Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

7P

Lie que



Noms secondaires

Tong xuan


Wan lao



> LOCALISATION

Chamfrault :

2 cun au-dessus du pli du poignet, dans le prolongement de la gouttière radiale. On peut le localiser de la manière suivante : on entrecroise les pouces des deux mains pour rechercher le point sur l’avant-bras gauche. La paume de la main droite est oblique sur la face dorsale de la main gauche, les doigts de la main droite étendus, l’extrémité de cette main placé sur la gouttière radiale indique l’emplacement du point.

Soulié de Morant :

Face antérieure de l’avant-bras, 3TDD au-dessus du poignet, dans la ligne de l’index, à l’angle du tendon du grand palmaire et du rebord supérieur de l’apophyse, dans un creux, en dedans de l’artère radiale, 5 TDD sous Kong zui (6P), 1 TDD au-dessus de Jing qu (8P), séparé par le grand palmaire de Nei guan (6MC).

Pékin :

Au-dessus de l’apophyse styloïde radiale, à 1,5 cun au-dessus du pli de flexion du poignet. Quand les index et les pouces des deux mains se croisent, le point se trouve justement sous l’extrémité de l’index dans une petite dépression.

Shanghai :

À la face antérieure de l’avant-bras, au bord externe de la gouttière radiale, à 1,5 cun au-dessus du pli du poignet et de Tai yuan (9P) qui s’y trouve.

Duron-Borsarello :

À 1,5 cun au-dessus de l’apophyse styloïde, sur l’artère radiale. Le point ne se trouve pas sur le parcours principal mais sur une branche de méridien, là où se place l’index quand on superpose inversement les deux paumes (?), à l’extrémité de l’index.

Nguyen van Nghi :

1,5 cun au-dessus du pli du poignet où se trouve Tai yuan (9P), légèrement en arrière de l’apophyse styloïde du radius (cf Chamfrault pour la technique de localisation avec les deux mains).

Dacheng :

À 1,5 cun du pli du poignet, au bout de l’index quand les deux mains se croisent, dans un creux entre deux os.

Sun Simiao :

1,5 cun au-dessus du pli de flexion du poignet ; une branche collatérale du shou taiyin part de ce point et va rejoindre le méridien yangming.

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
列缺去腕上一寸五分
« Le [point] Lie que (7P) se situe à 1,5 pouce au-dessus du poignet. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

En règle générale, 0,2 cun pendant 5 respirations.

Pékin :

Oblique vers le haut, 0,5 à 0,7 cun.

Shanghai :

Obliquement vers le coude, 0,5 à 1 cun.
En cas de tendinite, diriger l’aiguille vers la lésion de 0,5 à 1 cun.

Nguyen van Nghi :

Oblique vers le haut, 1 à 1,5 cun.

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
刺入三分,留三呼,灸五壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant trois expirations. On y fait cinq cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point de vaisseau secondaire vers le méridien shou yangming. À puncturer en même temps que He gu (4GI) dans les troubles de shou yangming.
Régit la tête et le cou comme Wei zhong (40V) la région rénale et le dos, Zu san li (36E) le ventre et He gu (4GI) la figure et la bouche.
Point clé qui, en liaison avec Zhao hai (6Rn), ouvre le méridien curieux renmai.

Soulié de Morant :

Il est important de bien discriminer ou excès (chaleur, congestions, inflammations, pouls profonds et durs), ou insuffisance (froid, faiblesse, pouls profonds et faibles).
Point de commande du renmai, toutes énergies yin, fournit l'énergie aux trois réchauffeurs et, par eux, à tous les méridiens.
Agit sur les troubles sexuels des femmes et des hommes, la peau, les gonflements d’abdomen, …
Répond à Zhao hai (6Rn) qui commande l’énergie d’activité yin.
Point de passage entre poumons et gros intestin.
Agit sur réchauffeur moyen, poumons, gorge, tête (face et cou), gros intestin, génito-urinaire, peau, main et poignet, psychisme, dents.

Shanghai :

Point luo de STYi et point clé de renmai. Stimule le renmai.
Traite le poumon.
Élimine le vent.

Duron-Borsarello :

Un des quatre points généraux pour les maladies de la tête (point clé selon la tradition récente), calme immédiatement la douleur dans toutes les brûlures ou sensation de brûlure, qu’elle soit d’origine thermique ou chimique, et en accélère la cicatrisation.
Désobstrue le poumon. Purifie et élimine la chaleur du poumon.
Couplé à 4GI, clarifie, fait écouler l’énergie du poumon et assure sa circulation.
Chasse le vent pervers.

