Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

16TR

Tian you




> LOCALISATION

Chamfrault :

En arrière de la pointe de la mastoïde, derrière le tendon d’insertion du sterno-cléido-mastoïdien, au-dessous du point Wan gu (12VB). Il est situé au niveau de la racine des cheveux. Sur une même ligne horizontale, en partant de la ligne médiane postérieure, nous trouvons successivement les points Y amen (15VG), Tian zhu (10V), Feng chi (20VB) et Tian you (16TR).

Soulié de Morant :

Région latérale du cou, 1 large TDD sous et en arrière de la mastoïde, à l’angle du rebord postérieur du sterno-cléido-mastoïdien et du rebord inférieur de l’apophyse transverse de l’atlas (C1), en avant du splénius capitis, 2 TDD sous et en arrière de Yi feng (17TR), 1 TDD en arrière de Tian rong (17IG).

Pékin :

En arrière et en bas de la mastoïde, au bord du sterno-cléido-mastoïdien, au même niveau que l’angle du maxillaire inférieur.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

En arrière de l’angle du maxillaire inférieur, au bord postérieur du sterno-cléido-mastoïdien, au-dessous de Wan gu (12VB).

Duron-Borsarello :

Au bord antéro-supérieur du sterno-cléido-mastoïdien, au niveau de l’apophyse mastoïde.

Dacheng :

Au-dessus du creux sus-claviculaire, en dehors du grand tendon du cou, en arrière de Tian rong (17IG) et devant Tian zhu (10V), au-dessous de Wan gu (12VB), au-dessus de l’implantation du cuir chevelu.

Sun Simiao :

Sur le tendon du cou, à 1 cun au-dessus du bord du cuir chevelu, au-dessus du point Que pen (12E), derrière le point Tian rong (17IG), devant le point Tian zhu (10V), sous le point Wan gu (12VB).

Jiayi jing :

III-12 : « Les dix-sept points du cou »
天牖,在頸筋間,缺盆上,天容後,天柱前,完骨後,發際上
« Le [point] Tian you (16TR) se situe entre les tendons du cou, au-dessus du creux sus-claviculaire, derrière le [point] Tian rong (17IG) et devant le [point] Tian zhu (10V), au-dessous de l’apophyse de la mastoïde sur le bord du cuir chevelu. »

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
手少陽出耳後上加完骨之上。
« [Pour le méridien] shaoyang de main, [le point Tian you (16TR)] sort sur la mastoïde en arrière de l’oreille. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

1 cun pour Tongren pendant 7 respirations. Il ne faut pas tonifier ce point et les moxas sont interdits sinon la figure enfle avec oedème des paupières. Pour faire un traitement correct, il faut puncturer d’abord Yi xi (45V) puis Tian rong (17IG) et Tian zhu (10V). Il y aura guérison certaine mais, si on ne puncture pas au préalable le point Yi xi, il sera difficile d’obtenir la guérison.
0,5 cun selon Mingtang pendant 3 respirations. Il ne faut pas tonifier mais disperser.
Moxa selon Suwen.

Pékin :

Perpendiculaire, 1 à 1,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 1,5 à 2 cun.

Dacheng :

Selon Tongren 1 cun pendant 7 respirations. Il vaut mieux ne pas tonifier ni cautériser. Avant de piquer ce point, il faut d’abord piquer Yi xi (45V), sinon il est difficile d’obtenir des résultats.
Selon Mingtang 0,5 cun, disperser dès que l’on obtient l’énergie ; il vaut mieux ne pas tonifier.
Selon Suzhu cautériser avec 3 cônes d’armoise.

