Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

22VC

Tian tu



Noms secondaires

Yu hu


Tian qu


(d'après Qian jin yao fang)

> LOCALISATION

Chamfrault :

Sur la ligne médiane antérieure, au niveau du cou, 1,6 cun au-dessus de Xuan ji (21VC) donc de la base du sternum, dans un creux.

Soulié de Morant :

Cou antérieur, base, ligne médiane, au rebord postérieur du rebord supérieur du sternum ; deux points chacun dans l’angle du sternum et du rebord postérieur de la tête de la clavicule. 1 TDD au-dessus de Xuan ji (21VC), 3 TDD sous lian quan (23VC), 1 large TDD en dedans et sous Qi she (11E).

Pékin :

Dans la fossette sus-sternale, 0,5 cun au-dessus du milieu du bord supérieur de la fourchette sternale.

Shanghai :

Dans le creux qui se situe à 0,5 cun au-dessus de l’échancrure sternale.

Duron-Borsarello :

1,6 cun au-dessus de Xuan ji (21VC), dans un creux.

Nguyen van Nghi :

Au bord supérieur du manubrium sternal, dans un creux.

Dacheng :

Dans une dépression à 4 cun au-dessous de la pomme d’Adam.

Sun Simiao :

Dans la fossette sus-sternale, 5 cun au-dessous du menton.

Jiayi jing :

III-14 : « Les sept points de la poitrine en descendant le renmai à partir du [point] Tian tu (22VC) jusqu’au [point] Zhong ting (16VC) »
天突,一名玉,在頸結喉下二寸(氣穴論注云五寸)中央宛宛中 [] 低頭取之
« Le [point] Tian tu (22VC), qui s’appelle aussi Yu hu, se situe au cou à deux pouces [le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : cinq pouces] sous la pomme d’Adam dans une dépression sur la ligne médiane […] On le localise en faisant pencher la tête en avant. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,5 cun selon Tongren pendant 3 respirations. Il vaut mieux puncturer que faire des moxas et la puncture doit être faite bien droite, autrement l’énergie des cinq organes pourrait être touchée et la mort pourrait survenir. Chamfrault précise que la puncture de ce point peut produire quatre effets différents :

- Après la piqûre, au bout d’un certain temps, on sent que l’estomac et la rate travaillent et l’aiguille se met à remuer et à vibrer d’elle-même.
- Si, en puncturant, on a bien touché l’énergie, la maladie disparaît et le malade entend des borborygmes au ventre.
- Après la piqûre, le malade sent que l’énergie pénètre dans la vessie ; il a l’impression de quelque chose qui coule dans la vessie.
- Après la piqûre, le malade sent que l’énergie pénètre dans la région rénale.
0,1 cun selon Mingtang.
0,1 cun selon Suwen pendant 7 respirations.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,2 à 0,3 cun puis le long de la face postérieure du sternum de 1 à 1,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,2 à 0,3 cun, puis enfoncer verticalement vers le bas contre la face postérieure du sternum de 1 à 1,5 cun.
Perpendiculaire, 0,3 à 0,5 cun. Danger : ne pas piquer trop profondément !

Duron-Borsarello :

Ne pas piquer profondément.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,2 à 0,3 cun puis oblique vers le bas le long de la face interne du manubrium sternal de 1,5 à 2 cun (ne pas piquer trop profondément). D’après Huashou, l’implantation de l’aiguille au point Tian tu entraîne au bout d’un certain temps quatre effets :

- Vibration de l’aiguille : signe d’activité de la fonction digestive de la rate.
- Gargouillement abdominal : signe de destruction des éléments étiologiques de la maladie.
- Impression d’un courant qui circule dans la direction de la vessie : signe d’évacuation des éléments pervers.
- Sensation agréable d’un courant dans la région rénale : signe de la circulation de l’énergie du corps qui redevient normale.