Nguyen van Nghi :

Point clé de renmai et point luo de shou taiyin d’où partent les vaisseaux luo. Le luo transversal communique avec le shou yangming. Lingshu 64 précise : « si les voies internes du corps sont obstruées, on le verra aux vaisseaux luo ».Cela veut que les luo longitudinaux sont en rapport direct avec l’intérieur au niveau des organes/entrailles.

Auteroche :

Régularise le qi du poumon et permet sa diffusion.
Dégage la gorge et élargit le diaphragme.
Chasse le vent et dénoue la surface.
Permet la circulation des jingluo.
Métamère C6.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Élimine le vent.
Libère le biao. Vivifie les luo.
Dégage les poumons.

Dacheng :

- Énoncé 60 : Point à action céleste
« Lie que (7P), situé sur le côté et au-dessus du poignet, a la propriété de traiter les céphalées, les douleurs généralisées, l’obstruction pharyngée (glaires et salive), l’anarthrite et les trismus ».

- Énoncé 62
« Un des quatre points à action générale, avec Zu san li (36E), Wei zhong (40V) et He gu (4GI), indiqué dans les maladies de la région dorsolombaire ».
« Dans les troubles céphaliques et de la région cervico-faciale, utiliser Lie que (7P) ».

Lingshu :

LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) » / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
手太陰之別,名曰列缺。起於腕上分間,并太陰之經,直入掌中,散入於魚際。其病實則手銳掌熱;虛則欠,小便遺數。取之去腕寸半。別走陽明也 […] 凡此十五絡者,實則必見,虛則必下。視之不見,求之上下。人經不同,絡脈亦所別也。
« Le luo (別 bie) de taiyin de main s’appelle Lie que (7P)1. Il commence (起 qi) dans le plan de séparation [des chairs] au-dessus du poignet*, [circule] parallèlement au méridien taiyin, entre tout droit dans la paume et entre se disperser dans l’éminence thénar. Quand il est atteint, en cas de plénitude (實 shi), la styloïde radiale et la paume de la main sont chaudes ; en cas de vide (虛 xu), il y a bâillements avec pandiculation (欠㰦 qianqu)2, incontinence urinaire ou pollakiurie. On le traite à une distance et demie du poignet [d’où] il se sépare pour aller au yangming3 […] Chacun de ces quinze luo4, en cas de plénitude, est obligatoirement visible ; en cas de vide, ils sont obligatoirement enfoncés. Quand ils ne sont pas visibles, on les cherche en avant et en aval [du point luo, car] les méridiens (經 jing) des hommes n’étant pas identiques, les vaisseaux luo sont également différents5. »
* Le Jiayi jing dit : « Il commence dans l’intervalle des muscles au-dessus du poignet.
1. Ici, le 絡
luo est appelé 別 bie, ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or, [ici] on ne dit pas 絡 luo mais 別 bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Le
Leijing dit : « 欠㰦 qianqu veut dire ouvrir la bouche et s’étirer ; le vide est causé par l’insuffisance du souffle du poumon, c’est pourquoi on bâille avec pandiculation ».
3. Le
Leijing dit : « C’est le luo de taiyin qui se sépare pour aller au yangming ; quant au luo de yangming, il s’appelle Pian li (6GI) et entre également dans le taiyin qui forme [avec lui] un couple superficie/profondeur (表裏 biaoli). C’est pourquoi afin de communiquer [ces méridiens] déversent leur luo l’un dans l’autre et il en est de même pour tous les autres méridiens ».
4. Le
Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ce chapitre (LS 10) compte quinze méridiens luo avec le changqiang du dumai et le weiyi du renmai [tandis que] le Nanjing compte quinze méridiens luo avec les luo du yangqiao et du yinqiao. [Ce dernier] ignore totalement que c’est par les vaisseaux luo que le dumai gouverne les yang et que le renmai gouverne les yin ; c’est encore le Lingshu qui a raison. » Le Leijing écrit : « Dans ce chapitre, le luo (別 bie) de taiyin de pied s’appelle gongsun, mais il y a aussi le grand luo de la rate qui s’appelle dabao, le luo (別 bie) de yangming de pied s’appelle fenglong, mais dans [le chapitre] "Sur la respiration et le pouls du sujet sain" (Suwen 18), il y a aussi le grand luo de l’estomac qui s’appelle xuli. Cependant, chaque méridien n’a qu’un seul luo, mais la rate et l’estomac en ont chacun deux, car la rate et l’estomac sont l’origine (本 ben) des organes et des entrailles et les douze méridiens en reçoivent tous le souffle. On compte en tout seize luo. »
5. Le
Taisu dit : « En cas de plénitude, le sang remplit les vaisseaux, c'est pourquoi [ils sont] obligatoirement visibles ; en cas de vide, le sang manque dans les vaisseaux, c'est pourquoi ils s’enfoncent obligatoirement. Les vaisseaux enfoncés sont difficiles à voir, c'est pourquoi on les cherche en amont ou en aval. L’homme est doté du souffle et du corps, aucune partie ne peut être identique [chez les sujets différents], comment serait-il possible qu’il y ait des méridiens et des luo identiques ? C'est pourquoi il faut les chercher en amont et en aval et alors on peut les voir. »
Remarque personnelle : Ordre de citation des méridiens luo dans le Jiayi jing et le Lingshu :
P – C – MC – IG – GI – TR – V – VB – E – Rt – Rn – F – VC – VG – 21Rt 

