Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

1VC

Hui yin



Noms secondaires

Xia ji


Xia ji shu


(d'après Qian jin yao fang)

Jin men


Hai di


Ping yi


Ping yi


(d'après Jiayi jing)

Gui cang


(d'après Qian jin yao fang)

Xia yin bie


(d'après Suwen)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Sur la ligne médiane postérieure, entre le scrotum, ou la vulve, et l’anus, aux environs du bord du sphincter anal.

Soulié de Morant :

Région périnéale, sur la ligne médiane, en avant de l’anus et du sphincter anal, entre les muscles bulbo-caverneux, dans un creux ; deux points distants latéralement d’un mm. Une branche passe des deux côtés de l’anus et joint le vaisseau conception au vaisseau gouverneur à Chang qiang (1VG).

Pékin/Shanghai/Duron-Borsarello :

Sur la ligne médiane, au périnée, entre le scrotum et l’anus chez l’homme et entre la commissure postérieure des grandes lèvres et l’anus chez la femme.

Nguyen van Nghi :

Entre le yin antérieur (scrotum ou vulve) et le yin postérieur (anus), au milieu du périnée.

Dacheng :

Entre les deux yin (orifice anal et urinaire) ; se trouve à l’endroit où commencent les vaisseaux conception et gouverneur ainsi que le chongmai.

Sun Simiao :

Entre les deux yin (le méat urinaire et l’anus).

Jiayi jing :

III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
會陰,一名屏翳,在大便前、小便後,兩陰之間
« Le [point] Hui yin (1VC), qui s’appelle aussi Ping yi, se situe entre les deux yin [c’est à dire] en avant de l’anus (大便 dabian) et en arrière des organes génitaux externes (小便 xiaobian). »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

Piqûre interdite sauf en cas de syncope cadavérique brutale ; dans ce cas, puncturer à 1 cun et tonifier. Dans le traitement des noyés, mettre le sujet la tête en bas et puncturer le point Hui yin. Si, au moment de la puncture, il y a émission d’urine, le noyé sera sauvé.

Pékin :

0,5 à 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1 à 1,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,5 à 1 cun.

Dacheng :

Selon Zhiwei, interdit de piquer.

Jiayi jing :

III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
刺入二寸,留三呼(氣府論注云留七呼),灸三壯
« On le puncture à deux pouces de profondeur et on laisse l’aiguille pendant trois expirations. On y fait trois cônes de moxa » [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : on laisse (l’aiguille) pendant sept expirations].


> FONCTIONS

Chamfrault/Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Réunion avec dumai et chongmai.

Chamfrault :

Régit le foie, la tête et toutes les affections des organes génitaux.

Soulié de Morant :

Agit sur tous les méridiens yin, renmai, dumai, région génitale et anale, peau.

Auteroche :

Régularise les menstruations. Renforce les reins.
Rafraîchit la chaleur. Évacue l’humidité.
Métamère S3 ou S4.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Fortifie les lombes ; est utile au rein.
Harmonise les fonctions des méridiens renmai et chongmai.
Purifie et élimine l’humidité/chaleur.

Lingshu :

LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) » / Jiayi jing III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
督脈之別,名曰長強。挾膂上項,散頭上,下當肩胛左右,別走太陽,入貫膂。實則脊強,虛則頭重,高搖之,挾脊之有過者。取之所別也。
« Le luo (別 bie) de renmai s’appelle Wei yi (15VC)1, il descend à l’appendice xiphoïde ( jiuwei)2 et se disperse à l’abdomen. En cas de plénitude, la peau de l’abdomen est douloureuse ; en cas de vide, [la peau de l'abdomen] démange. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien]. »
1. Ici le luo est appelé bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas luo mais bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Les interprétations de ce texte divergent. Le Jiayi jing III-19 répète : « jiuwei se nomme aussi weiyi … c’est le luo (別 bie) du renmai. » Le Taisu dit également : « wei ou jiuwei se nomme aussi weiyi, c’est l’os qui protège le coeur » (l’appendice xiphoïde s’appelle en chinois l’os de protection du coeur (蔽心骨 bixingu). Dongyi baojian de son côté considère que weiyi, c’est le [point] Hui yin (1VC). Le Leijing écrit aussi : « weiyi c’est une erreur. Le luo du renmai s’appelle pingyi, c’est à dire le [point] Hui yin (1VC) ; il se situe en avant de l’anus et en arrière des organes génitaux urinaires, entre les deux yin (les "deux yin" est une appellation globale qui désigne l’anus et les organes génitaux urinaires), à l’endroit où commencent les méridiens renmai, dumai et chongmai. » Cependant, en considérant le texte suivant : « descend l’appendice xiphoïde et se disperse à l’abdomen », la version du Taisu est la plus vraisemblable.

