnie (disperser) ou sommeil trop profond (tonifier).
Chaleur. Chaleur extraordinaire même dans l’ombre et la fraîcheur (disperser). Sueurs de la tête (disperser) ou froid interne. Froid par extrême fatigue, frilosité (tonifier).
Éblouissements
Céphalée aiguë en barre surtout au-dessus des sourcils. Céphalée congestive. Migraines. Céphalée externe.
Délire par fièvre ou émotion (disperser) :
- Si excès : aggravé de nuit, mieux au milieu du jour ; avec insomnie, surexcitation, irritabilité, chaleur.
- Si insuffisance : lenteur et lassitude d’esprit, somnolence, vertiges. Ne peut s’extérioriser, sommeil lourd la nuit, frilosité (tonifier, agit comme une tasse de café).

Pékin/Nguyen van Nghi :

Céphalée, vertige de Ménière.

Roustan :

Céphalée, vertige (dont l’origine est à l’oreille interne). Migraine.

Duron-Borsarello :

Céphalées. Fièvre des grandes fatigues.

Dacheng :

Vertige. Asthénie. Déferlement énergétique avec sensation de froid à l’hypochondre et difficulté à fléchir le genou. Maladie du Froid/Chaleur avec céphalée généralisée ou hémicrânie et anxiété. Céphalée due au Vent avec éblouissements, raideur de la nuque ou limitation des mouvements du cou.

Sun Simiao :

Chaud et froid. Souffle localisé dans la couche épidermique.

Psychisme

Chamfrault :

Folie.

Soulié de Morant :

Excès : obsessions, refoulement de sentiments et d’idées, aide à s’extérioriser, à parler (disperser). Surexcitation, délire par fièvre ou émotion (disperser).
Insuffisance : lenteur et lassitude d’esprit. Ne peut s’extérioriser.

Roustan :

Schizophrénie. Folie.

Dacheng :

Impassibilité. Anxiété (maladie du froid/chaleur).

Neurologie

Chamfrault :

Feng à la tête. Vertiges.

Soulié de Morant :

Convulsions ou épilepsie nocturne (disperser) (peut les mettre de jour). Si de jour (disperser) (Zhao hai 6Rn peut les mettre de nuit). Apoplexie (disperser).
Tous les troubles neurologiques de l'enfant : stress, spleen, se tape la tête contre le plancher et les meubles (tonifier).

Pékin :

Épilepsie.

Roustan :

Méningite cérébro-spinale, épilepsie, vertige (dont l’origine est à l’oreille interne). Perte de la parole due à l’attaque directe du vent (中風 zhongfeng) = aphasie apoplectique, paralysie faciale.

Duron-Borsarello :

Apoplexie. Épilepsie diurne.

Nguyen van Nghi :

Parésie du membre inférieur. Épilepsie. Vertige de Ménière.

Dacheng :

Lassitude des membres inférieurs. Éblouissements dus au feng.

Sun Simiao :

Épilepsie. Yeux révulsés.

Ophtalmologie

Chamfrault/Dacheng :

Éblouissements dus au feng.

Soulié de Morant :

Douleur oculaire (même côté). Éblouissements par choc (ou nerfs) (disperser).

Sun Simiao :

Inflammation et douleur des yeux débutant à l’angle interne.

ORL

Chamfrault :

Épistaxis. Bourdonnements d’oreilles.

Soulié de Morant :

Douleur de l'oreille (même côté). Saignement de l'oreille (même côté) (disperser). Bourdonnements (tonifier).

Duron-Borsarello :

Épistaxis.

Dacheng :

Acouphène. Épistaxis.

Sun Simiao :

Épistaxis ininterrompue.

Stomatologie

Soulié de Morant :

Odontalgie, surtout molaires (même côté).

Dermatologie

Chamfrault :

Peau : acné, furoncles, clous (disperser). Prévient leur répétition (furonculose).
Enflure du corps.

Sun Simiao :

Souffle localisé dans la couche épidermique. Gonflement sous-axillaire.

Cardiovasculaire

Roustan :

Palpitations.

