Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

25E

Tian shu



Noms secondaires

Chang xi 谿


Gu men


Chang gu


Da chang mu


Bu yuan


(d'après Yi xue gang mu)

Xun yuan


(d'après Yi xue gang mu)

Xun ji


(d'après Qian jin yao fang)

Xun ji


(d'après Ji cheng)

> LOCALISATION

Chamfrault :

À 2 cun du nombril, dans un creux. Sur une même ligne horizontale, partant de la ligne médiane antérieure, au niveau du nombril, nous trouvons successivement : sur la ligne médiane antérieure, juste au milieu du nombril, le point Shen que (8VC), à 1 cun de ce point sur le méridien zu shaoyin le point Huang shu (16Rn), et à 1 cun de ce point le point Tian shu (25E) qui est donc situé à 2 cun de la ligne médiane antérieure et du point Shen que (8VC). Sur cette même ligne horizontale et à 2,5 cun plus loin se trouve le point Da heng (15Rt).

Soulié de Morant :

Sur l’abdomen et au niveau, à 3 larges TDD environ, de l’ombilic, au rebord externe du muscle grand droit, sur l’aponévrose qui l’unit au grand oblique, dans un creux, & large TDD sous Hua rou men (24E), 1 TDD au-dessus de Wai ling (26E), 2 TDD en dehors de Huang shu (16Rn), 1 large TDD en dedans de Da heng (15Rt).

Pékin/Shanghai :

À 2 cun en dehors de l’ombilic ; sur le grand droit de l’abdomen précise NvN.

Duron-Borsarello :

À 2,5 cun sur l’horizontale du centre de l’ombilic.

Dacheng :

À 1 cun en dehors de Huang shu (16Rn) et à 2 cun de l’ombilic, dans un creux.

Sun Simiao :

À 1,5 cun latéralement du point Huang shu (16Rn) et à 2 cun latéralement de l’ombilic. Selon le chapitre sur la rate, il est à 1 cun de l’ombilic et s’appelle aussi Chang gu (la longue vallée) ou Xun ji (le long des frontières). Les deux points sont équidistants de 5 cun.

Jiayi jing :

III-21 : « Les vingt quatre points de l’abdomen qui [descendent] à partir du [point] Bu rong (19E), [situé] latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] You men (21Rn), jusqu’au [point] Qi chong (30E) »
天樞,大腸募也,一名長溪,一名谷門,去肓一寸五分,俠臍兩傍各二寸陷者中。(氣府論注云在滑肉門下一寸,正當於臍。)
« Le [point] Tian shu (25E) est le [point] mu du gros intestin. Il s’appelle aussi Chang xi et Gu men. Il se situe dans un creux à 1,5 pouce du [point] Huang shu (16Rn) et à deux pouces de chaque côté de l’ombilic. » [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" dit : il se situe à un pouce au-dessous du [point] Hua rou men (24E), juste à l’horizontale de l’ombilic.]


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,5 cun pendant 10 respirations selon Tongren ; 0,5 cun pendant 1 respiration selon Suwen. D’après Sun Simiao, ce point représente le logis des âmes : à ne pas puncturer.

Pékin :

Perpendiculaire, 0,5 à 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1,5 à 2,5 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 1,5 à 2,5 cun. Tianjing enseigne : « Le Tian shu (25E) est le logis de l’âme végétative (F) et le logis de l’âme sensitive (P). Ne pas puncturer à tort »

Dacheng :

0,5 cun pendant 7 respirations selon Tongren ; selon Qianjin, logis du hun et du po, interdit de piquer (Darras) ou ne pas puncturer à tort (NvN) ; selon Suzhu, 0,5 cun pendant 1 respiration.

Jiayi jing :

III-21 : « Les vingt quatre points de l’abdomen qui [descendent] à partir du [point] Bu rong (19E), [situé] latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] You men (21Rn), jusqu’au [point] Qi chong (30E) »
刺入五分,留七呼,灸五壯。
« On le puncture à 0,5 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant sept expirations. On y fait cinq cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault/Shanghai/Duron-Borsarello/Nguyen van Nghi/Dacheng :

Point mu (募) du gros intestin.

