Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

14VC

Ju que



Noms secondaires

Ju guan


Xin mu


Shen mu



> LOCALISATION

Chamfrault/Pékin/Shanghai/Nguyen van Nghi :

Sur la ligne médiane antérieure, à 6 cun au-dessus de l’ombilic. 1 cun au-dessous de 15VC précise Shanghai.

Soulié de Morant :

Épigastre, ligne médiane, 2 TDD serrés sous l’extrémité inférieure du sternum (6 TDD au-dessus de l’ombilic), juste sous la point inférieure de l’appendice xiphoïde (s’il y en a un), dans un creux de la gouttière entre les deux grands droits, au niveau de l’union de la 8ème sur la 7ème côte ; deux points séparés par un petit relief de la ligne blanche, 1 large TDD au-dessus de Shang wan (13VC), 2 TDD serrés sous Jiu wei (15VC), de chaque côté à l’union de la 8ème sur la 7ème, Liang men (21E), 1,5 TDD en dedans et sous Tong gu (20Rn), 1,5 au-dessus de Yin du (19Rn).

Duron-Borsarello :

2 cun au-dessus de Zhong wan (12VC).

Dacheng/Sun Simiao :

1 cun au-dessous de Jiu wei (15VC).

Jiayi jing :

III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
巨闕,心募也,在鳩尾下一寸
« Le [point] Ju que (14VC) est le [point] 募 mu du coeur. Il se situe à un pouce au-dessous du [point] Jiu wei (15VC). »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

Non cité.

Pékin/Nguyen van Nghi :

Oblique vers le bas, 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1,5 à 2 cun. Il ne faut pas piquer trop profondément ni vers le haut.

Duron-Borsarello :

Ne pas piquer profondément.

Dacheng :

0,6 cun selon Tongren pendant 7 respirations ; disperser dès que l’on obtient l’énergie.

Jiayi jing :

III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
刺入六分,(氣府論注云刺入一寸二分,)留七呼,灸五壯。
« On le puncture à 0,6 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait cinq cônes de moxa » [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : on le puncture à 1,2 pouce de profondeur].


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Héraut de coeur (troubles par sentiments avec froid ou dépression).
Agit sur renmai, estomac, gros intestin, membre supérieur (GI), membre inférieur (E), poumon.

Duron-Borsarello :

Arrête les vomissements et règle les évacuations. Clarifie les crachats humides.
Fait diffuser les boissons et réchauffe le centre.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Élargit (détend) le thorax. Régularise l’estomac.
Calme la toux. Abaisse le reflux. Régularise le qi. Transforme les glaires.

Jiayi jing :

III-19 : « Les quinze points de l’abdomen qui descendent le renmai du [point] Jiu wei (15VC) jusqu’au [point] Hui yin (1VC) »
巨闕,心募也 [] 任脈氣所發,刺入六分。
« Le [point] Ju que (14VC) est le [point] 募 mu du coeur […] Le souffle du méridien renmai s’y déploie. »

Jean Marc Kespi :

« L’homme et ses symboles en MTC »
Ce point est la « porte du shen », la porte du centre solaire de l’homme, du centre/source de vie. On comprend alors ses symptômes : "folie calme ou folie agitée, peur", "convulsions, syncope cadavérique", "sans force", "Neuf sortes de douleur au coeur" (pour nous signifier le centre), "obsessions, idées fausses, spectres chats (?) peur", "accès de surexcitation par émotion". Il est donc à puncturer, avec le 23 ZYgM/E, chez tous les êtres qui n’ont plus d’impulsion vitale, comme s’ils étaient coupés de leur source, du shen principe de vie.

« L’homme et ses symboles en MTC », p 170
« Sont reliés à xin, Coeur, Soleil, Lumière et Feu, les points 14VC, 15VC et 16VC. Situés au plexus « solaire », ils régissent le Coeur/Feu et ses mouvements. Le 14VC, médian, à deux distances sous le sternum, est le logis du Feu du Coeur […] Le 15VC, une distance au-dessus du précédent, exprime, extériorise, le Feu du Coeur […] Le 16VC réintègre le Feu du Coeur ».

B. Lacourte :

Revue Française d'Acupuncture n° 40
Point d’ouverture des orifices du shen avec les 1Rn, 1VG, 24VG et 26VG.

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 80 – 1994
Le sujet porteur d’un trouble de la fonction juque n’a pas la finesse du jueyin (voir 1MC qui en est le diagnostic différentiel). J’ai constaté à plusieurs reprises sa silhouette empâtée, ses traits plus arrondis, ses troubles digestifs, sa bonhomie un peu bavarde, son diabète qui le fait boire ; c’est un sympathique « gros nounours » qui, tout en manifestant un désaccord plus bruyant qu’efficace, se conforme en fin de compte à l’attitude du plus grand nombre. Ju que me fait penser au « beauf » primaire méchamment caricaturé par Cabu.