Jiayi jing :

III-12 : « Les dix-sept points du cou »
刺入一分,灸三壯。
« On le puncture à 0,1 pouce de profondeur et on y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur yeux, oreille, joue, nuque, endocrâne.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Purifie et élimine la chaleur stagnante. Chasse le vent. Élimine l’humidité.
Perméabilise les méridiens. Vivifie les luo.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
Après avoir énuméré les trajets des méridiens principaux des cinq organes et des six entrailles (le méridien du coeur n’est pas cité) dans l’ordre : P – MC – F – Rt – Rn – V – VB – E – TR – IG – GI, le texte parle des points fenêtre du ciel en ces termes :
缺盆之中,任脈也,名曰天突。一次,任脈側之動脈足陽明也,名曰人迎;二次脈,手陽明也,名曰扶突;三次脈,手太陽也,名曰天窗;四次脈,足少陽也,名曰天容五次脈,手少陽也,名曰天牖;六次脈,足太陽也,名曰天柱;七次脈,頸中央之脈,督脈也,名曰風府。腋內動脈手太陰也,名曰天府。腋下三寸手心主也,名曰天池。
« Au milieu des creux sus-claviculaires (缺盆 quepen), c’est le [méridien] renmai [où se situe] le point appelé Tian tu (22VC). Des deux côtés du renmai, sur la première rangée [verticale], là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] yangming de pied [où se situe] le point appelé Ren ying (9E) ; sur la deuxième rangée, c’est le [méridien] yangming de main [où se situe] le point appelé Fu tu (18GI) ; sur la troisième rangée, c’est le [méridien] taiyang de main [où se situe] le point appelé Tian chuang (16IG) ; sur la quatrième rangée, c’est le [méridien] du shaoyang de pied [où se situe] le point appelé Tian rong (17IG) ; sur la cinquième rangée, c’est le [méridien] du shaoyang de main [où se situe] le point appelé Tian you (16TR) ; sur la sixième rangée, c’est le [méridien] du taiyang de pied [où se situe] le point appelé Tian zhu (10V) ; sur la septième rangée, en plein milieu (中央 zhong yang) de la nuque, c’est le [méridien] dumai [où se situe] le point appelé Feng fu (16VG). À l’intérieur des aisselles, là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] taiyin
 de main [où se situe] le point appelé Tian fu (3P). Trois pouces au-dessous des aisselles, c’est le [méridien] ministre du coeur de main [où se situe] le point appelé Tian chi (1MC). »
1. Commentaire de Nguyen van Nghi : « Le Tian rong (17IG) appartenant au zu shaoyang » a été l’objet de discussion au cours des siècles. Le paragraphe décrit la localisation des points cervicaux et nucaux ». Par conséquent, nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une erreur d’impression car le Tian chong (9VB) est situé au crâne et non au cou. Nous penchons donc vers la thèse suivante : Avant l’époque des Tang (618-906), le Tian rong (17IG) a été classé parmi les points appartenant au zu shaoyang (VB), probablement en raison de la liaison étroite entre taiyang et shaoyang (le shaoyang étant le méridien « mi-interne et mi-externe » = « barrière »).
Commentaire de Chamfrault : « Tous ces points sont sur des méridiens qui montent graduellement vers le cou. Ils représentent l’énergie yang qui monte de la terre pour aller se relier à celle du ciel. Le renmai et le dumai prennent leur source aux reins ; ils communiquent également avec l’énergie yin et yang de l’univers. L’énergie située aux points Tian fu (3P) et Tian chi (1MC) vient du réchauffeur moyen. Ces deux méridiens, poumon et maître du coeur, régissent l’un l’énergie, l’autre le sang. Tous les points énumérés ci-dessus sont des points de communication avec l’énergie du ciel, mais leur énergie vient du bas du corps. »

