Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

4Rn

Da zhong



Noms secondaires

Tai zhong


(d'après Suwen)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Sur le bord supérieur du calcanéum, entre deux tendons, derrière la malléole interne, 0,5 cun au-dessous de Tai xi (3Rn).

Soulié de Morant :

Région interne de la cheville, à l’angle du rebord supérieur de la malléole interne et du tibia, à l’angle du rebord du jambier postérieur qui longe la malléole et du rebord supérieur du ligament en biais achilléo-malléolaire, entre jambier postérieur et tendon d’Achille, dans un creux, 2 petits TDD au-dessus de Tai xi (3Rn), 2 larges TDD sous Fu liu (7Rn).

Pékin :

En arrière et en bas de la malléole interne, dans une dépression située au bord interne de l’insertion calcanéenne du tendon d’Achille, 0,5 cun au-dessous de Tai xi (3Rn) et sur un plan plus postérieur.

Shanghai :

 0,5 cun au-dessous et légèrement en arrière de Tai xi (3Rn), au bord antéro-interne du tendon d’Achille.

Duron-Borsarello :

Bord supérieur du calcanéum, angle tendon d’Achille et calcanéum, 0,5 cun en arrière de 3Rn.

Nguyen van Nghi :

Au-dessous et en arrière de la malléole interne, en avant du tendon d’Achille, 0,5 cun au-dessous et légèrement en arrière de Tai xi (3Rn).

Dacheng :

À la partie postéro-interne du talon, sur le calcanéum entre deux ligaments.

Sun Simiao :

En arrière du calcanéum. Une branche collatérale du shaoyin en part et rejoint le taiyang.

Jiayi jing :

III-32 : « Les vingt points du shaoyin de pied aux membres inférieurs1 [y compris ceux] du yinqiao et du yinwei »
大鐘,在足跟後衝中,別走太陽(素問水熱穴論注云在踝後。刺腰痛論注云在足跟後街中,動脈應手。)
« Le [point] Da zhong (4Rn) se situe en arrière du talon vers le milieu2. Un trajet se sépare vers (別走 bie zou) le taiyang » [Le commentaire de la "Discussion sur les points des (maladies) de l’eau et de la chaleur" (chapitre 61) du Suwen dit : Il se situe en arrière de la malléole interne. Le commentaire de la "Discussion sur la puncture dans les lombalgies" (chapitre 41) du Suwen dit : Il se situe en arrière du talon juste (là où) l’on sent battre une artère sous la main.]
1. Textuellement : « Les vingt point du shaoyin de pied arrivant aux membres inférieurs ».
2. Cette phrase est obscure. D’après Wang Bing, cela veut dire : « En arrière de la malléole interne, vers le milieu ». Les autres commentaires anciens disent : « En arrière du talon sur la plante ». En fait, il s’agit très certainement d’une erreur de copiste ou 衝中 chong zhong "vers le milieu" est mis pour 踵中 zhong zhong "au milieu (ou dans) le talon" ».


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,2 cun selon Tongren pendant 7 respirations. Pendant 3 respirations pour Suwen.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Oblique, 0,3 à 0,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,3 à 0,5 cun.

Dacheng :

0,2 cun selon Tongren pendant 7 expirations. Pendant 3 expirations pour Suwen zhu.

Jiayi jing :

III-32 : « Les vingt points du shaoyin de pied aux membres inférieurs1 [y compris ceux] du yinqiao et du yinwei »
刺入二分,留七呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,2 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa ».
1. Textuellement : « Les vingt point du shaoyin de pied arrivant aux membres inférieurs ».


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point de vaisseau secondaire du méridien, à puncturer avec le point Jing gu (64V) dans les troubles de vaisseau secondaire de la vessie.

