Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

17GI

Tian ding



Noms secondaires

Tian ding



> LOCALISATION

Chamfrault :

Au cou, au-dessus de la clavicule en ligne droite, vers le point Fu tu (18GI), à 1 cun au-dessous de lui, sur le sterno-cléido-mastoïdien, à environ 3 cun de Tian tu (22VC).

Soulié de Morant :

Face latérale du cou, 3 TDD sous la mastoïde, sur le rebord antérieur de l’apophyse transverse de la troisième vertèbre cervicale, entre deux muscles, 4 TDD sous et en arrière de Fu tu du cou (18GI), 2 TDD sous et en avant de Tian chuang (16IG), 3 TDD sous et un peu plus en avant de Tian you (16TR).

Pékin :

1 cun au-dessous de Fu tu (18GI) situé sur la région latérale du cou, au bord postérieur du faisceau sternal du muscle sterno-cléido-mastoïdien, le patient étant assis.

Shanghai :

1 cun au-dessus du milieu du creux sus-claviculaire, au bord postérieur du sterno-cléido-mastoïdien, entre Fu tu (18GI) et Que pen (12E).

Duron-Borsarello :

Faire incliner la tête du côté où l’on veut localiser le point. Porter l’auriculaire sur la clavicule au niveau de l’insertion du sterno-cléido-mastoïdien, les quatre autres doigts bien à plat et alignés. Le point est à l’extrémité du médius. Une forte pression sur ce point se répercute dans l’oreille. À 1 cun de la base du cou, sur le muscle sterno-cléido-mastoïdien.

Nguyen van Nghi :

À 1 cun au-dessus du milieu du creux sus-claviculaire, sur le bord postérieur du muscle sterno-cléido-mastoïdien, entre Fu tu (18GI) et Que pen (12E).

Dacheng :

Au-dessus de Que pen (12E), à 1 cun au-dessous de Fu tu (18GI).

Sun Simiao :

1 cun au-dessous de l’angle du maxillaire inférieur entre les points Que pen (12E) et Fu tu (18GI), en arrière du point Ren ying (9E).

Jiayi jing :

III-12 : « Les dix-sept points du cou »
天鼎,在缺盆上,直扶突,氣舍後一寸五分(氣府論注云在氣舍後半寸。)
« Le [point] Tian ding (17GI) se situe au-dessus du creux sus-claviculaire à la verticale du [point] Fu tu (18GI) et à 1,5 pouce en arrière du [point] Qi she (11E)1. » [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : il se situe à 0,5 pouce en arrière du [point] Qi she].
1. La localisation de Tian ding (17GI) est différente selon les classiques. La présente édition regroupe les différentes localisations en trois versions dont la dernière, celle du Yizong jinjian, est adoptée dans l’acupuncture moderne :
- Sur la ligne horizontale des points Ren ying (9E) et Fu tu (18GI)
- Au même niveau horizontal que le point Qi she (11E)
- Au même niveau horizontal que le point Shui tu (10E)



> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

3 à 4 fen.

Pékin/Shanghai :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,5 à 1 cun.

Dacheng :

Selon Suzhu, 0,4 cun. Selon Tongren, 0,3 cun.

Jiayi jing :

III-12 : « Les dix-sept points du cou »
刺入四分,灸三壯
« On le puncture à 0,4 pouce de profondeur et on y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur gorge, épaule, cou, oreille interne, gros intestin, rein.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Favorise la fonction de la gorge.
Régularise les mécanismes du qi.

Jiayi jing :

III-12 : « Les dix-sept points du cou »
手陽明脈氣所發。
« Le souffle du méridien yangming de main s’y déploie. »

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Ses noms illustrent bien la fonction de ce point fenêtre du ciel, car nous pensons (avec Duron, Laville-Méry, Borsarello)* que la fenêtre du ciel est le 17 SYgM/GI et non le 18 SYgM/GI. Les idéogrammes et la symptomatologie sont en sa faveur.
Ce point relie l’homme avec le ciel qui lui est extérieur. Il favorise le passage de la fin du yang qui monte de l’homme en "offrande", vers le ciel et le monde extérieur.
Cette fonction est illustrée par le symptôme "mutité soudaine" qui nous dit bien l’arrêt brutal du mouvement de l’homme vers le ciel. On voit bien ici comment la traduction de deux idéogrammes par deux mots comme « chaudron céleste » ou « vase céleste » en limite considérablement la compréhension. C’est pourquoi nous préférons donner toutes les traductions possibles pour chaque idéogramme. Cela permet d’en ressentir l’ambiance et, de plus, cela permet au lecteur de se faire sa propre opinion.
* L’argumentation de D.L.B. en faveur de 17GI comme point fenêtre du ciel paraît assez peu dialectique. Elle s’appuie sur le fait que belladona, que SdM fait correspondre au 17GI droit comme point de weihe, présente dans sa symptomatologie des signes psychiques importants (congestion cérébrale avec délire, envie de fuir, de s’évader, …) ! (Bioénergétique et médecine chinoise Tome II p 194). L’argument des idéogrammes est par contre indiscutable.