Revue Française d'Acupuncture n° 81 – 1994
L’image monumentale (闕 que) est établie dans quatre points et est déterminée par :

- quelque chose d’énorme qui en impose dans Ju que (14VC) : c’est la faculté d’en imposer (un peu comme l’empereur) par sa seule présence ;
- un caractère principiel et spirituel dans Shen que (8VC) : c’est la puissance vitale de l’esprit régulant les forces du chaos par une maîtrise intérieure, par une victoire sur soi-même ;
- une notion de pierre qui évoque une assise territoriale dans Shi que, nom secondaire de Shi guan (18Rn) : on est ainsi averti solennellement qu’il y a une limite en deçà de laquelle les choses restent en place comme pétrifiées et qu’il faut aller au-delà afin d’assumer son périple.
- Une injonction de la règle céleste (輸 shu) dans Que shu, nom secondaire de Jue yin shu (14V) : il y a injonction céleste à diffuser une image solennellement monumentale qui annonce l’importance de ce lieu. C’est la fonction du cortège officiel qui annonce avec faste le passage du prince, une sorte d’animation par le qi (dynamisme shu) de la solennité de l’instant.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Troubles de l’énergie des cinq organes. Coup de froid. Douleurs dues au yin.
Manque d’énergie. Peste. Hernie.

Soulié de Morant :

Sans force ; souffre du froid ; ne mange pas ; prêt à s’évanouir avec transpiration ou moiteur froide.
Douleurs par froid. Douleurs serrantes. Hernie sortant à la toux.

Duron-Borsarello :

L’énergie ne circule pas dans les organes.

Nguyen van Nghi :

Hernie inguino-scrotale.

Dacheng :

Bouffées de chaleur. Syndrome de remontée d'énergie vers le haut.
Empiétement mutuel de l’énergie des cinq organes provoquant douleur au cardia et lipothymie.

Sun Simiao :

Dilatation des cinq viscères. Mains pâles.
Syndrome herniaire du renard (la hernie est aussi inconstante que le renard qui apparaît pour se dissimuler aussitôt).

Psychisme

Chamfrault :

Folie. Peur.

Soulié de Morant :

Obsessions ; idées fausses sans arrêt ; « spectres chats » (oppression) peur ; appréhension.
Accès de surexcitation par émotion. Larmes. Hystérie ?

Pékin :

Anxiété.

Roustan :

Maladies mentales.

Nguyen van Nghi :

Frayeur. Affolement.

Dacheng :

Folie agitée. Nervosité.

Sun Simiao :

Démence. Esprit agité. Fabulation. Frayeurs. Colère et injures.

Jean Marc Eyssalet :

Actes du congrès de la FAFORMEC – Rouen 2010, p 26
Perte de mémoire des vieillards

Neurologie

Chamfrault :

Syncope avec les quatre membres glacés comme un cadavre. Syncope cadavérique.

Soulié de Morant :

Épilepsie avec cris, chute, perte de connaissance.
Convulsions infantiles violentes. Convulsions pendant apparition des dents, forte fièvre.

Roustan :

Épilepsie.

Dacheng :

Perte de connaissance.

Sun Simiao :

Convulsions irradiant dans l’abdomen et à l’ombilic.

Stomatologie

Chamfrault :

Le malade bave.

Soulié de Morant :

Salive. Salive filante.

Pneumologie

Chamfrault :

Excès de glaires. Toux avec quintes. Gêne au diaphragme. Plénitude de la poitrine avec sensation de malaise et de chaleur.

Soulié de Morant :

Toux, quintes de toux, énergie en haut. Toux avec perte d'urine. Toux avec vomissements. Glaires respiratoires. Bronchite. Abcès des poumons, crache du sang.
Douleur de la poitrine et du dos, respiration courte ; plénitude de la poitrine.

Roustan :

Suffocation intermittente.

Duron-Borsarello :

Toux persistante. Toux.

Dacheng :

Dyspnée. Quintes de toux. Oppression de la poitrine. Douleur du dos et de la poitrine. Stagnation liquidienne au niveau du diaphragme avec douleur et malaise thoracique.

Sun Simiao :

Engorgement thoracique et abdominal. Respiration courte. Sensation d’écoulement d’eau dans le thorax. Toux. Toux avec hémoptysie.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Neuf sortes de douleur au coeur et au dos avec sensation de froid.

