Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

2MC

Tian quan



Noms secondaires

Tian wen


Tian shi



> LOCALISATION

Chamfrault/Duron-Borsarello/Dacheng/Sun Simiao :

Sur la face antéro-interne du bras, 2 cun au-dessous du pli de l’aisselle. Faire lever le bras pour localiser le point.

Soulié de Morant :

Face antérieure de l’épaule, 1 TDD en dedans du pli de l’épaule, à l’angle du rebord inférieur de la 2ème côte (sous la clavicule) et du rebord externe du grand et du petit pectoral, dans un creux, au rebord externe du muscle coraco-brachial, 2 TDD sous Zhong fu (1P).

Pékin/Shanghai/Nguyen van Nghi :

cun au-dessous de l’extrémité antérieure du pli axillaire, entre les deux chefs du muscle brachial.

Jiayi jing :

III-25 : « Les seize points du ministre du coeur, jueyin de main, aux membres supérieurs »
天泉,一名天溫,在曲腋下去臂二寸,舉臂取之
« Le [point] Tian quan (2MC) s’appelle aussi Tian wen. Il se situe au-dessous du pli des aisselles (曲腋 qu ye) à deux pouces du bras1. On le localise en faisant lever le bras. »
1. Le Qianjin et Waitai écrivent : « à deux pouces des aisselles ».


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,6 cun selon Tongren.

Pékin :

Perpendiculaire, 1 à 1,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1,5 à 2 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 1 à 2 cun.

Jiayi jing :

III-25 : « Les seize points du ministre du coeur, jueyin de main, aux membres supérieurs »
刺入六分,灸三壯。
« On le puncture à 0,6 pouce de profondeur et on y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Le point est traversé par le méridien de vésicule biliaire venant de Jian jing (21VB) par Ku fang (14E) et allant à Yuan ye (22VB) par Ji quan (1C).
Répond dans les pouls des yeux (il s’agit du secteur V gauche superficiel dans la pulsologie de SdM : rebord radial = oeil gauche ; rebord médian = oeil droit).
Un des trois points des organes sexuels (2MC, 3MC et 8MC). Le Maître du Coeur agit sur coeur, vaisseaux, organes sexuels et organes des sens. Les liens entre coeur, vaisseaux, organes sexuels et organes des sens sont tels que l’on verra chacun des points agir directement ou indirectement sur tous ces organes. Nos recherches nous ont amené à constater l’existence … de l’action presque exclusive de trois points des deux branches (2MC, 3MC, 8MC) sur les organes sexuels, et exclusive sur les organes des sens Lao gong (8MC) pour tact, odorat et goût (avec action sur leurs pouls), Qu ze (3MC) pour veines et ouïe (et action sur ce pouls), Tian quan (2MC) pour vue (et action sur ce pouls). Tous les autres points ont une action presque exclusive sur les artères.
Agit sur poitrine, omoplate, dos, lombes, oeil, organes sexuels.

Duron-Borsarello :

Plénitude d’énergie à la tête.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Élargit le thorax. Nourrit le coeur ; calme le shen.
Harmonise le qi. Vivifie le sang ; transforme le sang stagnant ; calme la douleur.

Jean Marc Kespi :

Ce point nous semble avoir deux fonctions :

- Il commande à l’épaule la rentrée du yin des membres supérieurs dans le tronc. Ce yin, qui vient des mains, est ici jueyin. Il est donc indiqué de puncturer le 2 SJYi/MC dans les plénitudes de yin du membre supérieur et en particulier de l’épaule par non rentrée du yin dans le tronc (trouble de "barrière"). Notons que les douleurs engendrées par les blocages de cette barrière sont soulagées par la position bras levés.
- Par ailleurs, dans une dialectique spatiale de charnière du yin, il nous semble favoriser la libre circulation du yin à la partie supérieure du corps (membres supérieurs, tête, thorax) ; il est en cela dialectique du 7 ZJYi/F. Il est indiqué quand l’obstruction de cette charnière amène un blocage du yin en haut avec : "plénitude à la tête, vue obscurcie, embrumée, spécial pour la vue" ; "plénitude de la poitrine avec douleurs à la poitrine et au dos, palpitations, toux avec quintes".

