Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

14F

Qi men



Noms secondaires

Gan mu


(d'après Dacheng)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Sur la ligne mamelonnaire, à 4 cun de la ligne médiane antérieure, au niveau du point Shang wan (13VC).

Soulié de Morant :

Région antéro-latérale du thorax, 5 TDD au-dessus de la pointe de la 11ème côte, entre la 7ème et la 6ème côtes, 2 TDD en dehors et sous le mamelon (hommes), à l’angle du rebord inférieur de la 6ème côte et du rebord externe d’un ligament interosseux, dans un creux, 4 TDD au-dessus et un peu en dehors de Zhang men (13F), 4 TDD en dehors de Bu rong (19E), 2 TDD sous et en dehors de Tian xi (18Rt), 2 TDD en avant de Réchauffeur inférieur yue (24VB).

Pékin :

Sur la verticale passant par le mamelon, deux côtes en dessous, entre la 7ème et la 6ème côtes.

Shanghai :

6 cun au-dessus de l’ombilic et 3,5 cun en dehors de Ju que (14VC), dans le 6ème espace intercostal.

Duron-Borsarello :

Sur la ligne mammaire, en levant le bras, sur le bord inférieur de la 9ème côte.

Nguyen van Nghi :

3,5 cun en dehors de Ju que (14VC), dans le 6ème espace intercostal.

Dacheng :

1,5 cun à côté de Bu rong (19E), certains disent à côté du sein, à 5 cun au-dessous.

Sun Simiao :

1,5 cun latéralement du point Bu rong (19E), deux côtes au-dessous des mamelons.

Jiayi jing :

III-22: « Les quatorze points de l’abdomen qui descendent à partir du [point] Qi men (14F), situé verticalement en dessous de chaque mamelon et latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] Bu rong (19E), jusqu’au [point] Chong men (12Rt) »
期門,肝募也,在第二肋端,不容傍各一寸五分,上直兩乳 [] 舉臂取之。
« Le [point] Qi men (14F) est le [point] mu du foie. Il se [situe] au bout de la deuxième côte1, latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] Bu rong (19E)2 et à la verticale sous chaque mamelon […] On le localise en faisant lever le bras. »
1. Le commentaire moderne précise qu’il s’agit du deuxième espace intercostal en comptant vers le bas à partir du mamelon, c’est à dire à l’extrémité de l’espace entre la sixième et la septième côte.
2. Le commentaire moderne affirme que la ligne verticale qui passe par le mamelon se situe à deux pouces du point Bu rong (19E) et que la distance de 1,5 pouce est une erreur. Les ouvrages modernes donnent deux pouces.


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,4 cun selon Tongren.

Pékin :

Oblique, 0,3 à 0,5 cun ou horizontale, 0,5 à 1 cun.

Shanghai :

Oblique, 0,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Oblique, 0,5 à 1 cun.

Jiayi jing :

III-22: « Les quatorze points de l’abdomen qui descendent à partir du [point] Qi men (14F), situé verticalement en dessous de chaque mamelon et latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] Bu rong (19E), jusqu’au [point] Chong men (12Rt) »
刺入四分,灸五壯。
« On le puncture à 0,4 pouce de profondeur et on y fait cinq cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault/Soulié de Morant/Shanghai :

Point mu (募) du foie.
Point de réunion avec ZTYi/Rt et yinwei mai.

Soulié de Morant :

Héraut du foie (troubles d’origine psychique avec froid ou dépression).
Agit sur foie, rate, poumon, vésicule biliaire, nez, gorge, oeil.

Duron-Borsarello :

Évacue l’énergie.

Nguyen van Nghi :

Point qui envoie un vaisseau au STYi/P pour recommencer le cycle énergétique des 12 méridiens.

Auteroche :

Élimine les stagnations du qi du foie. Renforce la rate et harmonise l’estomac.
Vivifie le sang, dissout les congestions. Dissout les mucosités, fait disparaître les amas.
Métamère D6.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Draine le foie et harmonise le qi. Vivifie le sang. Transforme les stagnations de sang.
Tonifie la rate. Harmonise l’estomac. Transforme les glaires. Dissipe les accumulations d’aliments.
Selon Tai yi shen zhen :
Draine le foie et harmonise le qi. Régularise le foie et l’estomac.
Élimine les stagnations et réduit les ballonnements.