Soulié de Morant :

Héraut de coeur (troubles par sentiments avec froid ou dépression). Toute douleur au coeur, surtout par faiblesse, insuffisance. Agitation, malaise au coeur.
Troubles du coeur chez la femme enceinte. Douleur au coeur, à la poitrine et au dos avec respiration courte (angine de poitrine).
Troubles du coeur avec douleur aux côtés et à l'abdomen.

Pékin/Nguyen van Nghi :

Palpitations.

Roustan :

Angine de poitrine. Palpitations.

Duron-Borsarello :

Douleurs au coeur avec palpitations.

Dacheng :

Toutes sortes de douleurs précordiales. Palpitations.

Sun Simiao :

Cardialgie. Frayeurs. Palpitations. Insuffisance de souffle.

Digestif

Chamfrault :

Cancer de l’estomac. Choléra avec ballonnement abdominal. Spasmes de l’estomac et du ventre. Ictère. Tuberculose intestinale avec noyaux indurés dans l’abdomen. Vomissements incessants ou dysenterie incessante. Perte de l’appétit. Douleur du bas-ventre due à des parasites intestinaux.

Soulié de Morant :

Accès de vomissements sans avoir mangé. Vomissements faciles. Vomissements en toussant ou par surexcitation. Vomissements de glaires, de salive ou d'eau. Vomissements avec douleur aiguë au coeur. Crampes ou dilatation de l'estomac ; salive filante ou eau.
Spasmes du diaphragme. Hoquets. Vers parasites : intoxication, empoisonnement, causant colères ou douleurs diverses ou convulsions chez l’enfant.
Ballonnement abdominal ou ballonnement abdominal douloureux. Choléra : vomissements et diarrhée ; ou d’abord douleur au coeur ; ou d’abord vomissements. Péritonite. Jaunisse. Rate/Pancréas distendus. Gonflement du bas-ventre, soupirs, chaleur, agitation.

Pékin :

Gastralgie. Vomissements.

Roustan :

Gastralgie. Vomissements. Pyrosis. Spasmes du diaphragme. Ascaridiose des voies biliaires. Hépatite chronique. Ictère.

Duron-Borsarello :

Contraction de l’estomac et du diaphragme. Manque d’appétit. Douleurs au ventre.

Nguyen van Nghi :

Gastralgies. Nausées et vomissements.

Dacheng :

Toutes sortes de douleurs épigastriques. Ascaris. Taenia.
Vomissements. Diarrhée et vomissements. Ballonnement abdominal avec coliques sévères. Choléra avec ballonnement, douleur abdominale et vomissements glaireux.
Ictère d’étiologie
yin ou alimentaire.

Sun Simiao :

Engorgement abdominal avec douleurs soudaines et sueurs. Engorgement thoracique et abdominal.
Nausées. Nausées et vomissements. Syndrome cholériforme. Affections du diaphragme. Vomissements alimentaires.

Obstétrique

Chamfrault :

Syncope de la grossesse par énergie qui assaille le coeur due au foetus qui remonte trop : puncturer Ju que (14VC) et le réveil est immédiat ; tonifier ensuite He gu (4GI) et disperser San yin jiao (6Rt), le foetus redescend immédiatement. Les vieux auteurs prétendent qu’ensuite, à la naissance, l’enfant naît avec la main placée sur le coeur et que l’on peut remarquer comme une trace de puncture, soit sur la main, soit sur la lèvre supérieure, soit au niveau de l’occipital en fonction des différentes présentations.

Soulié de Morant :

Troubles du coeur chez la femme enceinte.

Dacheng :

Lipothymie de la grossesse par compression due à une ascension du foetus vers la région épigastrique.

Endocrinologie

Soulié de Morant :

Diabète.

Appareil locomoteur

Soulié de Morant :

Ne peut lever le bras ni la main.

Autres

Soulié de Morant :

Jiujitsu : point de knock-out (et mort ?). Kuatsu : point revivifiant.

