Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

1MC

Tian chi



Noms secondaires

Tian hui



> LOCALISATION

Chamfrault :

cun au-dessous de l’aisselle, dans le 4ème espace intercostal, 1 cun en dehors du mamelon. Nous avons donc successivement dans le 4ème espace intercostal six points en partant du sternum : à 2 cun de la ligne médiane antérieure sur laquelle se trouve le point Shan zhong (17VC), nous trouvons le point Shen feng (23Rn), à 2 cun plus loin juste sur le mamelon le point Ru zhong (17E), à 1 cun de celui-ci le point Tian chi (1MC), à 1 cun plus loin le point Tian xi (18Rt), à 1,5 cunplus loin encore le point Zhe jin (23VB) qui est légèrement plus haut sur la 4ème côte, et enfin juste dans la ligne axillaire le oint Yuan ye (22VB) qui est à 1 cun du point précédent et à 3 cun au-dessous du creux de l’aisselle.

Soulié de Morant :

Sur le thorax, 1 large TDD en dehors du mamelon (chez l’homme), au rebord inférieure de la 4ème côte et du grand pectoral, dans un creux, 1 large TDD en dehors de Ru zhong (17E), 1 TDD en dehors de Tian xi (18Rt).

Pékin/Shanghai/Nguyen van Nghi/Sun Simiao :

cun en dehors du mamelon, dans le 4ème espace intercostal.

Duron-Borsarello :

cun en dehors du mamelon, dans le 5ème espace intercostal.

Dacheng :

cun en arrière du sein et 3 cun au-dessous de l’aisselle, dans un espace intercostal.

Lingshu :

LS2 : « Les points shu des quatre membres »
腋下三寸手心主也,名曰天池。
« Trois pouces au-dessous des aisselles, c’est le [méridien] ministre du coeur de main [où se situe] le point appelé Tian chi (1MC). »

Jiayi jing :

III-18 : « Les huit points au-dessous des aisselles et sur les côtés »
天池,一名天會,在乳後一寸(氣府論註云二寸),腋下三寸,著脅直掖撅肋間。
« Le [point] Tian chi (1MC) s’appelle aussi Tian hui. Il se situe à un pouce [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : deux pouces] en arrière du mamelon et à trois pouces au-dessous des aisselles, près des côtes sur la ligne verticale entre les aisselles et les côtes flottantes1. »
1. Cette phrase est en contradiction avec le texte précédent qui affirme que ce point est à un pouce en arrière du sein et les commentateurs modernes voient là une erreur.


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,2 cun pour Tongren ; 0,7 cun pour d’autres auteurs.

Pékin :

Oblique, 0,5 à 0,8 cun. La piqûre profonde est contre-indiquée.

Shanghai :

Oblique, 0,3 à 0,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,5 cun.

Dacheng :

0,3 cun selon Tongren. 0,7 cun selon Jiayi.

Jiayi jing :

III-18 : « Les huit points au-dessous des aisselles et sur les côtés »
刺入七分,灸三壯(氣府論注云刺入三分)。
« On le puncture à 0,7 pouce de profondeur et on y fait trois cônes de moxa. » [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : on puncture à 0,3 pouce de profondeur].


> FONCTIONS

Chamfrault :

Réunion avec ZJYi/F et ZSYg/VB.

Soulié de Morant :

Réunion avec ZJYi/F, ZSYg/VB et SSYg/TR.
Ici, l’énergie venant du méridien des reins (Shu fu 27Rn) entre dans le Maître du Coeur, ayant traversé Ying chuang (16E). La branche entre foie (Qi men 14F) et poumons (Zhong fu 1P) emprunte le méridien ascendant du Maître du Coeur.
Agit sur aisselle, thorax, face antérieure du membre supérieur, gorge, oeil.

Duron-Borsarello :

Plénitude d’énergie à la tête.

Nguyen van Nghi :

Réunion de jueyin (MC, F) et de shaoyang (VB, TR).
Point « fenêtre du ciel ».

