Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

7MC

Da ling



Noms secondaires

Tai ling


(d'après Jiayi jing)

Xin zhu


Gui xin



> LOCALISATION

Chamfrault :

Juste au milieu du pli antérieur du poignet, entre les os du poignet et les deux tendons qui passent à son centre.

Soulié de Morant :

Face antérieure du poignet, environ à mi-largeur, 1 TDD au-dessus du poignet, à l’angle du rebord supérieur de la base du radius et du rebord externe des fléchisseurs, dans un creux, au bord interne du grand palmaire.

Pékin :

Au milieu du premier pli de flexion du poignet, entre les tendons du grand et du petit palmaires.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

Au milieu du pli antérieur du poignet, entre le tendon du grand palmaire et celui du palmaire.

Duron-Borsarello :

Sur le pli antérieur du poignet, dans un creux entre les deux tendons. Certains le localisent entre deux muscles, du côté cubital de l’aponévrose du radial interne. Il serait plus exact à cet endroit.
Remarque : cette dernière localisation est à rejeter puisque les deux muscles radiaux sont, à ce niveau de l’avant-bras, sur la face postéro-externe du poignet).

Dacheng :

Dans un creux entre deux tendons, en arrière de l’os du poignet.

Sun Simiao :

Au pli de flexion du poignet, entre deux métacarpiens.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
大陵掌後兩骨之間方下者也
« [Le point] Da ling (7MC) [se situe] après la paume, juste entre les deux os. »

Jiayi jing :

III-25 : « Les seize points du ministre du coeur, jueyin de main, aux membres supérieurs »
大陵者,土也。在掌後兩筋間陷者中
« Le [point] Da ling (7MC) c’est la terre. Il se situe en arrière de la paume dans un creux entre deux tendons. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,5 cun pour Tongren. 0,6 cun pour Suwen pendant 7 respirations.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun.
Oblique en pénétrant dans le canal carpien pour les affections du poignet.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,5 à 0,8 cun.

Jiayi jing :

- III-25 : « Les seize points du ministre du coeur, jueyin de main, aux membres supérieurs »
刺入六分,留七呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,6 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa. »

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數,次灸撅骨以年為壯數,視背陷者灸之,舉臂肩上陷者灸之,兩季脅之間灸之,外踝上骨之端灸之,足小指、次指之間灸之, 上陷脈灸之,外踝後灸之,缺盆骨上切之堅動如筋者灸之,膺中陷骨間灸之,掌束骨下灸之,臍下關元三寸灸之,毛際動脈灸之,臍下二寸分間灸之,足陽明跗上動脈灸之,上一灸之,取犬所嚙處灸
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et les autres commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à deux distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [au point du] yangming de pied situé sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion3. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise.
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F).
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V).



> FONCTIONS

Chamfrault :

Point shu et point de dispersion du SJYi/MC. Il est à puncturer en même temps que le point de vaisseau secondaire du triple réchauffeur, Wai guan (5TR), dans les troubles de vaisseau secondaire du méridien Maître du coeur.

Soulié de Morant :

Disperse les vaisseaux et organes sexuels. Toute congestion (cérébrale, pulmonaire, rénale, locale au niveau des yeux, …)
Agit sur coeur, vaisseaux, organes sexuels, reins, poumon, gorge, amygdales, aisselle, coude, avant-bras antérieur, paume.

Shanghai :

Calme le coeur et l’esprit.
Traite l’estomac et la « poitrine » (réchauffeur supérieur).

Duron-Borsarello :

Chaleur intense de tout le corps.
Fait circuler et harmonise l’énergie du coeur.

Nguyen van Nghi :

Point shu et point yuan du méridien correspondant au mouvement « terre/rate ». Il reçoit le vaisseau luo transversal venant du méridien SSYg/TR.
Point de dispersion en cas de plénitude de l’énergie du Maître du Coeur.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Purifie le coeur. Calme l’esprit. Harmonise l’estomac. Élargit le thorax.
Purifie le ying. Rafraîchit le sang.