Jean Marc Eyssalet :

Connaissance de l’acupuncture : Intestins, labyrinthes et métamorphoses – 2008
Il existe un lien fondamental entre l’intestin grêle et la gorge souligné par le Lingshu 5 :
咽喉小腸者傳送也 Yan hou xiao chang zhe chuan song ye
« La gorge (pharynx-larynx) et l’intestin grêle sont (des lieux de) transmission et propagation »
On sait en effet que le « clair du trouble » monte à la gorge alors que le trouble du yang ou « trouble du trouble » culmine au niveau de l’intestin grêle. Ce rapport dynamique entre intestins et carrefour pharyngolaryngé pourrait permettre d’envisager certains points « fenêtre du ciel » dans le sens du dialogue entre clair et trouble, en particulier les points appartenant aux méridiens de l’intestin grêle, voire du gros intestin qui lui succède. Ainsi le 16IG, 天窗 Tian chuang, « Fenêtre céleste », traite conjointement la pathologie anale et l’aphonie brutale ; le 17IG, 天容 Tian rong, « Accueil céleste », traite le bégaiement et la raideur de la langue ; 17GI, 天鼎 Tian ding, « Chaudron céleste », « ouvre » la gorge et traite la paralysie de la langue et des muscles hyoïdiens ; 18GI, 扶突 Fu tu, « Soutient le surgissement », traite les spasmes laryngés et l’oedème de la luette.


> SYMPTOMATOLOGIE

Neurologie

Soulié de Morant :

Paralysie des muscles hyoïdiens (aphonie).

Dacheng :

Dysarthrie brutale. Aphonie soudaine.

ORL

Chamfrault :

Angine. Laryngite empêchant de respirer avec aphonie. Ne peut ni boire ni manger. Bruits dans la gorge. Devient brusquement muet.

Soulié de Morant :

Gorge : inflammation, douleur. Amygdalite. Laryngite. Mutité soudaine, perte de voix.
Oreille interne.

Pékin :

Enflure et douleur de la gorge. Amygdalite.

Roustan :

Amygdalite. Laryngite.

Duron-Borsarello :

Maux de gorge. Difficulté pour avaler.

Nguyen van Nghi :

Pharyngite. Amygdalite.

Dacheng :

Aphonie. Bi du larynx. Dysphagie. Amygdalite. Affections de la gorge.

Sun Simiao :

Inflammation de la gorge, angine. Gonflement de la gorge avec impossibilité d’avaler.

Stomatologie

Roustan :

Hypoesthésie de la langue.

Dermatologie

Pékin/Roustan :

Tuberculose des ganglions lymphatiques du cou.

Nguyen van Nghi :

Adénite cervicale.

Dacheng :

Adénite.
Varicelle. Rougeole.

Pneumologie

Chamfrault :

Respiration obstruée, pénible.

Duron-Borsarello :

Difficulté pour respirer.

Dacheng :

Dyspnée. Respiration difficile avec ronflement.

Digestif

Dacheng :

Anorexie. Dysphagie.

Appareil locomoteur

Soulié de Morant :

Cou latéral depuis oreille, épaule supérieure et postérieure.
Membre supérieur face latérale, poignet, main, doigts dorsaux.
Membre inférieur postéro-interne même côté.
Dos : muscles côté opposé.