Jiayi jing :

III-24 : « Les dix huit points du taiyin de main aux membres supérieurs »
列缺,手太陰之絡 [] 別走陽明者
« Le [point] Lie que (7P) est le [point] luo du taiyin de main […] Un trajet se sépare vers (別走 bie zou) le yangming. »

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Ce point luo régularise l’intérieur et l’extérieur de shou taiyin, rythme le shou yangming par le luo transversal et gouverne les moyens de contact tels que main et réchauffeur moyen par le luo longitudinal.
Il est de plus utilisé unilatéralement dans les maladies externes touchant le shou yangming homolatéral et le zu taiyang controlatéral.
Il est encore le point clé du renmai.

Jean Marc Eyssalet :

Connaissance de l’acupuncture : Intestins, labyrinthes et métamorphoses – 2008
手太陰獨受陰之清 shou tai yin du shou yin zhi qing
« Le yin suprême de la main seul reçoit le clair du yin » (Lingshu 40)
Le clair du yin représente le « clair du clair » et restitue à shou taiyin la place de premier méridien transportant l’énergie essentielle rassemblée à partir du foyer supérieur par l’organe des poumons. Le shou taiyin initie donc le mouvement de distribution des énergies claires dont les poumons, « premier ministre », ont la charge. Mais cette énergie claire aura elle-même deux destinations, déterminant ainsi deux états, l’un clair du clair, l’autre trouble du clair. Le clair du clair monte effectivement en direction des sept grands orifices supérieurs pour y introduire à la fois énergie et liquides nécessaires à l’entretien et au pouvoir de thésaurisation du cerveau.
Trois points du shou taiyin semblent ici jouer un rôle intéressant dans cette distribution du clair vers la tête : le 3P, 天府 Tian fu, « Palais céleste », en tant que point « fenêtre du ciel » règle la montée de l’énergie vers la tête (liquides du nez et de la bouche conditionnés par le rapport foie-poumons, LS 21) ; le 6P, 孔最 Kong zui, « Réunion des ouvertures », point xi qui libère le larynx et les cordes vocales ; le 7P, 列缺 Lie que, « Défilé des brèches », point luo qui ouvre le renmai et fait monter le yin de la tête.
Il est intéressant de constater à ce sujet que le point d’ouverture du dumai correspondant au point yuan et de tonification du shou taiyang lié à l’intestin grêle et au trouble du trouble, alors que celui du renmai correspond au point luo du shou taiyin, lié aux poumons et au clair du clair. Shou taiyin fait monter les énergies transformées à l’interne et shou taiyang prépare la descente des énergies impressionnées et modifiées par le rapport à l’externe. Le renmai gère (任 ren) l’organisation interne en fonction des apports externes clarifiés (7P), le dumai contrôle (督 du) l’agitation (« le bruit ») en fonction des besoins de l’absorption interne (3IG).


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Pékin :

Maux de tête.