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 80 – 1994
Tian quan (2MC) : la source jaillissant vers le ciel de l’homme. 泉 quan, la source (ce qui sourd du centre de l’homme) jaillit (泉 quan) vers le ciel pour éteindre le feu qui en affecte le chef, est une image liquidienne qui fait face au feu au même titre que 池 chi de Tian chi (1 MC) et 澤 ze de Qu ze (3MC).
L’eau de la source bondit (泉 quan) vers le ciel, vers le chef de l’homme (天 tian) [sous la forme] d’une moiteur humide (濕 shi) ou d’une douce tiédeur (溫 wen). L’eau n’est plus considérée ici comme une protection isolante (voir 1MC) mais comme un jet (泉 quan) ascendant (天 tian) semblable à celui d’un puits artésien ou d’un geyser destiné à arroser le feu encéphalique. Dans le tableau clinique de la défaillance de cette fonction, l’expédient recherché est un mouvement d’élévation ou d’ascension du centre pour essayer de rattraper en vain le feu qui le coiffe. Le patient, tendu par la passion exigeante du mieux et du beau, tient à se présenter le plus dignement possible, reçoit de façon raffinée, désire que les siens s’élèvent et par exemple que ses enfants réussissent brillamment. Il est extrêmement affligé des coups du sort qui peuvent le rabaisser. Il donne l’impression, sous l’effet du feu céphalique, de vouloir sauter le plus haut possible tant il se sent lesté en bas, à la terre, un peu comme une grenouille qui, bondissant en l’air, voudrait s’extirper de sa mare et qui y retomberait immanquablement.
Il y a plénitude d’énergie à la tête aux dépens d’une périphérie corporelle très sensible au vent et au froid. L’inversion du souffle concerne la gorge, le thorax avec un tableau évoquant une affection cardiovasculaire, et l’épigastre. La vision de l’oeil opposé peut être altérée de façon plus prononcée que pour Tian chi (1MC) (cf SdM qui relate tianquan comme « répondant dans le pouls des yeux »). C’est le centre et le chef, son annexe céleste, qui assument seuls l’ascension car les épaules hypotrophiques et les bras sont peu opérants. L’oedème d’origine rénale (« hydropisie de pierre ») affecte le bas du corps et les jambes deviennent faibles, ce qui gêne la marche du patient. Il contraste avec le feu du haut et cela montre bien la difficulté de faire sourdre l’eau en haut.
Particularité typologique : alors que le visage tendu et facilement grimaçant révèle des traits réguliers et fins attestant ainsi de la forme corporelle de l’agent feu, les mains par contre sont plutôt courtes et enflées avec des ongles également courts ; ceci évoque une souffrance secondaire de l’agent eau.
泉 quan préserve du feu du centre l’énergie des extrémités céphalique et des membres supérieurs communiquant avec l’univers par arrosage du chef par l’eau à partir du centre. Le trouble consiste en un besoin pressant d’ascension d’un chef brûlant contrastant avec la pesanteur hydrique du siège et des jambes.
Un diagnostic différentiel de Tian quan (2MC) peut être établi avec Tian xi (18Rt) (cf). La maigreur est générale pour tianxi alors que la silhouette est alourdie en bas pour tianquan. Moralement, alors que pour tianxi on sent une infériorisation latente, muette, besogneuse et quasi souterraine évoquant le mineur de fond creusant sans cesse sa galerie et qui arrive ensuite tout emprunté à la surface, en pleine lumière, pour tianquan il y a une flamboyante exigence mise en avant avec orgueil : c’est l’institutrice pionnière de la IIIe République se dressant fièrement au milieu de sa classe qu’elle entraîne vers les « lumières ».


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Crainte du vent et du froid.

Duron-Borsarello :

Plénitude d’énergie à la tête.
Crainte du vent et du froid.

Dacheng :

Intolérance au vent et au froid.

Ophtalmologie

Chamfrault :

Ne voit pas clair.

Soulié de Morant :

Oeil opposé : vue affaiblie, fatiguée (amaurose, amblyopie). Vue obscurcie, vue embrumée, ne voit pas nettement.
Spécial pour la vue.

Dacheng :

Troubles de la vue. Amblyopie avec crainte du vent et du froid.

Pneumologie

Chamfrault :

Quintes de toux avec douleur à la poitrine, au dos et au bras.

Soulié de Morant :

Gorge, poumon même côté : toux, douleur du dos. Quintes de toux, plénitude de la poitrine, du dos, des côtés et des membres.

Pékin :

Point de côté. Toux. Douleur de l’hypochondre.

Roustan :

Toux. Douleur thoracique latérale.

Nguyen van Nghi :

Toux. Névralgie intercostale.

Dacheng :

Sensation de gonflement de la poitrine. Quintes de toux. Toux obnubilante avec douleur du dos.

Sun Simiao :

Toux et inversion du souffle.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Affection cardiaque avec plénitude de la poitrine et des côtés.

Soulié de Morant :

Troubles du coeur. Palpitations. Endocardite.

Roustan :

Angine de poitrine, palpitations.

Duron-Borsarello :

Malaise cardiaque.

Dacheng :

Affections cardiaques. Cardialgie avec plénitude et oppression thoraciques.

Digestif

Soulié de Morant :

Estomac. Nausées. Épigastre, abdomen supérieur : enflure.

Pékin :

Douleur de l’hypochondre.

Duron-Borsarello :

Hoquet.

Appareil locomoteur

Chamfrault/Pékin :

Douleur du dos et de la face interne du bras.

Soulié de Morant :

Poitrine, omoplate, dos, membre supérieur : douleur surtout en toussant. Poitrine : gêne ; rhumatisme.
Membre supérieur ne peut être levé ni porté derrière le dos.
Rhumatisme musculaire.
Agit sur : grand pectoral, grand dorsal, grand rond, petit pectoral, coraco-brachial.

Roustan :

Douleur de la face interne du bras. Douleur thoracique latérale.

Nguyen van Nghi :

Douleurs thoraciques. Douleur du dos et de la face interne du bras.

Dacheng :

Douleur dans la zone interscapulaire et au bord interne du bras.

Jean Marc Kespi :

Douleur de l'épaule améliorée le bras levé.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Jiayi jing :

VIII-4 : « L’hydropisie, le gonflement de la peau, les ballonnements abdominaux, les tuméfactions intestinales et les tumeurs pelviennes »
石水,天泉主之。
« L’hydropisie de pierre relève du [point] Tian quan (2MC). »

X-2 (2) : « Le vent provoqué par le yang atteint par la maladie »
足不收,痛不可以行,天泉主之。
« Les pieds atones et douloureux au point de ne pas pouvoir marcher relèvent du [point] Tian quan (2MC). »


> OBSERVATIONS