Jean Marc Kespi :

Névralgie cervicobrachiale de trajet antérieur, postérieur et/ou latéral.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing XII-6 : « Maladies de la bouche et des dents provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 maiyangming de main et de pied »
臂陽明,有入頄遍齒者,名曰大迎。下齒齲,取之臂。惡寒補之,不惡寒瀉之。
« Le yangming de bras a [une branche qui] entre dans les pommettes et parcourt toutes les dents. [Son point] s’appelle Da ying (5E)1. Dans les caries des dents du [maxillaire] inférieur, on traite au bras2. Si on craint [les boissons] froides, on tonifie3 ; si on ne les craint pas, on disperse4. »
1. Le Taisu dit : Ren ying (9E).
2. Au bras signifie 
yangming de main. Selon le Taisu, il s’agit du point Shang yang (1GI).
3. Une autre version du 
Jiayi jing dit : on le puncture.
4. Le 
Lingshu zhuzheng fawei écrit : « Ici on parle de caries dentaires, il faut donc soigner les dents [des maxillaires] supérieur et inférieur par des méridiens différents. Le yangming de bras, c’est le méridien du gros intestin yangming de main. Comme ce méridien circule au bras, on ne dit pas « de main » mais « de bras ». La branche du yangming de main part du creux sus-claviculaire, monte au cou, passe par les [points] Tian ding (17GI) et Fu tu (18GI), monte enfiler la joue, entre dans les interstices des dents, ressort des deux côtés de la bouche, se croise au sillon naso-labial, [la branche] de gauche va à droite et [celle de] droite à gauche, monte des deux côtés des narines et passe par les [points] He liao (19GI) et Ying xiang (20GI) où elle se croise avec le yangming de pied. C'est pourquoi [le texte] dit que le yangming de main a [une branche qui] entre dans les pommettes et parcourt toutes les dents, [son point] s’appelle Da ying (5E), car le yangming de pied sort au [point] Da ying (5E) et le méridien yangming de main y entre et se croise avec [ce dernier]. Lorsque les dents sont douloureuses, cela s’appelle caries dentaires, c'est pourquoi lorsque les dents [du maxillaire] inférieur souffrent de caries, on doit traiter ce point du yangming de main. Si [le malade] craint les boissons froides, c’est vide [et] il convient de tonifier. S’il ne craint pas de boire froid, c’est plein [et] il convient de disperser. »
Une note du texte correspondant du 
Jiayi jing précise que le Lingshu écrit : « s’appelle He liao (禾窌) ou s’appelle Da ying. On sait que Da ying est [le point] où se déploie [le souffle] du méridien yangming ; on doit alors dire He liao (19GI) et Da ying (5E) du yangming de pied. On ne connaîtra [l’efficacité] que si l’on essaie]. »

Jiayi jing :

- XII-2 : « Aphonie et perte [complète] de la voix provoquées par la localisation du souffle froid dans l’épiglotte (厭 yan) »
暴喑氣哽,喉痺咽腫,不得息,食飲不下,天鼎主之。
« L’aphonie subite avec suffocation, bi de la gorge, pharynx douloureux, impossibilité de respirer et non descente de la nourriture relèvent du [point] Tian ding (17GI). »

- XII-8 : « Bi du larynx et douleurs pharyngées provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 mai) yangming et shaoyang de main et de pied »
喉痺不能言,取足陽明;能言,取手陽明。
喉痺,完骨及天容、氣舍、天鼎、尺澤、合谷、商陽、陽溪、中渚、前谷、商丘、然谷、陽交悉主之。

« Dans les bi du larynx1 avec impossibilité de parler, on traite le yangming de pied. Si on peut parler, on traite le yangming de main2.
Le bi du larynx relève du [point] Wan gu (12VB) ainsi que de tous [les points suivants] : Tian rong (17IG), Qi she (11E), Tian ding (17GI), Chi ze (5P), He gu (4GI), Shang yang (1GI), Yang xi (5GI), Zhong zhu (3TR), Qian gu (2IG), Shang qiu (5Rt), Rang gu (2Rn), et Yang jiao (35VB) ».
1. La phrase suivante provient du chapitre 26 « Maladies diverses » (za bing) du Lingshu.
2. Le
Lingshu jizhu dit : « Le bi du larynx, c’est l’obstruction par le pervers du larynx qui est enflé et douloureux. Le méridien yangming de pied longe la gorge et passe des deux côtés de la pomme d’Adam, c’est pourquoi lorsque le pervers obstrue [le larynx] et [que le malade] ne peut parler, il faut traiter le yangming de pied. Le méridien yangming de main se situe à côté du larynx de façon plus éloignée, c’est pourquoi lorsque [le malade] peut parler on traite le yangming de main ».


> OBSERVATIONS