Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

6Rn

Zhao hai



Noms secondaires

Yin qiao


Tai yin qiao


(d'après Wai tai mi yao)

Yin qiao xue


(d'après Lingshu)

> LOCALISATION

Chamfrault :

0,4 cun au-dessous de la malléole interne. En avant et e arrière du point se trouve un tendon et, au-dessous du point, un os « mou ». Il est situé entre le calcanéum et l’astragale.

Soulié de Morant :

Face interne du pied, droit sous la malléole, à l’angle du rebord supérieur du calcanéum et du rebord postérieur des tendons des fléchisseur commun et long fléchisseur du pouce, dans un creux, un peu au-dessus du bourrelet plantaire, 3 TDD en arrière et au-dessus de Ran gu (2Rn), 1 TDD sous Shui quan (5Rn).

Pékin :

Dans la dépression qui se trouve 1 cun au-dessous de la pointe de la malléole interne.

Shanghai :

1 cun au-dessous du sommet de la malléole interne.

Duron-Borsarello :

0,5 cun sous la malléole interne, malade en position ventrale.

Nguyen van Nghi :

Dans le creux au-dessous de la malléole interne.

Dacheng :

0,4 cun au-dessous de la malléole interne, il y a un tendon devant et derrière le point ; au-dessus, c’est la malléole interne, au-dessous c’est le cartilage : le point se trouve au milieu.

Sun Simiao :

Sous la malléole interne.

Jiayi jing :

III-32 : « Les vingt points du shaoyin de pied aux membres inférieurs1 [y compris ceux] du yinqiao et du yinwei »
照海在足踝下一寸
« Le [point] Zhao hai (6Rn) se situe à un pouce au-dessous de la malléole interne. »
1. Textuellement : « Les vingt point du shaoyin de pied arrivant aux membres inférieurs ».


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,3 à 0,4 cun pendant 6 respirations.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,5 à 1 cun.

Dacheng :

0,4 cun pendant 6 expirations selon Suwen zhu. 0,3 cun selon Tongren.

Jiayi jing :

III-32 : « Les vingt points du shaoyin de pied aux membres inférieurs1 [y compris ceux] du yinqiao et du yinwei »
刺入四分,留六呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,4 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant six expirations. On y fait trois cônes de moxa. »
1. Textuellement : « Les vingt point du shaoyin de pied arrivant aux membres inférieurs ».


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point d’origine du méridien curieux yinqiao.
Point clé vers le méridien curieux yinqiao à puncturer avec le point Lie que (7P).

Soulié de Morant :

Commande l’énergie yin d’activité de sommeil, de lassitude.
Point de commande du yinqiao mai qui agit sur tous les troubles par insuffisance ou excès d’énergie yin.
Répond à Lie que (7P) qui commande le renmai, réunion de tous les méridiens yin.
Agit sur psychisme, oeil, gorge, estomac et intestins, organes génitaux, grossesse et accouchement, membres inférieurs.

Shanghai :

Point clé stimulant le yinqiao.
Élimine la chaleur. Calme l’esprit. Traite la gorge.

Duron-Borsarello :

Fait circuler l’énergie du réchauffeur inférieur.
Élimine les algies du bas-ventre.

Nguyen van Nghi :

Point d’ouverture (point clé) du méridien curieux yinqiao.

Auteroche :

Point de yinqiao mai.
Régularise les menstruations ; harmonise l’énergie nourricière et le sang.
Rafraîchit et fait s’écouler le réchauffeur inférieur.
Rafraîchit le coeur et apaise l’esprit.
Dégage la gorge, arrête la douleur.
Métamère L4.

Dacheng :

- « Notions fondamentales de la pratique de l’acupuncture »
« Le yinqiao débute au talon, passe à la malléole interne, monte à la gorge et croise le chongmai. Il communique avec le point Zhao hai (6Rn). »


« Notions fondamentales de la pratique de l’acupuncture »
« Les points Zhao hai (6Rn) et Wai guan (5TR), dépendants des méridiens yinqiao et yangwei, ont la propriété de guérir les femmes des troubles du placenta. »

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Favorise les fonctions du réchauffeur inférieur.
Nourrit le coeur. Calme l’esprit.
Perméabilise les méridiens. Vivifie les luo.
Adoucit la gorge. Calme les douleurs.
Selon Tai yi shen zhen :
Perméabilise les méridiens. Vivifie les luo.
Calme le coeur et apaise le l’Esprit.
Harmonise l’estomac et arrête les vomissements.