Soulié de Morant :

Répond à Fu yang (59V).
« La force inconsciente du magnétisme, l’aura, à plusieurs formes. Par autorité, il faut entendre cette force qui fait qu’un nouveau professeur entrant dans une classe, obtient sans un mot ni un geste le silence, le travail ; alors qu’un autre, en ouvrant la porte, déchaîne le chahut général. Cette force a pu être étudiée, car j’ai découvert un point des reins (Da zhong 4Rn) qui peut la donner à ceux qui ne la possédaient pas et qui, dans ce cas, voient aussitôt la différence dans l’impression qu’ils font. L’effet de ce point est statistiquement vérifiable […] Le charme qui éveille les impulsions de tendresse, de douceur, est très différent du sex-appeal qui éveille l’appétit sexuel. Mais ils dépendent tous deux d’une fonction rénale actionnée par ce point Da zhong (4Rn), ils semblent tous deux venir de l’énergie sexuelle comme toute attirance ».
Agit sur bouche, dents, psychisme (angoisse), poumons, reins, vessie, organes génitaux, périnée, gros intestin, talon, lombes et épaules.

Pékin/Shanghai/Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Point luo (絡) du méridien zu shaoyin.

Auteroche :

Régularise le qi. Harmonise le sang.
Tonifie et enrichit le méridien des reins.
Métamère S1.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Tonifie le foie et le rein.
Fait circuler le qi. Vivifie le sang.

Suwen :

SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs »
帝曰:水俞五十七處者,是何主也?岐伯曰:腎俞五十七穴,積陰之所聚也,水所從出入也。尻上五行行五者,此腎俞。故水病下為胕腫、大腹,上為喘呼、不得臥者,標本俱病,故肺為喘呼,腎為水腫,肺為逆不得臥,分為相輸俱受者,水氣之所留也。伏菟上各二行,行五者,此腎之街也。三陰之所交結於腳也。踝上各一行,行六者,此腎脈之下行也,名曰太沖。凡五十七穴者,皆臟之陰絡,水之所客也。
« Huangdi : De quel domaine sont les 57 points de l’eau ? 
Qibo : Les 57 shu du rein sont les points de concentration du yin et auxquels obéissent les échanges liquides. Les shu du rein sont cinq rangées de cinq au-dessus du sacrum (1, 2, 4, 5, 6VG – 25, 27, 28, 29, 30V – 50, 51, 52, 53, 54V)1. La maladie d’eau se manifeste en bas par des oedèmes et un gros ventre, en haut par de la dyspnée. Si le décubitus est intolérable, c’est que l’atteinte porte à la fois sur les branches et sur le tronc. Le poumon fait la dyspnée, le rein fait les oedèmes, l’impossibilité de décubitus vient du reflux de qi dans le poumon. D’autres points se distinguent par leurs emplacements, mais ils concourent avec les précédents à la rétention du qi et de l’eau2. Il y a deux rangées de cinq au-dessus du "lapin embusqué" (face antérieure de la cuisse), ce sont les "rues" du rein (11, 12, 13, 14, 15Rn – 26, 27, 28, 29, 30E). Au croisement des trois vaisseaux yin au-dessus de la cheville, il y a une rangée de six points qui constitue le cours inférieur du vaisseau du rein (4, 6, 7, 8, 9, 10Rn) ; on le nomme le "grand carrefour" (taichong). Soit en tout 57 fosses qui sont les liaisons yin des viscères et où l’eau trouve asile ».
1. Note personnelle : Le commentaire de la traduction de NvN donne comme points des eaux sur dumai les 2, 3, 4, 5 et 6VG, 3VG venant donc remplacer 1VG. Cette position est parfaitement logique puisque la version de NvN donne « 5 rangées de 5 points au-dessus du coccyx », alors que celle de Husson ne l’est pas puisqu’il donne « 5 rangées de 5 points au-dessus du sacrum » et qu’en conséquence, 1VG et 2VG ne sauraient en faire partie.
2. NvN présente différemment cette proposition : « De ce fait, l’atteinte concomitante du poumon et du rein a pour conséquence une rétention d’eau et d’énergie ». Il propose également un commentaire de 
Zhang Jing Yue qui reste aussi obscur quant au rôle de ces points shu du rein : « L’eau a la possibilité d’activer la circulation des énergies et de répondre aux points shu pour déclencher la maladie. La maladie d’eau influe sur l’énergie et la maladie de l’énergie sur l’eau pour provoquer une rétention d’énergie et d’eau, responsable de la maladie ».