Digestif

Soulié de Morant :

Estomac : crampes, spasmes.
Enfant : régurgite le lait, les liquides.

Uro-néphrologie

Soulié de Morant :

Incontinence d'urine par sommeil très lourd (souvent spina bifida) : disperser tous les soirs jusqu’à ce que le sommeil soit devenu léger et que le besoin réveille. Prostate et sphincter.

Gynécologie

Chamfrault :

Douleur due à l’excès de sang et d’énergie. Spasmes de l’utérus.

Soulié de Morant :

Bouffées de chaleur et violente transpiration de la ménopause (disperser).

Duron-Borsarello :

Douleurs avant et pendant les règles (dysménorrhée).

Dacheng :

Troubles énergético-sanguins chez la femme. Algoménorrhée.

Endocrinologie

Sun Simiao :

Gonflement du cou.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur de la région rénale et du mollet. Rhumatisme des reins.
Contracture de la jambe, du genou ou du pied. Bi de la jambe. Ne peut fléchir le genou. Atonie du pied.

Soulié de Morant :

Articulations : douleur, dureté, contracture, ankylose. Ou relâchées. Extrémités : automatisme troublé, maladresse, froid, douleur ou faiblesse.
Dos penché, raide. Lombes : douleur, rhumatisme des vertèbres lombaires par froid, muscles contractés ou faibles.
Douleurs articulaires du membre supérieur.
Membre inférieur : douleur ou enflure (tonifier). Jambe (région du jambier antérieur) : engourdissement des jambes, ne peut rester longtemps debout, faiblesse, enflure. Ou douleur, contracture. Pied : entorse, douleur et enflure (disperser).

Roustan :

Arthrite de la cheville, lombalgie et cruralgie. 

Duron-Borsarello :

Lombalgie.

Nguyen van Nghi :

Douleur du cou-de-pied. Lombalgie avec douleur irradiant à la cuisse.

Dacheng :

Déferlement énergétique avec sensation de froid à l’hypochondre et difficulté à fléchir le genou.
Lombalgie due au
jiaqi (maladie débutant par un oedème des pieds, enflure ou gonflement des pieds qui ressemble au béribéri, oedème des membres inférieurs d’origine hépatique, cardiaque ou rénale, lymphoedème).
Douleur osseuse des jambes interdisant la station debout prolongée.
Maladie bi du froid de la hanche et des lombes. Lombalgie et douleur du pied. Lassitude des membres inférieurs.

Sun Simiao :

Chaud et froid dans la jambe. Lombalgie avec impossibilité de se redresser.

Pédiatrie

Soulié de Morant :

Tous les troubles neurologiques de l'enfant : stress, spleen, se tape la tête contre le plancher et les meubles (tonifier).
Enfant : régurgite le lait, les liquides.
Incontinence d'urine par sommeil très lourd (souvent spina bifida) : disperser tous les soirs jusqu’à ce que le sommeil soit devenu léger et que le besoin réveille.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
如折不可以俛仰,不可舉,刺足太陽
« Dans la lombalgie avec impossibilité de se redresser et de se mouvoir, corps plié, on pique Shu gu (65V), Jing gu (64V), Kun lun (60V), Shen mai (62V) et Pu shen (61V) de vessie. »

Lingshu :