Chamfrault :

Ce point est la charnière céleste. Au-dessus de lui c’est l’énergie du Ciel ; au-dessous de lui c’est l’énergie de la Terre.

Soulié de Morant :

Héraut du gros intestin.
Logis du hun et du po, en rapportant le primate au po (plan psychique moyen concernant essentiellement tous les processus de mémoire sans qu’intervienne forcément la réflexion, qualités innées bonnes ou mauvaises, cf 37E).
Agit sur estomac, gros intestin, intestin grêle, occipital, urètre ; disperse rein, rate et pancréas.

Duron-Borsarello :

Traite les maladies chroniques du yangming.
Traite les accumulations aux intestins. Arrête les vomissements et règle les évacuations.
Assure le bon fonctionnement du réchauffeur supérieur.

Nguyen van Nghi :

Point en connexion avec de nombreuses ramifications du chongmai. D’après Tianjing, le Tian shu est le logis de l’âme végétative (F) et de l’âme sensitive (P).

Auteroche :

Remet en ordre le centre et harmonise l’estomac. Renforce la rate pour transformer l’humidité.
Régularise les menstruations et le qi.
Métamère D10.

Dacheng :

Selon Qianjin (ordonnance inestimable), ce point est le logis du hun et du po.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Harmonise l’estomac et tonifie la rate. Transforme l’humidité. Harmonise le qi.
Régularise les règles.
Selon Tai yi shen zhen :
Perméabilise les intestins et harmonise l’estomac. Point particulièrement efficace dans les ballonnements.
Régularise le qi et mobilise la stagnation de sang.

Lingshu :

- LS 14 : « Mensuration des os »

𩩲以下至天樞,長八寸,過則胃大,不及則胃小。天樞以下至橫骨,長六寸半,過則迴腸廣長,不滿則狹短。

« En descendant de l’appendice xiphoïde jusqu’au [point] Tian shu (25E), il y a 8 pouces de long ; si c’est plus, l’estomac est grand ; si c’est moins, l’estomac est petit1. En descendant du [point] Tian shu (25E) jusqu’à l’os pubien ( henggu)2, il y a 6,5 pouces de long ; si c’est plus, l’iléon et le caecum (迴腸 huichang) sont larges et longs ; si c’est moins, ils sont étroits et courts3. »

1. Le Leijing dit : « Au-dessous de l’appendice xiphoïde, au-dessus du nombril, c’est le réchauffeur moyen où loge l’estomac. C'est pourquoi, quand la partie supérieure de l’abdomen est longue et grande, l’estomac aussi est grand ; quand la partie supérieure de l’abdomen est courte et petite, l’estomac est également petit. »

2. henggu est aussi le nom du point 11Rn.

3. Les commentateurs modernes traduisent 迴腸 huichang par « gros intestin ». Le Leijing dit : « Au-dessous de Tian shu (25E) jusqu’à l’os du pubis, c’est le réchauffeur inférieur où demeurent l’iléon et le caecum (迴腸 huichang). C'est pourquoi, quand le bas-ventre est long et grand, l’iléon et le caecum sont aussi grands ; quand le bas-ventre est court et étroit, l’iléon et le caecum sont également petits. »

 

- LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »

請言氣街 […] 故氣在頭者,止之於腦;氣在胸者,止之膺與背腧;氣在腹者,止之背腧,與沖脈於臍左右之動脈者;氣在脛者,止之於氣街,與承山踝上以下。取此者,用毫針,必先按而在久應於手,乃刺而予之。所治者,頭痛眩,腹痛中滿暴脹,及有新。痛可移者,易已也;積不痛,難已也。

À propos du « carrefour des souffles (氣街 qìjiē)1 […] Quand le souffle est à la tête, il loge ( zhi)2 au cerveau3 ; quand le souffle est dans le thorax ( xiong) il loge des deux côtés de la poitrine ( ying) et aux [points] shu du dos4 ; quand le souffle est dans le ventre, il loge aux [points] shu du dos ainsi que dans le chōngmài et dans les artères à gauche et à droite du nombril5 ; quand le souffle est dans les jambes, il loge au [point] Qì jiē (30E), au [point] Chéng shān (57V) ainsi qu’au-dessus de la cheville6. Si l’on choisit [de traiter] cela, il faut employer des aiguilles fines (毫針 haozhen) ; on doit d’abord presser, attendre longtemps [le souffle] et seulement quand il répond sous la main on puncture afin de traiter7. On traite [ainsi] les céphalées, les étourdissements et les syncopes, les douleurs au ventre, les plénitudes abdominales, les ballonnements soudains ainsi que les amas récents. Ceux qui font mal et qui bougent sont faciles à guérir. Les amas qui ne sont pas douloureux sont difficiles à guérir. »