Chamfrault :

Paludisme. Frissons dans le dos. Küt cadavérique avec les quatre membres glacés (tendance syncopale)
Manque d’énergie. Migraine.
En tant que point luo :
Plénitude (yang) : chaleur de la paume des mains, sensation de chaleur avec sueurs au niveau de la poitrine. Enflure subite des quatre membres.
Vide (yin) : Sensation de froid dans le dos et la poitrine.

Nguyen van Nghi/Roustan :

Céphalée.

Duron-Borsarello :

Migraine chronique.
Instabilité de la couleur du visage.

Dacheng :

Toute affection induite par le vent. Tétanie. Fièvre et frilosité.
Sensation de chaleur de la paume des mains.
Maladie évolutive du froid (shanghan) avec fièvre persistante.
Maladies de la tête, céphalée généralisée, céphalée d’origine externe (disperser à l’opposé), hémicrânie.
En tant que point luo :
Plénitude : sensation de chaleur dans le dos et la poitrine, sudation, enflure subite des quatre membres.
Vide : sensation de froid dans le dos et la poitrine, souffle court.

Sun Simiao :

Chaud et froid. Chaleur du corps, de la main et de l’avant-bras. Fièvre intermittente avec chaud et froid. Fièvre intermittente avec très forte chaleur. Fièvre débutant par les extrémités des membres et gagnant tout le corps. Maladies chaudes avec agitation de l’esprit, mélancolie. Sudation.
Froid et tremblements dans le dos et l’épaule. Sensation de froid accompagnant les mouvements.
Inversion et reflux du souffle. Reflux du souffle et froid.
Souffle pathogène. Vent pathogène.

Psychisme

Chamfrault :

Rires, divagation et visions.

Soulié de Morant :

Perte de mémoire.
Tremblements nerveux, émotivité.
Crise de désespoir. Rit trop aisément. Ou visions extravagantes, hallucinations.

Dacheng :

Illusion. Culte du moi. Excès d’euphorie. Rire immotivé. Oubli.

Sun Simiao :

Frayeurs, hallucinations. Amnésie.
Aime rire. Patient angoissé se croisant constamment les mains.
Agitation de l’esprit et mélancolie 
au cours des maladies de la chaleur.

Neurologie

Chamfrault :

Hémiplégie avec déviation de la bouche et des yeux. Insensibilité du corps à cause de bi ou de fong.
Épilepsie. Trismus. Lèvres pendantes, relâchées.

Soulié de Morant :

Tremblements nerveux. Tics : spasmes. Trismus.
Névralgie faciale. Paralysie faciale (orbiculaire des lèvres relâché, déviation de la bouche, ne peut fermer les paupières).

Pékin :

Paralysie faciale. Névralgie du trijumeau.

Roustan :

Paralysie faciale. Hémiplégie.

Duron-Borsarello :

Névralgie du trijumeau et du nerf facial (?). Hémiplégie : paralysie du bras et des paupières.
Épilepsie.

Nguyen van Nghi :

Paralysie faciale.

Dacheng :

Maladie du vent céleste (maladie que l’on ne prévoit pas) : déviation de la bouche et des yeux, faiblesse du poignet, hémiplégie.
Trismus. Épilepsie. Coma cadavérique. Opisthotonos. Anarthrie.

Sun Simiao :

Convulsions avec lèvres serrées, nez dilaté et sudation à grosses gouttes au-dessous des yeux.
Épilepsie due à la chaleur.
Retrait de l’énergie des membres.

Ophtalmologie

Soulié de Morant :

Orgelet, abcès de la paupière.
Ne peut fermer les paupières (paupière opposée).

Dacheng :

Amblyopie.

Sun Simiao :

Oedème de la face et des yeux avec éruption. Larmoiements.

ORL

Chamfrault :

Angine. Glaires qui obstruent la gorge.

Soulié de Morant :

Gorge opposée. Amygdales. Larynx.

Roustan :

Affections de la gorge.

Dacheng :

Obstruction pharyngée par glaires ou salive. Glaires qui obstruent la gorge et empêchent la prise des médicaments.

Stomatologie

Soulié de Morant :

Odontalgie aiguë.
Abcès de la bouche et de la langue. Salive, crache.

Dacheng :

Lèvres éversées.

Dermatologie

Soulié de Morant :

Inflammation cutanée. Brûlures de toute provenance, chimiques, feu, coup de soleil.
Démangeaisons, douleurs.
Peau luisante avec poils ?

Roustan :

Urticaire.