Lingshu :

LS 14 : « Mensuration des os »

結喉以下至缺盆中,長四寸。缺盆以下至𩩲,長九寸。
« En descendant de la pomme d’Adam jusqu’à [l’endroit situé] entre les creux sus-claviculaires1, il y a quatre pouces de long ; en descendant de cet endroit jusqu’à l’appendice xiphoïde, il y a neuf pouces de long. »
1. Le Leijing tuyi définit cet « endroit situé] entre les creux sus-claviculaires » comme suit : « Ceci indique le milieu du creux au-dessus des clavicules, c'est-à-dire l’endroit du [point] Tian tu (22VC). »

Jiayi jing :

- III-14 : « Les sept points de la poitrine en descendant le renmai à partir du [point] Tian tu (22VC) jusqu’au [point] Zhong ting (16VC) »
刺入一寸,留七呼,灸三壯。(氣府論注云灸五壯。)
« On le puncture à 1 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa » [le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : on y fait cinq cônes de moxa].

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數,次灸撅骨以年為壯數,視背陷者灸之,舉臂肩上陷者灸之,兩季脅之間灸之,外踝上骨之端灸之,足小指、次指之間灸之, 上陷脈灸之,外踝後灸之,缺盆骨上切之堅動如筋者灸之,膺中陷骨間灸之,掌束骨下灸之,臍下關元三寸灸之,毛際動脈灸之,臍下二寸分間灸之,足陽明跗上動脈灸之,上一灸之,取犬所嚙處灸之,即以犬傷病法三炷灸之,凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge ; ensuite, on fait des moxas au coccyx (橛骨 juegu)1 avec un nombre de cônes en fonction de l’âge ; on observe les points shu du dos (背俞 beishu) qui sont affaissés et on leur fait des moxas2 ; on lève le bras pour faire [apparaître] un creux sur l’épaule et on y fait des moxas [Jian yu (15GI) selon Leijing et les autres commentaires] ; on fait des moxas entre les deux côtes flottantes [Jing men (25VB) selon Leijing]* ; on fait des moxas à l’extrémité de la partie inférieure du péroné, au-dessus de la malléole externe [Yang fu (38VB) selon Leijing] ; on fait des moxas entre le 4ème et le 5ème orteil [Xia xi (43VB) selon Leijing] ; on fait des moxas sur le vaisseau affaissé au-dessous du mollet [Cheng shan (57V) selon Leijing]** ; on fait des moxas en arrière de la malléole externe [Kun lun (60V) selon Leijing] ; on palpe au-dessus de la clavicule, [il y a quelque chose de] dur qui bouge comme un tendon et on y fait des moxas [selon les commentaires anciens, il ne s’agit pas d’un point d’acupuncture mais d’un amas qu’il faut moxibuster là où il se trouve] ; on fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine [Tian tu (22VC) selon Leijing] ; on fait des moxas sous l’os du carpe au-dessus de la paume de la main [Yang chi (4TR) selon Leijing et Wang Bing ; Da ling (7MC) selon Suwen zhijie ; Yin xi (6C) selon Wu Kun] ; on fait des moxas au [point] Guan yuan (4VC) à trois distances au-dessous du nombril ; on fait des moxas sur l’artère (動脈 dongmai) à la frontière supérieure des poils du pubis [Qi chong (30E) selon Leijing] ; on fait des moxas à l’interstice [situé] à deux distances au-dessous du genou [San li (36E) selon Leijing] ; on fait des moxas [au point du] yangming de pied situé sur l’artère [située] sur le dessus du pied [Chong yang (42E) selon Leijing] ; on fait des moxas au vertex [Bai hui (20VG) selon Leijing] ; on traite par la moxibustion à l’endroit des morsures de chien avec trois cônes selon la méthode de moxibustion des maladies [causées par] les morsures de chien. Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion3. »
1. Jue gu désigne le coccyx. C’est là où se situe le point Wei lü, autre nom de Chang qiang (1VG).
2. Selon 
Leijing, « Les [points] shu du dos sont tous des points du méridien taiyang de pied. Les endroits affaissés sont ceux où le souffle du méridien est insuffisant, c’est pourquoi il faut faire des moxas ».
3. Selon 
Leijing, on ne compte pas les morsures de chien qui n’ont pas de localisation précise.
* Dans la traduction de NvN, il s’agirait du point Qi men (14F).
** Dans la traduction de Husson, il s’agirait du point Cheng jin (56V).


> FONCTIONS

Chamfrault/Soulié de Morant/Shanghai/Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Réunion avec yinwei mai.

Soulié de Morant :

Agit sur renmai, larynx, cordes vocales, gorge, amygdales, poumon, estomac, veines, thyroïde.