Suwen :

- SW 59 : « Des demeures du qi »
陰陽蹻各一。
« Les qiao (vaisseaux irréguliers) ont chacun un point [Jiao xin (8Rn) pour le yin et Fu yang (59V) pour le yang]. »
Dans sa version, NvN présente tous les commentaires :
- Pour Wang Bing, Zhang Jing Yue et Zhang Zhi Shong, le point de manifestation du yinqiao est le Jiao xin (6Rn) et celui du yangqiao est le Fu yang (59V).
- Pour Ma shi et Cao Shi Tong, le point de manifestation du yinqiao est le Zhao hai (6Rn) et celui du yangqiao est le Shen mai (62V).

- SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs 
»
帝曰:水俞五十七處者,是何主也?岐伯曰:腎俞五十七穴,積陰之所聚也,水所從出入也。尻上五行行五者,此腎俞。故水病下為胕腫、大腹,上為喘呼、不得臥者,標本俱病,故肺為喘呼,腎為水腫,肺為逆不得臥,分為相輸俱受者,水氣之所留也。伏菟上各二行,行五者,此腎之街也。三陰之所交結於腳也。踝上各一行,行六者,此腎脈之下行也,名曰太沖。凡五十七穴者,皆臟之陰絡,水之所客也。
« Huangdi : De quel domaine sont les 57 points de l’eau ? 
Qibo : Les 57 shu du rein sont les points de concentration du yin et auxquels obéissent les échanges liquides. Les shu du rein sont cinq rangées de cinq au-dessus du sacrum (1, 2, 4, 5, 6VG – 25, 27, 28, 29, 30V – 50, 51, 52, 53, 54V)1. La maladie d’eau se manifeste en bas par des oedèmes et un gros ventre, en haut par de la dyspnée. Si le décubitus est intolérable, c’est que l’atteinte porte à la fois sur les branches et sur le tronc. Le poumon fait la dyspnée, le rein fait les oedèmes, l’impossibilité de décubitus vient du reflux de qi dans le poumon. D’autres points se distinguent par leurs emplacements, mais ils concourent avec les précédents à la rétention du qi et de l’eau2. Il y a deux rangées de cinq au-dessus du "lapin embusqué" (face antérieure de la cuisse), ce sont les "rues" du rein (11, 12, 13, 14, 15Rn – 26, 27, 28, 29, 30E). Au croisement des trois vaisseaux yin au-dessus de la cheville, il y a une rangée de six points qui constitue le cours inférieur du vaisseau du rein (4, 6, 7, 8, 9, 10Rn) ; on le nomme le "grand carrefour" (taichong). Soit en tout 57 fosses qui sont les liaisons yin des viscères et où l’eau trouve asile ».
1. Note personnelle : Le commentaire de la traduction de NvN donne comme points des eaux sur dumai les 2, 3, 4, 5 et 6VG, 3VG venant donc remplacer 1VG. Cette position est parfaitement logique puisque la version de NvN donne « 5 rangées de 5 points au-dessus du coccyx », alors que celle de Husson ne l’est pas puisqu’il donne « 5 rangées de 5 points au-dessus du sacrum » et qu’en conséquence, 1VG et 2VG ne sauraient en faire partie.
2. NvN présente différemment cette proposition : « De ce fait, l’atteinte concomitante du poumon et du rein a pour conséquence une rétention d’eau et d’énergie ». Il propose également un commentaire de 
Zhang Jing Yue qui reste aussi obscur quant au rôle de ces points shu du rein : « L’eau a la possibilité d’activer la circulation des énergies et de répondre aux points shu pour déclencher la maladie. La maladie d’eau influe sur l’énergie et la maladie de l’énergie sur l’eau pour provoquer une rétention d’énergie et d’eau, responsable de la maladie ».

Lingshu :