1. Qìjiē désigne les points de liaison des méridiens et des luò qui se situent à la tête, à la poitrine, au ventre et aux jambes. Qìjiē désigne aussi la région de l’artère fémorale et est un autre nom du point Qì chōng (30E).

 2. Il y a différentes interprétations de cette phrase. Certains l’interprètent comme : « pour traiter on choisit… », d’autres comme : « le souffle se rassemble à… ».

3. Le commentaire du Taisu dit : « Le cerveau, c’est le carrefour des souffles de la tête, c’est pourquoi quand le souffle est la tête, il s’arrête à Bai hui (20VG) ». Le Leijing dit : « Toutes les moelles dépendent du cerveau, et celui qui agit en tant que rassemblement le plus élevé des souffles, c’est le carrefour des souffles de la tête ».

4. Le Leijing commente : « Les deux côtés de la poitrine s’appellent ying ; quand le souffle est dans la partie antérieure de la poitrine, il demeure dans les deux côtés de la poitrine ( ying) : il s’agit d’une partie des méridiens yángmíng et shàoyīn. Quand il est dans la partie postérieure de la poitrine, il est aux [points] shu du dos. Il s’agit des points shu des organes du méridien taiyang de pied au-dessus de la 11ème vertèbre [dorsale] et du diaphragme ; ils sont tous le carrefour des souffles de la poitrine ».

5. Le Leijing dit : « Ce que l’on appelle les [points] shu du dos, ce sont pour le ventre tous les [points] d’organe du méridien taiyang au-dessous de la 11ème vertèbre [dorsale] et du diaphragme. Quant à ce qui circule dans la partie antérieure, ce sont les méridiens chongmai et shàoyīn, qui circulent ensemble au ventre, et l’artère des deux côtés du nombril ; c’est à dire aux [points] Huang shu (16Rn), Tian shu (25E), etc. Ils sont au carrefour des souffles du ventre ».

6. Le Leijing commente : « Ce que l’on appelle Qìjiē, c’est un [point] du méridien yangming de pied , c’est à dire le point Qì jiē (30E). Cheng shan (57V), c’est un point du méridien taiyang de pied, il se situe au-dessus et au-dessous de la cheville ; ils sont tous également le carrefour des souffles du pied ».

7. Le Taisu dit : « Les méthodes de puncture du carrefour des souffles consistent toutes à appuyer longtemps pour savoir si les souffles "répondent à la main" soit par le [déclenchement] d’une douleur sous la main soit par le battement d’un vaisseau sous la main. Ensuite, il faut procéder à une tonification ou à une dispersion des souffles ».

La traduction de Chamfrault diffère ! :

« Quand les méridiens des membres inférieurs sont en vide, le malade a la sensation de jambes glacées ; s’ils sont en plénitude, il a la sensation de chaleur dans les membres inférieurs. Quand les méridiens situés en haut du corps sont en vide, le malade a des vertiges ; s’ils sont en plénitude le malade a la sensation de chaleur dans le haut du corps qui est douloureux. S’il y a plénitude en haut, il faut puncturer de telle sorte qu’elle ne puisse descendre vers le bas. Si elle est en bas, il faut puncturer de telle sorte qu’elle ne puisse monter vers le haut. S’il y a vide, il faut, dans le haut ou dans le bas, y attirer l’énergie pour rétablir l’équilibre. Il existe quatre régions principales où s’effectuent les ramifications des méridiens : à la poitrine, au ventre, à la tête et au mollet où il faut puncturer les points Cheng jin (56V), Cheng shan (57V) et Fei yang (58V) avec l’aiguille n°7 après avoir appuyé longtemps sur le point avec le doigt. »

Jiayi jing :