Lingshu :

- LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luò et les branches distinctes »
足少陰之別,名曰大鍾。當踝後繞跟,別走太陽;其別者,并經上走於心包下,外貫腰脊。其病氣逆則煩悶,實則閉癃,虛則腰痛。取之所別者也 [] 凡此十五絡者,實則必見,虛則必下。視之不見,求之上下。人經不同,絡脈亦所別也。
« Le 絡 luò (別 bie)1 du shaoyin de pied s’appelle Da zhong (4Rn). Il se sépare [de son méridien] pour aller au taiyang en contournant le talon. Son [trajet] séparé monte parallèlement au méridien pour rejoindre l’enveloppe du coeur (心包 xinbao), et descend à l’extérieur2 enfiler les vertèbres lombaires. Si c’est une maladie par reflux du souffle (氣逆 qini) on est mélancolique (煩悶 fanmen) ; en cas de plénitude, c’est une anurie par rétention (閉癃 longbi)3 ; en cas de vide, on [souffre] de douleurs lombaires. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien] […] Chacun de ces quinze luò4, en cas de plénitude, est obligatoirement visible ; en cas de vide, ils sont obligatoirement enfoncés. Quand ils ne sont pas visibles, on les cherche en avant et en aval [du point luò, car] les méridiens (經 jing) des hommes n’étant pas identiques, les vaisseaux luò sont également différents5. »
1. Ici le 絡 luò est appelé 別 bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas 絡 luò mais 別 bie parce qu’au niveau de ce point [le luò] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Les commentateurs modernes considèrent ce mot (外 wai : extérieur) comme superflu et l’ignorent en se basant sur l’absence de ce caractère dans les textes correspondants du Maijing, du Taisu et du Qianjin yaofang.
3. Chamfrault dans sa traduction rajoute « et des selles ».
4. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ce chapitre (LS 10) compte quinze méridiens luo avec le changqiang du dumai et le weiyi du renmai [tandis que] le Nanjing compte quinze méridiens luo avec les luo du yangqiao et du yinqiao. [Ce dernier] ignore totalement que c’est par les vaisseaux luo que le dumai gouverne les yang et que le renmai gouverne les yin ; c’est encore le Lingshu qui a raison. » Le Leijing écrit : « Dans ce chapitre, le luo (別 bie) de taiyin de pied s’appelle gongsun, mais il y a aussi le grand luo de la rate qui s’appelle dabao, le luo (別 bie) de yangming de pied s’appelle fenglong, mais dans [le chapitre] "Sur la respiration et le pouls du sujet sain" (Suwen 18), il y a aussi le grand luo de l’estomac qui s’appelle xuli. Cependant, chaque méridien n’a qu’un seul luo, mais la rate et l’estomac en ont chacun deux, car la rate et l’estomac sont l’origine (本 ben) des organes et des entrailles et les douze méridiens en reçoivent tous le souffle. On compte en tout seize luo. »
5. Le Taisu dit : « En cas de plénitude, le sang remplit les vaisseaux, c'est pourquoi [ils sont] obligatoirement visibles ; en cas de vide, le sang manque dans les vaisseaux, c'est pourquoi ils s’enfoncent obligatoirement. Les vaisseaux enfoncés sont difficiles à voir, c'est pourquoi on les cherche en amont ou en aval. L’homme est doté du souffle et du corps, aucune partie ne peut être identique [chez les sujets différents], comment serait-il possible qu’il y ait des méridiens et des luo identiques ? C'est pourquoi il faut les chercher en amont et en aval et alors on peut les voir. »