Lingshu :

- LS 1 : « Neuf aiguilles et douze yuan » / Jiayi jing I-6 : « Les douze [points] 原 yuan »
五臟有六腑,六腑有十二原,十二原出於四關,四關主治五臟。五臟有疾,當取之十二原。十二原者,五臟之所以稟三百六十五節氣味也。五臟有疾也,應出十二原。十二原各有所出。明知其原,睹其應,而知五臟之害矣
陽中之少陰,肺也,其原出於太淵,太淵二。陽中之太陽,心也,其原出於大陵,大陵二。陰中之少陽,肝也,其原出於太沖,太沖二。陰中之至陰,脾也,其原出於太白,太白二。陰中之太陰,腎也,其原出於太溪,太溪二。膏之原,出於鳩尾,鳩尾一。肓之原,出於脖胦,脖胦一。凡此十二原者,主治五臟六腑之有疾者也。脹取三陽,飧泄取三陰。
« Les cinq organes ont six entrailles1, les six entrailles ont douze yuan2. Les douze yuan, c’est ce qui émerge aux quatre barrières3. Les quatre barrières sont chargées (主 zhu) de la guérison des cinq organes et, quand les cinq organes sont malades, il faut traiter leur maladie aux douze yuan. Les douze yuan, ce sont les endroits par où les cinq organes reçoivent les souffles et les saveurs (氣味 qi wei) des trois cent soixante cinq articulations4. Si les cinq organes sont atteints par la maladie, celle-ci émerge aux douze yuan et chaque yuan en est l’émanation. Si l’on connaît clairement les [points] yuan et si l’on regarde ce à quoi ils correspondent, on peut connaître les affections des cinq organes.
Le shaoyin dans le yang, c’est le poumon5 ; ses [points] yuan sortent aux deux Tai yuan (9P). Le taiyang dans le yang, c’est le coeur ; ses [points] yuan sortent aux deux Da ling (7MC). Le shaoyang dans le yin, c’est le foie6 ; ses [points] yuan sortent aux deux Tai chong (3F). Le taiyin dans le yin, c’est le rein ; ses [points] yuan sortent aux deux Tai xi (3Rn). L’extrême (至 zhiyin dans le yin, c’est la rate ; ses [points] yuan sortent aux deux Tai bai (3Rt). Le yuan des graisses (膏 gao)7 sort au [point] Jiu wei (15VC) ; le yuan des 肓 huang8 sort au [point] Bo yang (6VC)9. Tous les douze [points] yuan gouvernent la guérison des maladies des cinq organes et des six entrailles. Pour les ballonnements, on traite les yang, pour les diarrhées, on traite les yin. »
1. D’après le Leijing cette tournure de phrase concerne la relation de superficie et de profondeur (表裏 biaoli) qui existe entre les organes et les entrailles.
2. D’après le 
Leijing cette tournure de phrase fait allusion à la communication avec l’extérieur qu’établissent les entrailles par l’intermédiaire des points yuan. C’est pourquoi le commentaire moderne écrit à propos des douze yuan : « Yuan, ce sont les points yuan ; les points yuan sont les points où communiquent le souffle (氣 qi) des organes et des entrailles entre la superficie (表 biao) et la profondeur (裏 li). Les douze points yuan de ce chapitre concerne les points shu des cinq organes, le point Jiu wei (15VC) et le point Qi hai (6VC) ».
3. « 四關 s
i guan, les quatre barrières, correspondent aux points situés en bas des quatre articulations des coudes et des genoux » écrit le commentaire moderne. Elles désignent ainsi les quatre points He gu (4GI) et Tai chong (3F) comme le signale Yang Zizhou dans le commentaire du Dacheng II-3.
4. Le 
Leijing dit : « Les douze [points] yuan sont les endroits où se verse les souffles des cinq organes et où émanent les souffles et les saveurs des trois cent soixante cinq articulations ; c’est pourquoi, quand les cinq organes sont malades, ce souffle réagit obligatoirement aux douze [points] yuan dont chacun est une émanation ».
5. 
Shao a le sens de : petit, jeune, moindre. Le méridien du poumon s’appelle taiyinTaiyin a le sens de grand ou de suprême yin, mais ici, on considère la localisation de cet organe. Voici l’avis du commentaire chinois moderne : « Les poumons se trouvent dans la poitrine et la poitrine appartient au yang. Le poumon est un organe yin qui gouverne l’élimination par abaissement ; c’est à dire qu’il s’agit d’un organe yin qui se trouve en position yang. Il est yin dans le yang, c’est pourquoi on dit que le poumon c’est shaoyin ».
6. Le commentaire chinois dit : « Le foie se situe au-dessous du diaphragme. Ce qui est au-dessous du diaphragme appartient au 
yin ; le foie est un organe qui appartient au bois et au feu, son souffle gouverne l’ascension, c\'est-à-dire que c’est un organe yang qui se trouve en position yin ; il est yang dans le yin, c\'est pourquoi on dit que le foie c’estshaoyang.
7. 膏 
gao : c’est la graisse jaune qui se situe sous le coeur.
8. 肓 
huang désigne une membrane fibreuse qui se situe au-dessus du diaphragme.
9. Autre nom du point Qi hai (6VC) qui se trouve à une distance et demie sous le nombril ; Il s’appelle aussi 
Xia huang (le huang inférieur) et Xia qi hai (La mer des souffles du bas). Il appartient au méridien extraordinaire renmai.

- LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
注於大陵 [] 為俞
« [Le souffle du coeur] se déverse dans [le point] Da ling (7MC) […] c’est le [point] shu. »

- LS 6 : « Durée de vie, dur et mou » / Jiayi jing VI-6 : « Importante discussion sur l’examen de la forme corporelle à l’extérieur et à l’intérieur, des jeunes et des vieux, des gras et des maigres et sur la clarté d’esprit le matin et l’aggravation le soir chez les malades »
病在陰之陰者,刺陰之滎俞
« Lorsque la maladie est dans le yin de yin, on puncture les [points] ying et shu des yin1. »
1. Les interprétations de ces deux phrases divergent. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ceci veut dire que lorsque les cinq organes sont malades et que [la maladie] se situe dans les tendons et les os, on doit puncturer les [points] ying et shu des méridiens yin ».

- LS 34 : « Cinq perturbations » / Jiayi jing VI-4 : « Importante discussion sur la conformité1 et la norme, sur l’opposition et le désordre du yin et du yang, du clair et du trouble »
黃帝曰:五亂者,刺之有道乎?岐伯曰:有道以來,有道以去,審知其道,是謂身寶 [] 氣在於心者,取之手少陰心主之俞。
« Huangdi demanda : Pour puncturer les cinq perturbations, existe t-il des règles ?
Qibo répondit : [Puisqu’] il y a de la régularité dans leur apparition, il y a des règles pour leur élimination. La connaissance de ces règles est [comme] un bijou précieux qu’on porte sur soi […] Si le souffle perturbé se situe dans le coeur, on traite le [point] shu du shaoyin de main et du ministre du coeur1. »
1. Il s’agit de la conformité (順 shun) et de l’opposition (逆 ni) de la circulation du souffle dans les douze méridiens selon les changements naturels de l’environnement.
2. Il s’agit respectivement des points Shen men (7C) et Da ling (7MC).

Jiayi jing :

III-25 : « Les seize points du ministre du coeur, jueyin de main, aux membres supérieurs »
大陵者,土也 [] 手心主脈之所注也,為
« Le [point] Da ling (7MC) c’est la terre […] Là se déverse le méridien (脈 mai) ministre du coeur de main, c’est le [point] shu. »

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 81 – 1994
Da ling (7MC) : l’émergence de ce qui fait grandir.
Après les trois images liquidiennes préservant du feu du centre les extrémités (tête et membres supérieurs) qui communiquent avec l’univers et les trois passages négociant l’énergie du centre afin de la préserver du feu des sentiments, trois aboutissements viennent couronner cette progression dont 大陵 daling est l’aboutissement de grandeur qui permet de choisir l’essentiel aux dépens de l’accessoire dont le trouble consiste en une tension indignée et agacée par des détails.
L’émergence, la colline (陵 ling) est ici déterminée par un dynamique de grandeur (大 da) (de ce qui est vraiment important au milieu des contingences étriquées qui laissent petit), vocation de l’homme entre ciel et terre : l’homme est en effet appelé à faire « grandir » la création au-delà du chaos naturel en élaborant une représentation de l’absolu appelée culture. Cela peut signifier l’émergence de préoccupations essentielles qui font grandir, en laissant de côté le chaos des enfantillages et des détails légers. 心主 xinzhu, qui désigne le maître (主 zhu) par qui le coeur (心 xin) commande, en est un nom secondaire et accentue son importance. C’est enfin un point gui : 鬼心 guixin où le dynamisme des passions humaines (鬼 gui) détermine le coeur (心 xin). Il partage ce qualificatif avec Tai yuan (9P) : il y a en effet dans ces deux points un élan du coeur bridé par une passion stricte, sévère et orgueilleuse. Ils siègent par ailleurs tous les deux au niveau de la pliure du poignet, ce qui, par conséquent, peut indiquer une tenue forte et habile des choses.
L’expédient pathologique à la difficulté de vivre « intérieurement » cette aspiration à la grandeur sera l’importance accordée aux petites choses, aux détails, à la lettre plutôt qu’à l’esprit. C’est le problème du brillant second accédant au rôle de chef et qui déçoit car il ne voit pas la grande dimension. On s’indigne ou on se lamente pour des détails qui entretiennent ainsi la nervosité. L’esprit est songeur, comme drapé dans un ersatz de sérénité à la fois timide, mélancolique et craintive, mais un rire franc et bavard illumine un instant la physionomie stricte et retenue.
Deux particularités du trouble de la fonction daling (7MC) sont :