LS 5 : « Racines et nœuds » / Jiayi jing II-5 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
手少陽根於關沖,溜於陽池,注於支溝,入於天牖、外關也 [] 此所謂十二經者,盛絡皆當取之。
« Le shaoyang de main s’enracine (根 gen) à Guan chong (1TR), s’écoule (溜 liu) à Yang chi (4TR), se déverse (注 zhu) à Zhi gou (6TR), entre (入 ru) à Tian you (16TR) et Wai guan (5TR)1 […] Quand un luo est plein (盛 sheng), il faut le traiter. »
1. Le Taisu dit : « En ce qui concerne les points shu, il s’agit des six méridiens (脈 maiyang qui s’écoulent par 井 jing, 榮 ying, 輸 shu, 原yuan, 經 jing, 合 he suivant l’ordre des cinq éléments (五行 wuxing) et leur arrivée au corps en fait l’extrémité. Ici, [le trajet] des six yangde main et de pied, qui montent de la racine jusqu’à l’entrée, s’écoulent, se déversent et circulent en montant, présente une certaine différence avec le trajet des chapitres Benshu et Mingtang. Ici, les points où l’on dit « s’enraciner » (根 gen) correspondent tous aux points de sortie de ces deux derniers textes. Ici, les points où l’on dit « s’écouler » (溜 liu) correspondent tous aux points de passage. Seul le point où s’écoule le taiyang de main ne passe pas à Wan gu (4IG), mais se déplace vers le [point] Yang gu (5IG) qui correspond dans ces textes à un point d’écoulement abondant ; il semble que ce soit le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « se déverser » correspondent tous aux points d’écoulement abondant de ces textes ; seul le yangming de pied ne correspond pas au [point] Xie xi (41E) d’écoulement abondant, mais se déplace vers le [point] de réunion Xia ling (36E) ; comme plus haut, c’est le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « entrer » diffèrent tous des points de ces textes. Les six méridiens yang partent tous des doigts de la main et du pied en tant qu’enracinement et montent établir une liaison (絡 luo) jusqu’à la ramification du grand luo qu’on appelle « l’entrée ». Il y a deux endroits d’entrée […] ; seuls les yangming de main et de pied arrivent en avant du cou aux [points] Ren ying (9E) et Fu tu (18GI). L’endroit où sort le trajet d’écoulement s’appelle 井 jing (puits) ; ici, il s’appelle racine, [car] le puits est le lieu d’où sort l’eau ; c\\\'est pourquoi la racine équivaut au puits (井 jing). »

Jiayi jing :

- III-12 : « Les dix-sept points du cou »
手少陽脈氣所發。
« Le souffle du méridien shaoyang de main s’y déploie. »

- VIII-1 (2) : « transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
« Fait partie des grands points [de l’estomac]1. »
1. Les « cinq grands points de l’estomac » sont appelés dans Lingshu (chapitre 21) « les cinq positions de tian you (天牖五部 tianyou wu bu). Ce sont les points : Tian you (16TR), Fu tu (18GI), Tian zhu (10V), Tian fu (3P) et Ren ying (9E). Cette désignation provient de ce que les quatre autres points sont disposés autour du point Tian you (16TR) quand les bras sont levés.

Jean Marc Kespi :

Point « Fenêtre du Ciel », il régit le yang céleste qui fait circuler les souffles de la tête et du cou. Shaoyang, il permet l’action du ciel extérieur à l’homme sur l’homme et en particulier sur sa tête. Il faut donc le puncturer dans les cas où le yang céleste ne les fait plus circuler avec "enflure du visage, céphalées par stagnation" ; "surdité brutale, ne voit pas clair" ; "raideur du cou" ; "rêves fantastiques ; rêve de chute dans le vide ou de se tenir sur la tête".


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Teint pâle, jaune, verdâtre, sans éclat. Enflure de la face à cause de feng.

Soulié de Morant :

Céphalée congestive, interne ; face jaune, sans teint ou enflée. Tonifier trop peut enfler la face et fermer l’oeil ?

Duron-Borsarello :

Pâleur du visage.

Dacheng :

Visage terne. Enflure du visage. Céphalée avec oedème de la face.

Sun Simiao :

Céphalée. Vertiges dus au vent.

Psychisme

Chamfrault :

Rêves fantastiques durant le sommeil.

Soulié de Morant :

Rêves de se tenir sur la tête.

Roustan :

Excès de rêves.

Duron-Borsarello :

Cauchemars, rêves de chute dans le vide.

Dacheng :

Excès de rêves. Hypnodrasie (terreurs nocturnes et somnambulisme).

Ophtalmologie

Chamfrault :

Douleur aux yeux, ne voit pas clair.