III-21 : « Les vingt quatre points de l’abdomen qui [descendent] à partir du [point] Bu rong (19E), [situé] latéralement à 1,5 pouce de chaque [point] You men (21Rn), jusqu’au [point] Qi chong (30E) »
足陽明脈氣所發。
« Le souffle du méridien yangming de pied s’y déploie. »

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Les idéogrammes évoquent les notions de pivot, de ce qui est céleste et lointain, de vallée et de porte, de soutien de l’énergie yuan. On sait que le 25 ZYgM/E gouverne le mouvement du yang vers le yin correspondant à l’automne. En tant que tel, il est le logis du po. On sait aussi que l’automne, mouvement du yang vers le yin, relie la périphérie à la poitrine, quand l’hiver, mouvement du yin vers le yin, relie la poitrine à l’abdomen, quand le printemps, mouvement du yin vers le yang, relie l’abdomen à la poitrine, et quand l’été, mouvement du yang vers le yang, relie la poitrine à la périphérie. Ces relations expliquent :
- La localisation des perturbations secondaires à l’anomalie d’un de ces mouvements,
- La situation des points mu correspondants, compte tenu du fait que la mise en mouvement du yin et du yang, à midi et à minuit, se fait à partir du pelvis, lieu de la mise en mouvement de la vie.
On sait enfin que topographiquement le centre des quatre éléments gouverne la distribution du yin et du yang du centre du corps vers sa périphérie et son retour au centre.
La symptomatologie du point nous dit ses fonctions : "tout trouble du milieu du corps" en nous signifiant :
- une plénitude de yang globale : "divagation, irritable, susceptible, paroles surexcitées, emportement"
- un vide de l’abdomen (la poitrine étant tantôt vide, tantôt en plénitude ; en vide quand les souffles de la périphérie du corps ne rentrent pas dans le thorax ; en plénitude quand les yang ne rentrent pas dans les yin, y compris le yang/poitrine dans le yin/abdomen) : "troubles chroniques de l’estomac, de l’intestin, de la digestion par atonie ou vide".
- En particulier au niveau génital : "symptômes yin de l’utérus entraînant la stérilité avec troubles de la circulation sanguine".
Ce point est donc à puncturer dans les cas où le mouvement automnal du yang (haut, extérieur, arrière, gauche, périphérie) vers le yin (bas, inférieur, droit, tronc) est perturbé.

« L’homme et ses symboles en MTC », p 196
p 196 : Les viscères : zangfu […] Po-hun et les points 25E, 42V et 47V
« Le 25E, pivot céleste, est situé au milieu du corps, à hauteur de l’ombilic. « Au-dessus, c’est l’énergie du Ciel ; au-dessous, c’est celle de la Terre1 ». Il est logis du po-Terre et du hun-Ciel, sa fonction est en effet de relier Ciel et Terre pour qu’ils puissent être ensuite accomplis par le 12VC […] Le 42V, 魄戶 pohu, répond aux   jing (quintessence) et shen (« entrées et sorties ») du poumon. L’épuisement du jing d’un organe provient d’une maladie grave ou chronique ou d’un surmenage retentissant sur ce viscère […] Le 47V, 魂門 hunmen, régit le jing du foie et son shen (« allées et venues ») ».
1. A. Chamfrault, Traité de médecine chinoise, Coquemard, 1964.

« L’homme et ses symboles en MTC », p 202
« Le réchauffeur médian, de l’ordre de l’Homme, assure les cuissons et putréfactions des aliments, l’extraction du jing – quintessence de toutes nos nourritures – et la distillation des jinye –liquides organiques. Il a pour vocation d’accomplir, y compris au niveau de l’être, sa nature essentielle. Nous comprenons que le rôle du réchauffeur médian, à l’image de l’Homme, est de relier Ciel et Terre pour les accomplir en soi. Pour cela, nous avons à accéder à notre nature essentielle ( xing), notre nom ( ming) et notre destinée ( ming). Le 12VC, à mi-chemin du sternum et du nombril, commande la fonction d’accomplissement du réchauffeur médian. Le 25E, second point de commande du réchauffeur médian, situé à deux pouces de chaque côté de l’ombilic, donc verticalement au milieu du corps, relie et intègre Ciel et Terre en nous ».