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Élargit le thorax ; arrête la toux ; calme la dyspnée ; dégage les poumons.
Harmonise le qi ; purifie la chaleur.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
Après avoir énuméré les trajets des méridiens principaux des cinq organes et des six entrailles (le méridien du coeur n’est pas cité) dans l’ordre : P – MC – F – Rt – Rn – V – VB – E – TR – IG – GI, le texte parle des points fenêtre du ciel en ces termes :
缺盆之中,任脈也,名曰天突。一次,任脈側之動脈足陽明也,名曰人迎;二次脈,手陽明也,名曰扶突;三次脈,手太陽也,名曰天窗;四次脈,足少陽也,名曰天容五次脈,手少陽也,名曰天牖;六次脈,足太陽也,名曰天柱;七次脈,頸中央之脈,督脈也,名曰風府。腋內動脈手太陰也,名曰天府。腋下三寸手心主也,名曰天池。
« Au milieu des creux sus-claviculaires (缺盆 quepen), c’est le [méridien] renmai [où se situe] le point appelé Tian tu (22VC). Des deux côtés du renmai, sur la première rangée [verticale], là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] yangming de pied [où se situe] le point appelé Ren ying (9E) ; sur la deuxième rangée, c’est le [méridien] yangming de main [où se situe] le point appelé Fu tu (18GI) ; sur la troisième rangée, c’est le [méridien] taiyang de main [où se situe] le point appelé Tian chuang (16IG) ; sur la quatrième rangée, c’est le [méridien] du shaoyang de pied [où se situe] le point appelé Tian rong (17IG) ; sur la cinquième rangée, c’est le [méridien]¬ du shaoyangde main [où se situe] le point appelé Tian you (16TR) ; sur la sixième rangée, c’est le [méridien] du taiyang de pied [où se situe] le point appelé Tian zhu (10V) ; sur la septième rangée, en plein milieu (中央 zhong yang) de la nuque, c’est le [méridien] dumai [où se situe] le point appelé Feng fu (16VG). À l’intérieur des aisselles, là où il y a un vaisseau qui bat, c’est le [méridien] taiyin de main [où se situe] le point appelé Tian fu (3P). Trois pouces au-dessous des aisselles, c’est le [méridien] ministre du coeur de main [où se situe] le point appelé Tian chi (1MC). »
Commentaire de Chamfrault : « Tous ces points sont sur des méridiens qui montent graduellement vers le cou. Ils représentent l’énergieyang qui monte de la terre pour aller se relier à celle du ciel. Le renmai et le dumai prennent leur source aux reins ; ils communiquent également avec l’énergie yin et yang de l’univers. L’énergie située aux points Tian fu (3P) et Tian chi (1MC) vient du réchauffeur moyen. Ces deux méridiens, poumon et maître du coeur, régissent l’un l’énergie, l’autre le sang. Tous les points énumérés ci-dessus sont des points de communication avec l’énergie du ciel, mais leur énergie vient du bas du corps. »

- LS 11 : « Les méridiens distincts (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
手心主之正,別下淵腋三寸,入胸中,別屬三焦,出循喉嚨,出耳後,合少陽完骨之下。
« La [ramification] principale du ministre du coeur de la main se sépare à trois distances au-dessous du [point] Yuan ye (22VB)1, entre dans le thorax et se sépare pour établir une relation de dépendance avec les trois réchauffeurs, sort longer la gorge (houlong) et sort derrière l'oreille où elle s'unit au shaoyang sous la mastoïde (wangu)2. »
1. La note du Lingshu zhuzheng fawei dit : se sépare au point Tian chi (1MC).
2. C'est aussi le nom du point 12VB.


LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
手心主之本,在掌後兩筋之間二寸中,標在腋下下三寸也。
« Le tronc d’enracinement du ministre du coeur de main se situe à l’intervalle des deux tendons en arrière de la paume1 et sa cime sous l’aisselle à trois pouces2. »
1. C’est-à-dire au [point] Nei guan (6MC).
2. C’est-à-dire au [point] Tian chi (1MC).

Note personnelle : ordre de citation des troncs et des cimes
Lingshu : V – VB – Rn – F – E – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC
Jiayi jing : V – Rn – VB – E – F – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC

Jiayi jing :

II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
手心主之正,別下淵腋三寸,入胸中,別屬三焦,出循喉嚨,出耳後,合少陽完骨之下,此為五合。
« La [ramification] principale du ministre du coeur de la main se sépare à trois distances au-dessous du [point] Yuan yue (22VB)1, entre dans le thorax et se sépare pour établir une relation de dépendance avec les trois réchauffeurs, sort longer le larynx et ressort derrière l’oreille où elle s’unit au shaoyang sous la mastoïde. C’est la cinquième union2. »
1. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Se sépare au point Tian chi (1MC) sous les aisselles ».
2. C’est l’union de deux méridiens couplés yin et yang qui sont dans une relation superficie/profondeur.


III-18 : « Les huit points au-dessous des aisselles et sur les côtés »
手厥陰足少陽脈之會(一作手心足少陽脈之會)。
« C’est un point de rencontre du jueyin de main et du shaoyang de pied » [Une autre version écrit : c’est [un point de] rencontre des méridiens du ministre du coeur de main et du shaoyang de pied].