- LS 28 : « Questions orales » / Jiayi jing XII-1 : « Bâillements, hoquets, sanglots, frissons, éructations, éternuements, affaissements, larmoiements, soupirs, salivation, acouphènes, morsure de la langue, perte de mémoire et fringales »
黃帝曰:人之欠者,何氣使然?岐伯答曰:衛氣晝日行於陽,夜半則行於陰,陰者主夜,夜者臥;陽者主上,陰者主下;故陰氣積於下,陽氣未盡,陽引而上,陰引而下,陰陽相引,故數欠。陽氣盡,陰氣盛,則目瞑;陰氣盡而陽氣盛,則寤矣。瀉足少陰,補足太陽。
« Huangdi demanda : Quel souffle provoque les bâillements (欠 qian) chez l’homme ?
Qibo répondit : Le souffle défensif circule dans le yang le jour (晝日 zhouri) et à minuit (夜半 yeban) il passe dans le yin1. Le yin régit la nuit et la nuit régit le sommeil. Le yang régit le haut, le yin le bas, c’est pourquoi lorsque le souffle yin s’assemble vers le bas et que le souffle yang n’est pas encore épuisé, le yang tire pour monter et le yin tire pour descendre. Le yin et le yang tirent chacun de son côté, c'est pourquoi il y a de nombreux bâillements2. Lorsque le souffle yang est épuisé et que le souffle yin abonde, les yeux se ferment. Lorsque le souffle yin est épuisé et que le souffle yang abonde, on se réveille. [Dans un tel cas], on disperse (瀉 xie) le shaoyin de pied et on tonifie (補 bu) le taiyang de pied3. »
1. Remarque : Le texte correspondant du Jiayi jing dit : « Le souffle défensif circule dans le yang le jour (晝夜行於陰 zhou xing yü yin) et dans le yin la nuit (夜行於陰 ye xing yü yin)
2. Le Leijing dit : « Bâiller, c’est ouvrir grand la bouche et inspirer bruyamment ou bien étendre les bras et redresser les lombes. Il en est ainsi car le yin et le yang tirent chacun de leur côté … C’est pourquoi, au moment où l’homme désire se coucher et ne l’est pas encore, les bâillements se produisent obligatoirement avant, car à ce moment là le souffleyang est sur le point d’entrer en zone yin, le yin s’accumule en bas et le yang n’est pas encore calme. Ainsi, le yang veut tirer pour monter, le yin veut tirer pour descendre. Ils tirent l’un vers le haut, l’autre vers le bas et les bâillements se produisent. Lorsque l’homme bâille parce que l’esprit est épuisé et qu’il est fatigué, , c’est signe que le yang ne domine pas le yin ».
3. Le Lingshu zheng fa wei dit : « Parce que le méridien du rein shaoyin de pied est atteint par le pervers, on ne peut pas dormir ; il convient donc de disperser le point Zhao hai (6Rn). Le yangqiao mai est en vide, c’est pourquoi on bâille beaucoup ; il convient donc de tonifier le point Shen mai (62V) du méridien de la vessie taiyang de pied ».

Remarque : Le texte correspondant du Jiayi jing dit : « Le rein gouverne les bâillements, c’est pourquoi on disperse (瀉 xie) le shaoyin de pied et on tonifie (補 bu) le taiyang de pied ».


- LS 28 : « Questions orales » / Jiayi jing XII-1 : « Bâillements, hoquets, sanglots, frissons, éructations, éternuements, affaissements, larmoiements, soupirs, salivation, acouphènes, morsure de la langue, perte de mémoire et fringales »
黃帝曰:人之唏者,何氣使然?岐伯曰:此陰氣盛而陽氣虛,陰氣疾而陽氣徐,陰氣盛而陽氣絕,故為唏。補足太陽,瀉足少陰。
« Huang di demanda : Quel souffle provoque des sanglots (唏
xi)1 chez l’homme ?
Qi bo répondit : Ceci est dû à la surabondance (盛 sheng) du souffle yin et au vide (虛 xu) du souffle yang. Le souffle yin est rapide et le souffle yang est lent. Le souffle yin est surabondant et le souffle yang est épuisé, c’est pourquoi on sanglote. [Il faut] tonifier (補 bu) le taiyang de pied et disperser (寫 xie) le shaoyin de pied2. »
1. Le Leijing dit : « Les souffles de la tristesse et du chagrin se produisent par affliction du yin ; c'est pourquoi il y a les symptômes de l’abondance du yin et du vide du yang. »
Remarque : Le Petit Dictionnaire Ricci définit 唏 xi (R1776) comme « geindre, gémir, soupirer ; rire ». C’est l’équivalent de 欷 xi (R1799) qui signifie « gémir, geindre, sangloter ; gémissement, soupir ».
2. Selon le Leijing, il s’agit des points Shen mai (62V) (du yangqiao mai) et Zhao hai (6Rn) (du yinqiao mai).