Jean Marc Eyssalet :

Actes du congrès de la FAFORMEC – Rouen 2010, p23-24
En ce qui concerne le développement affectif et psychique au cours de l’enfance :

- Manque ou vide affectif de mère : 16Rn Huang shu 肓輸 « assentiment des membranes » ; 12Rt Ci gong 慈宮 « palais de l’affection » ; 25E Tian shu 天樞 « charnière céleste » ; 42V Po hu 魄戶 « porte du po ».
- Insuffisance de présence ou vide de la parole du père : 47V Hun men 魂門 « porte du hun » ; 50V Wei cang 胃倉 « grenier de l’estomac » ; 3IG Hou xi 後谿 « vallon postérieur » ; 44V Shen tang 神堂 « palais de l’esprit ».

Nan jing :

Difficulté 31 :
中焦者,在胃中脘,不上不下,主腐熟水穀,其治在臍傍。
Le Réchauffeur moyen se situe au niveau de l'estomac, ni au-dessus ni au-dessous. Il régit le pourrissement et le mûrissement de l'eau et des céréales. Il est traité (par un point situé) à côté de l'ombilic1.
1. Il s'agit du point tianshu (25E)


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Fièvre avec sensation de froid et divagation.
Maladies dégénératives.

Soulié de Morant :

Délire de fièvre typhoïde. Malaria avec paroles surexcitées ou malaria avec dépression.
Milieu du corps : tout trouble.

Duron-Borsarello :

Toutes les maladies dégénératives infantiles. Toutes les affections chroniques du yangming.

Dacheng :

Entassement chronique de l’énergie Froid. Maladie du shanghan avec ballonnement abdominal et dyspnée. Fièvre et frilosité avec logorrhée.
Flux et accumulation énergétique au niveau du thorax empêchant le malade de se tenir debout.

Sun Simiao :

Fièvre intermittente avec frissons de froid, chaleur excessive créant un délire verbal.
Syndrome herniaire dû au souffle. Syndrome herniaire et souffle mobile dans l’hypogastre se déplaçant dans les cinq viscères. Syndrome herniaire péri-ombillical entraînant une irruption brusque du souffle dans le thorax et une gêne respiratoire.

Psychisme

Soulié de Morant :

Les trois mémoires (héréditaires, semi-consciente et consciente). Les instincts primitifs, le Primate. « Logis de l’Automate-Perroquet et du Primate ».
Irritable, susceptible, emportement.

Dacheng :

Nervosité. Délire verbal.

Sun Simiao :

Fièvre intermittente avec frissons de froid, chaleur excessive créant un délire verbal.

Neurologie

Sun Simiao :

Épilepsie infantile due à une frayeur.

Pékin :

Paralysie musculaire de l’abdomen.

Pneumologie

Chamfrault :

Plénitude de la poitrine. Énergie qui assaille le coeur et la poitrine.

Soulié de Morant :

Flux et accumulation énergétique au niveau du thorax empêchant le malade de se tenir debout.

Dacheng :

Suffocation. Maladie du shanghan avec ballonnement abdominal et dyspnée.

Sun Simiao :

Hémoptysie. Remontée d'énergie brusque dans le thorax.
Syndrome herniaire péri-ombilical entraînant une remontée d'énergie brusque dans le thorax avec une gêne respiratoire.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Énergie qui assaille le coeur et la poitrine.

Soulié de Morant :

Coeur : intermittences par indignation ou malaria.

Dacheng :

Douleur péri-ombilicale avec sensation de compression au niveau du coeur.

Sun Simiao :

Remontée d'énergie brusque dans le thorax.

Digestif

Chamfrault :

Ballonnement abdominal ; impression que l’énergie court dans le ventre. Borborygmes.
Toutes les maladies chroniques de l’estomac et des intestins. Vomissements. Ne peut manger.
Troubles chroniques de la digestion. Douleur abdominale irradiant parfois jusqu’au coeur avec sensation de froid autour du nombril.
Maladies graves et chroniques des entrailles. Diarrhée à cause du vide de la rate. Selles liquides. Dysenterie blanche ou rouge. Parasites intestinaux. Ascite.