Jiayi jing :

III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
任脈別絡,俠督脈波脈之會。
« C’est un [point] luo (別絡 bieluo) du renmai et [un point de] rencontre avec le dumai et le chongmai. »

Jean Marc Kespi :

« L’homme et ses symboles en MTC », p 291
« Chongmai, vaisseau central, vertical, dont l’origine est au 1 VC situé, entre anus et organes génitaux, sur le noyau fibreux, central du périnée, symbolise l’Homme debout, accompli, érigé entre Ciel et Terre, entre dumai et renmai, vaisseaux gouverneur et conception, qu’il relie, intègre et accomplit, tendu vers la plénitude de l’être […] 1VC, origine du chongmai en tant que vaisseau central, répond à l’être qui s’érige entre Ciel et Terre. »

Catherine Despeux :

« Taiji quan », p 67 (Éd. Trédaniel)
« Grâce à la stimulation du souffle et à son déblocage par des mouvements de gymnastique accompagnés d’une respiration appropriée, le champ de cinabre en est empli et le souffle va s’écouler et emplir les deux canaux de contrôle (dumai) et de fonction (renmai). Il convient au début de le diriger par la pensée. Ce souffle appelé "souffle central" (zhongqi) dans le milieu des arts martiaux est conduit selon deux circulations en anneaux : la petite révolution et la grande révolution. Pour ce qui est de la grande révolution, le trajet suivi par le souffle n’est pas toujours défini avec précision et varie selon les sources d’information. Le plus courant est la circulation en circuit fermé dans le canal de contrôle et le canal de fonction. À l’aide de la pensée créatrice, l’on fait descendre le souffle du champ de cinabre au point Hui yin (1VC), situé entre l’anus et le sexe, et point de départ des deux canaux, on le fait remonter par le canal de contrôle jusqu’au sinciput (20VG), en lui faisant franchir les trois passes du dos (san guan) qui sont : les reins, le point Ling tai (10VG) au niveau de la 7ème dorsale, et le point Yu zhen (9V)1 au niveau de la nuque ; puis le souffle redescend au milieu du visage jusqu’au point Ren zhong (26VG) entre le nez et la bouche , terminaison du canal de contrôle ; il emprunte enfin le canal de fonction jusqu’au point Hui yin.
Cette circulation du canal de contrôle au canal de fonction est appelée circulation "du ciel antérieur au ciel postérieur". Elle peut être effectuée inversement du canal de fonction au canal de contrôle et est alors dite "du ciel postérieur au ciel antérieur". Ces canaux, nous dit Chen Pinsan, "sont dans le corps humain comme le cycle des douze périodes dans le macrocosme. Dans le corps, ces deux canaux circulent au milieu du dos et de la face antérieure du corps qui représentent le ciel et la terre. On peut les considérer séparément ou dans leur union. Considérés séparément, on s’aperçoit que le yin et le yang ne sont pas dissociés. Considérés dans leur union, c’est l’indifférenciation primordiale." »
1. Yu zhen est le nom principal du 9V et désigne probablement la région de Nao hu (17VG) et peut-être plus largement la nuque.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Toutes les affections à symptomatologie yin provoquant des douleurs à la partie antérieure ou postérieure du corps. Céphalée due au yin.
Sueurs nocturnes non salées.

Soulié de Morant :

Point de passage entre les deux lignes médianes. Si insuffisance : prurit des organes génitaux ou prurit généralisé. Si excès : douleur aiguë de l'abdomen ou douleurs dans tout le corps.
Céphalée avec douleur des organes génitaux.

Duron-Borsarello/Dacheng :

Céphalées.

Dermatologie

Chamfrault :

Sueurs nocturnes non salées.
Prurit anal.

Soulié de Morant :

Peau douloureuse, douleur aiguë (disperser). Ou prurit (tonifier). Peau de l’abdomen. Prurit anal. Prurit vulvaire intense (tonifier). Transpiration abondante de la région génitale.

Dacheng :

Transpiration des organes génitaux externes. Prurit anal.

Digestif

Chamfrault :

Constipation et anurie avec douleur au ventre ou aux reins.
Hémorroïdes chroniques avec lacis veineux au niveau des hémorroïdes. Hémorragie intestinale. Prurit anal. Fistule anale.

Soulié de Morant :

Prurit anal. Fistule anale. Constipation.

Pékin/Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi :

Hémorroïdes.

Dacheng :

Troubles des selles et des urines. Prurit anal. Hémorroïdes chroniques.