Jiayi jing :

III-22: « Les quatorze points de l’abdomen qui descendent à partir du [point] Qi men (14F), situé verticalement en dessous de chaque mamelon et latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] Bu rong (19E), jusqu’au [point] Chong men (12Rt) »
期門,肝募也 [] 足太陰厥陰、陰維之會。
« Le [point] Qi men (14F) est le [point] mu du foie […] C’est [un point de] rencontre (會 hui) du taiyin de pied, jueyin de pied et yinwei mai. »

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Ce point correspond à dialectiques « fin de yin » temporelles, quantitatives et qualitatives :
- À l’échelon de la vie et dans une dialectique temporelle, il est le point mu du « printemps/est/ciel » en ce qu’il contrôle la fin de la nuit et plus généralement la fin du yin ayant débuté à 18h ou à l’automne. Aussi est-il indiqué dans "tout trouble après l’accouchement, les règles retardées venant après leur date". En tant que point mu, il retentit sur le foie qui est en continuité avec cet élément. Il régit ainsi la troisième période de la vie d’une femme, celle qui suit la ménopause, la première avant la puberté étant temporellement shaoyin et la seconde, entre la puberté et la ménopause, étant taiyin. Il est donc indiqué de le puncturer dans tous les problèmes ménopausiques.
- À l’échelon de l’homme, et plus particulièrement au niveau du tronc, il gouverne la fin du yin thoracique venant du pelvis quantitativement, qualitativement et temporellement. Il est donc indiqué de le puncturer dans les obstructions du yin thoracique se manifestant :
. Au niveau de la poitrine par "plénitude du thorax, ne peut s’étendre sans s’étouffer, douleur dans la poitrine et aux côtés".
. Au-dessous, par une accumulation à l’épigastre du yin qui ne peut gagner le thorax avec "nausées, vomissements, vomissements aqueux après les repas".
. Au-dessus, par une plénitude de yang qui ne peut pénétrer dans le tronc. Aussi trouve t-on souvent dans ces cas, outre les signes thoraciques, des angoisses dans le même temps pharyngées et épigastriques.
Il est logique que ce point, qui régit le yin de la poitrine, yin qui doit ensuite gagner la partie supérieure du corps, soit réunion avec ZTYi/Rt car taiyin est d’une part l’ouverture du yin vers l’extérieur et d’autre part le terme des mutations du yin qui arrivent à la poitrine pour être distribuées dans tout l’organisme.

« L’homme et ses symboles en MTC »p 65
« Le printemps est « un jaillissement et un déploiement1 ». Le Ciel et la Terre « agissent ensemble et produisent (生 sheng) la vie. Toute la création est ainsi vivifiée : les dix mille êtres resplendissent, la végétation prend son élan et sort de terre. Sheng 生, qui représente étymologiquement « une plante qui pousse hors du sol2 », « une plante qui s’élève de plus en plus », illustre bien ce mouvement du printemps qui jaillit, se déploie, fait apparaître et croître. « Le zhi de l’homme est pour la poussée (生 sheng) de la vie ». Il laisse alors ses souffles sortir et se déployer à l’extérieur. « Le corps à l’aise, le coeur libre (libre à l’image du mouvement printanier du Bois qui se fait avec aisance, souplesse et liberté). Il doit « récompenser, ne pas punir » ; « faire vivre, ne pas tuer ; donner, ne pas ôter ». À cette saison, les mouvements du qi s’extériorisent et font apparaître les qi profonds. À six heures du matin, la nuit, le yin disparaît ; le jour, le soleil, le yang apparaît. Il faut comprendre que ce mouvement, comme tous les mouvements saisonniers, se fait en nous à chaque instant, mais qu’il est magnifié au printemps et à six heures du matin.
Il existe un point d’acupuncture, le 14F, qui correspond à la fin de la nuit, à la fin cyclique du yin. Son nom est Qi men. Qi signifie temps, période, phase, échéance, temps fixe, et men, porte extérieure. Il régit par exemple la fin des règles, la fin de la grossesse (suites de couches difficiles, expulsion difficile). Piqué surtout chez les femmes (yin par rapport à l’homme sur le plan génital), il est efficace à la ménopause, fin de la période procréatrice, sur les bouffées de chaleur, … Il régit la fin de l’énergie qui, montant du bas, de la profondeur, arrive au thorax. Il est donc indiqué en pathologie si quelque chose qui doit finir ne finit pas ou mal, que ce soit une bronchite, le souffle qui monte à la poitrine, les menstruations, une grossesse, une période procréatrice, une séparation, … comme si la nuit (yin) ne pouvait finir pour laisser le jour apparaître. Le point 14F exprime une difficulté de séparation. En effet, le passage de la fin d’un cycle au début d’un autre implique une séparation, un sacrifice : cette idée n’est ni morale ni mystique, c’est une loi archétypale de la vie ».
1. Les citations proviennent du Suwen (traduction de Husson) et Assaisonner les esprits (Ricci, 1983).
2. Les 214 clés de l’écriture chinoise (P. Morel et Xu Guang Cun, You Feng, 1997)

