Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

5F

Li gou



Noms secondaires

Jiao yi


(d'après Qian jin yao fang)

> LOCALISATION

Chamfrault :

6 cun au-dessus de la malléole interne, 1 cun au-dessous de Lou gu (7Rt) et 2 cun au-dessus de San yin jiao (6Rt), le long du bord interne du tibia.

Soulié de Morant :

Au bord postérieur du tibia, 3 TDD au-dessus du rebord inférieur du tibia, dans un creux, environ 6 TDD au-dessus de Zhong feng (4F), 5 TDD sous Zhong du (6F), 1,5 cun en avant et un peu au-dessus de San yin jiao (6Rt), 4 TDD sous et en avant (??) de Guang ming (37VB), 3 TDD en avant et au-dessus de Da zhong (4Rn).

Pékin/Shanghai :

5 cun au-dessus de la pointe de la malléole interne, au bord postérieur du tibia.

Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi :

5 cun au-dessus de la malléole interne, sur le bord interne du tibia.

Dacheng :

5 cun au-dessus de la malléole interne.

Sun Simiao :

5 cun au-dessus de la malléole interne. Une branche collatérale du zu jueyin en part et va au shaoyang.

Jiayi jing :

III-31 : « Les 22 points du jueyin de pied aux membres inférieurs1 »
蠡溝在足踝上五寸
« Le [point] Li gou (5F) se situe à 5 pouces au-dessus de la malléole interne. »
1. Littéralement « les vingt-deux points du jueyin de pied arrivant aux cuisses.


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,2 cun selon Tongren pendant 3 respirations.

Pékin :

Perpendiculaire le long du bord interne du tibia, 0,5 à 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.
Oblique, 1,5 à 2 cun.

Nguyen van Nghi :

Oblique, 0,5 à 1,5 cun.

Jiayi jing :

III-31 : « Les 22 points du jueyin de pied aux membres inférieurs1 »
刺入二分,留三呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,2 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant trois expirations. On y fait trois cônes de moxa. »
1. Littéralement « les vingt-deux points du jueyin de pied arrivant aux cuisses.


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point de vaisseau secondaire du ZJYi/F vers le ZSYg/VB, à puncturer en même temps que le point Qiu xu (40VB) en présence des troubles de vaisseau secondaire du ZSYg/VB.

Soulié de Morant :

Agit sur foie, vésicule biliaire et tous les organes, cervelet.

Shanghai :

Traite le foie. Tonifie l’énergie.
Fait communiquer les luo.

Duron-Borsarello :

Plénitude d’énergie de l’abdomen.
Fait circuler et disperse l’énergie.

Auteroche :

Enlève les stagnations de qi du foie.
Rafraîchit la chaleur. Évacue (fait écouler) l’humidité.
Métamère L4.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Draine le foie. Harmonise le qi.
Élimine l’humidité/chaleur.
Selon Tai yi shen zhen :
Draine le foie. Harmonise le qi.
Arrête les métrorragies et les leucorrhées.
Chasse le froid et élimine les hernies.

Lingshu :

LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足厥陰之別,名曰蠡溝。去內踝五寸,別走少陽;其別者,經脛上睪,結於莖。其病氣逆則睪腫卒疝。實則挺長,虛則暴癢。取之所別也 [] 凡此十五絡者,實則必見,虛則必下。視之不見,求之上下。人經不同,絡脈亦所別也。
« Le luo (別 bie)1 du jueyin de pied s’appelle Li gou (5F). Il se sépare à cinq distances au-dessus de la malléole interne pour aller au shaoyang. Son [trajet] séparé suit le méridien pour monter aux testicules et se noue au pénis. Si c’est une maladie par reflux du souffle, il y a gonflement testiculaire et hernie [scrotale] subite. En cas de plénitude, on [souffre] de priapisme2 et de chaleur [à la verge]3 ; en cas de vide, on a des démangeaisons violentes [aux organes génitaux externes]. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien] […] Chacun de ces quinze luo4, en cas de plénitude, est obligatoirement visible ; en cas de vide, ils sont obligatoirement enfoncés. Quand ils ne sont pas visibles, on les cherche en avant et en aval [du point luo, car] les méridiens (經 jing) des hommes n’étant pas identiques, les vaisseaux luo sont également différents5. »
1. Ici le luo est appelé bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas luo mais bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Le Taisu dit : « Ce luo monte au scrotum et se rassemble à la verge. Priapisme (挺長 tingzhang) signifie que le pénis s’érige et grandit ».
3. La fin de cette phrase (« et de chaleur [à la verge] ») est rajoutée d’après le Jaiyi jing.

4. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ce chapitre (LS 10) compte quinze méridiens luo avec le changqiang du dumai et le weiyi du renmai [tandis que] le Nanjing compte quinze méridiens luo avec les luo du yangqiao et du yinqiao. [Ce dernier] ignore totalement que c’est par les vaisseaux luo que le dumai gouverne les yang et que le renmai gouverne lesyin ; c’est encore le Lingshu qui a raison. » Le Leijing écrit : « Dans ce chapitre, le luo (別 bie) de taiyin de pied s’appelle gongsun, mais il y a aussi le grand luo de la rate qui s’appelle dabao, le luo (別 bie) de yangming de pied s’appelle fenglong, mais dans [le chapitre] "Sur la respiration et le pouls du sujet sain" (Suwen 18), il y a aussi le grand luode l’estomac qui s’appelle xuli. Cependant, chaque méridien n’a qu’un seul luo, mais la rate et l’estomac en ont chacun deux, car la rate et l’estomac sont l’origine (本 ben) des organes et des entrailles et les douze méridiens en reçoivent tous le souffle. On compte en tout seize luo. »
5. Le 
Taisu dit : « En cas de plénitude, le sang remplit les vaisseaux, c'est pourquoi [ils sont] obligatoirement visibles ; en cas de vide, le sang manque dans les vaisseaux, c'est pourquoi ils s’enfoncent obligatoirement. Les vaisseaux enfoncés sont difficiles à voir, c'est pourquoi on les cherche en amont ou en aval. L’homme est doté du souffle et du corps, aucune partie ne peut être identique [chez les sujets différents], comment serait-il possible qu’il y ait des méridiens et des luo identiques ? C'est pourquoi il faut les chercher en amont et en aval et alors on peut les voir. »

Remarque personnelle : Ordre de citation des méridiens luo dans le Jiayi jing et le Lingshu :
P – C – MC – IG – GI – TR – V – VB – E – Rt – Rn – F – VC – VG – 21Rt

Jiayi jing :

III-31 : « Les 22 points du jueyin de pied aux membres inférieurs1 »
蠡溝,足厥陰之絡 [] 別走少陽。
« Le [point] Li gou (5F) est le ]point] luo du jueyin de pied […] Un trajet se sépare vers le shaoyang. »
1. Littéralement « les vingt-deux points du jueyin de pied arrivant aux cuisses.

Jean Marc Kespi :

Ce point luo :

- Régit l’intérieur et l’extérieur au niveau du zu jueyin (charnière du yin).
- Résonne sur le méridien couplé zu shaoyang.
- Gouverne les moyens de contact dépendant du luo longitudinal, à savoir les organes génitaux externes.
Il est, de plus, utilisé unilatéralement dans les atteintes controlatérales de shou taiyang.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Hernie douloureuse. Manque d’énergie.
En tant que point luo :
Plénitude : verge et scrotum s’allongent par atonie (disperser).
Vide : prurit brutal au scrotum.

Soulié de Morant :

Peu d’énergie. Spasmes internes et externes (tonifier).
En tant que point luo :
Excès : érection prolongée (disperser).
Insuffisance : Prurit violent en quelque point du corps (tonifier).

Roustan :

Hernie.

Nguyen van Nghi :

Douleur herniaire.

Dacheng :

Maladie shan.