Soulié de Morant :

Spasmes de l’oeil supéro-externe ou contracture (par énergie, vue brouillée ; ou douleur) ou congestion oculaire ; ou cataracte.

Roustan :

Douleur oculaire.

Duron-Borsarello :

Baisse de la vue.

Dacheng :

Ophtalmalgie. Troubles de la vue.

Sun Simiao :

Amblyopie. Larmoiements.

ORL

Chamfrault/Sun Simiao :

Surdité brutale.

Soulié de Morant :

Oreilles, spasme auditif (diminution de l'acuité auditive par énergie. Surdité brutale par trouble de l’énergie). Bourdonnements.

Pékin/Duron-Borsarello :

Surdité.

Shanghai :

Surdité, bourdonnements d'oreilles, douleur de la gorge. Surdité subite avec gonflement du cou (par inflammation lymphatique).

Nguyen van Nghi :

Surdité. Acouphènes.

Dacheng :

Surdité brutale. Diminution de l’acuité auditive.

Sun Simiao :

Surdité débutante.
Nez sec.
Inflammation de la gorge. Oreillons. Angine.

Stomatologie

Roustan :

Caries dentaires et odontalgies.

Lymphatiques

Roustan :

Gonflement du cou (par inflammation lymphatique).

Sun Simiao :

Gonflement du cou qui ne peut être ni levé ni baissé.
Gonflement mammaire et dans le creux sus-claviculaire.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Raideur du cou. Torticolis.

Soulié de Morant :

Cou latéral, sterno-cléido-mastoïdien. Nuque : splénius capitis. Raideur de la nuque (médiane). Douleur de la nuque (médiane).

Pékin/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Raideur de la nuque.

Duron-Borsarello :

Torticolis. Douleur des épaules.

Sun Simiao :

Douleur de l’épaule et du dos.
Gonflement du cou qui ne peut être ni levé ni baissé.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

帝曰:有病怒狂者,此病安生岐伯曰:生於陽也。岐伯曰陽氣者因暴折而難決故善怒也病名曰陽厥。
帝曰何以知之岐伯曰陽明者常動巨陽少陽不動不動而動大疾此其候也。奪其食即已。夫食入於陰,長氣於陽,故奪其食即已。使之服以生鐵絡為飲,夫生鐵絡者,下氣疾也。
« Huangdi : Comment se produisent les folies furieuses ?
Qibo : elles viennent du yang. La colère est provoquée par une brutale répression du yang empêché dans son déversement, c’est un "blocage de yang" (yang jue)
Huangdi : À quoi les reconnaît-on ?
Qibo : Le yangming est normalement animé de pulsations aux points Ren ying (9E) et Qi she (11E). Il en va tout autrement pour les taiyang et shaoyang (dont les points Tian rong 17IG et Tian you 16TR) ne s’animent qu’en cas de maladie grave. La suppression des aliments y met fin immédiatement. En effet, les aliments entrent dans le yin et font croître le yang. La suppression de la nourriture fait tout cesser aussitôt. On fait boire de l’eau ferrugineuse qui abat les maladies du qi ».
Remarque : La version de NvN donne comme points de taiyang les 40V et 60V et comme points de shaoyang les 2VB et 39VB.

Lingshu :

LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing XII-7 : « Epistaxis causés par le débordement du sang (rhinorrhée et polype nasal inclus) »
氣蒙,耳目不明,取天牖 [...] 此為天牖五部。
« Dans les surdités brutales avec l’ouïe et la vue peu claires [dues à] l’occultation du souffle (氣蒙 qimeng), on traite le [point] Tian you (16TR) [...] Telles sont "les cinq positions du point tianyou" (天牖五部 tianyou wu bu)1 »
1. Note reprise du Jiayi jing : Les « cinq grands points de l’estomac » sont appelés dans Lingshu (chapitre 21) « les cinq positions de tian you (天牖五部 tianyou wu bu). Ce sont les points : Tian you (16TR), Fu tu (18GI), Tian zhu (10V), Tian fu (3P) et Ren ying (9E). Cette désignation provient de ce que les quatre autres points sont disposés autour du point Tian you (16TR) quand les bras sont levés.