Duron-Borsarello :

Chaleur et eczéma des paumes des mains.

Sun Simiao :

Oedème de la face et des yeux avec éruption.

Pneumologie

Chamfrault :

Toux avec glaires.

Soulié de Morant :

Douleur aiguë dans la poitrine.
Voies respiratoires : influenza. Toux, trachée. Bronches. Glaires abondantes.
Fièvre des poumons. Congestion pulmonaire (respiration contractée, peu d’énergie pour respirer)
Crachats rouillés, rouges.

Pékin :

Toux. Asthme.

Roustan :

Toux. Suffocation intermittente.

Duron-Borsarello :

Plénitude de la poitrine avec mucosités.

Nguyen van Nghi :

Toux et dyspnée. Asthme.

Dacheng :

Entassement de l’énergie des poumons. Dyspnée. Vomissements mousseux.
Toux avec expectoration abondante (transfixier 7P jusqu’au 9P). Toux avec glaires/froid.

Sun Simiao :

Dyspnée due à une insuffisance du souffle.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant :

Douleur aiguë au coeur et à la poitrine.

Dacheng :

Attitude mains contre le coeur (cardialgie).

Digestif

Chamfrault :

Vomissements de glaires.

Soulié de Morant :

Douleur abdominale aiguë. Abdomen douloureux, enflé, plein. Troubles de la digestion (nourriture ne descend pas), douleur épigastrique. Diarrhée grave ?
Hémorroïdes enflées.

Dacheng :

Vomissements salivaires.

Sun Simiao :

Syndrome cholériforme.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Urines chaudes avec hématurie.

Soulié de Morant :

Urines fréquentes et profuses, surtout en début de nuit.

Roustan :

Hématurie.

Duron-Borsarello :

Hématurie. Miction douloureuse et brûlante.

Sun Simiao :

Miction douloureuse et brûlante.

Andrologie

Chamfrault/Dacheng :

Spermatorrhée. Douleur de la verge.

Soulié de Morant :

Douleur du pénis à l’émission de sperme.

Sénologie

Soulié de Morant :

Abcès du sein, inflammation du sein.

Gynécologie

Dacheng :

Dysménorrhée.

Obstétrique

Soulié de Morant :

Après accouchement : raideur, ne parle pas, douleur aux lombes, froid au nombril.
Le foetus ne sort pas.

Hématologie

Soulié de Morant :

Sang : maladies ou troubles du sang.

Métabolisme

Chamfrault :

Enflure aux épaules, enflure et douleur des quatre membres et du visage.

Soulié de Morant :

Enflure subite des quatre membres. Enflure de la face.

Roustan :

Gonflement des membres.

Dacheng :

Oedème des membres et du visage.
Douleur d’origine énergétique.
Troubles céphaliques et de la région cervico-faciale (point à action générale) (énoncé 62).

Sun Simiao :

Humidité dans tout le corps. Gonflement des membres. Gonflement soudain des membres.
Oedème de la face et des yeux.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Poignet sans force.
Chaleur de la paume des mains. Rhumatisme de l'épaule.

Soulié de Morant :

Poignet et main sans force, flasques. Main maladroite.
Lassitude lombaire.

Pékin :

Raideur de la nuque.

Roustan :

Douleur cervicale.
Affections des tissus mous du poignet.

Nguyen van Nghi :

Cervicalgie.

Dacheng :

Sensation de chaleur de la paume des mains. Faiblesse du poignet.
Bi de l’épaule.

Sun Simiao :

Chaleur de la paume des mains. Chaleur du corps, de la main, de l’avant-bras.
Chaleur dans le dos et l’épaule. Froid et tremblements dans le dos et l’épaule.
Douleur du coude.
Retrait de l’énergie des quatre membres.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

SW 32 : « L’acupuncture dans les fièvres »
諸治熱病,以飲之寒水乃刺之,必寒應之,居止寒處,身寒而止也 [] 熱病始手臂病者,刺手陽明太陰而汗出止。
« Toutes les maladies chaudes se traitent par les boissons fraîches et l'acupuncture. On habille de vêtements frais le malade que l'on fait reposer dans un endroit frais. Dès que le corps est rafraîchi, on cesse les piqûres [] Si la maladie débute par des douleurs du bras, on pique les yangming et taiyin de main1 jusqu’à transpiration ».
1- Il s'agit respectivement de Shang yang (1GI) et Lie que (7P).