LS17 : « Les mesures des méridiens » / Jiayi jing II-2 : « Les huit méridiens extraordinaires »
蹻脈者,少陰之別,起於然骨之後 [] 屬目內眥,合於太陽,陽蹻而上行,氣并相還,則為濡,目氣不榮,則目不合。
« Le qiaomai est une branche (bie) du shaoyin. Il part en arrière du scaphoïde [du pied] (rangu)1 […] établit une relation de dépendance (shu) avec le coin interne de l'oeil et se réunit au taiyang et au yangqiao pour circuler vers le haut. Lorsque les souffles (du yinqiao et du yangqiao) se réunissent (bing) et communiquent entre eux (xianghuan) les yeux sont imbibés ; si [leur] souffle ne [les] fait pas prospérer, les yeux ne se ferment pas2. »
1. D'après la note de la présente édition, il s'agit du point Zhao hai (6Rn), le point de départ du yinqiao mai, cependant d'autres auteurs le font partir du point 2Rn qui s'appelle Ran gu.
2. Le Leijing commente :
« Si le souffle du qiaomai n'est pas florissant (rong), les yeux ne peuvent pas se fermer ». C'est pourquoi le chapitre 21 du présent ouvrage dit : « Après être entrée dans le cerveau, [cette branche] se sépare en yinqiao et yangqiao dont [les souffles] yin et yang se croisent :  [le souffle] yang entre et [le souffle] yin sort. Le yin et le yang se croisent au coin externe de l'oeil (ruizi). Lorsque le souffle yang abonde, les yeux sont écarquillés ; lorsque le souffle yin abonde, les yeux se ferment ». C'est à dire que l'ouverture et la fermeture des yeux sont gouvernées par les qiaomai. D'après la note de la présente édition, il s'agit du point Zhao hai, point de départ du yinqiao mai.
Remarque : La version de Ming Wong donne une fin différente : « Il s’unit au taiyang et au yangqiao. Leurs énergies se joignent mutuellement pour imprégner l’oeil. Si l’énergie oculaire est déficiente, les yeux ne peuvent plus se fermer ». (Il n’est pas question de liquides)

Jiayi jing :

III-32 : « Les vingt points du shaoyin de pied aux membres inférieurs1 [y compris ceux] du yinqiao et du yinwei »
照海,陰蹻脈所生
« Le [point] Zhao hai (6Rn) est [le point de] naissance (生 sheng) du yinqiao mai. »
1. Textuellement : « Les vingt point du shaoyin de pied arrivant aux membres inférieurs ».

Jean Marc Kespi :

Zhao hai est le point d’ouverture du méridien curieux yinqiao qui gouverne les enracinements yin de l’homme, ses relations avec la terre en tant qu’agent créateur yin et ses rapport avec les temps yin. C’est ce que nous dit sa symptomatologie :
- Enracinement yin aux pieds, aux lombes, aux organes sexuels, à la gorge (obstruction par glaires) et aux yeux.
- Relation avec la terre : "grand trouble nerveux avec surexcitation et douleurs ; grand malaise sans savoir où il a mal ; le malade ne peut localiser sa douleur".
- Activité des temps yin : "commande l’énergie d’activité" ; "insomnie" ; "tout trouble aggravé au milieu du jour" ; "crises d’épilepsie au milieu du jour (disperser)".


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Atteinte grave par le feng, le malade ne peut localiser sa douleur.
Paludisme chronique. Lassitude des quatre membres. Hernie brutale.

Soulié de Morant :

Épuisement, lassitude, faiblesse soit des femmes, soit des personnes âgées.
Insomnie par insuffisance d’énergie yin, donc dominance d’énergie yang.
Grands troubles nerveux avec surexcitation et douleurs : grand malaise sans savoir où est le mal.
Au milieu du jour, aggravation de tout trouble (disperser).
Migraine ophtalmique.

Duron-Borsarello/Auteroche/Roustan :

Insomnie.

Dacheng :

Maladie chronique du froid/chaleur. Maladie shan brutale. Hernie brutale.
Asthénie des quatre membres. Hypersomnie. Envie de s’étendre.
Céphalée intense avec douleur du visage et des membres.

Sun Simiao :

Absence de sudation. Grand vent, le malade hébété ne peut localiser sa douleur.
Syndrome herniaire affectant les organes génitaux. Syndrome herniaire avec tiraillements dans les organes génitaux.

Psychisme

Chamfrault :

Gémissements. Aime dormir.

Soulié de Morant :

Chagrin constant, sans joie. Grands troubles nerveux avec surexcitation.

Pékin :

Neurasthénie.

Roustan :

Neurasthénie. Hystérie.

Duron-Borsarello :

Mélancolie. Aime rester couché.

Nguyen van Nghi :

Psychasthénie.

Dacheng :

Tristesse.

Sun Simiao :

Angoisse. Tristesse. Maussade. Se couche effrayé avec un regard halluciné.

Auteroche :

Hystérie.

Neurologie

Chamfrault :

Épilepsie nocturne.

Soulié de Morant :

Au milieu du jour, aggravation de tout trouble (disperser). Crampes ou crises d’épilepsie au milieu du jour (disperser) (les remet la nuit ou les abolit).
Atrophie latérale par grands troubles nerveux (polio ?).

Pékin/Nguyen van Nghi/Roustan :

Épilepsie.