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 80 – 1994
Par comparaison avec Qu ze (3MC) (cf), le trouble de la fonction de qimen se caractérise par un investissement concret de l’existence, plus régulier malgré un esprit d’opposition certain : ce sont des pragmatiques engagés dans une tâche dans laquelle ils semblent réussir assez bien mais dont ils redoutent de voir le terme. La permanence des objectifs et leur mise en œuvre sont donc plus constantes. La silhouette, bien lestée par le yin qui ne peut « s’offrir » à la zone thoracique (dans la perspective d’échanges plus profonds et plus riches avec ce qui l’entoure), en fonction du temps qui passe, est plus lourde que celle de quze où la chaleur a déjà provoqué un wei généralisé par défaut de « vaporisation horizontale » des liquides.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Coup de froid avec douleur au coeur et vomissements acides ; ne mange pas et ne boit pas ; vomissements aqueux en mangeant.
Fièvre avec sang dans les selles et divagation. Absence de sueurs pendant 6 jours depuis le début de la fièvre.

Soulié de Morant :

Refroidissement qui ne cède pas dans le temps normal.

Duron-Borsarello :

Fièvres.

Dacheng :

Syndrome fébrile. Sensation de chaleur qui remonte à l’extrémité céphalique. Absence de sueurs dans la maladie évolutive du froid malgré l’atteinte des méridiens.
Maladie évolutive du froid : stade où l’énergie perverse n’a pas encore atteint les méridiens ; stade où les méridiens sont dispersés. Atteinte du méridien par la maladie évolutive du froid sans sueurs. Maladie évolutive du froid avec stagnation énergétique et douleur au niveau des hypochondres.
Hernie. Tumeur due à un entassement énergétique.

Psychisme

Dacheng :

Nervosité.

Ophtalmologie

Soulié de Morant :

Faiblesse de l’accommodation de chaque oeil à lumière et distance ; aussi coordination (synergie) des deux yeux.

Sun Simiao :

Sclérotiques bleues et vomissements.

Pneumologie

Chamfrault :

Accumulation de l'énergie aux côtés et aux flancs. Intense dyspnée empêchant de s'allonger ou de dormir. Sensation de chaleur et malaise à la poitrine. Douleur à la poitrine et aux côtés. Pleurésie.
Bouche sèche et grande soif avec douleur de la poitrine insupportable et faciès rubicond.

Soulié de Morant :

Plénitude de la poitrine après refroidissement ; poitrine contractée ; ne peut s’étendre sans étouffer ; douleur de la poitrine, chaleur, agitation. Glaires respiratoires ne sortant pas bien. Pleurésie. Pneumonie. 

Pékin :

Pleurésie. Point de côté.

Roustan :

Affections pleurales. Névralgie intercostale.