Shanghai :

Traite le poumon. Équilibre l’énergie.

Nguyen van Nghi :

Point faisant partie du groupe des quatre points de réunion de l’énergie yin/yang : 4VC, 12VC, 22VC et 9VG.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Dégage les poumons. Arrête la toux. Abaisse le reflux.
Transforme les glaires. Purifie et favorise les fonctions de la gorge.
Selon Tai yi shen zhen :
Abaisse le reflux. Arrête les vomissements. Fait descendre le qi. Élimine les glaires.

Jiayi jing :

III-14 : « Les sept points de la poitrine en descendant le renmai à partir du [point] Tian tu (22VC) jusqu’au [point] Zhong ting (16VC) »
陰維、任脈之會
« C’est [un point de] rencontre du yinwei et du renmai. »

Jean Marc Kespi :

Ce point fenêtre du ciel contrôle la sortie des souffles du tronc. Il est donc indiqué dans les non sorties du yin et du yang du tronc avec : "aphonie, enflure du cou, goitre (par vide d’énergie), impossibilité de parler", "chaleur de la face, faciès rubicond", "énergie comprimée dans la poitrine, asthme, dyspnée empêchant de dormir, toux avec quintes, douleur martelante du coeur et du dos". Remarquons entre autre le goitre ici dû à une non sortie des énergies (qui ne font pas circuler la matière qui s’accumule) du tronc au niveau de la gorge, zone carrefour.

Lingshu :

- LS 2 : « Les points shu des quatre membres »

缺盆之中,任脈也,名曰天突
« Au milieu des creux sus-claviculaires (缺盆 quepen), c’est le [méridien] renmai [où se situe] le point appelé Tian tu (22VC)
. »


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Visage chaud avec sensation de remontée d’énergie à la partie supérieure du corps. Coup de froid ou coup de chaleur. Adénites.
Tendance au sommeil.

Dacheng :

Fièvre et frilosité. Visage chaud. Adénopathie cervicale.

Sun Simiao :

Chaleur de l’épiderme de la face.

Neurologie

Chamfrault :

Tumeur cérébrale. Douleur de la face.
Contracture, spasmes du larynx. Langue raide gênant la parole. Aphonie.

Soulié de Morant :

Spasmes aigus des muscles hyoïdiens, ne peut parler.

Roustan :

Vomissements neurologiques. Aphonie.

Dacheng :

Aphonie.

ORL

Chamfrault :

Aphonie. Abcès de la gorge avec fièvre, enflure du cou et impossibilité de parler.
Oreillons. Adénite cervicale.

Soulié de Morant :

Gorge, larynx. Toute toux et enrouement ; laryngite, amygdalite, coqueluche, spasmes du larynx. Enflure et douleur de la gorge. Inflammation de la gorge. Abcès de la gorge. Froid ou sécheresse de la gorge.
Oreille opposée : inflammation des trompes d’Eustache. Parotide (oreillons).

Pékin :

Pharyngolaryngite.

Roustan :

Pharyngite. Aphonie.

Duron-Borsarello :

Maladies de la gorge et des oreilles.

Nguyen van Nghi :

Pharyngite.

Dacheng :

Affections de la gorge. Aphonie. Adénopathie cervicale. Râles pharyngés avec sensation d’étouffement. Pharyngite due au Vent avec dyspnée.

Sun Simiao :

Gorge sèche et serrée. Importante poche d’air au cou. Inflammation de la gorge, angine.

Stomatologie

Chamfrault :

Langue raide gênant la parole. Gonflement des veines sublinguales.

Soulié de Morant :

Serrement sous la langue. Spasmes aigus des muscles hyoïdiens, ne peut parler.
Salive profuse par vers.

Dacheng :

Raideur de la langue. Hypersalivation.

Sun Simiao :

Bleuissement des veines de chaque côté de la langue.

Dermatologie

Chamfrault :

Douleur de la face. Faciès rubicond. Visage chaud. Adénite cervicale.

Soulié de Morant :

Congestion facile du visage. Acné.

Dacheng :

Sensation de chaleur du visage due à un afflux énergétique avec toux et dyspnée.
Adénopathie cervicale.

Sun Simiao :

Chaleur du visage.

Pneumologie

Chamfrault :

Asthme et dyspnée empêchant le sommeil. Toux avec quintes. Coqueluche (bruits de caquetage dans la gorge). Expectoration de pus et de sang. Sensation de plénitude de la poitrine.