Lingshu :

- LS 10 : « Les méridiens (經脈 jing mai) » / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo, et les branches distinctes »
手太陰之別,名曰列缺。起於腕上分間,并太陰之經,直入掌中,散入於魚際。其病實則手銳掌熱;虛則欠,小便遺數。取之去腕寸半。別走陽明也。
« Le luo (別 bie) de taiyin de main s’appelle Lie que (7P)1. Il commence (起 qi) dans le plan de séparation [des chairs] au-dessus du poignet*, [circule] parallèlement au méridien taiyin, entre tout droit dans la paume et entre se disperser dans l’éminence thénar. Quand il est atteint, en cas de plénitude (實 shi), la styloïde radiale et la paume de la main sont chaudes ; en cas de vide (虛 xu), il y a bâillements avec pandiculation (欠㰦 qianqu)2, incontinence urinaire ou pollakiurie. On le traite à une distance et demie du poignet [d’où] il se sépare pour aller au yangming3. »
* Le Jiayi jing dit : « Il commence dans l’intervalle des muscles au-dessus du poignet.
1. Ici, le 絡
luo est appelé 別 bie, ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or, [ici] on ne dit pas 絡 luo mais 別 bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Le
Leijing dit : « 欠㰦 qianqu veut dire ouvrir la bouche et s’étirer ; le vide est causé par l’insuffisance du souffle du poumon, c’est pourquoi on bâille avec pandiculation ».
3. Le
Leijing dit : « C’est le luo de taiyin qui se sépare pour aller au yangming ; quant au luo de yangming, il s’appelle Pian li (6GI) et entre également dans le taiyin qui forme [avec lui] un couple superficie/profondeur (表裏 biaoli). C’est pourquoi afin de communiquer [ces méridiens] déversent leur luo l’un dans l’autre et il en est de même pour tous les autres méridiens ».
Traduction de Chamfrault :
« L’embranchement distinct du shou taiyin est appelé Lie que (7P) (crevasse de la ramification)1. Il part au-dessus du poignet dans la démarcation (au point Lie que). Il rejoint le vaisseau taiyin. Il entre directement dans la paume (par l’apophyse styloïde) et se disperse en pénétrant dans le Yu ji (10P), point de l’éminence thénar. En cas de maladie par plénitude, on observe la chaleur au niveau de l’apophyse de la main (apophyse radiale) et de la paume. En cas de vide, on assiste aux bâillements répétés et les mictions augmentent (pollakiurie). On traite par l’acupuncture à 1,5 cun au-dessus du poignet, c’est-à-dire au point Lie que (7P) ».
1. Commentaire de Ming Wong : Le caractère lie désigne une rangée et, par extension, une branche ou ramification. Le mot que s’applique à une fissure ou une crevasse. Le terme lie que évoque la dépression située à la partie postéro-externe du poignet (tabatière anatomique) et s’applique à la ramification du taiyin ou vaisseau secondaire luo.

LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing VIII-1 (1) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
風感則為寒熱。皮寒熱,皮不可附席,毛髮焦,鼻槁臘,不得汗,取三陽之絡,補手太陽。
« Les atteintes (感 gan) par le vent provoquent des frissons et de la fièvre1. Dans les frissons et la fièvre de la peau2, la peau [est tellement douloureuse que] l’on ne peut pas toucher la natte, les poils et les cheveux sont comme calcinés, le nez est extrêmement desséché3 et l’on n’arrive pas à transpirer. On traite le [point] luo du troisième yang et on tonifie le taiyin de main4. »
1. Cette phrase provient du texte correspondant du Jiayi jing VIII-1 (1).
2. Les frissons et la fièvre de la peau, des muscles et des os correspondent aux frissons et à la fièvre provoqués par le degré de pénétration du vent pervers dans le corps.
3. Remarque : Le Jiayi jing emploie un terme différent (voir vol 2, p 404) du Lingshu qui utilise 槁 gao.
4. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Il faut traiter Fei yang (58V) qui est le point luo du méridien de la vessie taiyang de pied en le dispersant, car le taiyang est le troisième yang. Il faut aussi traiter Lie que (7P) qui est le point luo du méridien du poumon du taiyin de main en le tonifiant ». Pour notre part, nous serions tenté de voir comme point luo du troisième yang le point Zhi zheng (7IG) du taiyang 
de main, car ce point a une action importante sur la peau.