Duron-Borsarello :

Affections pulmonaires. Asthme.

Nguyen van Nghi :

Pleurite. Névralgie intercostale.

Dacheng :

Suffocation. Dyspnée empêchant de s’allonger (hyperpnée). Oppression et douleur du thorax et des flancs.

Sun Simiao :

Chaleur dans le thorax. Douleurs thoraciques. Respiration bruyante. Respiration courte. Toux. Inversion et remontée du souffle.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Congestion de sang à la poitrine.

Roustan :

Précordialgies.

Duron-Borsarello :

Rhumatisme cardiaque.

Dacheng :

Douleurs de la poitrine.

Sun Simiao :

Cardialgie. Cardialgie intense.

Digestif

Chamfrault :

Vomissements avec conjonctives verdâtres. Chaleur insupportable au creux de l’estomac.
Petit cochon de lait qui court de haut en bas dans le ventre. Accumulation de l'énergie aux côtés et aux flancs. Ventre très dur. Diarrhée. Choléra.
Coup de froid avec douleur au coeur et vomissements acides ; ne mange pas et ne boit pas ; vomissements aqueux en mangeant.

Soulié de Morant :

Héraut du foie (troubles d’origine psychique avec froid ou dépression).
Yeux noirs. Nausées, vomissements. Vomissements aqueux après les repas. Douleur sous l'omoplate droite.
Diarrhée chronique. Ventre dur, gros dans la partie inférieure. Péritonite chronique. Typhoïde, si dure, disperser au 7ème jour. Choléra, diarrhée violente.
Estomac : faiblesse.

Pékin :

Hépatite.

Roustan :

Hépatite, hépatomégalie. Affections vésiculaires. Gonflement des flancs. Vomissements.

Duron-Borsarello :

Toutes les maladies du foie persistantes. Ictère. Diarrhée.
Maladies de l’estomac avec vomissements liquidiens. Ne peut avaler.

Nguyen van Nghi :

Hépatite. Dysphagie.

Dacheng :

Ballonnement abdominal. Vomissements. Diarrhée et vomissements. Ventre dur. Douleur épigastrique due au Froid. Anorexie. Gonflement des flancs. Selles sanglantes. Rectocolite hémorragique d'étiologie Froid. Diarrhée avec ballonnement abdominal. Dysphagie avec vomissements post-prandiaux.

Sun Simiao :

Dilatation de l’hypogastre. Dysphagie. Engorgement abdominal. Engorgement, bi et ballonnement abdominal. Engorgement de l’hypogastre. Éructations et renvois aigres. Gonflement des hypochondres. Maladie du porcelet galopant. Relâchement du sphincter anal. Syndrome cholériforme, dysenterie. Sclérotiques bleues et vomissements.

Uro-néphrologie

Dacheng :

Dispersion rénale.

Sun Simiao :

Dysurie.

Gynécologie

Chamfrault :

Troubles du cycle après avoir attrapé un coup de froid pendant les règles.

Soulié de Morant :

Retard de règles ou règles difficiles, règles douloureuses.
Ménopause : bouffées de chaleur, poitrine contractée, agitation.

Duron-Borsarello :

Règles interrompues avec fièvre.

Dacheng :

Troubles du cycle.

Obstétrique

Chamfrault :

Toutes les affections du post-partum. Point précieux à puncturer dans l'accouchement difficile. 

Soulié de Morant :

Toutes les affections du post-partum. Tout trouble par insuffisance d’énergie après l'accouchement.

Roustan :

Affections du post-partum.

Dacheng :

Pathologie de l’accouchement et du post-partum. Point spécifique dans le traitement des affections du post-partum.

Sun Simiao :

Maladies obstétriques.

Endocrinologie

Chamfrault :

Bouche sèche et grande soif avec douleur de la poitrine insupportable et faciès rubicond.

Soulié de Morant :

Diabète avec soif.

Appareil locomoteur

Duron-Borsarello :

Douleurs lombaires.

