Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

18VC

Yu tang



Noms secondaires

Yu ying



> LOCALISATION

Chamfrault :

1,6 cun au-dessus de Shan zhong (17VC) donc à 3,2 cun du sommet du sternum, dans un creux.

Soulié de Morant :

Poitrine, ligne médiane, 3 TDD au-dessus de l’extrémité inférieure du sternum, au rebord inférieur du relief reliant les deux 3èmes côtes, dans un creux d’une gouttière verticale ; deux points chacun au bord de la gouttière, 1 TDD au-dessus de Tan zhong (17VC), 1 TDD sous Zi gong (19VC) ; de chaque côté à l’angle de la 3ème côte et du sternum, Ling xu (24Rn).

Pékin/Shanghai :

Sur la ligne médiane antérieure, 1,6 cun au-dessus de Shan zhong (17VC), au niveau du 3ème espace intercostal.

Duron-Borsarello :

Juste au milieu du sternum en position couchée sur le dos.

Nguyen van Nghi :

Sur la ligne médio-sternale, au milieu du corps du sternum.

Dacheng :

1,5 cun au-dessous de Zi gong (19VC), dans une dépression.

Sun Simiao :

1,6 cun au-dessous de Zi gong (19VC), dans une dépression.

Jiayi jing :

III-14 : « Les sept points de la poitrine en descendant le renmai à partir du [point] Tian tu (22VC) jusqu’au [point] Zhong ting (16VC) »
玉堂,一名玉英,在紫宮下一寸六分陷者中 [] 仰頭取之
« Le [point] Yu tang (18VC), qui s’appelle aussi Yu ying, se situe dans un creux à 1,6 pouce au-dessous du [point] Zi gong (19VC) […] On le localise en faisant lever la tête. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,3 cun selon Tongren.

Pékin/Nguyen van Nghi :

Oblique, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

Oblique, 0,5 à 1 cun.

Jiayi jing :

III-14 : « Les sept points de la poitrine en descendant le renmai à partir du [point] Tian tu (22VC) jusqu’au [point] Zhong ting (16VC) »
刺入三分,灸五壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on y fait cinq cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur renmai, rate, pancréas, foie, coeur, poumon, rein, pouce et index palmaires.

Nguyen van Nghi :

Point de concentration (noeud) de l’énergie du Foie.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Élargit le thorax. Harmonise le qi. Arrête la toux. Élimine les glaires.

Lingshu :

LS 5 : « Racines et noeuds » / Jiayi jing II-5 : « Le noeud et la racine des méridiens »
厥陰根於大敦,結於玉英,結於膻中。
« Le jueyin s’enracine à Da dun (1F) et se noue à Yu ying (18VC)1, et se lie (絡 luo) à Tan zhong (17VC)2. »
1. Autre nom du point Yu tang (18VC).
2. Le Taisu dit : « Le jueyin sort d’abord à Da dun (1F) où il s’enracine, il circule jusqu’à l’endroit où est son tronc d’enracinement situé à cinq distances au-dessus de Xing jian (2F). Il circule jusqu’à Yu ying (18VC) et Tan zhong (17VC) où il se noue, arrive à Gan shu (18V) qui est sa cime, et c’est là qu’est la différence ».

