Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

26VG

Shui gou



Noms secondaires

Gui gong


Gui shi


Gui ting


Gui ke ting


(d'après Qian jin yao fang)

Ren zhong



> LOCALISATION

Chamfrault :

À la partie supérieure du sillon nasolabial, dans un creux que l’on sent au bout du doigt, juste sous le nez. Ce point est parfois localisé au milieu du sillon nasolabial.

Soulié de Morant :

À la face, sur la ligne médiane, un peu sous le nez, au rebord supérieur du muscle orbiculaire des lèvres, dans une gouttière verticale de la lèvre supérieure. Sur le bout du nez, Su liao (25VG), sur la pointe de la lèvre supérieure (ourlet), Dui duan (27VG), 1 TDD de chaque côté He liao (19GI).

Pékin/Nguyen van Nghi :

Sous le nez, au point de jonction du 1/3 supérieur et du 1/3 moyen du sillon sous-nasal.

Shanghai :

Sur le sillon nasolabial, au 1/3 de sa hauteur, à partir de la racine du nez.

Duron-Borsarello/Dacheng :

Sous le nez, au milieu de la lèvre.

Sun Simiao :

Au-dessous du nez, sur le sillon nasolabial.

Jiayi jing :

III-10 : « Les trente neuf points du visage »
水溝,在鼻柱下人中 [] 直唇取之。
« Le [point] Shui gou (26VG) se situe sous l’arête du nez, dans le sillon nasolabial (人中 ren zhong) […] On le localise en étirant verticalement la lèvre. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,3 cun pendant 6 respirations selon Suwen.
0,4 cun pendant 5 respirations selon Tongren.
3 moxas par séance jusqu’à 200 fois selon Mingtang. Ils doivent être très petits, de la taille des excréments d’une bergeronnette.

Pékin :

De bas en haut, 0,3 à 0,5 cun.

Shanghai :

De bas en haut, 0,5 à 1 cun. Pour traiter l’écoulement de salive, piquer d’abord vers le septum nasal médian, retirer l’aiguille jusqu’au niveau sous-cutané, la diriger ensuite vers la droite puis la gauche.

Duron-Borsarello :

Donner à l’aiguille une légère torsion pour provoquer l’arrivée des larmes.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers le haut, 0,3 à 0,8 cun.

Dacheng :

0,3 cun pendant 6 respirations selon Suzhu.
0,4 cun pendant 5 respirations selon Tongren ; disperser dès que l’on obtient l’énergie. La moxibustion n’est pas aussi efficace que l’acupuncture.

Jiayi jing :

III-10 : « Les trente neuf points du visage »
刺入三分,留七呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault/Soulié de Morant/Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Réunion avec SYgM/GI et ZYgM/E.

Soulié de Morant :

Répond dans Yang xi (5GI) qui, lui-même, répond dans Wei zhong (40E) dont il partage l’activité sur les lombalgies.
Agit sur dumai, estomac, gros intestin, renmai.

Shanghai :

Réunion avec SYgM/GI.
Élimine la chaleur. Ouvre les orifices. Calme l’esprit. Favorise les vertèbres et la région lombaire.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Purifie la chaleur. Chasse le vent. Calme la douleur.
Ouvre les orifices. Apaise le shen. Récupère le yang. Sauve le contre-courant/perturbation (ni).

Lingshu :

LS 29 : « De la transmission des maîtres » / Jiayi jing I-3 : « Yin yang, superficie et profondeur (表裏 biaoli) des cinq organes (臟 zang) et des six entrailles (腑 fu) »
唇厚、人中長,以候小腸。
« À l’épaisseur des lèvres et à la longueur du sillon nasolabial (人中 renzhong)1 on observe l’intestin grêle. »
1. Autre nom du point Shui gou (26VG).

Jiayi jing :

III-10 : « Les trente neuf points du visage »
督脈。手足陽明之會 。
« C’est [un point de] rencontre du dumai et du yangming de main et de pied. »

B. Lacourte :

Revue Française d'Acupuncture n° 40, p 36
Point d’ouverture des orifices du shen avec les 1Rn, 1VG, 24VG et 14VC.

Gilles Andrès :

Revue Française d'Acupuncture n° 39, p 52
Ce point traite toute pathologie qui se manifeste par un échappement de yang. Il permet au yang qui s’est échappé de réinvestir le yin, bref de réanimer le corps d’où son indication très importante en réanimation et aussi dans les délires où l’âme du patient s’est égarée. 