Roustan :

Paralysie.

Duron-Borsarello :

Épilepsie de nature yin. Hémiplégie.

Dacheng :

Analgognosie. Anarthrie. Épilepsie nocturne.

Sun Simiao :

Faiblesse des membres. Hémiplégie avec incapacité de marcher.
Grand vent, le malade hébété ne peut localiser sa douleur Perte de connaissance due au Vent soudain. Convulsions irradiant dans l’abdomen et l’ombilic.

Auteroche :

Epilepsie nocturne. Quatre membres relâchés ou inertes.

Ophtalmologie

Chamfrault :

Voit des étoiles quand il regarde au loin.

Soulié de Morant :

Oeil : voit des étoiles ou bien est dans l’obscurité (migraine ophtalmique).

Roustan :

Douleur oculaire.

Duron-Borsarello :

Yeux rouges et douloureux.

Dacheng :

Phosphènes.

Sun Simiao :

Douleur oculaire. Phosphènes.

ORL

Chamfrault :

Gorge sèche. Angine aiguë grave. Glaires qui obstruent la gorge.

Soulié de Morant :

Gorge : douleur. Amygdalite. Larynx étranglé avec glaires. Salive ; ou gorge sèche, ne peut apaiser sa soif ; soif par diabète ou soif par dipsomanie) (tonifier).

Pékin/Nguyen van Nghi :

Amygdalite.

Roustan :

Laryngite, amygdalite.

Duron-Borsarello :

Maux de gorge, glaires.

Dacheng :

Maladie de l’obstruction glaireuse. Gorge sèche.

Sun Simiao :

Gonflement unilatéral du pharynx gênant la déglutition. Gorge sèche.

Auteroche :

Enflure et douleur de la gorge.

Pneumologie

Sun Simiao :

Respiration courte.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant :

Tous troubles du coeur s’aggravant au milieu du jour.

Dacheng :

Ulcère variqueux chez la femme.

Digestif

Chamfrault :

Vomissements. Douleur du bas-ventre.

Soulié de Morant :

Estomac bouleversé (tonifier).
Tumeur abdominale par alcool. Inflammation de l'abdomen par alcool. Coliques, gaz ; constipation ou diarrhée urgente. Spasmes intestinaux (tonifier). Hémorragies intestinales fréquentes ou constantes (tonifier). Constipation des femmes.
Troubles du petit bassin avec troubles de la gorge : troubles liés (disperser). Douleur du bas-ventre. Spasmes du bas-ventre. Chaleur et douleur aux côtés du bas-ventre.
Spasmes du diaphragme soudains, énergie étrange, hoquets, vomissements (disperser).

Duron-Borsarello :

Douleurs coliques aiguës. Vomissements.

Dacheng :

Hernie étranglée avec vomissements. Douleur pelvienne. Coliques. Ballonnement abdominal.

Sun Simiao :

Chaleur et douleur du bas-ventre unilatérale. Engorgement abdominal avec douleurs soudaines et sueurs.

Auteroche :

Constipation.

Uro-néphrologie

Soulié de Morant :

Douleurs nerveuses de la vessie (tonifier). Urètre : inflammation, urine brûlante.

Dacheng :

Pollakiurie. Dysurie.

Sun Simiao :

Obstruction des voies urinaires. Urines jaunes.

Auteroche :

Besoins fréquents.

Andrologie

Soulié de Morant :

Spasmes des organes génitaux (durcissements soudains) et sursautements. Blennorragie. Non érection (diabète). Ou érections sans cause. Prurit. Testicule : orchite.

Roustan :

Prurit des organes génitaux.

Dacheng :

Prurit des organes génitaux externes.

Gynécologie

Chamfrault :

Douleur du bas-ventre unilatérale. Prolapsus utérin.
Troubles des règles. Irrégularités des règles. Pertes blanches.

Soulié de Morant :

Spasmes des organes génitaux (durcissements soudains) et sursautements. Blennorragie.
Douleur du vagin pendant les règles. Douleur pendant les règles chez les vierges (tonifier). Règles difficiles : malaise affolant. Leucorrhée claire, « humeur claire coulant » (disperser).

Pékin/Nguyen van Nghi :

Règles irrégulières. Prolapsus utérin.

Roustan :

Règles anormales. Prolapsus utérin. Prurit des organes génitaux.

Duron-Borsarello :

Gynécologie en général.

Dacheng :

Règles irrégulières. Pollakiménorrhée, vaginite, prurit vulvaire, leucorrhée, douleur pelvienne. Prolapsus utérin.