Jean Marc Kespi :

Ce point est fenêtre du ciel, c’est à dire qu’il relie « l’homme » (à savoir le tronc de l’homme) au « ciel » (à savoir la tête de l’homme)). Complémentairement au 3 STYi/P, il a pour fonction de faciliter la descente du sang de la tête quand le 3 STYi/P favorise celle de l’énergie. Relié à zu jueyin (fin du yin de l’homme) et àshaoyang (qui fait circuler le yin), il est donc indiqué quand le sang passe de la tête au thorax : "éblouissements, ne voit pas clair", "énergie à la tête", "chaleur et plénitude au diaphragme et à la poitrine".

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 80 – 1994
Tian chi (1MC) : l’étang protecteur du caractère céleste de l’homme. 池 chi, l’étang qui isole afin que ce qui est céleste (le chef de l’homme) le demeure, est une image liquidienne qui fait face au feu au même titre que 泉 quan de Tian quan (2MC) et 澤 ze de Qu ze (3MC).
L’étang, le bassin, les douves (池 chi) ont une fonction de protection par isolement, déterminée par la notion de ciel (天 tian), qui s’associe à l’idée de rencontre ou d’association (會 hui). Il y a donc protection et association avec le ciel pour le promouvoir au niveau de l’homme.
L’expédient artificiel que met en évidence le comportement des patients répondant électivement au trouble de la fonction tianchi est la recherche d’un certain isolement. Ce besoin de solitude devra être satisfait au niveau des conditions extérieures dont le patient sera alors dépendant car il ne pourra être satisfait « intérieurement » et sans effort […] L’eau de l’étang paraît être le moyen symbolique, caractéristique (et même tout à fait obligatoire) dont usent les malades tianchipour vivre cet isolement « extérieur » dont ils ne peuvent se passer sans dommage : ce sont des pêcheurs en paix sur leur barque au milieu de la rivière, des nageurs passionnés, des marins ou des adeptes des croisières en mer.
Il y a plénitude d’énergie remontant à la tête (céphalée, troubles de la vision, atteinte chronique des ganglions cervicaux) avec membres supérieurs partiellement impotents du fait d’atteintes rhumatismales, tableau de péricardite, toux, dyspnée, cornage, seins gonflés et douloureux.
池 chi préserve du feu du centre l’énergie des extrémités céphalique et des membres supérieurs communiquant avec l’univers par protection périphérique du chef par l’eau. Le trouble de cette fonction consiste en un attrait pour une situation d’isolement et un engourdissement périphérique.
Un diagnostic différentiel de tianchi est parfois à établir avec Ju que (14VC) (cf).


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Paludisme avec toux. Fièvre sans sueurs.
Sensation de l’énergie qui remonte. Céphalée. Éblouissement.

Soulié de Morant :

Énergie en haut ; congestion cérébrale ou congestion de la tête.

Pékin :

Tuberculose des ganglions lymphatiques du cou.

Duron-Borsarello :

Plénitude d’énergie à la tête.

Dacheng :

Absence de sueurs en cas de maladie fébrile. Fièvre et frilosité en alternance.
Céphalées. Vertiges.

Sun Simiao :

Remontée du souffle.

Psychisme

Soulié de Morant :

Enfants contrariants avec peur des personnes en visite.

Dacheng :

Nervosité.

Neurologie

Chamfrault/Duron-Borsarello :

Paralysie des quatre membres.

Soulié de Morant :

Congestion cérébrale.

Dacheng :

Difficulté à mobiliser les quatre membres.

Sun Simiao :

Ne peut lever les membres.

Ophtalmologie

Chamfrault :

Ne voit pas clair.

Soulié de Morant :

Oeil opposé : vue assombrie, ne voit pas nettement.

Dacheng :

Troubles de la vue. Amblyopie.

ORL

Soulié de Morant :

Larynx : bruits respiratoires.

Dermatologie

Chamfrault :

Enflure de l’aisselle.

Soulié de Morant :

Adénite axillaire.

Pékin :

Gonflement douloureux de l’aisselle. Tuberculose des ganglions lymphatiques du cou.

Roustan :

Douleur ou enflure de l'aisselle.

Duron-Borsarello :

Oedème de l’aisselle.

Nguyen van Nghi :

Douleur axillaire. Adénite axillaire.

Dacheng :

Gonflement axillaire. Adénite axillaire.

Sun Simiao :

Tuméfaction sous les aisselles.

Pneumologie

Chamfrault :

Sensation de malaise, chaleur et plénitude au diaphragme et à la poitrine.

Soulié de Morant :

Poitrine opposée : bruits respiratoires.

Pékin :

Oppression respiratoire.

Roustan :

Névralgie intercostale.

Duron-Borsarello :

Contractions du diaphragme. Toux avec fièvre. Asthme. Lourdeur de la poitrine.

Nguyen van Nghi :

Douleurs thoraciques. Névralgie intercostale.