Catherine Despeux :

« Taiji quan », p 67 (Éd. Trédaniel)
« Grâce à la stimulation du souffle et à son déblocage par des mouvements de gymnastique accompagnés d’une respiration appropriée, le champ de cinabre en est empli et le souffle va s’écouler et emplir les deux canaux de contrôle (dumai) et de fonction (renmai). Il convient au début de le diriger par la pensée. Ce souffle appelé "souffle central" (zhongqi) dans le milieu des arts martiaux est conduit selon deux circulations en anneaux : la petite révolution et la grande révolution. Pour ce qui est de la grande révolution, le trajet suivi par le souffle n’est pas toujours défini avec précision et varie selon les sources d’information. Le plus courant est la circulation en circuit fermé dans le canal de contrôle et le canal de fonction. À l’aide de la pensée créatrice, l’on fait descendre le souffle du champ de cinabre au point Hui yin (1VC), situé entre l’anus et le sexe, et point de départ des deux canaux, on le fait remonter par le canal de contrôle jusqu’au sinciput (20VG), en lui faisant franchir les trois passes du dos (san guan) qui sont : les reins, le point Ling tai (10VG) au niveau de la 7ème dorsale, et le point Yu zhen (9V)1 au niveau de la nuque ; puis le souffle redescend au milieu du visage jusqu’au point Ren zhong (26VG) entre le nez et la bouche , terminaison du canal de contrôle ; il emprunte enfin le canal de fonction jusqu’au point Hui yin.
Cette circulation du canal de contrôle au canal de fonction est appelée circulation "du ciel antérieur au ciel postérieur". Elle peut être effectuée inversement du canal de fonction au canal de contrôle et est alors dite "du ciel postérieur au ciel antérieur". Ces canaux, nous ditChen Pinsan, "sont dans le corps humain comme le cycle des douze périodes dans le macrocosme. Dans le corps, ces deux canaux circulent au milieu du dos et de la face antérieure du corps qui représentent le ciel et la terre. On peut les considérer séparément ou dans leur union. Considérés séparément, on s’aperçoit que le yin et le yang ne sont pas dissociés. Considérés dans leur union, c’est l’indifférenciation primordiale." »
1. Yu zhen est le nom principal du 9V et désigne probablement la région de Nao hu (17VG) et peut-être plus largement la nuque.

Jean Marc Kespi :

« Connaissance de l’acupuncture : intestins, labyrinthes et métamorphoses (2008) »
Points communs entre 9VC et 26VG :

- Relation avec le grand et le petit intestins. Il s sont donc tous les deux à la jonction du cosmique (le grand intestin gère nos territoires en tant qu’il accueille les mécanismes cosmiques afférents à nos sorties dans la vie) et de l’humain (le petit intestin gère nos territoires en tant qu’il participe à l’organisation originelle de la vie d’un être humain).
- Points 水 shui (eau et non 津液 jinye). 水 shui, symbolique réfère à la source et au lieu de vie et plus généralement à toute la symbolique de l’eau. 津 jin et 液 ye disent la physiologie, le fonctionnement quotidien du corps humain avec le sang et les souffles.
- Proches de l’ombilic et topographiquement analogiques : le nombril est à la jonction de l’épigastre (Homme) et du pelvis (Terre), le thorax étant céleste. De même, le sillon nasolabial où se trouve 26VG est entre la partie supérieure de la face avec les yeux, le nez et les oreilles (Homme) et la partie inférieure avec la bouche et le menton (Terre), le crâne étant céleste.
9VC sépare, met chaque chose à sa place, comme toujours quand il est question du clair et du trouble (comme la fontanelle quand elle se referme ?)
26VG réunit l’âme et le corps, le yang et le yin en cause, dumai et renmai, et, par là, Ciel et Terre, Ciel antérieur et Ciel postérieur.

Jean-Claude Dubois :

« Connaissance de l’acupuncture : intestins, labyrinthes et métamorphoses (2008) »

Yi xue ru men : 候在人中 hou zai ren zhong 
« Sa (intestin grêle) signature est au milieu de l’homme »
« 26VG est milieu de l’homme au regard de tous les orifices du corps : il sépare les six orifices pairs (yeux, narines, oreilles) au-dessus des trois orifices impairs (bouche, méat urinaire, anus) au-dessous. [Ceci correspond à l’] hexagramme 泰 tai qui signifie l’union et l’harmonisation des éthers du ciel et de la terre. Il est l’expression de la libre prospérité : "négativité et positivité s’y compénètrent harmoniquement de sorte que tous les êtres naissent et se développent selon la loi de leur organisation. C’est ce que l’on appelle la prospérité du ciel et de la terre". Pour l’homme, cet hexagramme signifie la paix des organes, la bonne santé, qui résulte de l’harmonieuse compénétration des influences du yin et du yang » […] « Les orifices corporels dans leur ensemble, figurés par l’hexagramme 泰 tai, sont au nombre de neuf : six pairs et trois impairs. Or, neuf est, dans le Neijing, le nombre qui qualifie l’énergie du taiyang, c'est-à-dire de l’intestin grêle et de la vessie, lesquels contiennent une grande abondance de sang et peu d’énergie. Au milieu de ces neuf il y a Ren zhong (Shui gou, "rigole de l’eau"), l’endroit où l’on peut percevoir dans sa fluidité, à travers les narines, le va et vient du souffle. Plus l’esprit s’y applique, plus le souffle se clarifie, plus la pensée se rassemble : méthode universellement reconnue pour initier le "travail interne" ».