Sun Simiao :

Aménorrhée. Leucorrhée semblable au suc de la mauve. Écoulement vulvaire soudain. Inversion du souffle avec aménorrhée. Métrorragie. Prolapsus utérin. Prurit vaginal. Retard de règles créant un état maussade. Stérilité.

Auteroche :

Règles irrégulières, pertes vaginales blanches et rouges. Prolapsus utérin. Prurit vaginal.

Obstétrique

Soulié de Morant :

Ne peut retenir le foetus (tonifier).
Rétention placentaire (disperser).

Roustan :

Accouchement difficile.

Auteroche/Dacheng :

Rétention placentaire.

Endocrinologie

Soulié de Morant :

Ne peut apaiser sa soif (diabète ou dipsomanie).

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Lassitude des quatre membres.

Soulié de Morant :

Membres et lombes sans force : ne s’assied pas avec confiance.
Entorse de cheville interne.

Duron-Borsarello :

Douleur des membres.

Dacheng :

Lassitude des membres.

Sun Simiao :

Bi.

Auteroche :

Douleur du talon.
Quatre membres relâchés ou inertes.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

- LS 23 : « Maladies fébriles » / Jiayi jing XII-4 : « Maladies oculaires provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 mai) taiyang et yangming de pied et shaoyang de main »
目中赤痛,從始,取之陰蹻。
« Lorsque la rougeur et la douleur dans les yeux commencent au coin interne des yeux, on traite le yinqiao1. »
1. Il s’agit du point Zhao hai (6Rn).

- LS 23 : « Maladies fébriles »
癃,取之陰蹻及三毛上及血絡出血。
« Dans la rétention d’urine (癃 long), on traite le yinqiao1 et au-dessus des trois poils (三毛 sanmao)2 et on fait [aussi] saigner les luo sanguins. »
1. Il s’agit probablement du point Zhao hai (6Rn) du méridien shaoyin de pied où commence le yinqiao.
2. Il s’agit probablement du point Da dun (1F), les trois poils (三毛 sanmao) désignant la région située en arrière de l’ongle du gros orteil sur la phalange distale.

LS 28 : « Questions orales » / Jiayi jing XII-1 : « Bâillements, hoquets, sanglots, frissons, éructations, éternuements, affaissements, larmoiements, soupirs, salivation, acouphènes, morsure de la langue, perte de mémoire et fringales »

黃帝曰:人之欠者,何氣使然?岐伯答曰:衛氣晝日行於陽,夜半則行於陰,陰者主夜,夜者臥;陽者主上,陰者主下;故陰氣積於下,陽氣未盡,陽引而上,陰引而下,陰陽相引,故數欠。陽氣盡,陰氣盛,則目瞑;陰氣盡而陽氣盛,則寤矣。瀉足少陰,補足太陽。
« Huangdi demanda : Quel souffle provoque les bâillements (欠 qian) chez l’homme ?
Qibo répondit : Le souffle défensif circule dans le yang le jour (晝日 zhouri) et à minuit (夜半 yeban) il passe dans le yin1. Le yin régit la nuit et la nuit régit le sommeil. Le yang régit le haut, le yin le bas, c’est pourquoi lorsque le souffle yin s’assemble vers le bas et que le souffle yang n’est pas encore épuisé, le yang tire pour monter et le yin tire pour descendre. Le yin et le yang tirent chacun de son côté, c'est pourquoi il y a de nombreux bâillements2. Lorsque le souffle yang est épuisé et que le souffle yin abonde, les yeux se ferment. Lorsque le souffle yin est épuisé et que le souffle yang abonde, on se réveille. [Dans un tel cas], on disperse (瀉 xie) le shaoyin de pied et on tonifie (補 bu) le taiyang de pied3. »
1. Remarque : Le texte correspondant du Jiayi jing dit : « Le souffle défensif circule dans le yang le jour (晝夜行於陰 zhou xing yü yin) et dans le yin la nuit (夜行於陰 ye xing yü yin)
2. Le Leijing dit : « Bâiller, c’est ouvrir grand la bouche et inspirer bruyamment ou bien étendre les bras et redresser les lombes. Il en est ainsi car le yin et le yang tirent chacun de leur côté … C’est pourquoi, au moment où l’homme désire se coucher et ne l’est pas encore, les bâillements se produisent obligatoirement avant, car à ce moment là le souffleyang est sur le point d’entrer en zone yin, le yin s’accumule en bas et le yang n’est pas encore calme. Ainsi, le yang veut tirer pour monter, le yin veut tirer pour descendre. Ils tirent l’un vers le haut, l’autre vers le bas et les bâillements se produisent. Lorsque l’homme bâille parce que l’esprit est épuisé et qu’il est fatigué, , c’est signe que le yang ne domine pas le yin ».
3. Le Lingshu zheng fa wei dit : « Parce que le méridien du rein shaoyin de pied est atteint par le pervers, on ne peut pas dormir ; il convient donc de disperser le point Zhao hai (6Rn). Le yangqiao mai est en vide, c’est pourquoi on bâille beaucoup ; il convient donc de tonifier le point Shen mai (62V) du méridien de la vessie taiyang de pied ».