Remarque personnelle : Ordre de citation des méridiens luo dans le Jiayi jing et le Lingshu :
P – C – MC – IG – GI – TR – V – VB – E – Rt – Rn – F – VC – VG – 21Rt

- LS 38 : « Le juste et le faux [dans la thérapeutique] et la constitution physique [du patient] » / Jiayi jing II-2 : « Les huit méridiens extraordinaires »
黃帝曰:少陰之脈獨下行,何也?岐伯曰:不然,夫沖脈者,五臟六腑之海也,五臟六腑皆稟焉。其上者,出于頏顙,滲諸陽,灌諸精;其下者,注少陰之大絡,出于氣街。。。
« Huangdi demanda : Pourquoi seul le vaisseau du shaoyin circule t-il vers le bas ?
Qibo répondit : Il n’en est pas ainsi. C’est le chongmai qui est la mer des cinq organes et des six entrailles ; les cinq organes et les six entrailles en sont tous tributaires (稟 bing). Sa [branche] supérieure sort aux choanes (頏顙 hangsang), irrigue les [méridiens] yang et les imbibe d’essence. Sa [branche] inférieure se déverse dans le grand luo du shaoyin1, sort au Qi chong (30E)… »
1. D’après le commentaire du Lingshu zhuzheng fawei, le grand luo du méridien du rein s’appelle dazhong. C’est le nom du [point] luo du shaoyin de pied, le 4Rn.

Jiayi jing :

III-32 : « Les vingt points du shaoyin de pied aux membres inférieurs1 [y compris ceux] du yinqiao et du yinwei »
別走太陽足少陰絡
« Un trajet se sépare vers (別走 bie zou) le taiyang. C’est le [point] luò du shaoyin de pied ».
1. Textuellement : « Les vingt point du shaoyin de pied arrivant aux membres inférieurs ».

Jean Marc Kespi :

Ce point luo : - Régularise l’intérieur et l’extérieur au niveau de ZSYi/Rn
- Résonne sur le méridien couplé ZTYg/V
- Gouverne les moyens de contact dépendant du luo longitudinal à savoir le rachis lombaire et le triple réchauffeur.
Il est de plus utilisé unilatéralement dans les atteintes externes controlatérales de SYgM/GI.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Manque d’énergie. Craint le froid, veut toujours que les portes soient fermées. Aime dormir.
Sensation de l’énergie qui remonte.

En tant que point luo
Plénitude : constipation et anurie.
Vide : lombalgie.

Soulié de Morant :

Peu d’énergie. Aime s’étendre.
Froid facile ou constant ; peu de chaleur.

Roustan :

Fièvre intermittente.

Duron-Borsarello :

Manque d’énergie.

Nguyen van Nghi :

Asthénie physique.

Dacheng :

Insuffisance d’énergie. Frilosité. Hypersomnie. Aime s’étendre.

En tant que point luo
Plénitude : rétention d’urine et constipation.
Vide : lombalgie.

Sun Simiao :

Beaucoup de froid et peu de chaleur.
Insuffisance de souffle et d’énergie spirituelle (shen).

Auteroche :

Envie de dormir.

Psychisme

Chamfrault :

Peureux. Craintif. Idiotie. Craint le froid, veut toujours que les portes soient fermées.

Soulié de Morant :

Complexe d’infériorité et d’insuccès, manque d’autorité. Appréhension, émotivité. Misanthropie, désire s’exclure du monde et fermer sa porte. Mélancolie, sans joie. Stupidité.

Pékin/Roustan :

Neurasthénie. Hystérie.

Duron-Borsarello :

Craintif, désir de solitude.

Nguyen van Nghi :

Hystérie.

Dacheng :

Peur. Nervosité. Manque d’envie de voir les autres. Ne veut pas parler ni entendre parler.