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Peste. Enflure du visage sans oedème avec trémulation des lèvres.

Soulié de Morant :

Énergie générale (potentiel d’énergie aux appareils). Masser réveille d’un évanouissement de faiblesse.
Jaunisse épidémique, tout le corps jaune.

Pékin :

Choc. Insolation.

Roustan :

Syncope. Coma. Insolation.
Mal des transports, mal de mer. Enflure de la face.

Duron-Borsarello :

Point de réanimation.

Nguyen van Nghi :

Point de réanimation. Vertiges. Lipothymies, syncope due au vide consécutif à un échappement énergétique. Insolation.

Dacheng :

Perte de connaissance. Lipothymies. Fièvre et frilosité avec polydipsie (+ 4Rt). Maladie de chaleur endémique printanière avec ictère et trismus. Oedème sévère de la face.

Sun Simiao :

Céphalée. Chaud et froid. Soif. Gonflement et engorgement généralisé.

Psychisme

Chamfrault :

Épilepsie avec folie au cours des crises, le malade rit ou pleure. Le malade croit être frappé de coups par des fantômes.

Soulié de Morant :

Dépression morale et mentale (« perd le rire pour longtemps », « saisi par des spectres »). Surexcitation et instabilité (« tantôt des sanglots et tantôt de la joie », « parle sans distinguer précieux et non valeur »). [Remarque : pour Soulié de Morant correspondent à peu près à personne raffinée et intelligente et individu mal dégrossi]

Roustan :

Hystérie. Schizophrénie. Folie.

Duron-Borsarello :

Point tranquillisant pour les frayeurs et les obsessions.

Nguyen van Nghi :

Hébétude. Hystérie.

Dacheng :

Délire verbal. Rires et pleurs incessants. Illusion, culte du moi. Folies. Folie agitée comme possédé du démon.

Sun Simiao :

Mutisme, incapacité de parler.

Neurologie

Chamfrault :

Épilepsie. Trismus après apoplexie, déviation de la bouche. Paralysie faciale.

Soulié de Morant :

Congestion cérébrale (disperser). Méningite aiguë ou chronique. Épilepsie ?
Perte de l’odorat (anosmie).
Paralysie faciale (déviation de la bouche, bouche fermée avec coin flasque, ne peut parler) tonifier côté flasque et disperser côté qui tire. Contractions faciales (mouvements de la bouche et des yeux ; lèvres tremblantes) mâchoire contractée ; trismus.

Pékin :

Épilepsie. Paralysie faciale.

Roustan :

Épilepsie. Spasmes oculaires ou spasmes des lèvres. Trismus apoplectique, convulsions, paralysie faciale.

Duron-Borsarello :

Épilepsie : point très important pour ceux qui cherchent intuitivement le point de pression au bas du nez.
Paralysie faciale.

Nguyen van Nghi :

Épilepsie.

Dacheng :

Attaque directe du vent (pas de moxa sauf en cas d’apoplexie). Apoplexie (disperser).
Déviation de la bouche et des yeux. Anarthrie, dysarthrie.
Convulsions infantiles. Épilepsie infantile due à un trouble de Rate (regard fixe, convulsions des mains, émission salivaire) (+ 7P).

Sun Simiao :

Paralysie faciale avec incapacité de parler. Paralysie faciale avec sialorrhée. Paralysie flasque de la bouche. Trismus.

Ophtalmologie

Soulié de Morant :

Yeux ne peuvent regarder.

Duron-Borsarello :

Tous troubles oculaires chroniques.

Dacheng :

Amblyopie. Troubles de la vue.

Sun Simiao :

Amaurose.

ORL

Soulié de Morant :

Perte de l’odorat (anosmie).

Roustan :

Affections du nez. Aphonie.

Duron-Borsarello :

Toutes les chronicités du nez.