Remarque : La version de Ming Wong ajoute que la surdité brutale est due à la stase du qi.

LS 75 : « Des méthodes de puncture du [souffle] véritable et du [souffle] pervers » / Jiayi jing VII-1 (1) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produite par l’affection des six méridiens »
黃帝曰:刺衛言徹衣,夫子乃言盡刺諸陽之奇俞,未有常處也。願卒聞之。
岐伯曰:是陽氣有餘,而陰氣不足,陰氣不足則內熱,陽氣有餘則外熱,內熱相搏,熱於懷炭,外畏綿帛近,不可近身,又不可近席。腠理閉塞,則汗不出,舌焦唇槁,臘干益燥,飲食不讓美惡。
« Huangdi demanda : "Le Ci jie parle de [la méthode de puncture] "ôter les vêtements" (徹衣 cheyi) et vous dîtes, maître, qu’elle [consiste] à puncturer tous1 les points extraordinaires (奇俞 qishu) des [régions] yang2. [Tous ces points] n’ont pas d’emplacement fixe, j’aimerais en entendre le récit complet".
Qibo répondit : "C’est l’excès du souffle yang et l’insuffisance du souffle yin. Si le souffle yin est insuffisant, il y a de la chaleur interne (內熱neire) ; si le souffle yang est en excès, il y a de la chaleur externe (外熱 waire). Ces deux chaleurs entrent en interaction et [le malade a] chaud comme s’il embrassait de la braise*, ses vêtements lui brûlent le corps et il ne peut pas toucher la natte**. Les linéaments (腠理couli) sont obstrués et il ne transpire pas ; sa langue est rôtie, ses lèvres sont desséchées, la gorge est sèche et il ne distingue pas le goût de nourriture3. On traite ceci par les [points] Tian fu (3P)*** et Da zhu (11V) [en les puncturant] trois fois chacun ; on puncture en outre le [point] Zhong lu4 pour éliminer la chaleur et on tonifie les taiyin de main et de pied pour faire transpirer5. [Ainsi], la chaleur partira, la sueur sèchera rapidement comme si on ôtait les vêtements" ».
1. Le mot « tous » n’est pas repris dans le Jiayi jing.
2. Textuellement « des 
yang » d’où les différentes interprétations possibles. La présente édition l’interprète comme « des méridiens yang » pensant que qi shu (points extraordinaires) s’applique ici aux 59 punctures contre les maladies fébriles. Nous ne l’avons pas suivie car le terme qi shu désigne des points hors méridiens.
3. Le 
Jiayi jing dit : « […] la gorge est sèche et il a soif. »
4. Il s’agit probablement du point Zhong lü shu (29V).
5. 
Remarque personnelle : Il doit s’agir de l’une des techniques de sudorification qui utilise les points Tai yuan (9P), Yu ji (10P), Yin bai (1Rt) et Da du (2Rt). Toutefois, NvN ne cite que Da du (2Rt) dans son commentaire.
* NvN traduit : « le malade a l’impression d’avoir de la cendre chaude dans son corps ».
** NvN rajoute : « et il refuse la présence de quelqu’un près de lui ».
*** AN : la traduction de Chamfrault (d’après F. Perrey) dit Tian you (16TR) au lieu de Tian fu (3P).


Jiayi jing :

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
熱病(千金下有煩滿二字)汗不出,上星主之,先取噫嘻,後取天牖、風池。
« Les maladies fébriles [le Qianjin ajoute anxiété avec oppression] sans transpiration relèvent du [point] Shang xing (23VG). On traite d’abord le [point] Yi xi (45V) et ensuite les [points] Tian you (16TR) et Feng chi (20VB). »