- la lombalgie par congestion rénale douloureuse et urines rouge sang ;
- les affections dermatologiques du membre supérieur.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Fièvre sans sueurs avec céphalée. Manque d’énergie.

Soulié de Morant :

Insomnie par excès. Mal de tête, fièvre.

Pékin/Roustan :

Insomnie.

Duron-Borsarello :

Céphalées. Chaleur intense de tout le corps.

Dacheng :

Absence de sueurs en cas de maladie fébrile. Céphalée avec fièvre. Soif.

Sun Simiao :

Céphalée avec douleur oculaire et exophtalmie. Violente céphalée, sentiment que la tête va éclater.
Chaud et froid. Fièvre intermittente avec tantôt chaud tantôt froid. Maladies chaudes avec agitation de l’esprit, mélancolie et absence de sudation, chaleur de la paume des mains, cardialgie, corps brûlant de fièvre, douleur de la base de la langue. Vent et chaleur.

Psychisme

Chamfrault :

Folie. Rit sans cesse. Pleurs et gémissements. Divagation.

Soulié de Morant :

Excès d’indignation ou de sentiments. Mécontentement surexcité.
Chagrin, pleurs. Appréhension, peur.

Roustan :

Maladies psychiques.

Duron-Borsarello :

Excès de rire et gaieté. Démence.

Nguyen van Nghi :

Maladies mentales.

Dacheng :

Rit sans cesse. Rire sardonique. Nervosité. Délire verbal et lamentations. Anxiété.
Tristesse, peur, affolement.

Sun Simiao :

Colère, joie, tristesse. Esprit songeur. Frayeurs répétées. Rit sans cesse. Agitation de l’esprit et mélancolie au cours des maladies de la chaleur.

Neurologie

Chamfrault/Pékin/Duron-Borsarello :

Épilepsie.

Soulié de Morant :

Congestion cérébrale.

Ophtalmologie

Chamfrault :

Inflammation des yeux. Sclérotiques jaunes.

Soulié de Morant :

Congestion oculaire.

Dacheng :

Larmoiement facile. Yeux rouges ou jaunes.

Sun Simiao :

Céphalée avec douleur oculaire et exophtalmie. Ictère conjonctival et frissons. Yeux rouges.

ORL

Chamfrault :

Douleur de la gorge.

Soulié de Morant :

Angine. Amygdalite (mal de tête, fièvre).

Roustan :

Affections de la gorge. Amygdalite.

Duron-Borsarello :

Maux de gorge.

Nguyen van Nghi :

Amygdalite.

Dacheng :

Affections de la gorge. Algoparesthésie du pharynx.

Sun Simiao :

Arrière-gorge sèche. Inflammation de la gorge, angine.

Stomatologie

Chamfrault :

Bouche sèche. Mauvaise haleine.

Soulié de Morant :

Douleur aux dents et aux joues.

Roustan :

Douleur de la racine de la langue.

Duron-Borsarello :

Douleur de la racine de la langue. Langue sèche.

Dacheng :

Haleine fétide.

Sun Simiao :

Arrière-gorge sèche. Douleur de la base de la langue au cours des maladies de la chaleur.

Dermatologie

Chamfrault :

Plaie. Abcès. Eczéma. Dartre. Enflure de l’aisselle.

Soulié de Morant :

Inflammation cutanée avec pus, abcès. Abcès dans toute la main. Bulles dans la paume (dysidrose). Gale. Enflure des ganglions axillaires. Adénite.

Roustan :

Eczéma des membres supérieurs.

Duron-Borsarello :

Eczéma. Dartre. Prurit.

Dacheng :

Dermatose. Furonculose. Prurit. Inflammation de l'aisselle.

Pneumologie

Chamfrault :

Douleur de la poitrine et des côtés. Névralgie intercostale.