Sun Simiao :

Anosmie. Déviation de la cloison nasale. Écoulement nasal abondant. Épistaxis. Éruption du nez. Nez sec. Obstruction nasale.

Stomatologie

Duron-Borsarello :

Névralgie dentaire de la mâchoire supérieure.

Nguyen van Nghi :

Affections bucco-dentaires.

Dacheng :

Enflure des lèvres. Odontalgie et fluxion dentaire. Douleur des maxillaires avec inflammation. Inflammation de la bouche avec mauvaise haleine. Atteinte du Triple Réchauffeur par la chaleur maximale avec glossite.

Pneumologie

Chamfrault :

Dyspnée avec soif.

Dacheng :

Suffocation intermittente.

Sun Simiao :

Dyspnée.

Cardiovasculaire

Roustan :

Douleurs précordiales.

Digestif

Chamfrault :

Ictère.

Soulié de Morant :

Jaunisse épidémique, tout le corps jaune.

Roustan :

Ictère. Haleine fétide. Douleurs abdominales.

Dacheng :

Ictère. Forte diarrhée et selles fétides. Haleine fétide.

Endocrinologie

Chamfrault :

Soif excessive, plus il boit plus il a soif (diabète).

Soulié de Morant :

Diabète avec soif intense (boit sans mesure). Hypophyse.

Roustan :

Soif excessive.

Duron-Borsarello :

Diabète avec soif.

Dacheng :

Polydipsie. Potomanie.

Sun Simiao :

Soif.

Métabolisme

Chamfrault :

Enflure du visage sans oedème.

Soulié de Morant :

Oedème (tonifier). Oedème généralisé (anasarque).

Roustan :

Oedème. Enflure de la face.

Dacheng :

Enflure des lèvres. Oedème sévère de la face.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur et raideur du rachis après un exercice.
Déviation de la colonne vertébrale.

Soulié de Morant :

Douleur aiguë de la 7ème cervicale. Paralysie ou déviation de la colonne vertébrale. Lombes : courbé ne peut se redresser. Douleur aiguë des lombes aux pieds (côté opposé). Douleur et raideur de toutes les vertèbres (opposées).

Pékin :

Lombalgie. 

Roustan :

Entorse lombaire aiguë.

Duron-Borsarello :

Déplacement des vertèbres cervicales.

Nguyen van Nghi :

Traumatisme de la région lombaire.

Dacheng :

Toutes les formes de lombalgies avec mouvements difficiles de flexion en avant ou en arrière.
Forte lombalgie avec sensation de brisure. Douleur et raideur du rachis (+ 40V). Lombo-dorso-cervicalgie (+ 62V).
Chez les bossus, disperser.

Autres

Soulié de Morant :

Jiujitsu: point de knock-out.

Pédiatrie

Dacheng :

Convulsions infantiles. Épilepsie infantile due à un trouble de Rate (regard fixe, convulsions des mains, émission salivaire) (+ 7P).


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

- VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱頭痛,水溝主之。
« Les frissons et la fièvre avec céphalée relèvent du [point] Shui gou (26VG). »

- VIII-4 : « L’hydropisie, le gonflement de la peau, les ballonnements abdominaux, les tuméfactions intestinales et les tumeurs pelviennes »
水腫,人中盡滿,唇反者死,水溝主之。
« L’hydropisie (水腫 shizhong) où le sillon nasolabial (人中 renzhong) est plein et où les lèvres sont éversées est mortelle. Elle relève du [point] Shui gou (26VG). »

- X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie » / SW 60 : « Des creux osseux »
口不能水漿,僻,水溝主之。
« La déviation de la bouche au point de ne pas pouvoir boire relève du [point] Shui gou (26VG). »

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
癲疾互引,水溝及齦交主之。
« L’épilepsie avec des tiraillements [dans les membres] relève des [points] Shui gou (26VG) et Yin jiao (28VG). »

- XII-4 : « Maladies oculaires provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 mai) taiyang et yangming de pied et shaoyang de main »
1目,水溝主之。
« Le strabisme relève du [point] Shui gou (26VG). »
1. Voir le caractère manquant dans le volume 2 du Jiayi jing, page 365, 3ème colonne du bas en partant de la gauche.

- XII-7 : « Épistaxis causés par le débordement du sang [rhinorrhée et polype nasal inclus] »
鼻鼽不得息,不收,不知香臭,及衄不止,水溝主之。
« Rhinorrhée au point de ne pas pouvoir respirer, morve qui coule sans arrêt, perte de l’odorat et épistaxis incessant relèvent du [point] Shui ghou (26VG). »


> OBSERVATIONS