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
肩背痛,寒熱,瘰繞頸,有大氣,暴聾氣蒙瞀,耳目不開,頭頷痛,淚出鼻衄,不得息,不知香臭,風眩喉痺,天牖主之。
« La douleur de l’épaule et du dos avec frissons et fièvre, lymphadénite scrofuleuse autour du cou, [montée] subite du grand pervers (大氣 daqi) qui provoque une surdité subite et l’ouïe et la vue peu claires [dues à] l’occultation du souffle (氣蒙 qimeng), douleurs à la tête et aux régions sous-maxillaires, larmoiements, épistaxis, dyspnée, impossibilité de distinction des odeurs, vertiges (風昡 fengxuan) et bi du larynx (喉痺 houbi) relèvent du [point] Tian you (16TR). »

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
瘧,上星主之,先取後取天牖、風池、大杼。
« Les malarias (㾬瘧 jienue) relèvent du [point] Shang xing (23VG), [mais] auparavant on traite le [point] Yi xi (45V) et ensuite les [points] Tiain you (16TR), Feng chi (20VB) et Da zhu (11V). »

- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱取五處,乃天池、風池、腰、長強、大杼、中膂、中內俞、上、齦交、上關、關元、天牖、天容、合谷、陽溪、關衝,中渚、陽池、消濼、少澤、前谷、腕骨、陽谷、少海、然谷、至陰、崑崙主之。
« Le traitement des frissons et des fièvres relève [des points suivants] : Wu chu (5V) et Tian chi (1MC), Feng chi (20VB), Yao shu (2VG), Chang qiang (1VG), Da zhu (11V), Zhong lü nei shu (29V), Shang liao (31V), Yin jiao (28VG), Shang guan (3VB), Guan yuan (4VC), Tian you (16TR), Tian rong (17IG), He gu (4GI), Yang xi (5GI), Guan chong (1TR), Zhong zhu (3TR), Yang chi (4TR), Xiao luo (12TR), Shao ze (1IG), Qian gu (2IG), Wan gu (4IG), Yang gu (5IG), Shao hai (8IG), Ran gu (2Rn), Zhi yin (67V) et Kun lun (60V). »

- VIII-5 : « L’hydropisie vent (風水 fengshui) et l’oedème du visage provoqué par le vent du rein »
面胕腫,上星主之,先取,後取天牖、風池主之。
« Les oedèmes du visage relèvent du [point] Shang xing (23VG). On traite d’abord le [point] Yi xi (45V) puis les [points] Tian you (16TR) et Feng chi (20VB). »

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
風眩善嘔,煩滿,神庭主之如顏青者,上星主之。取上星者,先取噫嘻,後取天牖、風池。
« Les vertiges dus au vent1 (風昡 fengxuan), vomissements fréquents, anxiété et sensation de plénitude (滿 man) relèvent du [point] Shen ting (24VG). Si le front est bleu, cela relève du [point] Shang xing (23VG) ; on traite d’abord le [point] Yi xi (45V) et ensuite les [points] Tian you (16TR) et Feng chi (20VB). »
1. 風昡 fengxuan désigne aussi bien les vertiges provoqués par un vent interne que par une agression par le pervers vent externe.

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲疾,上星主之,先取噫嘻,後取天牖、風池。
« L’épilepsie relève du [point] Shang xing (23VG). On traite d’abord le [point] Yi xi (45V) et ensuite les [points] Tian you (16TR) et Feng chi (20VB). »

- XII-4 : « Maladies oculaires provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 mai) taiyang et yangming de pied et shaoyang de main »
目中痛不能視,上星主之,先取噫嘻,後取天牖、風池。
« La douleur dans l’oeil au point de ne pas pouvoir regarder relève du [point] Shang xing (23VG). On traite d’abord le [point] Yi xi (45V) puis les [points] Tian you (16TR) et Feng chi (20VB). »

- XII-7 : « Épistaxis causés par le débordement du sang [rhinorrhée et polype nasal inclus] »
鼻鼽衄,上星主之。先取噫嘻,後取天牖、風池。
« Rhinorrhée et épistaxis relèvent du [point] Shang xing (23VG). On traite d’abord le [point] Yi xi (45V) et ensuite les [points] Tian you (16TR) et Feng chi (20VB). »


> OBSERVATIONS