Pédiatrie

Soulié de Morant :

Convulsions infantiles violentes. Convulsions pendant apparition des dents, forte fièvre.
Vers parasites : intoxication, empoisonnement, causant colères ou douleurs diverses ou convulsions chez l’enfant.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

LS 63 : « Les cinq saveurs » / Jiayi jing VI-9 : « Importante discussion sur les cinq saveurs qui conviennent aux cinq organes et aux maladies qui les affectent »
黃帝曰:辛走氣,多食之,令人洞心,何也?少俞曰:辛入於胃,其氣走於上焦,上焦者,受氣而營諸陽者也,薑韭之氣熏之,營衛之氣,不時受之,久留心下,故洞心。辛與氣俱行,故辛入而與汗俱 出。
« Huangdi demanda : L’âcre va au souffle ; si l’on en consomme beaucoup, on souffre de « caverne dans le coeur ». Pourquoi ?
Shaoyu répondit : L’âcre entre dans l’estomac et son souffle va au réchauffeur supérieur. Le réchauffeur supérieur reçoit [tous] les souffles et nourrit tout le yang1. [Par exemple], les souffles du gingembre et de l’échalote2 imprègnent de leur odeur les [souffles] nourricier et défensif et si ceux-ci les subissent fréquemment, [ces souffles] restent longtemps dans l’épigastre (心下 xinxia) ; c'est pourquoi [on souffre de] « caverne3 dans le coeur » (洞心 dongxin)4. L’âcre circule avec le souffle ; c'est pourquoi, après être entré dans l’estomac, il sort avec la transpiration5. »
1. Le Leijing dit : « Nourrit tout le yang signifie : nourrit la zone yang (yangfen) ».
2. Il s’agit d’une sorte d’échalote (Allium tuberosum rottler) employée couramment en Chine en tant que légume.
3. Une autre version du texte correspondant du Jiayi jing écrit « brûle ».
4. Le Leijing dit : « "Caverne dans le coeur" signifie que le coeur est transpercé comme s’il était vide. Si l’âcre est excessif, il ouvre les orifices et disperse [les souffles] ; c'est pourquoi il provoque une "caverne dans le coeur". Il s’agit donc d’une sensation de vide au coeur, mais il faut noter que le mot coeur (心 xin) est souvent employé dans le sens d’épigastre où d’ailleurs se situe le point mu du coeur (Ju que, 14VC). » C’est probablement le cas ici.
5. Le Beiji qianjin yaofang dit : « L’âcre entre dans l’estomac, va au souffle et sort avec le souffle : c'est pourquoi le souffle est abondant (盛 sheng) ».

Jiayi jing :

VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
熱病胸中澹澹,腹滿暴痛,恍惚不知人,手清少腹滿(千金作心腹)瘈瘲心痛,氣滿不得息,巨闕主之。
« Les maladies fébriles avec palpitations et inquiétude qui siège dans la poitrine, sensation de plénitude et douleurs soudaines dans l’abdomen, état confusionnel avec perte de connaissance, mains froides, sensation de plénitude au bas-ventre [le Qianjin écrit : 
sensation de plénitude au coeur et au ventre], convulsions, douleurs épigastriques (心痛 xintong) et plénitude du souffle qui empêche de respirer relèvent du [point] Ju que (14VC). »

VII-2 : « Fièvre (熱 re), folie furieuse (狂 kuang) et fugues causées par les maladies du méridien yangming de pied »
狂,妄言,怒火惡火,善罵詈,巨闕主之。
« Folie furieuse, paroles insensées, colères, crainte du feu, injures constantes relèvent du [point] Ju que (14VC). »

VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun1 »
息賁時唾血,巨闕主之。
« La maladie 息賁 xiben où l’on crache souvent du sang relève du [point] Ju que (14VC) ».
1. Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur fuliang, l’amas du foie feiqi, l’amas de la rate piqi, l’amas du poumon xiben et l’amas du rein bentun.

IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »
胸脅榰滿,瘈瘲 引臍腹痛,短氣煩滿,巨闕主之。
« La sensation de gonflement et de plénitude de la poitrine et des côtés du thorax avec convulsions, irradiations douloureuses au nombril et à l’hypogastre, le souffle court avec anxiété et oppression relève du [point] Ju que (14VC). »

IX-11 : « Hernie 隤 tui1, incontinence ou rétention urinaire provoquées par l’atteinte du méridien ( 脈 maijueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »

狐疝驚悸少氣,巨闕主之。
« La hernie de renard (狐疝 hushan), les palpitations dues à l’effroi et le manque de souffle relèvent du [point] Ju que (14VC). »
1. Tuishan ou hernie tui désigne, chez l’homme, les hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule et, chez la femme, un gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.

XI-4 : « Syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) avec vomissements et diarrhée provoqués par la perturbation du souffle dans les intestins et l’estomac »
霍亂,巨闕、關衝、支溝、公孫(千金又取陰陵泉)解溪主之。
« Les syndromes cholériformes relèvent des [points] Ju que (14VC), Guan chong (1TR), Zhi gou (6TR), Gong sun (4Rt) et Jie xi (41E) ». [D’après Qianjin on prend aussi le Yin ling quan (9Rt)].


> OBSERVATIONS