Remarque : Le texte correspondant du Jiayi jing dit : « Le rein gouverne les bâillements, c’est pourquoi on disperse (瀉 xie) le shaoyin de pied et on tonifie (補 bu) le taiyang de pied ».

LS 28 : « Questions orales » / Jiayi jing XII-1 : « Bâillements, hoquets, sanglots, frissons, éructations, éternuements, affaissements, larmoiements, soupirs, salivation, acouphènes, morsure de la langue, perte de mémoire et fringales »
黃帝曰:人之唏者,何氣使然?岐伯曰:此陰氣盛而陽氣虛,陰氣疾而陽氣徐,陰氣盛而陽氣絕,故為唏。補足太陽,瀉足少陰。
« Huangdi demanda : Quel souffle provoque des sanglots (唏 xi)1 chez l’homme ?
Qibo répondit : Ceci est dû à la surabondance (盛 sheng) du souffle yin et au vide (虛 xu) du souffle yang. Le souffle yin est rapide et le souffle yang est lent. Le souffle yin est surabondant et le souffle yang est épuisé, c’est pourquoi on sanglote. [Il faut] tonifier (補 bu) le taiyang de pied et disperser (寫 xie) le shaoyin de pied2. »
1. Le Leijing dit : « Les souffles de la tristesse et du chagrin se produisent par affliction du yin ; c'est pourquoi il y a les symptômes de l’abondance du yin et du vide du yang. »
Note personnelle : Le Petit Dictionnaire Ricci définit 唏 xi (R1776) comme « geindre, gémir, soupirer ; rire ». C’est l’équivalent de 欷 xi (R1799) qui signifie « gémir, geindre, sangloter ; gémissement, soupir ».
2. Selon le Leijing, il s’agit des points Shen mai (62V) (du yangqiao mai) et Zhao hai (6Rn) (du yinqiao mai).

LS 71 : « Infestation par le pervers » / Jiayi jing XII-3 : « Insomnie, difficultés à voir, hypersomnie, sommeil agité, impossibilité de dormir étendu, insensibilité et parésies musculaires (肉苛 rouke), diverses sortes de respirations bruyantes et dyspnée »
黃帝問於伯高曰:夫邪氣之客人也,或令人目不瞑不臥出者,何氣使然?伯高曰: [] 今厥氣客於五臟六腑,則衛氣獨衛其外,行於陽,不得入於陰。行於陽則陽氣盛,陽氣盛則陽橋陷,不得入於陰,陰虛,故目不瞑。 補其不足,瀉其有餘,調其虛實,以通其道,而去其邪。飲以半夏湯一劑,陰陽已通,其臥立至。
« Huang di demanda : Comment se fait-il que le souffle pervers qui se loge dans l’homme fait que parfois les yeux de l’homme ne se ferment pas et qu’il ne dort pas ?1 Quel souffle en est la cause ?
Bogao répondit : […] Dans le cas où le souffle pervers se loge dans les cinq organes et les six entrailles2, le souffle défensif protège seulement l’extérieur, circulant dans le yang et ne pouvant pas entrer dans le yin. Lorsqu’il circule dans le yang, le souffle yang est abondant et si le souffle yang est abondant, leyangqiao mai est plein (滿 man). Lorsque le souffle défensif ne peut entrer dans le yin, le souffle yin est vide (虛 xu), c’est pourquoi on n’arrive pas à fermer les yeux3. [Pour soigner cela], on tonifie l’insuffisance4, on disperse l’excès et on harmonise le vide (虛 xu) et la plénitude (實 shi) afin de faire communiquer les voies5 et d’éliminer le pervers. On fait boire au malade une décoction de Pinellia tubifera. Le yin et le yang communiqueront et le sommeil viendra aussitôt6. »
1. Le texte correspondant du Jiayi jing dit simplement : « Comment se fait-il que le souffle pervers qui se loge dans l’homme provoque l’insomnie ? »
2. Le 
Jiayi jing écrit seulement « les cinq organes » (wu zang 五臟).
3. Le Jiayi jing écrit « on n'arrive pas à dormir » (bu de mian 不得眠).
4. Le Leijing dit : « tonifier l’insuffisance veut dire tonifier le point Zhao hai (6Rn) du shaoyin de pied d’où sort le yinqiao mai. Disperser l’excès veut dire disperser le point Shen mai (62V) du taiyang de pied d’où sort le yangqiao mai ».
5. Faire communiquer les voies veut dire faire communiquer les voies de communication entre les méridiens yin et yang.
6. Cette dernière phrase n’est pas reprise dans le texte correspondant du Jiayi jing.