Soulié de Morant :

Maladies chroniques de l'estomac. Gastrite aiguë ou chronique ; boit trop ; mange mais reste maigre, maigrit. Vomissements du choléra. Vomissements de sang.
Douleur tranchante des intestins et de l'estomac.
Héraut du gros intestin (troubles par sentiments avec froid et dépression). Diarrhées : par atonie, ou par vide, ou par inflammation, prolongées, ou par froid arrêtant la digestion, ou liquides ne finissant pas. Dysenterie avec sang. Douleur tranchante des intestins par froid ou humidité sur excès de nourriture. Troubles chroniques. Enflures d’intestins. Vers intestinaux du duodénum ou du gros intestin.
Pancréas insuffisant (point de gauche) par infortune, par émotion ou par vide, ou avec douleurs.

Pékin :

Gastroentérite aiguë et chronique, dysenterie ; diarrhée infantile. Constipation, paralysie intestinale.
Appendicite. Occlusion intestinale aiguë.

Roustan :

Gastrite aiguë ou chronique ; Entérite aiguë ou chronique. Parésie intestinale, constipation. Ascaridiose intestinale. Vomissements. Diarrhée, coliques.

Duron-Borsarello :

Toutes les affections chroniques du yangming.

Nguyen van Nghi :

Gastrite. Gastroentérite aiguë ou chronique. Dysenterie. Constipation. Affections intestinales.

Dacheng :

Plathelminthiase, diarrhée, dysenterie avec émission de selles séro-sanguinolentes ou dysenterie chronique avec émission de selles liquides.
Anorexie. Ascite. Borborygmes. Nausées et vomissements par entassement chronique de l’énergie froid. Diarrhée « hivernale » due à l’offensive du froid. Maladie du
shanghan avec ballonnement abdominal et dyspnée.

Sun Simiao :

Ballonnement abdominal. Borborygmes. Inappétence. Indigestion.
Douleur abdominale violente et profonde. Dysenterie consécutive à un coup de froid en hiver avec douleur péri-ombilicale, dyspepsie, flatulences et douleur interne. « Porcelet galopant ». Tiraillements dans la région péri-ombilicale. Vomissements de sang.

Uro-néphrologie

Soulié de Morant :

Inflammation des reins. Urine insuffisante. Oedème. Enflure du visage.

Andrologie

Duron-Borsarello :

Pathologie testiculaire.

Gynécologie

Chamfrault :

Troubles de la circulation sanguine de l'utérus. Sang des règles avec caillots. Dysménorrhée. Règles irrégulières. Pertes blanches ou rouges. Stérilité due au yin à l’utérus. Hémorragie utérine ou inflammation de l'utérus.

Soulié de Morant :

Règles irrégulières ou règles difficiles avec dysménorrhée. Métrorragie (tonifier). Métrite.

Roustan :

Leucorrhée. Dysménorrhée. Stérilité.

Duron-Borsarello :

Affections des ovaires. Règles irrégulières.

Dacheng :

Kyste de l’ovaire. Fibrome d’origine sanguine. Leucorrhée rouge pâle. Règles irrégulières. Ménorragies.

Sun Simiao :

Douleur de l'utérus. Sang infecté dans l’utérus.

Métabolisme

Chamfrault :

Maladies dégénératives. Ascite.

Soulié de Morant :

Mange mais reste maigre ; maigrit. Enflure du visage.

Dacheng :

Ascite.

Sun Simiao :

Oedème superficiel de la face.

Appareil locomoteur

Roustan :

Lombalgie.

Pédiatrie

Duron-Borsarello :

Toutes les maladies dégénératives infantiles.

Sun Simiao :

Épilepsie infantile due à une frayeur.

Pékin :

Diarrhée infantile.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

LS 26 : « Maladies diverses » / Jiayi jing IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »
腹痛,刺臍左右動脈,已刺按之,立已;不已,刺氣街,已刺按之,立已。
« Dans les douleurs abdominales, on puncture les vaisseaux qui battent à droite et à gauche du nombril1. Après avoir puncturé, on appuie avec la main et [les douleurs] cessent immédiatement. Si elles ne cessent pas, on puncture le [point] Qi jie (30E) et l’on appuie dessus, [les douleurs] cesseront immédiatement. »
1. Le Leijing dit : « les vaisseaux qui battent à droite et à gauche du nombril équivalent aux [points] Huang shu (16Rn) du shaoyin de pied et Tian shu (25E) du yangming de pied. Les douleurs abdominales en relèvent (主 zhu) ».