Sun Simiao :

Frayeur et peur. Craintif. Insuffisance de souffle et d’énergie spirituelle (shen).

Auteroche :

Démence.

ORL

Chamfrault :

Gargouillement dans la gorge. Douleur de la gorge avec sensation de gonflement dans la région cardiaque.

Soulié de Morant :

Énergie dans la gorge. Spasmes de la gorge. Bruits dans le larynx.

Roustan :

Douleur du pharynx.

Duron-Borsarello :

Maladies de la gorge.

Dacheng :

Laryngite striduleuse.

Stomatologie

Chamfrault :

Sensation de chaleur dans la bouche. Langue sèche. Difficulté pour avaler ce qu’il mange.

Soulié de Morant :

Bouche opposée : chaleur dans la bouche, inflammation buccale. Langue opposée : sécheresse, inflammation, aphtes.
Douleur des gencives (opposées). Faiblesse des gencives, dents ébranlées.

Pékin :

Inflammation buccale ; sensation de chaleur dans la bouche. Langue sèche.

Sun Simiao :

Hémorragie de la base de la langue.

Auteroche :

Langue sèche. Chaleur dans la bouche.

Pneumologie

Chamfrault :

Plénitude de la poitrine. Dyspnée. Toux.

Soulié de Morant :

Toux. Glaires respiratoires. Essoufflement. « Enflure de poitrine ».

Pékin :

Asthme. Hémoptysie. 

Roustan :

Suffocation intermittente ?

Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi :

Hémoptysie.

Dacheng :

Oppression thoracique et dyspnée. Toux obnubilante. Souffle court. Stertor. Quintes de toux.

Sun Simiao :

Gonflement thoracique dû à une dyspnée.

Auteroche :

Hémoptysie. Dyspnée. Mucosités dans la gorge. Poitrine gonflée.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Douleur de la gorge avec sensation de gonflement dans la région cardiaque.

Soulié de Morant :

Palpitations nerveuses aux émotions, par timidité.

Digestif

Chamfrault :

Plénitude au ventre. Ballonnement abdominal. Constipation.
Vomissements. Rend tout ce qu'il mange . Difficulté pour avaler ce qu’il mange.

Soulié de Morant :

Oesophage contracté. Nausées, vomissements ; nourriture ne descend pas et reste dans la gorge.
Gros intestin : constipation, selles difficiles ou arrêtées.

Pékin/Nguyen van Nghi :

Constipation.

Duron-Borsarello :

Contractions de l’oesophage.

Dacheng :

Vomissements. Ballonnement abdominal et constipation. Ventre dur avec raideur du rachis. Dysphagie.

Sun Simiao :

Constipation. Engorgement abdominal.

Auteroche :

Sensation de plénitude abdominale. Constipation.

Uro-néphrologie

Pékin/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Dysurie.

Duron-Borsarello/Roustan :

Rétention d’urine.

Auteroche :

Cystite.

Andrologie

Soulié de Morant :

Prostate : répond à Fu yang (59V).

Gynécologie

Auteroche :

Règles irrégulières.

Métabolisme

Dacheng :

Ascite (+ 9VC).

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur et raideur du rachis et de la région lombaire.

Soulié de Morant :

Vertèbres et abdomen : raideur avec frissons au bain. Douleurs lombaires, peu d’énergie dans les lombes.
Région interne de la cheville : foulure, entorse. Long fléchisseur du gros orteil.

Pékin/Nguyen van Nghi/Roustan :

Talalgie.

Duron-Borsarello :

Lombalgie.

Dacheng :

Lombalgie et rachialgie. Ventre dur avec raideur du rachis.

Sun Simiao :

Douleur de la colonne dorsale et lombaire.