Sun Simiao :

Hémorroïdes communiquant avec les organes génitaux et risquant d’entraîner la mort. Tiraillements dans la région rectale et génitale avec douleurs empêchant la miction et la défécation.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Anurie et constipation avec douleur au ventre ou aux reins.

Soulié de Morant :

Vessie : urine arrêtée, rétention d'urine. Méat urinaire : chaleur ou douleur.

Pékin/Roustan :

Urétrite.

Duron-Borsarello :

Rétention d’urine.

Nguyen van Nghi :

Maladies des voies urinaires.

Dacheng :

Troubles des urines et des selles.

Sun Simiao :

Chaleur du méat urinaire. Dysurie. Tiraillements dans la région rectale et génitale avec douleurs empêchant la miction et la défécation.

Andrologie

Chamfrault :

Sensation de yin, de froid au scrotum. Verge douloureuse et froide.

Soulié de Morant :

Tout trouble des organes génitaux. Douleur de la région génitale s’étendant en avant et en arrière. Transpiration abondante de la région génitale. Céphalée avec douleur des organes génitaux.

Pékin :

Douleur du pénis.

Roustan :

Prostatite.

Duron-Borsarello :

Affections des organes génitaux.

Nguyen van Nghi :

Affections des organes génitaux. Pénitis.

Dacheng :

Transpiration des organes génitaux externes. Toutes les maladies des organes génitaux externes. Sensation de froid à la verge.

Sun Simiao :

Affections des organes génitaux. Froid de l’extrémité de la verge.

Gynécologie

Chamfrault :

Chez la jeune fille : absence de règles (symptôme de yin) et douleur du vagin avec enflure.

Soulié de Morant :

Tout trouble des organes génitaux. Douleur de la région génitale s’étendant en avant et en arrière. Transpiration abondante de la région génitale. Céphalée avec douleur des organes génitaux.
Prurit vulvaire intense (tonifier). Douleur aiguë de la vulve et du vagin (disperser). Douleur et inflammation du vagin (disperser). Froid des organes génitaux (insensibilité). Règles arrêtées ?

Pékin :

Vaginite. Irrégularités menstruelles. Prolapsus utérin.

Roustan :

Règles anormales.

Duron-Borsarello :

Affections des organes génitaux. Absence de règles ou règles insuffisantes ou règles irrégulières.

Nguyen van Nghi :

Affections des organes génitaux. Prolapsus utérin. Règles irrégulières.

Dacheng :

Transpiration des organes génitaux externes. Toutes les maladies de la région génitale externe. Aménorrhée. Douleur et enflure de la vulve.

Sun Simiao :

Affections des organes génitaux. Aménorrhée.

Autres

Soulié de Morant :

Noyés : lever la tête en bas et tonifier. « Si l’urine sort, revivra ». Mort subite (tonifier) ?

Roustan :

Réanimation des noyés.

Duron-Borsarello :

Syncope par noyade…

Dacheng :

Noyade…


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle » / SW 41 : « Acupuncture dans les lombalgies »
會陰之脈令人腰痛,痛上濈然汗出,汗乾令人欲飲,飲已欲走。刺直陽之脈上三痏,在蹻上下三所橫居,視其盛者出血(素問濈濈然作漯漯然,三所作五寸)。
« Le vaisseau 會陰 huiyin1 [peut] provoquer chez l’homme des lombalgies avec une transpiration continue à l’endroit douloureux
 (frissons et transpiration pour le Suwen). Quand la transpiration sèche, l’homme a soif et, après avoir bu, il désire marcher. On puncture le vaisseau zhiyang2 à trois reprises et on fait saigner les [vaisseaux] transversaux [congestionnés] qui se situent à trois pouces (cinq pouces pour le Suwen) au-dessus du (yangqiao (mai)3 et au-dessous du [point] xi4. »
1. Huiyin est le nom du point où se rencontrent dumairenmai et chongmai. Les interprétations du terme "vaisseau du huiyin" divergent : pour Wang Bing et le Suwen jingzhu, c’est le trajet principal du taiyang de pied qui descend des lombes jusqu’à l’anus. Par contre, le LeijingWu Kun et d’autres commentateurs insistent sur la rencontre du dumaiet du renmai. La présente édition chinoise cite le Suwen zhuzheng fawei qui dit : « … le vaisseau huiyin part des lombes pour rejoindre [le dumai et le renmai] à l’anus. Si ce vaisseau reçoit le pervers, il peut également provoquer chez l’homme des lombalgies ».
2. Les interprétations de ce terme divergent : Wang Bing, le Leijing et d’autres commentaires pensent qu’il s’agit du taiyang de pied. Pour d’autres, comme le Suwen jizhu, il s’agit du dumai. D’autres encore pensent que ce terme désigne le vaisseau huiyin.
3. Il s’agit du point Shen mai (62V).
4. Sous-entendu Xi zhong, autre nom du point Wei zhong (40V). La localisation de l’endroit à piquer diverge dans les commentaires du Suwen [qui dit "à cinq pouces"]. SelonWang Bing, il s’agit du point Cheng jin (56V). D’après le Suwen zhijie, il s’agit du point Cheng shan (57V). Le même ouvrage précise qu’il ne faut pas nécessairement puncturer ce point , mais la région qui lui correspond approximativement.