Soulié de Morant :

Poumons : poitrine douloureuse ; respiration courte ; toux.

Roustan :

Hémoptysie.

Nguyen van Nghi :

Névralgie intercostale.

Dacheng :

Dyspnée. Douleur de la poitrine et des côtés. Maladies du thorax. Douleur thoraco-abdominale avec plénitude.

Sun Simiao :

Douleur thoracique. Dyspnée. Toux et inversion du souffle.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Douleur et malaise au coeur. Coeur comme suspendu avec sensation de faim. Douleur au coeur avec paumes des mains très chaudes. Douleur au coeur et à la poitrine avec gémissements et angoisse.

Soulié de Morant :

Agitation du coeur. Douleur au coeur. Myocardite, endocardite. Ou coeur intermittent (un arrêt sur trois pulsations).
Artères dures, amples. HTA (colères, yeux rouges ou jaunes, corps chaud, paumes chaudes, céphalée surtout en se baissant, poignets durs. Artère temporale apparente). Spasmes artériels.

Pékin :

Palpitations.

Roustan :

Myocardite. Palpitations.

Duron-Borsarello :

Affections cardiaques.

Nguyen van Nghi :

Pathologie cardio-vasculaire.

Dacheng :

Affections cardiaques et thoraciques. Atteinte du coeur par la chaleur. Cardialgie.

Sun Simiao :

Cardialgie. Insuffisance cardiaque. Palpitations.

Digestif

Chamfrault :

Sclérotiques jaunes. Vomissements fréquents. Hémorragie de l’estomac. Mauvaise haleine.

Soulié de Morant :

Estomac : gastrite aiguë. Vomissements.
Intestins : selles sanglantes.

Roustan :

Gastrite.

Duron-Borsarello :

Gastrite aiguë. Hoquet et nausées. Jaunisse.

Dacheng :

Douleurs épigastriques. Vomissements. Soif. Forte diarrhée et selles fétides. Douleur abdominale et constipation. Douleur abdominale diffuse très pénible. Douleur thoraco-abdominale avec plénitude.

Sun Simiao :

Hématémèse. Ictère conjonctival et frissons.

Uro-néphrologie

Chamfrault/Sun Simiao :

Urines rouges comme du sang.

Soulié de Morant :

Reins congestionnés, douloureux. Urines rouges.

Dacheng :

Hématurie.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Paumes des mains très chaudes. Bras et coude contracturés et douloureux.
Enflure des muscles de la région rénale.

Soulié de Morant :

Coude antérieur et avant-bras antérieur : douleur ou contracture. Main : contracture ; spasmes ; crampes des écrivains. Pouce et index palmaires : fléchisseurs.

Pékin :

Maladies de l’articulation du poignet et des tissus péri-articulaires.

Roustan :

Affections du poignet.

Dacheng :

Contracture du coude. Douleur du coude et crampes.

Sun Simiao :

Ne peut tendre le bras. Rétraction de la main.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

LS 20 : « Les cinq pervers » / Jiayi jing IX-5 : « Chagrin (悲 bei), peur, soupirs, bouche amère, tristesse (不樂 bule) et effroi dus au pervers qui se situe dans le coeur et la vésicule biliaire et qui atteint les organes et les entrailles »
邪在心,則病心痛,善悲,時眩仆,視有餘不足而調其
« Lorsque le pervers se situe dans le coeur, on souffre de douleurs précordiales, on est porté à la joie et au chagrin (悲 bei) et l’on souffre de chutes fréquentes en raison de vertiges. On harmonise le [point] shu1 en fonction de l’excès ou de l’insuffisance2. »
1. D’après Chamfrault, il s’agit du point Shen men (7C).
2. Le Leijing dit : « Le pervers qui se situe dans le coeur se trouve toujours dans l’enveloppe du coeur (心之包絡 xin zhi baoluo). Faut-il tonifier ou disperser ? Il convient de traiter le [point] shu du ministre du coeur, jueyin de main. » Note personnelle : Il s’agit du point Da ling (7MC).