Sun Simiao :

Insuffisance de souffle. Syndrome herniaire chez la femme.

Psychisme

Chamfrault :

Toujours triste. Peureux avec manque d’énergie.

Soulié de Morant :

Pas de joie, mélancolie. Esprit tremblant. Peur. Préoccupé ; nombreux soupirs. Si « bavarde sans sagesse », piquer trois fois.

Roustan :

Libido excessive.

Dacheng :

État d’angoisse. Tristesse. 

Sun Simiao :

Peur et frayeur.

ORL

Soulié de Morant :

Dans le larynx, comme des végétations.

Sun Simiao :

Croup et faux croup.

Dermatologie

Chamfrault :

Prurit brutal au scrotum (vide).

Soulié de Morant :

Démangeaisons, prurit violent en quelque point du corps (tonifier).

Dacheng :

Démangeaisons brutales en cas de vide.

Pneumologie

Soulié de Morant :

Toux spasmodique.

Dacheng :

Dyspnée.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant/Duron-Borsarello :

Palpitations nerveuses (tonifier).

Digestif

Chamfrault :

Énergie au-dessous de l’ombilic avec noyaux indurés à la palpation (« comme s’il y avait des cailloux »). Douleur du bas-ventre. Hoquet.

Soulié de Morant :

Intestins : spasmes ; douleur abdominale. Spasmes de l’abdomen, des lombes et du dos.

Duron-Borsarello :

Plénitude d’énergie de l’abdomen. Coliques intestinales.

Dacheng :

Coliques. Hoquet. Morceau dur comme la pierre au-dessous de l’ombilic.

Sun Simiao :

Douleur abdominale soudaine chez la femme. Éructations fréquentes. Insuffisance de souffle dans l’abdomen.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Impossibilité d'uriner ou difficulté pour uriner.

Soulié de Morant :

Vessie : rétention d'urine spasmodique. Urine difficile ou urine arrêtée. Violentes contractions douloureuses de la vessie (tonifier).

Pékin/Dacheng/Roustan :

Rétention urinaire.

Nguyen van Nghi/Dacheng/Roustan :

Dysurie.

Duron-Borsarello :

Rétention urinaire douloureuse.

Nguyen van Nghi :

Urétrite.

Sun Simiao :

Troubles urinaires.

Andrologie

Chamfrault :

Verge et scrotum s’allongent par atonie (si plénitude). Prurit brutal au scrotum (si vide).

Soulié de Morant :

Érection prolongée (excès) (disperser).

Pékin :

Pertes séminales. Non érection.

Roustan :

Orchite. Libido excessive. Impuissance. Enflure des testicules.

Duron-Borsarello :

Érection nocturne.

Nguyen van Nghi :

Orchite.

Dacheng :

Douleur des testicules. Allongement du pénis en cas de plénitude.

Sun Simiao :

Spermatorrhée.

Gynécologie

Chamfrault :

Pertes blanches ou rouges. Règles irrégulières.

Soulié de Morant :

Spasmes pendant les règles ; règles difficiles avec dysménorrhée (tonifier).

Pékin :

Pelvi-péritonite. 

Roustan :

Règles anormales. Endométrite. Leucorrhée. Prolapsus utérin.

Duron-Borsarello :

Règles irrégulières avec dysménorrhée. Pertes de longue durée.

Nguyen van Nghi :

Dysménorrhée. Leucorrhée.

Dacheng :

Pertes blanches ou rouges. Irrégularité du cycle.

Sun Simiao :

Règles irrégulières. Leucorrhée. Métrorragie. Pertes rouges.
Syndrome herniaire chez la femme. Douleur abdominale soudaine chez la femme.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Spasmes du dos, le malade ne peut se pencher ni en avant ni en arrière.
Douleur et sensation de froid au mollet. Jambe difficilement fléchie.