Dacheng :

Bruits dans le thorax. Dyspnée.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant :

Troubles du coeur. Péricardite.

Roustan :

Angine de poitrine.

Digestif

Soulié de Morant :

Estomac, diaphragme : plénitude, agitation.
Douleur de l’hypochondre.

Gynécologie

Sun Simiao :

Métrorragie.

Sénologie

Soulié de Morant :

Seins : mammite ? Lait insuffisant ?

Appareil locomoteur

Chamfrault/Dacheng :

Douleur au bras.

Soulié de Morant :

Membre inférieur face antérieure (méridien d’estomac).

Pédiatrie

Soulié de Morant :

Enfants contrariants avec peur des personnes en visite.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

SW 28 : « Discussion générale sur le vide et le plein » 
掖癰大熱,刺足少陽五。刺而熱不止,刺手心主三,刺手大陰經絡者,大骨之會各三。
« Dans l’hidrosadénite, on pique [le point Yuan ye (22VB) de] la vésicule. Si cinq piqûres n’arrêtent pas l’inflammation, on fait trois piqûre au [Tian chi 1MC du] maître du cœur et au [Chi ze liaison du grêle au poumon] à la jointure des grands os. »

Lingshu :

LS 9 : « Fin et commencement » / Jiayi jing V-5: « La fin et le commencement dans l’articulation de l’acupuncture »
膺俞中膺,背俞中背,肩膊虛者,取之上。
« Les points de la région pectorale (膺輸 
yingshu) s’atteignent à la poitrine (膺 ying), les points de la région dorsale (背輸 beishu) s’atteignent au dos. Lorsque l’omoplate est vide, il faut la traiter en haut1. »
1. Ce texte est obscur et nous l’avons traduit littéralement. Les commentaires modernes du présent ouvrage et du texte correspondant dans le Lingshu paraphrasent la commentaire du Leijing dont voici la traduction : « les deux côtés surélevés de la poitrine s’appellent région pectorale (膺 ying). En général, lorsque l’omoplate (肩膊 jianbo) est faible et douloureuse par vide, il faut distinguer les maladies des méridiens yin et celles des méridiens yang. Les méridiens yin se situent dans la région pectorale ; c’est pourquoi, pour soigner les maladies yin, il faut traiter les points de la région pectorale (膺輸 yingshu) et on doit atteindre la poitrine (膺 ying). (Nous pensons que l’auteur emploie "atteindre" (中 zhong) au lieu de "puncturer" (刺 ci) afin d’expliquer les deux premières phrases du texte). Les méridiens yang se situent dans le dos ; c’est pourquoi, pour soigner les maladies yang, il faut traiter les points de la région dorsale (背輸 beishu) et on doit atteindre le dos. Les maladies qui se situent dans les méridiens de la main sont traitées par le haut. Le haut signifie main. Par exemple, les points Zhong fu (1P) et Yun men (2P) du tai yin de main et le point Tian chi (1MC) sont tous des points de la région pectorale. Les points Jian liao (14TR) et Tian liao (15TR) du shaoyang de main et les points Tian zong (11IG), Qu yuan (13IG) et Jian wai shu (14IG) du taiyang de main sont tous des points de la région dorsale (背輸 beishu). Tous ces points traitent les douleurs par vide des omoplates ».

Jiayi jing :

VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱取五處,乃天池、風池、腰、長強、大杼、中膂、中內俞、上、齦交、上關、關元、天牖、天容、合谷、陽溪、關衝,中渚、陽池、消濼、少澤、前谷、腕骨、陽谷、少海、然谷、至陰、崑崙主之。
« Le traitement des frissons et des fièvres relève [des points suivants] : Wu chu (5V) et Tian chi (1MC), Feng chi (20VB), Yao shu (2VG), Chang qiang (1VG), Da zhu (11V), Zhong lü nei shu (29V), Shang liao (31V), Yin jiao (28VG), Shang guan (3VB), Guan yuan (4VC), Tian you (16TR), Tian rong (17IG), He gu (4GI), Yang xi (5GI), Guan chong (1TR), Zhong zhu (3TR), Yang chi (4TR), Xiao luo (12TR), Shao ze (1IG), Qian gu (2IG), Wan gu (4IG), Yang gu (5IG), Shao hai (8IG), Ran gu (2Rn), Zhi yin (67V) et Kun lun (60V). »

VIII-1 (2) : « Transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱,胸滿頭痛,四肢不舉,腋下腫,上氣,胸中有聲,喉中鳴,天池主之。
« Les frissons et la fièvre avec plénitude de la poitrine, céphalée, impotence des quatre membres, gonflement sous les aisselles, remontée du souffle, bruits dans le thorax et dans le larynx relèvent du [point] Tian chi (1MC). »


> OBSERVATIONS