Soulié de Morant :

Toute toux et enrouement. Asthme, essoufflement, ne peut dormir (moxas). Glaires respiratoires. Énergie comprimée dans la poitrine. Abcès des poumons.

Pékin :

Bronchite asthmatiforme. Bronchite.

Roustan :

Bronchite asthmatiforme. Bronchite. Suffocation intermittente, quintes de toux. Hémoptysie. Stertor.

Duron-Borsarello :

Ne peut respirer la nuit.

Nguyen van Nghi :

Asthme et emphysème. Trachéite.

Dacheng :

Dyspnée. Quintes de toux. Hémoptysie. Suffocation. Stertor. Expectoration abondante. Glaires respiratoires et dyspnée. Toux et asthme. Asthme et emphysème (puncture et moxas). Dyspnée chez l’enfant.

Sun Simiao :

Cornage. Dyspnée soudaine. Respiration courte. Toux et inversion du souffle. Toux, inversion et remontée du souffle.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Sensation d’acidité au niveau du coeur. Douleur du dos et du coeur.

Soulié de Morant :

Douleur martelante du dos et du coeur.
Veines : varices.

Dacheng :

Douleur du dos et de la poitrine. Cardialgie avec irradiation dorsale.

Sun Simiao :

Cardialgie.

Digestif

Chamfrault :

Ictère. Vomissements. Parasites intestinaux.

Soulié de Morant :

Vomissements. Spasmes de l’oesophage. Jaunisse.
Estomac : acidités, brûlures après pâtisseries, sucreries. Salive profuse par vers (ascaris).

Pékin :

Hoquet.

Roustan :

Spasmes du diaphragme. Vomissements neurologiques. Spasmes de l'oesophage.

Duron-Borsarello :

Vomissements.

Nguyen van Nghi :

Nausées et vomissements.

Dacheng :

Ictère. Vomissements.

Sénologie

Soulié de Morant :

Tumeur du sein.

Endocrinologie

Soulié de Morant :

Glandes gonflées. Thyroïde : goitre, enflure douloureuse du cou antérieur. Parotides (oreillons). Tumeur de la gorge et de la partie antérieure du cou.
Testicules ? Ovaires ? Prostate ?

Nguyen van Nghi :

Hypothyroïdie.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur du dos du coeur.

Soulié de Morant :

Douleur de l’épaule et du dos. Douleur de la nuque.

Autres

Sun Simiao :

Importante poche d’air au cou.

Pédiatrie

Dacheng :

Dyspnée chez l’enfant.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW 58 : « Des fosses du qi »
背與心相控而痛所治與十椎及上紀。上紀者胃脘也下紀者關元也。背胸邪繫陰陽左右如此其病前後痛澀胸脅痛而不得息不得臥、上氣、短氣、偏痛、脈滿起斜出尻脈絡胸脅支心貫膈上肩加天突斜下肩交十椎下。。。
« Quand il y a des tiraillements douloureux entre le cœur et le dos, on traite aux points Tian tu (22VC)1, de la 10ème vertèbre (Zhong shu 7VG) et Shang ji (ou Zhong wan 12VC) qui est le "collecteur" de l’estomac. Également au point Xia ji (4VC) qui le Guan yuan. Si, dans le haut du dos, un xie relie le yin et le yang, la gauche et la droite, on souffre de difficulté pour uriner et déféquer, des douleurs intercostales empêchent de respirer et de dormir, le souffle est {haut et} court, la douleur est unilatérale. Un vaisseau plein et saillant sort obliquement du vaisseau du coccyx (c’est la grande liaison du dumai partant du point Chang qiang 1VG) et va se relier { aux côtés de la poitrine, une branche va au cœur et se lie au diaphragme, monte} à l’épaule en passant par le point Tian tu (22VC) puis redescend obliquement {de l'épaule} pour croiser le dessous de la 10ème vertèbre … » (texte incomplet)
1- Remarque : Le point Tian tu (22VC) n'est pas cité dans le texte chinois emprunté sur chinapage.com. Toutefois, cette notion de "tiraillement douloureux entre le cœur et le dos" est un symptôme que le Dacheng cite à propos de ce point.
2- Remarque : les phrases entre { } ont été rajoutées d'après le texte chinois emprunté sur chinapage.com.