Jiayi jing :

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
瘧振寒,熱甚狂言,天樞主之。
« La malaria avec tremblements dus au froid, fièvre intense et paroles insensées relève du [point] Tian shu (25E). »

- VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun1 »
臍疝繞臍而痛,時上衝心,天樞主之。
« La hernie ombilicale avec des douleurs périombilicales qui viennent fréquemment assaillir le coeur relève du [point] Tian shu (25E). »
1. Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur 伏梁 fuliang, l’amas du foie 肥氣 feiqi, l’amas de la rate 痞氣 piqi, l’amas du poumon 息賁 xiben et l’amas du rein 奔豚 bentun.

- VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun1 »
氣疝噦嘔,面腫奔豚,天樞主之。
« La hernie du souffle (氣疝 qishan)2 avec anxiété, vomissements, gonflement du visage, [l’amas] bentun relève du [point] Tian shu (25E). »
1. Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur 伏梁 fuliang, l’amas du foie 肥氣 feiqi, l’amas de la rate 痞氣 piqi, l’amas du poumon 息賁 xiben et l’amas du rein 奔豚 bentun.
2. La hernie du souffle (汽疝 qishan) désigne deux syndromes : le premier se caractérise par des douleurs abdominales qui, tantôt s’aggravent, tantôt diminuent ; c’est une maladie due à l’obstruction du fonctionnement du souffle causée par une nourriture inappropriée, par le froid ou la chaleur. Le second syndrome se caractérise par des douleurs et des gonflements du scrotum dues à la colère et à l’épuisement.

- VIII-3 : « Le gonflement des cinq organes et des six entrailles »
大腸脹者,天樞主之。
« Le gonflement du gros intestin relève du [point] Tian shu (25E). »

- IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin »
腹脹腸鳴,氣上衝胸,不能久立,腹中痛濯濯,冬日重感於寒則泄,當臍而痛,腸胃間游氣切痛,食不化,不嗜食,身腫(一本作重),俠臍急,天樞主之。
« Le gonflement abdominal avec borborygmes, le souffle qui monte assaillir la poitrine, l’impossibilité de rester longtemps debout, les douleurs avec [bruits de] clapotis dans l’abdomen, la diarrhée en cas d’une double atteinte par le froid en hiver, les douleurs péri-ombilicales, les gaz qui se déplacent dans les intestins et l’estomac [provoquant] des douleurs abdominales violentes, les aliments non digérés, l’anorexie, l’enflure du corps [une autre version écrit : le corps lourd] et les contractions des deux côtés du nombril relèvent du [point] Tian shu (25E). »

- IX-11: « Hernie tui1, incontinence ou rétention urinaires provoquées par l’atteinte du méridien (mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
陰疝氣疝,天樞主之。
« La hernie yin et la hernie du souffle (氣疝 qishan)2 relèvent du [point] Tian shu (25E) ».
1. 隤疝 tuishan ou hernie tui désigne, chez l’homme, les hernies scrotales qui se manifestent par un gonflement dur et douloureux du testicule et, chez la femme, un gonflement du bas-ventre qui survient dans le cadre de certaines maladies gynécologiques.
2. La hernie du souffle (汽疝 qishan) désigne deux syndromes : le premier se caractérise par des douleurs abdominales qui, tantôt s’aggravent, tantôt diminuent ; c’est une maladie due à l’obstruction du fonctionnement du souffle causée par une nourriture inappropriée, par le froid ou la chaleur. Le second syndrome se caractérise par des douleurs et des gonflements du scrotum dues à la colère et à l’épuisement.

- XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
女子胞中痛,月水不以時休止,天樞主之(千金云腹脹腸鳴,氣上衝胸,刺天樞)。
« Les douleurs dans l’utérus et les menstruations qui ne s’arrêtent pas à temps relèvent du [point] Tian shu (25E) ». [Le Qianjin dit : dans les gonflements abdominaux, les borborygmes intestinaux et le souffle qui monte assaillir la poitrine, on puncture le [point] Tian shu (25E)]


> OBSERVATIONS