Traduction de Husson :
« Dans la lombalgie venant du périnée [vaisseau du point Hui yin (1VC)], la douleur remonte et la sueur s’écoule à flots. Quand la sueur sèche, le sujet a envie de boire. Quand il a bu, il a envie de marcher. On fait trois piqûres sur le yang direct (vessie), sur le qiao [shen mai (62V)] et à 5 cun au-dessous de la "fissure" [Cheng jin (56V)] en faisant saigner ce qui est congestif. »
Traduction de NvN :
« L’atteinte du huiyin mai peut provoquer une lombalgie avec sudation, soif après la sudation et envie de trotter après avoir bu. Il faut d’abord piquer trois fois le Zhu yang mai puis le point situé au-dessus de Shen mai (62V) et à 5 cun au-dessous de Wei zhong (40V) [c’est à dire le point Cheng jin (56V)], et faire saigner les luo en plénitude ». Puis il s’explique :
. « Huiyin mai : Hui yin (1VC) est le nom du point d’émergence d’un vaisseau du rein situé entre le yin antérieur (vulve ou scrotum) et leyin postérieur (anus) huiyin mai désigne le méridien curieux renmaiZhang zhitong dit : "Le point de départ du renmai et du dumai porte le nom de Hui yin (1VC) parce qu’il provient d’un vaisseau venant du rein.. Le huiyin mai n’est autre que le renmai. " »
. « Zhu yang mai zhu signifie droit, vertical, direct. Zhu yang mai désigne donc le méridien curieux dumai. Il s’appuie sur Zhang zhitongqui explique : "Zhu yang mai le dumai. Il commande tous les méridiens yang du corps. Il monte tout droit le long du rachis vertébral. C’est pourquoi le dumai porte aussi le nom de Zhu yang mai (vaisseau vertical yang) ". »

- IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien (脈 mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
少便難竅中熱,實則腹皮痛,虛則癢瘙,會陰主之。
« La difficulté à uriner et chaleur dans l’orifice2 [qui s’accompagne] de douleurs à la peau du ventre, de plénitude et de prurit en cas de vide relève du [point] Hui yin (1VC) ».
1. Chez l’homme, hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule ; chez la femme, gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.
2. Ici, « dans l’orifice » indique l’urètre.


- X-1 (2) : « Les 痺 bi provoqués par le yin atteint par la maladie »
痺,會陰及太淵、消濼、照海主之。
« Les bi relèvent des [points] Hui yin (1VC) et Tai yuan (9P), l’amaigrissement excessif du [point] Zhao hai (6Rn). »

- IX-12 : « Hémorroïdes et prolapsus du rectum provoqués dans la partie inférieure du corps par l’atteinte du méridien (脈 mai) taiyang de pied »
痔,會陰主之。凡痔與陰相通者死,陰中諸病,前後相引痛,不得大小便,皆主之。
« Les hémorroïdes relèvent du [point] Hui yin (1VC). En général, lorsque les hémorroïdes communiquent avec les organes génitaux externes (陰 yin), c’est la mort. Les affections des organes génitaux externes et de l’anus où les douleurs irradient de l’un à l’autre et où [le patient] ne peut ni aller à la selle, ni uriner, relèvent toutes de ce [point]. »

- XI-7 : « Métrorragies profuses, sang stagnant, vomissements de sang et crachements de sang provoqués par un comportement immodéré qui blesse l’intérieur et l’extérieur »
男子陰端寒,上衝心中,會陰主之。
« Froid au gland du pénis, [le souffle qui] assaille le haut et la sensation de malaise au coeur1 relèvent du [point] Hui yin (1VC). »
1. La présente édition chinoise traduit les deux dernières phrases : « … le souffle assaille le haut [jusqu’au] coeur et sensation de torsion [du pénis et du coeur] comme [s’ils se faisaient écho] mutuellement ».

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
女子血不通,會陰主之。
« L’aménorrhée relève du [point] Hui yin (1VC). »


> OBSERVATIONS