Dacheng :

Torticolis dû à un froid évolutif.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

LS 22 : « Démences » / Jiayi jing VII-3 : « Apparition d’un jue chaud par dépérissement du yin et apparition d’un jue froid par dépérissement du yang»
厥逆腹脹滿,腸鳴,胸滿不得息,取之下胸二脅,咳而動手者,與背輸,以手按之,立快者是也。
« Dans les reflux jue où le ventre est ballonné avec borborygmes, sensation de plénitude du thorax, difficulté pour respirer, on traite la région de chaque côté sous la poitrine, là où l’on sent des battements sous la main quand [le malade] tousse1 et les points du dos (背輸 beishu) là où le malade ressent un soulagement immédiat quand on appuie avec les doigts ».
1. Le Leijing précise qu’il s’agit des points Zhang men (13F) et Qi men (14F).
Traduction de Chamfrault : « Dans la folie due à l’accumulation de l’énergie perverse … S’il y a perturbation de l’énergie avec ventre gonflé, borborygmes au gros intestin, poitrine gonflée avec difficulté pour respirer, il faut puncturer le point Zhong fu (1P) et Yun men (2P) sur l’artère sous-clavière. Si l’on appuie du doigt sur ces deux points et sur le point Fei shu (13V), le malade sent que l’énergie remonte et, si l’on appuie plus fort, il se sent soulagé. C’est donc bien la preuve que c’est la perturbation de circulation de l’énergie qui menace de dégénérer en folie ».
Traduction de Ming Wong : « En cas de maladie par remontée contraire de l’énergie, on observe le ballonnement abdominal, les borborygmes et l’oppression. Il faut traiter les deux côtés du thorax (points 13F et 14F). En faisant tousser le malade, les points répondent à la pression de la main. On doit encore traiter les bei shu (assentiments du dos). La pression du doigt sur les points facilité l’impression rapide de relâchement ».
Traduction de NvN : « Dans le jueni (afflux contraire) se caractérisant par les signes tels que gonflement et plénitude abdominale, borborygmes et plénitude thoracique avec difficulté pour respirer, il faut puncturer les points sous-thoraciques aux deux hypochondres1, à l’endroit où la toux répond à la pression de la main, et les points shu dorsaux (beishu) à l’endroit où le patient ressent un soulagement à l’appui des doigts ».
1. D’après Zhang Shi, il s’agit de Zhong fu (1P) et Yun men (2P). D’après NvN, il s’agit de Zhang men (13F) et Qi men (14F).

- LS 71 : « Infestation par le pervers » / Jiayi jing X-3 : « Spasmes provoqués par les maladies qui atteignent les huit vides »
黃帝問於岐伯曰:人有八虛,各何以候?岐伯答曰:以候五臟。黃帝曰:候之奈何?岐伯曰:肺心有邪,其氣留於兩肘;肝有邪,其氣流於兩腋;脾有邪,其氣留於兩髀;腎有邪,其氣留於兩膕。凡此八虛者,皆機關之室,真氣之所過,血絡之所遊。邪氣惡血,固不得住留。住留則傷筋絡骨節;機關不得屈伸,故痀攣也。
« Huangdi demanda : Dans l’homme il y a huit vides1. Qu’observe t-on par chacun d’eux ?
Qibo répondit : On observe les cinq organes.
Huangdi demanda : Comment les observe t-on ?
Qibo répondit : Lorsque le poumon et le coeur sont atteints par le pervers, leur souffle stagne dans les deux coudes2. Lorsque le foie est atteint par le pervers, son souffle s’écoule3 dans les deux aisselles4. Lorsque la rate est atteinte par le pervers, son souffle stagne dans les deux hanches5. Lorsque le rein est atteint par le pervers, son souffle stagne dans les deux creux poplités6. Ces huit vides sont tous des chambres motrices (機關之室 jiguan zhi shi), le souffle véritable (真氣 zhenqi) y transite, les luo sanguins y font route. Le souffle pervers et le mauvais sang ne doivent pas s’y installer : s’ils s’y installent, ils blessent les tendons, les luo, les os et les articulations ; le moteur (機關jiguan) n’arrive pas à plier ni à étendre [les articulations], c’est pourquoi il y a des spasmes. »
1. Selon le Taisu, il s’agit du vide des coudes, des aisselles, des hanches et des creux poplités qui sont huit au total.
2. Les méridiens du poumon et du coeur sont des méridiens de la main. Le point Chi ze (5P) du méridien de poumon et le point Shao hai (3C) du méridien de coeur se situent tous les deux au coude ; c'est pourquoi le pervers qui profite du vide et s’accumule se trouve souvent au coude.
3. Le Jiayi jing a corrigé par « stagne ».
4. Les méridiens de foie et de vésicule biliaire circulent dans les côtes et les aisselles et sortent aux points Qi men (14F) et Yuan ye (22VB) ; c'est pourquoi le pervers qui s’y accumule stagne souvent aux aisselles.
5. Les hanches c’est entrecuisses, les méridiens des hanches montent des jambes et des cuisses et sortent au [point] Chong men (12Rt) ; c'est pourquoi, lorsque le pervers stagne aux hanches et à l’entrecuisse, la maladie se situe aux hanches.
6. C'est-à-dire dans le creux derrière le genou. Le méridien de rein circule en montant, sort au point Yin gu (10Rn) et aux autres points dans le creux du genou ; c'est pourquoi lorsque le souffle pervers stagne aux deux creux poplités, la maladie se situe dans les méridiens des reins.