Soulié de Morant :

Dos : muscles ilio-costal, lombaire, dorsal et cervical : contractés, douloureux, brûlants (tonifier). Dos saisi, contracté, muscles lombaires tendus comme une corde d’arbalète (tonifier). Spasmes de l’abdomen, des lombes et du dos.
Membre inférieur : faiblesse, flaccidité (disperser). Jambe et pied froids, engourdis, difficiles à étendre ou à fléchir (disperser). Cou-de-pied contracté (tonifier), cou-de-pied faible (disperser).

Roustan :

Lombalgie.

Duron-Borsarello :

Atonie des membres inférieurs.

Nguyen van Nghi :

Douleur des jambes.

Dacheng :

Raideur du dos.
Froid de la jambe. Difficulté à plier les jambes.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Nguyen van Nghi :

SW 41 : « Acupuncture des lombalgies »
腰痛上熱刺足厥陰
« Dans la lombalgie avec échauffement du haut du corps, puncturer le vaisseau du foie1. »
1. Li gou (5F) selon Nguyen van Nghi.

Lingshu :

LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足厥陰之別,名曰蠡溝。去內踝五寸,別走少陽;其別者,經脛上睪,結於莖。其病氣逆則睪腫卒疝。實則挺長,虛則暴癢。取之所別也。
« Le luo (別 bie)1 du jueyin de pied s’appelle Li gou (5F). Il se sépare à cinq distances au-dessus de la malléole interne pour aller au shaoyang. Son [trajet] séparé suit le méridien pour monter aux testicules et se noue au pénis. Si c’est une maladie par reflux du souffle, il y a gonflement testiculaire et hernie [scrotale] subite. En cas de plénitude, on [souffre] de priapisme2 et de chaleur [à la verge]3 ; en cas de vide, on a des démangeaisons violentes [aux organes génitaux externes]. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien]. »
1. Ici le luo est appelé bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas luo mais bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Le Taisu dit : « Ce luo monte au scrotum et se rassemble à la verge. Priapisme (挺長 tingzhang) signifie que le pénis s’érige et grandit ».
3. La fin de cette phrase (« et de chaleur [à la verge] ») est rajoutée d’après le Jaiyi jing.

Dacheng :

« Acupuncture et traitement des lombalgies »
« Les troubles du zu jueyin peuvent aussi provoquer une lombalgie avec raideur (semblable à la corde d’un arc). Il faut puncturer le Li gou (5F). En cas de douleur avec esprit taciturne ou logorrhée, il faut le puncturer à trois reprises. »

Jiayi jing :

- IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture des lombalgies »
厥陰之脈令人腰痛,腰中如張弓弩弦。刺厥陰之脈,在 踵魚腹之外,循循累累然乃刺之。其病令人善言默默然不慧,刺之三。
« [Lorsque] le méridien (脈
mai) du jueyin provoque chez l’homme des lombalgies avec la sensation dans les lombes de tension comme la corde d’un arc ou d’une arbalète1, on puncture le méridien du jueyin à l’extérieur de la protubérance musculaire2 entre le mollet et le talon. [On le repère] en suivant jusqu’à l’endroit [bosselé comme] comme des grains de chapelet que l’on puncture3. Cette maladie provoque chez l’homme une mutité avec un esprit imbécile. On le puncture à trois reprises. »
1. Telle est la description de la raideur et de la contracture lombaire.
2. Le texte chinois dit « ventre de poisson » (魚腹 yufu) faisant allusion à la forme.
3. Selon Wang Bing, il s’agit de puncturer le point Li gou (5F).


IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « La puncture des lombalgies »
飛揚之脈令人腰痛,痛上怫怫然,甚則悲以恐。刺飛揚之脈,在踝上二寸(素問作五寸),少陰之前,與陰維之會。
« Lorsque le vaisseau feiyang1 provoque chez l’homme des lombalgies avec stagnation aux endroits douloureux et, dans les cas graves, chagrin et peur, on puncture le vaisseau feiyang qui se situe à deux pouces [le Suwen écrit cinq pouces] au-dessus de la malléole interne en avant du shaoyin et [au point de rencontre] avec le yinwei mai2. »
1. Selon le Taisu et le Leijing, il s’agit du méridien luo du taiyang de pied ; Fei yang est le nom du [point] luo (58V) qui se lie au shaoyin de pied. D’après Wang Bing, c’est une autre appellation du yinwei mai. Selon le Suwen shi il s’agit du point Li gou (5F) du jueyin de pied. Ces différentes versions sont de plus en contradiction avec l’indication de puncture dans la suite du texte, ce qui fait pencher la présente édition vers une erreur de copiste.
2. Selon Suwen zhijie il s’agit du point Zhu bin (9Rn).

Traduction de Husson :
« Dans la lombalgie du "Yang volant" [Fei yang (58V)], la douleur monte et, dans les cas graves, il y a tristesse profonde et crainte (ce vaisseau de la chaîne yin met en rapport le coeur/tristesse et le rein/crainte). On le pique à 5 cun au-dessus de la malléole interne (Zhu bin de rein 9Rn) et à la réunion du yinwei (point Fu liu du rein 7Rn) ».
Traduction de NvN : 
« L’atteinte du feiyang mai peut provoquer une révélation visuelle des luo tendino-musculaires. Dans la forme grave, le sujet est à la fois triste et craintif. Il faut puncturer le feiyang mai à 5 cun au-dessus de la malléole interne, à la réunion du yinwei ».
Il commente ainsi : « Fei yang désigne le méridien distinct du ZTYg. Le Lingshu précise : "Le jingbie (méridien distinct) du ZTYg s’appelle feiyang mai. En effet, à 7 cun au-dessus de la malléole externe, un vaisseau oblique vers le ZSYi. Ainsi, le feiyang mai est un vaisseau de déviation du méridien ZTYg." Puncturer le feiyang mai à 5 cun au-dessus de la malléole interne, à la réunion du yinwei : Zhang Zhitong spécifie : "il s’agit du Zhu bin (9Rn), point xi du yinwei."


- IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
陰跳腰痛,實則挺長,寒熱,攣,陰暴痛,遺溺,偏大,虛則暴癢氣逆,腫睪卒疝,小便不利如癃狀,數噫恐悸,氣不足,腹中悒悒,少腹痛,嗌中有熱,如有肉狀,如著欲出,背攣不可俯仰,蠡溝主之。« La rétraction des organes génitaux et les douleurs lombaires [qui s’accompagnent] de priapisme, de frissons et de fièvre, de spasmes, de douleurs violentes aux organes génitaux externes, d’incontinence urinaire et d’enflure (大 da) unilatérale [d’un testicule] en cas de plénitude, et de prurit intense [des organes génitaux], de reflux du souffle, d’enflure des testicules, de hernie (疝 shan)2 subite, de difficulté à uriner comme s’il y avait de la rétention d’urine, d’éructations fréquentes, de peur avec palpitations, d’insuffisance du souffle, de sensation de malaise dans l’abdomen, de douleurs hypogastriques, de chaleur (熱 re) dans la gorge comme s’il y avait des polypes et des contractures au dos au point de ne pas pouvoir se pencher ni en avant ni en arrière en cas de vide relèvent du [point] Li gou (5F). »
1. Tuishan ou hernie tui désigne, chez l’homme, les hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule et, chez la femme, un gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.
2. Le terme 疝 shan, hernie, désigne soit la sortie d’un organe ou d’une partie d’un organe hors de sa cavité, soit de façon générale des douleurs et des gonflements des organes génitaux externes, soit encore des douleurs abdominales internes accompagnées de difficultés pour aller à la selle ou pour uriner.


- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
女子疝,小腹腫,赤白淫,時多時少,蠡溝主之。
« Chez la femme, les hernies, le gonflement de l’hypogastre et les pertes blanches ou rouges tantôt abondantes tantôt faibles relèvent du [point] Li gou (5F). »


> OBSERVATIONS