Auteroche :

Raideur douloureuse des lombes et de la colonne vertébrale.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW 36 : « L’acupuncture dans les malaria »
腎瘧者,令人洒洒然,腰脊痛,婉轉大便難,目眴眴然,手足寒。刺足太陽少陰。
« La malaria du rein cause des lombalgies avec frissons, de la difficulté des selles et des mictions, des troubles visuels, du refroidissement des mains et des pieds. On pique les points de vessie [Wei zhong (40V)] et de rein [Da zhong (4Rn)]. »
Traduction de Dacheng :
« Quand la maladie se localise aux reins, les signes cliniques sont : forte sensation de froid, lombalgie et rachialgie, constipation, spasmes des paupières, membres froids. Il faut puncturer le zu taiyang et le zu shaoyin. Il s’agit des points Jin men (63V) et Tai xi (3Rn). »

- SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias » / Jiayi jing VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
陰之瘧,令人嘔吐甚,多寒熱,熱多寒少,欲閉戶牖而處,其病難已。
« La malaria du zu shaoyin cause de graves vomissements. Les accès sont fréquents, plus chauds que froids1, le malade désire s’isoler2, portes et fenêtres fermées. Cette maladie se termine difficilement. Les points à piquer sont Da zhong (4Rn) et Taixi (3Rn)3. »
1. Le Jiayi jing écrit : « beaucoup de frissons avec peu de fièvre » (duō hán shăo rè 多寒少熱), phrase reprise plus loin.
2. Le Jiayi jing écrit : « désir de fermer portes et fenêtres ainsi que de rester [seul] » et précise que le mot « seul » est sous-entendu au chapitre 10 « les méridiens » (jingmai) du Lingshu sur la symptomatologie des méridiens.
3. Le Jiayi jing ne cite que la puncture de Tai xi (3Rn).


SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
中熱而喘,刺足少陰。
« [Dans la lombalgie avec] atteinte de la chaleur et dyspnée on puncture le shaoyin de pied : Yong quan (1Rn) et Da zhong (4Rn). »
Remarque : NvN ne cite pas Yong quan (1Rn) mais ajoute Wei zhong (40V).

Lingshu :

- LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足少陰之別,名曰大鍾。當踝後繞跟,別走太陽;其別者,并經上走於心包下,外貫腰脊。其病氣逆則煩悶,實則閉癃,虛則腰痛。取之所別者也。
« Le 絡
luo (別 bie)1 du shaoyin de pied s’appelle Da zhong (4Rn). Il se sépare [de son méridien] pour aller au taiyang en contournant le talon. Son [trajet] séparé monte parallèlement au méridien pour rejoindre l’enveloppe du coeur (心包 xinbao), et descend à l’extérieur2 enfiler les vertèbres lombaires. Si c’est une maladie par reflux du souffle (氣逆 qini) on est mélancolique (煩悶 fanmen) ; en cas de plénitude, c’est une anurie par rétention (閉癃 longbi)3 ; en cas de vide, on [souffre] de douleurs lombaires. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien]. »
1. Ici le 絡 luo est appelé 別 bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas 絡 luo mais 別 bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Les commentateurs modernes considèrent ce mot (外 wai : extérieur) comme superflu et l’ignorent en se basant sur l’absence de ce caractère dans les textes correspondants du Maijing, du Taisu et du Qianjin yaofang.
3. Chamfrault dans sa traduction rajoute « et des selles ».


- LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
骨寒熱者,病無所安,汗注不休。齒未槁,取其少陰於陰股之絡;齒已槁,死不治。骨厥亦然。
« Les atteintes (感
gan) par le vent provoquent des frissons et de la fièvre1. […] Dans les frissons et la fièvre des os2, [on souffre de douleurs] sans pouvoir trouver de repos et l’on transpire sans arrêt. Si les dents ne sont pas desséchées3, on traite le point luo du shaoyin à la face interne de la cuisse (陰股 yingu)4. Si les dents sont desséchées, [le patient] ne peut pas guérir et meurt. C’est la même chose pour le jue des os ».
1 . Cette phrase provient du texte correspondant du Jiayi jing VIII-1 (1).
2. Les frissons et la fièvre de la peau, des muscles et des os correspondent aux frissons et à la fièvre provoqués par le degré de pénétration du vent pervers dans le corps.
3. Le Leijing dit : « Le rein gouverne les os. Si les os ont le froid-chaleur, c’est que le pervers est au yin suprême (至陰 zhiyin). Si le yin est vide, [le malade] doit être agité ; c'est pourquoi il n’est pas tranquille. Si le yin est blessé, les liquides s’épuisent ; c'est pourquoi la sueur coule sans cesse. Les dents sont l’extension () des os. Si les dents ne sont pas desséchées, le souffle yin est encore suffisant. [Alors, la maladie] est guérissable. Il faut traiter Da zhong (4Rn), [c'est-à-dire] les points luo du shaoyin de pied en les puncturant. »
4. Une note du Jiayi jing précise que selon le Leijing, il s’agit du point Da zhong (4Rn) du méridien shaoyin de pied.

Dacheng :

- « Piqûre de la malaria »
« Quand la maladie se localise aux reins, les signes cliniques sont : forte sensation de froid, lombalgie et rachialgie, constipation, blépharospasme, membres froids. Il faut piquer zu shaoyin et zu taiyang. Il s’agit des points Jin men (63V) et Tai xi (3Rn). »
Remarque Husson et NvN : le SW 36 retient dans ce cas comme traitement les points Wei zhong (40V) et Da zhong (4Rn) !

- « Acupuncture et traitement des lombalgies »
« Si la douleur s’accompagne de sensation de chaleur à l’intérieur de l’abdomen avec dyspnée, il faut puncturer le zu shaoyin aux points Ying quan (1Rn) et Da zhong (4Rn). »

Jiayi jing :

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
瘧多寒少熱,大鐘主之。
« La malaria avec beaucoup de frissons et peu de fièvre relève du [point] Da zhong (4Rn). »


- IX-3 : « Toux avec remontée du souffle produite par le pervers qui, se situant au poumon, aux cinq organes et aux six entrailles, les rend malades »
咳喉中鳴,咳唾血,大鐘主之。
« La toux avec bruits dans le larynx et la toux avec crachement de sang relèvent du [point] Da zhong (4Rn). »

- IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »

喘,少氣不足以息,腹滿,大便難,時上走,胸中鳴,脹滿,口舌中吸吸,善驚,咽中痛,不可納食,善怒,恐不樂,大鐘主之。
« La dyspnée, le souffle qui manque (少氣 shaoqi) et qui est insuffisant pour respirer, la plénitude abdominale, la difficulté pour aller à la selle, [le souffle qui] remonte fréquemment en produisant des bruits au milieu de la poitrine, les sensations de gonflement et de plénitude, la bouche et la langue sèches, l’agitation dans la bouche, les frayeurs fréquentes, les douleurs dans la gorge avec difficulté pour avaler, les colères fréquentes, les peurs, les frayeurs et la mélancolie (不樂 bule) relèvent du [point] Da zhong (4Rn). »

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
腰脊相引如解,實則閉癃,淒淒,腰脊痛宛轉,目循循嗜臥,口中熱,虛則腰痛,寒厥煩悶,大鍾主之。
« Les tiraillements dans les vertèbres lombaires comme si elles se détachaient, avec anurie par rétention, froid glacial, douleurs aux vertèbres lombaires, somnolence et chaleur dans la bouche en cas de plénitude (實 shi), ou avec lombalgie,
jue froid, anxiété et mélancolie en cas de vide (虛 xu) relèvent du [point] Da zhong (4Rn). »

- IX-10 : « Impossibilité d’uriner et d’aller à la selle provoquée par l’obstruction interne de [la fonction de] maîtrise [de l’eau] du triple réchauffeur »
大便難,大鐘主之。
« La difficulté pour aller à la selle relève du [point] Da zhong (4Rn). »


> OBSERVATIONS