Jiayi jing :

VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens » / SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs » / LS 23 : « Maladies fébriles »
Selon Lingshu, « ce que l’on appelle les 59 punctures [sont] : sur les côtés interne et externe des deux mains, il y en a trois de chaque [côté], soit [douze] points en tout [c’est à dire Shao shang (11P), Zhong chong (9MC), Shao chong (9C) du côté interne et Shao ze (1IG), Guan chong (1TR), Chang yang (1GI) du côté externe]. Aux intervalles des cinq doigts1, il y en a un à chaque [intervalle], soit huit points en tout [c’est à dire Hou xi (3IG), Zhong zhu (3TR), San jian (3GI), Shao fu (8C)] ; il en est de même aux pieds [c’est à dire Shu gu (65V), Zu lin qi (41VB), Xian gu (43E), Tai bai (3Rt)]. [Au-dessus du front], à 1 pouce à l’intérieur des cheveux, il y en a trois de chaque [côté], soit six [points] en tout [c’est à dire Wu shu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V)]. Plus loin, à trois pouces à l’intérieur des cheveux, il y en a cinq de [chaque] côté, soit dix [points] en tout [c’est à dire Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB), Nao kong (19VB)]. En avant et en arrière de l’oreille, au-dessous de la bouche, il y en a un à chaque endroit qui, avec celui du milieu de la nuque, en fait six en tout [c’est à dire Ting hui (2VB), Wan gu (12VB), Cheng jiang (24VC), Ya men (15VG)]. Il y en a un au vertex [c’est à dire Bai hui (20VG)], un au [point] Xin hui (22VG), un à chaque bord des cheveux [selon Leijing, il s’agit de deux points : l’un au bord des cheveux en avant, c’est à dire Shen ting (24VG) et l’autre en arrière, c’est à dire Feng fu (16VG)], un au point Lian quan (23VC), deux au point Feng chi (20VB) et deux aux [points] Tian zhu (10V) ».

« Le Suwen dit : " Les 59 [points] sont les suivants : cinq points sur [chacune des] cinq lignes de la tête2 pour disperser par le haut le reflux de la chaleur de tous les yang. [Les points] Da zhui (14VG), Ying shu (1P), Que pen (12E), Bei shu (12V)* servent tous les huit à disperser la chaleur du thorax. [Les points] Qi chong (30E), San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) servent tous les huit à disperser la chaleur de l’estomac. [Les points] Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)** servent tous les huit à disperser la chaleur des quatre membres. Les cinq [points] situés des deux côtés des points shu [du dos] des cinq organes [Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi shu (49V) et Zhi shi (52V)] servent tous les dix à disperser la chaleur des cinq organes. Ces 59 [points] sont à gauche et à droite [des points importants pour guérir les maladies] fébriles." »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points situés en arrière des articulations métacarpo-phalangiennes.
2. Le 
Leijing précise : « les cinq lignes de la tête indiquent les cinq trajets des méridiens, le dumai, les deux taiyang de pied et les deux shaoyang de pied. Les cinq points sont respectivement : Shang xing (23VG), Xin hui (22VG), Xian ding (21VG), Bai hui (20VG) et Hou ding (19VG) ; Wu chu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V), Luo que (8V) et Yu zhen (9V) ; Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB) et Nao kong (19VB) ; soit 25 points en tout. »
* 背輸 
Bei shu est un nom secondaire des points 11V, 12V et 15V. Il s’agit ici du 12V.
** 髓空 
Sui kong est un nom secondaire des points 11Rn et 2VG.