- LS 71 : « Infestation par le pervers » / Jiayi jing XII-3 : « Insomnie, difficultés à voir, hypersomnie, sommeil agité, impossibilité de dormir étendu, insensibilité et parésies musculaires (肉苛 rouke), diverses sortes de respirations bruyantes et dyspnée »
黃帝問於伯高曰:夫邪氣之客人也,或令人目不瞑不臥出者,何氣使然?伯高曰: [] 今厥氣客於五臟六腑,則衛氣獨衛其外,行於陽,不得入於陰。行於陽則陽氣盛,陽氣盛則陽橋陷,不得入於陰,陰虛,故目不瞑。 補其不足,瀉其有餘,調其虛實,以通其道,而去其邪。飲以半夏湯一劑,陰陽已通,其臥立至。

« Huang di demanda : Comment se fait-il que le souffle pervers qui se loge dans l’homme fait que parfois les yeux de l’homme ne se ferment pas et qu’il ne dort pas ?1 Quel souffle en est la cause ?
Bogao répondit : […] Dans le cas où le souffle pervers se loge dans les cinq organes et les six entrailles2, le souffle défensif protège seulement l’extérieur, circulant dans le yang et ne pouvant pas entrer dans le yin. Lorsqu’il circule dans le yang, le souffle yang est abondant et si le souffle yang est abondant, le yangqiao mai est plein (滿 man). Lorsque le souffle défensif ne peut entrer dans le yin, le souffle yin est vide (虛 xu), c’est pourquoi on n’arrive pas à fermer les yeux3. [Pour soigner cela], on tonifie l’insuffisance4, on disperse l’excès et on harmonise le vide (虛 xu) et la plénitude (實 shi) afin de faire communiquer les voies5 et d’éliminer le pervers. On fait boire au malade une décoction de Pinellia tubifera. Le yin et le yang communiqueront et le sommeil viendra aussitôt6. »
1. Le texte correspondant du Jiayi jing dit simplement : « Comment se fait-il que le souffle pervers qui se loge dans l’homme provoque l’insomnie ? »
2. Le
Jiayi jing écrit seulement « les cinq organes » (wu zang 五臟).
3. Le Jiayi jing écrit « on n'arrive pas à dormir » (bu de mian 不得眠).
4. Le Leijing dit : « tonifier l’insuffisance veut dire tonifier le point Zhao hai (6Rn) du shaoyin de pied d’où sort le yinqiao mai. Disperser l’excès veut dire disperser le point Shen mai (62V) du taiyang de pied d’où sort le yangqiao mai ».
5. Faire communiquer les voies veut dire faire communiquer les voies de communication entre les méridiens yin et yang.
6. Cette dernière phrase n’est pas reprise dans le texte correspondant du Jiayi jing.


- LS 73 : « Fonctions et capacités [de l’acupuncture] »
陰絡所過,得之留止,寒入於中,推而行之;經陷下者,火則當之;結絡堅緊,火所治之。不知所苦,兩蹻之下,男陰女陽,良工所禁,針論畢矣
« [Lorsque le souffle] passe dans les luo yin et arrive à y rester, le froid pénètre à l’intérieur, on le pousse et on le fait circuler1. Lorsque les méridiens se creusent, c’est le feu qui convient ; lorsque les luo noués sont durs et tendus, c’est le feu qui les soigne2. Pour ceux qui ne savent pas d’où vient leur souffrance, il faut traiter en bas les deux qiao [mai]3. [Traiter] le yang chez l’homme et le yin chez la femme, c’est ce que s’interdit le bon ouvrier4. Voilà toute la théorie sur les aiguilles. »
1. Le Leijing dit : « Lorsque le froid reste dans les luo et entre dans les méridiens, il faut le disperser et faire circuler avec l’aiguille. »
2. C'est-à-dire qu’il faut faire de la moxibustion.
3. C'est-à-dire le [point] Shen mai (62V) où communique le yangqiao mai, et le [point] Zhao hai (6Rn) où communique le yinqiao mai.
4. Le Taisu dit : « Lorsqu’on est malade et ne sait pas où on a mal, on peut traiter les deux qiaomai en bas ; pour les hommes on traite le yinqiao mai, pour les femmes on traite le yangqiao mai ; ceci est le traitement de maladie [quand le malade] ne sait pas où il a mal ; pour les hommes le yangqiao mai et pour les femmes le yinqiao mai ne doivent pas être traités. »