- SW 60 : « Des creux osseux », où il est question du dumai :
其上氣有音者治其喉中央在缺盆中者。
« Quand le qi remonte avec des bruits de gorge, on pique au milieu de la gorge entre les deux creux sus-claviculaires (Tian tu 22VC). »

Lingshu :

LS 20 : « Les cinq pervers (五邪 wuxie) » / Jiayi jing IX-3 : « Toux avec remontée du souffle produite par le pervers qui, se situant au poumon, aux cinq organes et aux six entrailles, les rend malades »
邪在肺,則病皮膚痛,寒熱,上氣喘,汗出,欬動肩背。取之膺中外喻,背三節五臟之傍,以手疾按之,快然,乃刺之。取之缺盆中以越之。
« Si le pervers se situe dans le poumon, on souffre de douleurs à la peau, d’accès de frissons et de fièvre, de remontée du souffle avec dyspnée, de transpiration et de toux qui secoue les épaules et le dos. On traite les points (俞 shu) sur les côtés externes de la poitrine (膺中yingzhong)1 ainsi que ceux du dos à côté de la 3ème vertèbre dorsale [Fei shu-13V]. On appuie dessus et, dès que [le patient] ressent une sensation agréable, on puncture. On traite aussi au milieu du creux sus-claviculaire2 afin de dissiper (越 yue) [le pervers]. »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points Yun men (2P) et Zhong fu (1P).
2. Ou bien on traite le point Que pen (12E). Le commentaire moderne du 
Lingshu dit qu’il s’agit du point Tian tu (22VC) qui se situe au milieu et à égale distance des deux creux sus-claviculaires. Il fait en cela probablement référence à la phrase du Lingshu 2 qui dit « au milieu des creux sus-claviculaires, c’est renmai, on l’appelle tiantu. »
Version de Chamfrault : « Si l’énergie perverse atteint les poumons, le malade ressent des douleurs à l’épiderme, des frissons ou de la fièvre, il a la sensation que son énergie assaille la partie supérieure du corps, il transpire et tousse ; dans ce cas, il faut puncturer le point Po hu (42V), situé à côté du point d’assentiment des poumons (Fei shu 13V). Il faut d’abord masser fortement Po hu avec le doigt jusqu’à ce qu’il sente un soulagement, à ce moment on le puncture, puis on puncture le point Fu tu (18GI) pour attirer l’énergie perverse au-dehors. »

LS 59 : « Anomalies du souffle défensif » / Jiayi jing IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »
黃帝曰:衛氣之留於腹中,搐積不行,菀蘊不得常所,使人支脅胃中滿,喘呼逆息者,何以去之?伯高曰:其氣積於胸中者,上取之,積於腹中者,下取之,上下皆滿者,旁取之。伯高對曰:積於上,瀉人迎、天突、喉中;積於下者,瀉三里與氣街;上下皆滿者,上下取之,與季脅之下一寸;重者,雞足取之。診視其脈大而弦急,及絕不至者,及腹皮急甚者,不可刺也。
« [Huangdi] demanda : Lorsque le souffle défensif reste dans l’abdomen1, il s’accumule, ne circule plus, stagne et ne peut [atteindre] ses lieux de prédilection ; cela provoque chez l’homme une sensation de plénitude dans les membres, aux côtés du thorax, à l’estomac2, un halètement sonore et un reflux du souffle. Comment l’élimine t-on ?
[Bogao] répondit : Lorsque le souffle s’accumule dans le thorax, on le traite en haut. Lorsqu’il s’accumule dans l’abdomen, on le traite en bas. Lorsque le haut et le bas sont pleins, on le traite sur les côtés. Lorsque [le souffle] s’accumule en haut, on disperse les [points] Ren ying (9E), Tian tu (22VC) et le milieu du larynx3. Lorsque [le souffle] s’accumule en bas, on disperse les [points] San li (36E) et Qi jie (30E). Lorsque le haut et le bas sont pleins, on traite [tous ces points] du haut et du bas, ainsi que [le point situé à] une distance sous les côtes flottantes4 ; dans les cas graves, on les traite en patte de poule5. Si, à l’examen le pouls est grand (大 da), tendu (弦 xian) et impétueux (急 ji), cessant (絕 jue) et n’arrivant pas, et si la peau de l’abdomen est très tendue, il ne faut pas puncturer. »
1. Le Jiayi jing dit : « dans les vaisseaux». D’après le paragraphe qui suit, les commentateurs supposent que, devant le mot abdomen, le mot thorax a été omis, ce qui donnerait « dans le thorax et l’abdomen ».
2. Le 
Jiayi jing dit : « une sensation de gonflement aux côtés du thorax, de la plénitude abdominale, … »
3. Le 
Leijing précise qu’il s’agit du point Lian quan (23VC).
4. Le Leijing précise qu’il s’agit du point Zhang men (13F).
5. D’après le 
Yixue gangmu, la technique de puncture « en patte de poule » consiste à enfoncer une aiguille tout droit, deux autres obliquement une vers la gauche et la dernière vers la droite.