Traduction de NvN : « L’infiltration de l’énergie perverse dans le coeur se caractérise par : la cardialgie et l’affliction, parfois l’éblouissement et la perte de connaissance. Il faut discerner l’excès et l’insuffisance et les traiter au niveau du point shu. »

Dacheng :

« Disperser ce point quand le luo de l’enveloppe du coeur est en plénitude. »
Énoncé 16 : « Puncture à l’opposé »
« Quand l’énergie perverse s’installe dans le
tai luo du shou jueyin (MC), les signes cliniques sont :
- Douleur du coude (face antérieure), jusqu’à la main.
- Flexion impossible du poignet.
On puncture le point douloureux à la pression situé à la ligne postérieure (description énergétique) du poignet en se basant sur la lunaison. Le point douloureux à la pression situé au poignet est le Da ling (7MC) ».
Remarque : Ce passage ne figure pas au
Suwen 63 « De la piqûre miu ».

Jiayi jing :

- VII-1 (3) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
熱病煩心而汗不止,肘攣腋腫,善笑不休,心中痛,目赤黃,小便如血,欲嘔,胸中熱,苦不樂,太息,喉痺嗌乾,喘逆,身熱如火,頭痛如破,短氣胸痛,大陵主之。

« Les maladies fébriles avec anxiété (煩心 fanxin) et transpiration incessante [s’accompagnant de] contracture du coude, d’enflure aux aisselles, propension à dormir sans cesse, douleur au milieu du coeur, yeux rouges ou jaunes, urines comme teintées de sang, nausées, chaleur au milieu de la poitrine, état de tristesse1 et sans joie, profonds soupirs, bi du larynx et gorge sèche, dyspnée par reflux, corps fiévreux comme s’il était en feu, céphalées comme si la tête allait se briser, souffle court et douleur à la poitrine relève du [point] Tai ling (7MC)2. »
1. Le Waitai écrit : profères des paroles insensées.
2. Autre nom du point Da ling (7MC).

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 掌束骨下灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge […] On fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon 
Leijing et Wang Bing, il s'agit de Yang chi (4TR). Selon
Suwen zhijie il s'agit de Da ling (7MC). Selon Wu Kun il s'agit de Yin xi (6C).

- IX-5 : « Chagrin (悲 bei), peur, soupirs, bouche amère, tristesse (不樂 bule) et effroi dus au pervers qui se situe dans le coeur et la vésicule biliaire et qui atteint les organes et les entrailles »
心痛善悲,厥逆,懸心如之狀,心澹澹而驚,大陵及間使主之
« Douleur précordiale, chagrin fréquent, reflux par jue (厥逆 jueni), anxiété comme si l’on avait faim, palpitations avec inquiétude (心澹澹 xindandan) et effroi relèvent des [points] Da ling (7MC) et Jian shi (5MC). »

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
兩手攣不收伸及腋偏枯不仁,手偏小筋急,大陵主之。
« Les spasmes des deux mains qui ne peuvent plus s’étendre avec irradiation jusqu’aux aisselles, l’hémiplégie (偏枯 pianku) avec insensibilité, les convulsions des mains avec contraction unilatérale d’un petit tendon1 relèvent du [point] Da ling (7MC). »
1. Selon la présente édition chinoise, la « contraction unilatérale d’un petit tendon » désigne la contraction du fléchisseur de la face interne de la main et de l’avant-bras.

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
狂言,太淵主之。
« Les paroles insensées relèvent du [point] Da ling (7MC)1. »
1. Le texte original dit : « Tai yuan (9P) ». La présente édition chinoise l’a corrigé en Da ling 大陵 (7MC) d’après le Waitai.

XI-7 : « Métrorragies profuses, sang stagnant, vomissements de sang et crachements de sang provoqués par un comportement immodéré qui blesse l’intérieur et l’extérieur »
咳血,大陵及門主之。
« Les vomissements de sang relèvent des [points] Da ling (7MC) et Xi men (4MC). »

- XI-9 (2) : « Les abcès et les abcès térébrants provoqués par le souffle froid qui se loge dans les méridiens et les luo ainsi que la lèpre et l’eczéma aigu provoqués par le vent qui ‘s’accumule »
瘃蛘欲嘔,大陵主之。
« Les éruptions prurigineuses (瘃蛘 zhuyang) avec nausées relèvent du [point] Da ling (7MC). »

- XII-5 : « Maladies des oreilles provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 mai) taiyang et shaoyang de main »
耳鳴,百會及頷厭、顱息、天窗、大陵、偏歷、前谷、後溪皆主之
« Les acouphènes relèvent du [point] Bai hui (20VG) et de tous les [points suivants] : Han yan (4VB), Lu xi (19TR), Tian chuang (16IG), Da ling (7MC), Pian li (6GI), Qian gu (2IG) et Hou xi (3IG). »


> OBSERVATIONS