LS 35 : « Discussion sur les ballonnements abdominaux » / Jiayi jing VIII-3 : « Les gonflements des cinq organes et des six entrailles »
黃帝曰:臟腑之在胸脅腹裏之內也,若匣匱之藏禁器也,名有次舍,異名而同處,一域之中,其氣各異,願聞其故。黃帝曰:未解其意,再問。岐伯曰:夫胸腹,臟腑之郭也。膻中者,心主之宮城也;胃者,太倉也;咽 喉、小腸者,傳送也;胃之五竅者,閭里門戶也;廉泉、玉英者,津液之道也。故五臟六腑者,各有畔界,其病各有形狀。
« [Huangdi] demanda : Les organes et les entrailles qui se situent à l’intérieur du thorax et de l’abdomen sont comme des ustensiles secrets cachés dans un coffre : chacun a une localisation fixe, leurs noms sont différents, mais ils demeurent ensemble [et bien qu’] ils soient dans un même territoire, le souffle de chacun diverge. J’aimerais en connaître la raison.
[Qibo] répondit : Le thorax et l’abdomen sont l’enceinte des organes et des entrailles. Le milieu de la poitrine (膻中 tanzhong), c’est le palais central du ministre du coeur (心輸 xinshu) ; l’estomac, c’est le grand grenier ; la gorge (咽喉 yanhou) et l’intestin grêle sont les voies de transmission (chuandao) ; les cinq orifices de l’estomac (胃之五竅 wei zhi wu qiao)1, ce sont les portes (門戶 menhu) du village ; les [points] Lian quan (23VC) et Yu ying (18VC) sont les chemins des liquides organiques (津液 jinye). Ainsi, chacun des cinq organes et des six entrailles a un territoire délimité et leurs maladies ont chacune des formes [particulières]. »
1. Le Leijing précise que l’estomac n’a pas cinq ouvertures, mais qu’il s’agit de cinq points de passage du tractus digestif, à savoir : le pharynx (咽門 yanmen), le cardia (賁門benmen), le pylore (幽門 youmen), la valvule iléocaecale (闌門 lanmen) et l’anus (魄門 pomen ) qui dépendent tous de l’estomac.

Jiayi jing :

III-14 : « Les sept points de la poitrine en descendant le renmai à partir du [point] Tian tu (22VC) jusqu’au [point] Zhong ting (16VC) »
任脈氣所發
« Le souffle du renmai s’y déploie. »

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Ce point est noeud du jueyin et situé à la poitrine. Il ne contrôle pas le niveau jueyin ; il régit la poitrine en tant que zone jueyin du tronc, qualitativement, quantitativement et temporellement. Il est donc indiqué de le puncturer, isolément ou avec le 14 ZJYi/F, pour dégager les plénitudes thoraciques avec : "douleur à la poitrine", "plénitude de la poitrine empêchant de respirer normalement", "palpitations à l’effort ou la nuit". Mais cette action doit s’intégrer dans une fonction plus large car elle ne permet pas d’expliquer le "syndrome des huit organes" et "l’aversion pour les petits enfants, surtout les fillettes".

« L’homme et ses symboles en MTC », p 172
« Sont reliés à xin, Coeur, Soleil, Lumière et Feu, les points 14VC, 15VC et 16VC. Situés au plexus « solaire », ils régissent le Coeur/Feu et ses mouvements. Le 14VC, médian, à deux distances sous le sternum, est le logis du Feu du Coeur […] Le 15VC, une distance au-dessous du précédent, exprime, extériorise, le Feu du Coeur […] Le 16VC réintègre le Feu du Coeur.
Mettons ces trois points en relation avec les trois temples du Temple du Ciel : le 17VC avec le Temple des Prières pour de bonnes récoltes (Terre) ; le 18VC avec la Voûte céleste impériale, temple des ancêtres (Homme) ; le 19VC avec l’Autel du tertre circulaire (Ciel). Le 17VC, terrestre, est en relation avec la fructification de l’été et "les bonnes récoltes" […] Le 18VC, de l’ordre de l’Homme et de la Voûte céleste impériale, "Palais du jade", répond à la lignée des ascendants et des descendants […] Le 19VC, céleste comme l’autel du tertre circulaire, "Palais pourpre", est le lieu où, comme le dit François Cheng, "seuls dans notre tête à tête avec le Ciel, nous nous réconcilions avec nous-mêmes et avec le tout". Je le puncture rarement et avec déférence chez des êtres ayant déjà parcouru un long chemin somatique, psychologique et spirituel et chez qui un pouls du coeur et l’intuition m’invitent à l’interpeller ».