- LS 22 : « Démences » / Jiayi jing XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jueyang et une grande frayeur »
癲疾始生,先不樂,頭重痛,直視,舉目赤甚,作極已而煩心,候之於顏,取手太陽、太陰,血變而止。
« Lorsque l’épilepsie (癲疾 dianji) est sur le point de se produire, on est d’abord mélancolique (不樂 bule), la tête est lourde et douloureuse, le regard se lève vers le haut (視舉 shiju) et les yeux sont rouges. Après un accès extrême*, [le malade] est angoissé (煩心 fanxin). [Pour en faire le diagnostic] on observe le front [du malade]1. On traite les taiyang, yangming et taiyin2 de main et l’on arrête lorsque le sang change [de couleur]3 ».
* Le texte correspondant du Jiayi jing traduit le même terme ji 極 par « interne » au lieu de « extrême ».
1. Le Leijing dit : « Pour en faire le diagnostic, on observe le front [du malade], [car] la couleur du pervers doit obligatoirement y apparaître. »
2. Le
Leijing dit : « Il faut traiter les points Zhi zheng (7IG) et Xiao hai (8IG) du taiyang de main, Pian li (6GI) et Wen liu (7GI) du yangming de main ainsi que Tai yuan (9P) et Lie que (7P) du taiyin de main ».
3. Le
Leijing dit : « [Lorsque l’on] disperse en éliminant le sang pervers, il faut attendre que la couleur du sang change et ensuite arrêter [le traitement par] les aiguilles ».

- LS 22 : « Démences » / Jiayi jing XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jueyang et une grande frayeur »
狂之始生,先自悲也,善忘善怒善恐者,得之憂飢。治之先取手太陰、陽明,血變而止,及取足太陰、陽明。
« Lorsque la folie furieuse (狂 kuang) est sur le point de se produire, [le malade] ressent d’abord du chagrin [puis] devient amnésique, coléreux et peureux. [Cette maladie] est causée par la tristesse et la faim. Pour la soigner, on traite d’abord les taiyin et yangming de main1 et on arrête [le traitement] dès que le sang change [de couleur]. On traite ensuite les taiyin et yangming de pied2. »
1. Le Leijing dit : « Les [points] Tai yuan (9P) et Lie que (7P) du taiyin de main ainsi que les [points] Pian li (6GI) et Wen liu (7GI) du yangming de main ».
2. Le
Leijing dit : « Les [points] Yin bai (1Rt) et Gong sun (4Rt) du taiyin de pied ainsi que les [points] San li (36E) et Xie xi (41E) du yangming de pied ».

Dacheng :

Énoncé 3 :
« Fièvre intermittente de l’automne localisée aux poumons : sensation de froid à l’estomac, plus crainte du froid que fièvre, peur après la fièvre (puncturer 4GI et 7P). »

Jiayi jing :

- VII-1 (2) : « Atteinte par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens »
熱病先手臂瘈瘲,唇口聚鼻張,目下汗出如轉珠,兩乳下二寸堅,脅滿,悸,列缺主之。
« Les maladies fébriles (熱病 rebing) où [l’on souffre] d’abord d’agitation convulsive des mains et des bras avec les lèvres pincées (唇口聚 chunkouju)1, les narines ouvertes, la sueur qui coule comme des perles2, des accumulations obstructives (堅 jian) [situées] deux pouces au-dessus des seins, de la plénitude aux côtés du thorax et des palpitations relèvent du [point] Lie que (7P). »
1. La présente édition traduit 唇口聚 chunkouju par trismus.
2. Remarque : le texte original précise "sous les yeux" (muxia 目下).


- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
一,肺瘧,令人心寒,甚熱,熱間善驚,如有所見者。刺手太陰陽明。
« La malaria du poumon provoque chez le patient froid au coeur, de la fièvre après un froid intense, des frayeurs fréquentes pendant la fièvre comme s’il avait des hallucinations. On puncture les taiyin et yangming de main1. »
1. Selon Wang Bing, il s’agit des points Lie que (7P) et He gu (4GI).