LS 69 : « La perte de la parole [causée par] la tristesse (憂 you) et la fureur (恚 hui) / Jiayi jing XII-2 : « Aphonie et perte [complète] de la voix provoquées par la localisation du souffle froid dans l’épiglotte (厭 yan) »
足之少陰,上係於舌,絡於橫骨,終於會厭。兩瀉其血脈,濁氣乃避。會厭之脈,上絡任脈,取之天突,其厭乃發也。
« Le [méridien] shaoyin de pied se connecte (系 xi) en haut à la racine de la langue, établit une liaison (絡 luo) avec l’os hyoïde (橫骨henggu) et se termine à l’épiglotte. [Il faut] disperser les vaisseaux sanguins à deux reprises et le souffle trouble sera écarté. Les vaisseaux de l’épiglotte (會厭之脈 huiyan zhi mai) montant établir une liaison avec le renmai, on traite ensuite le [point] Tian tu (22VC) et l’épiglotte se mettra en mouvement. »

Jiayi jing :

VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » / SW 60 : « Discussion sur les creux osseux »
灸寒熱之法先取項大椎以年為壯數 […] 膺中陷骨間灸之 […] 凡當灸二十九處。
« La méthode de la moxibustion dans les frissons et la fièvre [est la suivante] : d’abord, on traite le [point] Da zhui (14VG) à la nuque, avec le nombre de cônes en fonction de l’âge […] On fait des moxas dans le creux entre les os au milieu de la poitrine1 […] Au total, il y a 29 localisations auxquelles il convient de faire de la moxibustion. »
1. Selon Leijing, il s'agit du point Tian tu (22VC).


- VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »

咳上氣,喘,暴喑不能言,及舌下挾縫青脈,頸有大氣,喉痺,咽中乾,急不得息,喉中鳴,翕翕寒熱,項腫肩痛,胸滿腹皮熱,衄,氣短哽心痛,隱疹頭痛,面皮赤熱,身肉盡不仁,天突主之。
« La toux avec remontée du souffle, halètement, aphonie soudaine et complète avec présence de vaisseaux bleus dans le plis sous la langue, air (大氣 daqi) dans le cou, bi du larynx, gorge sèche avec serrement rendant la respiration difficile, bruits dans le larynx, légers accès de frissons et de fièvre, nuque enflée et épaules douloureuses, plénitude de la poitrine et chaleur de la peau de l’abdomen, épistaxis, suffocation, douleur au coeur, urticaire (癮疹 yizhen) et céphalée, peau du visage rouge et chaude, chair de tout le corps insensible relèvent du [point] Tian tu (22VC). »

- IX-3 : « Toux avec remontée du souffle produite par le pervers qui, se situant au poumon, aux cinq organes et aux six entrailles, les rend malades »
咳逆上氣,咽喉癰腫,呼吸短氣,喘息不通,水突主之(一本作天突)。
« La toux avec reflux du souffle vers le haut, abcès et gonflement de la gorge, respiration avec souffle court, halètement et respiration difficile relève du [point] Shui tu (10E) » [Une autre version dit Tian tu (22VC)].

- XII-2 : « Aphonie et perte [complète] de la voix provoquées par la localisation du souffle froid dans l’épiglotte (厭 yan) »
喉痛喑不能言,天突主之。
« La gorge douloureuse avec aphonie et perte [complète] de la voix relève du [point] Tian tu (22VC). »


> OBSERVATIONS