- VII-4 : « Maladies convulsives provoquées par l’attaque directe du vent et par les atteintes du froid et de l’humidité du taiyang »
腹大堅不得息,期門主之。
« Les maladies convulsives avec l’abdomen important et ferme [et] difficulté pour respirer relèvent du [point] Qi men (14F). »

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 兩季脅之間灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge […] On fait des moxas entre les deux côtes flottantes2 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, il s'agit du point Jing men (25VB). Pour NvN, il s'agit du point Qi men (14F).


- VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de fièvre et de frissons »
咳,脅下積聚,喘逆,臥不安席,時寒熱,期門主之。
« La toux avec des amas dans les hypochondres, dyspnée par reflux (喘逆 chuanni), impossibilité de rester couché, frissons et fièvre intermittents relèvent du [point] Qi men (14F). »

- VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun1 »
心下大堅,肓、期門及中脘主之。
« [L’amas] grand et dur sous le coeur relève des [points] Huang shu (16Rn), Qi men (14F) et Zhong wan (12VC). »
1. Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur fuliang, l’amas du foie feiqi, l’amas de la rate piqi, l’amas du poumon xiben et l’amas du rein bentun.

VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun1 »
奔豚上下,期門主之。
« [L’amas] bentun qui monte et descend relève du [point] Qi men (14F). »
1. Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur fuliang, l’amas du foie feiqi, l’amas de la rate piqi, l’amas du poumon xiben et l’amas du rein bentun.

- IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »
傷食脅下滿,不能轉展反側,目青而嘔,期門主之。
« La sensation de plénitude à l’hypochondre due à une blessure par la nourriture (傷食 shangshi) au point de ne pas pouvoir se retourner dans sons lit, le blanc des yeux bleu verdâtre et vomissements relève du [point] Qi men (14F). »

- IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
遺溺,鼠鼷痛,小便難而白,其門主之。
« La rétention urinaire, l’incontinence urinaire avec douleurs à l’aine et la difficulté à uriner avec urines blanchâtres relèvent du [point] Qi men (14F). »

- XI-4 : « Syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) avec vomissements et diarrhée provoqués par la perturbation du souffle dans les intestins et l’estomac »
霍亂泄注,期門主之。
« Les syndromes cholériformes avec diarrhée en flots relèvent du [point] Qi men (14F). »

- XII-2 : « Aphonie et perte [complète] de la voix provoquées par la localisation du souffle froid dans l’épiglotte (厭 yan) »
喑不能言,期門主之。
« L’aphonie avec perte [complète] de la voix relève du [point] Qi men (14F). »

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
婦人餘疾,食飲不下,胸脅 滿,眩目足寒,心切痛,善噫,聞酸臭,脹痺,腹滿,少腹尤大,期門主之。
« Chez la femme, les maladies puerpérales, la nourriture qui ne descend pas, [la sensation] de gonflement et de plénitude aux côtés du thorax, les étourdissements, le froid aux pieds, la difficulté pour uriner, les douleurs aigues à l’épigastre (心切痛 xin xie tong), les éructations fréquentes avec odeur fétide (聞酸臭 wen suanchou) et sûre, les courbatures, l’engourdissement (痺 bi) et la plénitude abdominale prédominant à l’hypogastre relèvent du [point] Qi men (14F). »


> OBSERVATIONS