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
« La malaria avec fièvre intense relève du [point] Lie que (7P). Dans la malaria avec jue froid ou jue chaud, anxiété, hoquet fréquent, sensation de plénitude [dans la région] du coeur (心滿 xinman) et transpiration, on puncture le [point] Shao shang (11P) en le faisant saigner et [le patient] guérit immédiatement. »

VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang »
瘧熱盛,列缺主之。
« La malaria avec fièvre intense relève du [point] Lie que (7P). »

- VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱胸背急,喉痺,咳上氣,喘,掌中熱,數欠伸,汗出善忘,四肢厥,善笑,溺白,列缺主之
« Les frissons et la fièvre avec serrement à la poitrine et au dos, bi du larynx, toux avec remontée du souffle et dyspnée, chaleur de la paume des mains, bâillements et étirements fréquents, transpiration, oublis fréquents, reflux par jue des quatre membres, rire facile et urine blanche relèvent du [point] Lie que (7P). »

- VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre »
寒熱咳嘔沫,掌中熱,虛則肩臂寒栗,少氣不足以息,寒厥,交兩手而瞀,口沫出,實則肩背熱痛,汗出,四肢暴腫,身濕(一本作溫)搖,時寒熱,飢則煩,飢則善,面色變,口噤不開,惡風泣出,列缺主之。
« Les frissons et la fièvre avec toux et vomissements mousseux, chaleur de la paume des mains [qui s’accompagnent], en cas de vide, de frissons aux épaules et au dos, d’un manque de souffle qui ne suffit pas pour respirer, de jue froid, de croisement des bras sur la poitrine avec dépression et trouble, bave écumeuse ou, en cas de plénitude, de douleur et chaleur aux épaules et au dos, de transpiration, de gonflements subits des quatre membres, de corps humide [une autre version dit chaud à la place d’humide] et agité, de frissons et fièvre fréquents, d’anxiété si l’on a faim, de teint souvent altéré1 quand on est rassasié, d’un trismus de la bouche qui l’empêche de s’ouvrir, de crainte du vent et de pleurs relèvent du [point] Lie que (7P). »
1. Littéralement, « la couleur du visage change souvent ». Une note de l’édition chinoise précise que le mot « souvent » est absent du texte du Waitai.

- VIII-3 : « Le gonflement des cinq organes et des six entrailles »
心脹者,心主之,亦取列缺。
« Le gonflement du coeur relève du [point] Xin shu (15V) et on traite également le [point] Lie que (7P). »

- XI-9 (2) : « Les abcès et les abcès térébrants provoqués par le souffle froid qui se loge dans les méridiens et les luo ainsi que la lèpre et l’eczéma aigu provoqué par le vent qui s’accumule » / SW 28 : « Discussion générale sur le vide et le plein »
暴癰筋濡(一本作軟),隨分而痛,魄汗不盡,胞氣不足,治在其經。腋癰大熱,刺足少陽五,刺而熱不止,刺手心主三,刺手太陰經絡者,大骨之會各三。
« Les abcès soudains avec raccourcissement des tendons, douleurs le long des plans de séparation des chairs (分 fen), transpiration (魄汗 pohan)1 incessante et insuffisance du souffle de la vessie (胞 bao) se soignent par les points shu de ce méridien (經 jing)2. Dans les abcès sous les aisselles avec fièvre intense on puncture le shaoyang de pied3 à cinq reprises. Si, après la puncture, la fièvre ne cesse pas, on puncture [le jueyin] de main, ministre du coeur, à trois reprises, [point] luo du méridien taiyin de main4 et le [point] Da gu zhi hui5, chacun à trois reprises. »
1. Pohan signifie littéralement « sueurs de l’âme po » ou transpiration cutanée, car le poumon thésaurise l’âme po (âme sensitive) et est associé à la peau. Selon Leijing, il s’agit d’une sueur froide.
2. Il s’agit du méridien de vessie, taiyang de pied.
3. Selon Leijing, il s’agit des points Yuan ye (22VB) et Zhe jin (23VB). Selon Suwen zhuzheng fawei, il s’agit seulement du point Yuan ye (22VB).
4. Selon le Leijing il s’agit du point Lie que (7P).
5. Selon Wang Bing, le Leijing et le Suwen zhuzheng fawei il s’agit du point Jian zhen (9IG).


- XII-11 : « Diverses maladies infantiles »
小兒驚癇如有見者,列缺主之,並取陽明絡。
« Les convulsions infantiles [avec des crises] comme si [l’enfant] avait des hallucinations relèvent du [point] Lie que (7P) ; on traite également le luo du yangming ». [Il s’agit du point Pian li (6GI)]


> OBSERVATIONS