Dacheng :

« Acupuncture et traitement des lombalgies »
« Si la douleur lombaire s’accompagne de sensation de cassure de la région rénale avec blocage des mouvements de flexion et d’extension et troubles de motricité, il faut puncturer le zu taiyang aux points 60V, 61V, 62V, 64V, 65V. »

Jiayi jing :

- V-3 : « La piqûre miu » / SW 63 : « De la piqûre miu »
邪客於足陽蹻之脈,令人目痛,從 始。刺外踝之下半寸所,各二,左取右,右取左,如行十裡頃而已。
« Lorsque le pervers s'installe dans le vaisseau du yangqiao du pied, il provoque chez l'homme des douleurs oculaires commençant au coin interne des yeux. On puncture l'endroit situé à un demi pouce au-dessous de la malléole externe1, deux fois à chaque [pied]. Pour la gauche, on traite à droite ; pour la droite, on traite à gauche. Cela cesse dans un délai égal à la durée d'une marche de dix li2. »
1. D'après le commentaire de Wang Bing, il s'agit du point Shen mai (62V) qui est le point de départ du yangqiao mai.
2. Husson précise que 10 li = 5400m.
Remarque : dans la version de NvN, le point est localisé à 1,5 cun au-dessous de la malléole externe ; il s’agit alors de Pu shen (61V). Dans le Dacheng, il s’agit de Shen mai (62V) mais si la localisation est correcte chez Darras, elle reste à 1,5 cun au-dessous de la malléole externe chez NvN ?

- V-4 : « L’art de l’acupuncture »
不知其苦,兩蹻之下
« Pour ceux qui ne savent pas d’où vient leur souffrance, il faut traiter les deux qiao mai1. »
1. C’est-à-dire le [point] Shen mai (62V) où communique le yangqiao mai et le [point] Zhao hai (6Rn) où communique le yinqiao mai.

- VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱頸腋下腫,申脈主之。
« Les frissons et la fièvre avec gonflement du cou et sous les aisselles relèvent du [point] Shen mai (62V). »


- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
腰痛不能舉足,少坐,若下車躓地,脛中矯矯然,申脈主之。« Les lombalgies où l’on ne peut lever le pied ni rester un moment assis comme si l’on était renversé lors de la descente d’une voiture et que l’intérieur des jambes est brûlant relèvent du [point] Shen mai (62V). »

IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
會陰之脈令人腰痛,痛上濈然汗出,汗乾令人欲飲,飲已欲走。刺直陽之脈上三痏,在蹻上下三所橫居,視其盛者出血(素問濈濈然作漯漯然,三所作五寸)。
« Le vaisseau 會陰 huiyin1 [peut] provoquer chez l’homme des lombalgies avec une transpiration continue à l’endroit douloureux
 (frissons et transpiration pour le Suwen). Quand la transpiration sèche, l’homme a soif et, après avoir bu, il désire marcher. On puncture le vaisseau zhiyang2 à trois reprises et on fait saigner les [vaisseaux] transversaux [congestionnés] qui se situent à trois pouces (cinq pouces pour le Suwen) au-dessus du (yangqiao (mai)3 et au-dessous du [point] xi4. »
1. Huiyin est le nom du point où se rencontrent dumai, renmai et chongmai. Les interprétations du terme "vaisseau du huiyin" divergent : pour Wang Bing et le Suwen jingzhu, c’est le trajet principal du taiyang de pied qui descend des lombes jusqu’à l’anus. Par contre, le Leijing, Wu Kun et d’autres commentateurs insistent sur la rencontre du dumai et du renmai. La présente édition chinoise cite le Suwen zhuzheng fawei qui dit : « … le vaisseau huiyin part des lombes pour rejoindre [le dumai et le renmai] à l’anus. Si ce vaisseau reçoit le pervers, il peut également provoquer chez l’homme des lombalgies ».
2. Les interprétations de ce terme divergent : Wang Bing, le Leijing et d’autres commentaires pensent qu’il s’agit du taiyang de pied. Pour d’autres, comme le Suwen jizhu, il s’agit du dumai. D’autres encore pensent que ce terme désigne le vaisseau huiyin.
3. Il s’agit du point Shen mai (62V).
4. Sous-entendu Xi zhong, autre nom du point Wei zhong (40V). La localisation de l’endroit à piquer diverge dans les commentaires du Suwen [qui dit "à cinq pouces"]. Selon Wang Bing, il s’agit du point Cheng jin (56V). D’après le Suwen zhijie, il s’agit du point Cheng shan (57V). Le même ouvrage précise qu’il ne faut pas nécessairement puncturer ce point , mais la région qui lui correspond approximativement.
Traduction de Husson :
« Dans la lombalgie venant du périnée [vaisseau du point Hui yin (1VC)], la douleur remonte et la sueur s’écoule à flots. Quand la sueur sèche, le sujet a envie de boire. Quand il a bu, il a envie de marcher. On fait trois piqûres sur le yang direct (vessie), sur le qiao [shen mai (62V)] et à 5 cun au-dessous de la "fissure" [Cheng jin (56V)] en faisant saigner ce qui est congestif. »
Traduction de NvN :
« L’atteinte du huiyin mai peut provoquer une lombalgie avec sudation, soif après la sudation et envie de trotter après avoir bu. Il faut d’abord piquer trois fois le Zhu yang mai puis le point situé au-dessus de Shen mai (62V) et à 5 cun au-dessous de Wei zhong (40V) [c’est à dire le point Cheng jin (56V)], et faire saigner les luo en plénitude ». Puis il s’explique :
. « Huiyin mai : Hui yin (1VC) est le nom du point d’émergence d’un vaisseau du rein situé entre le yin antérieur (vulve ou scrotum) et leyin postérieur (anus) huiyin mai désigne le méridien curieux renmaiZhang zhitong dit : "Le point de départ du renmai et du dumai porte le nom de Hui yin (1VC) parce qu’il provient d’un vaisseau venant du rein.. Le huiyin mai n’est autre que le renmai. " »
. « Zhu yang mai zhu signifie droit, vertical, direct. Zhu yang mai désigne donc le méridien curieux dumai. Il s’appuie sur Zhang zhitongqui explique : "Zhu yang mai le dumai. Il commande tous les méridiens yang du corps. Il monte tout droit le long du rachis vertébral. C’est pourquoi le dumai porte aussi le nom de Zhu yang mai (vaisseau vertical yang) ". »

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲狂,互引僵仆,申脈主之。先取陰蹻,後取京骨,頭上五行。目反上視,若赤痛從皆始,複下半寸,各三痏,左取右,右取左。
« La folie furieuse et l’épilepsie qui se manifestent en alternance et entraînent des chutes syncopales toutes raides relèvent du [point] Shen mai (62V). On traite d’abord le yinqiao1, ensuite le [point] Jing gu (64V) et [les points des] 5 rangées de la tête. Si les yeux sont révulsés regardant vers le haut, rouges et douloureux à partir des coins internes, on puncture à trois reprises à 0,5 cun en dessous de la malléole2 de chaque [pied]. [Si c’est l’oeil] gauche [qui est malade], on traite [à] droite ; [si c’est l’oeil] droit, on traite [à] gauche. »
1. Il s’agit du point Zhao hai (6Rn), point clé du méridien extraordinaire yinqiao mai.
2. Il s’agit du point Shen mai (62V), point clé du méridien extraordinaire yangqiao mai.


> OBSERVATIONS