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 81 – 1994
Yu tang (18VC) : la salle de réunion de jade, la réunion dans la transcendance.
La salle de réunion (堂 tang) est ici déterminée par les notions de perfection et de transcendance symbolisées par le jade (玉 yu), pierre précieuse dont la « douceur » se contemple, dont la « chaleur » est perçue au toucher et dont la « sonorité » précieuse donne un écho à l’harmonie entre le ciel et la terre : tout cela « incline à la vertu » qui transcende tout. C’est en fait un lieu de prière qui semble être ainsi évoqué. Yutang me paraît en effet correspondre, en terre de chrétienté, au lieu de prière des religieux contemplatifs : le chœur de l’église abbatiale, endroit de « douceur » rayonnant de la lumière de l’Orient, aménagé dans la « chaleur », toute relative, du bois richement sculpté des stalles. Le silence alternant avec le chant des psaumes est la subtile « sonorité » imprégnant cet endroit. De même les prières du canon de la messe qui suivent l’offrande et qui sont dites à vois basse obéissent au même tempo.
L’expédient pathologique à la difficulté toute « intérieure » de « se réunir en cette contemplation chaleureuse et silencieuse » va être une tentative d’élaborer « extérieurement » cette sérénité extérieure manquante. Ces patients se présentent en effet avec une simplicité candide, un peu comme des anges égarés sur terre. Leur constitution délicate, leur physionomie presque angélique, leur parole douce et leur fragilité silencieuse tentent de pallier des troubles intenses et profonds. Un certain écrasement commence en effet au réveil et persiste tout le jour. Une nervosité est source d’agitation. L’aversion pour les enfants, surtout les fillettes, ne montre-t-elle pas leur difficulté à s’abstraire du bruit et notamment de celui encore plus spontané des enfants ou des fillettes qui babillent sans arrêt ?


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Soulié de Morant :

Syndrome des huit organes (rate/pancréas, foie, estomac, poumons, coeur, gros intestin, reins).
Écrasé au réveil ou tout le jour. Aggrave tous les troubles des huit organes.

Psychisme

Soulié de Morant :

Aversion pour les petits enfants, surtout les fillettes.

Dacheng :

Nervosité.

Sun Simiao :

Esprit agité.

Pneumologie

Chamfrault :

Douleur à la poitrine. Quintes de toux avec sensation de l’énergie qui remonte à la partie supérieure du corps. Plénitude de la poitrine empêchant de respirer normalement. Dyspnée.

Soulié de Morant :

Souffle court.

Pékin :

Bronchite. Asthme. Pleurésie.

Roustan :

Bronchite. Suffocation intermittente. Emphysème pulmonaire.
Névralgie intercostale.

Duron-Borsarello :

Ne peut pas respirer. Douleur intercostale. Névralgie intercostale.

Nguyen van Nghi :

Trachéite. Asthme. Emphysème. Pleurite.

Dacheng :

Douleur de la poitrine. Quintes de toux. Dyspnée. Oppression de la poitrine. Suffocation intermittente. Expectoration abondante due au Froid et au Vent. Affections intrathoraciques.

Sun Simiao :

Toux. Inversion et remontée du souffle.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Malaise au coeur.

Soulié de Morant :

Palpitations à l’effort ou la nuit. Hypotension ou hypertension.

Duron-Borsarello :

Troubles du coeur.

Dacheng :

Douleur de la poitrine. Malaise cardiaque avec toux rebelle à cause de l’afflux énergétique entraînant une plénitude thoracique.

Digestif

Chamfrault/Pékin/Duron-Borsarello/Roustan :

Vomissements.

Soulié de Morant :

Foie et Rate distendus écrasant entre eux l’Estomac, en haut Poumons et Coeur et en bas Gros Intestin et Reins.
Gonflement de l'estomac après le repas et somnolence ; défécation lente et crises de diarrhée.

Nguyen van Nghi :

Nausées et vomissements.

Dacheng :

Embarras gastrique avec nausées et vomissements.

Appareil locomoteur

Soulié de Morant :

Pouce et index palmaires.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »
胸中滿,不得息,脅痛骨疼,喘逆上氣,嘔吐煩心,玉堂主之。
« La sensation de plénitude de la poitrine au point de ne pas arriver à respirer, la douleur aux côtés du thorax et aux os, l’halètement avec reflux du souffle vers le haut, les vomissements et l’anxiété relèvent du [point] Yu tang (18VC). »


> OBSERVATIONS