LS 73 : « Fonctions et capacités [de l’acupuncture] »
陰絡所過,得之留止,寒入於中,推而行之;經陷下者,火則當之;結絡堅緊,火所治之。不知所苦,兩蹻之下,男陰女陽,良工所禁,針論畢矣
« [Lorsque le souffle] passe dans les luo yin et arrive à y rester, le froid pénètre à l’intérieur, on le pousse et on le fait circuler1. Lorsque les méridiens se creusent, c’est le feu qui convient ; lorsque les luo noués sont durs et tendus, c’est le feu qui les soigne2. Pour ceux qui ne savent pas d’où vient leur souffrance, il faut traiter en bas les deux qiao [mai]3. [Traiter] le yang chez l’homme et le yin chez la femme, c’est ce que s’interdit le bon ouvrier4. Voilà toute la théorie sur les aiguilles. »
1. Le Leijing dit : « Lorsque le froid reste dans les luo et entre dans les méridiens, il faut le disperser et faire circuler avec l’aiguille. »
2. C'est-à-dire qu’il faire de la moxibustion.
3. C'est-à-dire le [point] Shen mai (62V) où communique le yangqiao mai, et le [point] Zhao hai (6Rn) où communique le yinqiao mai.
4. Le Taisu dit : « Lorsqu’on est malade et ne sait pas où on a mal, on peut traiter les deux qiaomai en bas ; pour les hommes on traite leyinqiao mai, pour les femmes on traite le yangqiao mai ; ceci est le traitement de maladie [quand le malade] ne sait pas où il a mal ; pour les hommes le yangqiao mai et pour les femmes le yinqiao mai ne doivent pas être traités. »

Jiayi jing :

- V-4 : « L’art de l’acupuncture »
不知其苦,兩蹻之下

« Pour ceux qui ne savent pas d’où vient leur souffrance, il faut traiter les deux qiao mai1. »
1. C’est-à-dire le [point] Shen mai (62V) où communique le yangqiao mai et le [point] Zhao hai (6Rn) où communique le yinqiao mai.

- VII-1 (3) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produite par l’affection des six méridiens »
目痛引,少腹偏痛,背(一作脊)傴瘈瘲,視昏嗜臥,照海主之。瀉左陰蹻,取足左右少陰前,先刺陰蹻,後刺少陰,氣在橫骨上
« Les douleurs aux yeux avec tiraillements aux coins des yeux, douleurs unilatérales dans le pelvis, dos voûté [une autre version écrit : épine dorsale (脊 ji)] et convulsions, vue trouble et somnolence relèvent du [point] Zhao hai (6Rn) : on disperse à gauche le [point] Yin qiao1 et on traite à droite le [point Heng gu (11Rn) du] shaoyin2 ; on puncture d’abord le [point] Yin qiao et ensuite le [point] du shaoyin qui se situe au-dessus de l’os pubien (橫骨 heng gu). »
1. Autre nom du point Zhao hai (6Rn).
2. Le texte dit simplement : … point du shaoyin. Le nom entre crochets du point Heng gu est ajouté d’après l’interprétation de la présente édition. Cette interprétation est confirmée par la dernière phrase du paragraphe.


- IX-5 : « Chagrin (悲 bei), peur, soupirs, bouche amère, tristesse (不樂 bule) et effroi dus au pervers qui se situe dans le coeur et la vésicule biliaire et qui atteint les organes et les entrailles »
驚,善悲不樂,如墮墜,汗不出,面塵黑,病飲不欲食,照海主之。
« Effroi, chagrin et mélancolie fréquents comme si l’on faisait une chute, absence de sueurs, visage [comme s’il était recouvert] de poussière noire et faim sans pouvoir manger relèvent du [point] Zhao hai (6Rn). »

- IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
卒疝,少腹痛,照海主之,病在左取右,右取左,立已。
« La hernie subite (卒疝 cushan) et les douleurs hypogastriques relèvent du [point] Zhao hai (6Rn). Celles de gauche se traitent à droite et celles de droite se traitent à gauche. La guérison est immédiate. »
1. Chez l’homme, hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule ; chez la femme, gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.

IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 maijueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
疝,四肢淫濼,心悶,照海主之。
« La hernie1 qui se produit subitement aux organes génitaux2 avec courbature et lassitude des quatre membres et anxiété relève du [point] Zhao hai (6Rn). »
1. Chez l’homme, hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule ; chez la femme, gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.
2. Le terme shan (hernie) désigne soit la sortie d’un organe ou d’une partie d’un organe hors de sa cavité, soit de façon générale des douleurs et des gonflements des organes génitaux externes, soit encore des douleurs abdominales internes accompagnées de difficulté pour aller à la selle ou pour uriner.
Remarque : Le texte original qui écrit
疝,四肢淫濼身悶至陰主之 (voir Jiayi jing tome 2, page 388) a été corrigé d'après le Qianjin  et le Waitai. Les deux textes précisent qu'il s'agit d'une erreur et que l'on parle bien du point 6Rn et le Waitai remplace 身 par 心.

- X-1 (2) : « Les bi provoqués par le yin atteint par la maladie »
痺,會陰及太淵、消濼、照海主之。
« Les bi relèvent des [points] Hui yin (1VC) et Tai yuan (9P), l’amaigrissement excessif du [point] Zhao hai (6Rn). »

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
偏枯不能行,大風默默不知所痛,視如見星,溺黃,小腹熱,咽乾,照海主之。瀉左陰蹻、右少陰。先刺陰蹻,後刺少陰,在橫骨中。
« L’hémiplégie avec impossibilité de marcher, [l’atteinte par] le grand vent1 avec mutisme, l’impossibilité de situer l’endroit douloureux, la vision d’étoiles, l’urine jaune, la chaleur au bas-ventre et la gorge sèche relèvent du [point] Zhao hai (6Rn). On disperse le point Yin qiao2 et le point shu du shaoyin droit3. On puncture d’abord le yinqiao et ensuite le shaoyin qui se situe sur la symphyse pubienne (橫骨 heng gu)4. »
1. Il s’agit de l’atteinte par un pervers vent violent et non de la lèpre.
2. Autre nom du point Zhao hai (6Rn).
3. C’est à dire le point Heng gu (11Rn) du côté droit.
4. Heng gu, os pubien, désigne aussi le 11ème point du shaoyin qui ne se trouve pas dans l’os pubien mais au-dessus.


- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲狂,互引僵仆,申脈主之。先取陰蹻,後取京骨,頭上五行。目反上視,若赤痛從皆始,複下半寸,各三痏,左取右,右取左。
« La folie furieuse et l’épilepsie qui se manifestent en alternance et entraînent des chutes syncopales toutes raides relèvent du [point] Shen mai (62V). On traite d’abord le yinqiao1, ensuite le [point] Jing gu (64V) et [les points des] 5 rangées de la tête. Si les yeux sont révulsés regardant vers le haut, rouges et douloureux à partir des coins internes, on puncture à trois reprises à 0,5 cun en dessous de la malléole2 de chaque [pied]. [Si c’est l’oeil] gauche [qui est malade], on traite [à] droite ; [si c’est l’oeil] droit, on traite [à] gauche. »
1. Il s’agit du point Zhao hai (6Rn), point clé du méridien extraordinaire yinqiao mai.
2. Il s’agit du point Shen mai (62V), point clé du méridien extraordinaire yangqiao mai.

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
女子不下月水,照海主之(千金云痺驚,善悲不樂,如墜墮,汗不出,刺照海)。
« Chez la femme, l’absence de menstruations relève du [point] Zhao hai (6Rn). [Le Qianjin dit : dans l’engourdissement (bi), l’effroi, le chagrin et la mélancolie fréquents comme si l’on s’effondrait, ainsi que l’absence de sueurs, on puncture le [point] Zhao hai (6Rn)]. »

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
婦人陰,四肢淫*,身悶,照海主之。
« Chez la femme, [les règles] qui coulent sans cesse (淋灕 linli), le prolapsus des organes génitaux, les courbatures et la fatigue des quatre membres et l’anxiété relèvent du [point] Zhao hai (6Rn). »
Note personnelle : Le texte dont nous disposons et la traduction sont discordants (voir volume 2 du Jiayi jing, page 362)


> OBSERVATIONS