Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

39E

Xia ju xu



Noms secondaires

Xia lian


Ju xu xia lian



> LOCALISATION

Chamfrault :

1 cun au-dessous de Tiao kou (38E), à 6 cun de Zu san li (36E). Pour localiser ce point, il faut mettre le sujet en position accroupie, la jambe levée.

Soulié de Morant :

Face antéro-externe de jambe, 6 TDD au-dessus de la malléole externe, au rebord postérieur du jambier antérieur, dans un creux, au rebord antérieur de l’extenseur commun des orteils.

Pékin :

À 3 cun au-dessous de Shang ju xu (37E), sur la même verticale.

Shanghai :

À 3 cun au-dessous de Shang ju xu (37E), sur la même verticale, 9 cun au-dessous de l’interligne articulaire du genou.

Duron-Borsarello :

À 3 cun au-dessous de Shang ju xu (37E), à 6 cun de Zu san li (36E).

Nguyen van Nghi :

À 9 cun au-dessous de Du bi (35E).

Dacheng :

À 3 cun au-dessous de Shang ju xu (37E), entre deux muscles.

Sun Simiao :

À 3 cun au-dessous de Shang lian (37E).

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
巨虛下廉在上廉下三寸。
« Il se situe à trois pouces au-dessous du [point] Ju xu shang lian (37E). »
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,8 cun pour Tongren. 0,3 cun pour Suwen. 0,6 cun pour Mingtang.

Pékin :

Perpendiculaire, 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 1 à 2 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 1 à 2,5 cun.

Dacheng :

Selon Tongren, 0,8 cun. Selon Suzhu, 0,3 cun. Selon Mingtang, 0,6 cun, disperser dès l’arrivée de l'énergie. Selon Jiayi, moxas 49 fois par jour.

Lingshu :

LS 4 : « Souffle pervers, organes et des entrailles et symptômes objectifs des maladies » / Jiayi jing IV-2 (2) : « Les symptômes des maladies et le diagnostic par les pouls »
En parlant des points he :
黃帝曰:取之奈何?岐伯答曰:取之三里者,低跗取之;巨虛者,舉足取之;委陽者,屈伸而索 之;委中者,屈而取之;陽陵泉者,正豎膝予之齊下,至委陽之陽取之;取諸外經者,揄申而從之。
« Huang di demanda : Comment les traite t-on ?
Qi bo répondit : Pour traiter le [point] San li (36E), il faut faire baisser le dessus du pied ; pour traiter les [points] Ju xu (37E et 39E), il faut faire lever le pied ; pour traiter le [point] Wei yang (39V), il faut faire plier et étendre (屈伸 qushen)1 [la jambe] ; pour traiter le [point] Wei zhong (40V), il faut faire plier le genou ; pour traiter le [point] Yang ling quan (34VB), il faut faire redresser les genoux l’un à côté de l’autre en position debout et, en descendant jusqu’au [point] Wei yang (39V), on prend le côté externe [de la jambe]2,3. Pour traiter les points des méridiens (經 jing) à l’extérieur, il faut d’abord faire plier puis étendre [les membres]. »
1. Le Jiayi jing écrit : « Il faut faire plier à moitié la jambe » mais précise que 屈伸 qushen peut aussi se traduire par plier puis étendre.
2. Le texte en langue moderne traduit ce passage ainsi : « pour localiser le [point] Yang ling quan (34VB), il faut faire redresser le corps en position accroupie afin que les genoux soient au même niveau et [le point] est sur la face externe [de la jambe] sous le point Wei yang (39V) ».
3. Le 
Jiayi jing écrit : « … et, en descendant jusqu’au [point] Wei yang (39V), on trouve le point Yang ling quan (34VB) sur la face externe [de la jambe]
Chamfrault dit dans sa traduction : « Quand on puncture le point San li (36E), il faut que le talon du malade, qui est en position debout ou assise, repose sur le sol »

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
刺入三分,灸三壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on y fait trois cônes de moxa ».
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point he de l’intestin grêle.
D’après Dog Fun, ce point est à puncturer dans tous les cas de vide de la partie supérieure (et le 37E dans tous les cas de plénitude de la partie supérieure).

Soulié de Morant :

Répond dans Qian ding (21VG)
Tonifie les trois mémoires (instinctive, semi-consciente et consciente). Tonifie le lobe temporo-pariétal opposé sachant que :
- à gauche se trouve le siège de la mémoire consciente, présente (langage), et de la mémoire semi-consciente qu’il est possible d’évoquer avec effort, concernant langage, organes des sens et leurs fonctions physique et psychique (compréhension des perceptions et mémoires visuelle, auditive, olfactive, gustative).
- à droite se trouve le siège de la mémoire et des dons héréditaires totalement inconscient (transmission des tendances, des qualités, des défauts, …)

LES TROIS PLANS DU PSYCHIQUE :
Le plan moyen grâce à l’action pratique obtenue sur lui, s’est montré double pour les chinois : le nom chinois est hun « ce qui reste quand les hautes facultés, l’Evolué (shen), ne sont plus » ; le subconscient de Freud mais avec les mémoires.
a- Les lobes pariétaux droits semblent commander la mémoire héréditaire, les dons natifs bons ou mauvais : mémoire entièrement inconsciente. Il fait agir sans réflexion, les yeux fermés. Il oblige à certaines conceptions. C’est par lui que s’accomplit notre destinée. Quand d’autres parties du psychique ou du milieu sont en contradiction, il peut mener aux névroses ou aux psychoses si la raison n’est pas solide. C’est « l’ Automate ». Si dominant sur la gauche, l’os pariétal droit est plus grand que le gauche.
b- Les lobes pariétaux gauches paraissent agir sur deux formes de mémoire : consciente, pouvant évoquer les images et les mots à volonté ; semi-consciente, enregistrant le savoir, les images, les rythmes, les slogans entendus sans les écouter, mais qui influencent cependant, et peuvent en certaines circonstances, reparaître à la mémoire consciente. C’est le « Perroquet ». Si dominant sur l’Automate, l’os pariétal gauche est plus grand que le droit
Le pouls est le gauche IV [région située au-dessus du pied gauche dans la classification de Soulié] moyen, rebord radial de l’artère pour l’Automate, rebord médial pour le Perroquet.
Les points bilatéraux agissent sur les lobes opposés des pariétaux. Ce sont surtout des points du « Maître du coeur », mais aussi Qian ding (21VG), Zu xia lian (39E).
Les bons élèves et les « bêtes à concours » ont le Perroquet très développé. Très brillants pour les cas ordinaires avec précédents, ils ont des chefs désastreux dans les circonstances graves.
Troubles de l’automate :
- Insuffisance : non-conformiste, attiré par des entreprises inattendues. N’a pas de respect pour la tradition. Victime de l’occasion. Obligé de réfléchir avant d’agir.
- Excès : conformiste. Mené par la tradition de famille et de milieu. Agit les yeux fermés, par routine.
Troubles du perroquet :
- Insuffisance : Pas de mémoire des mots, ou des dates, ou des images, ou des sons. Ne peut apprendre, doit comprendre. Indépendant, chercheur. Fonctionnaire médiocre, distrait mais grand chef en cas de crise.
- Excès : Ne parle que par citations, d’abondance, avec assurance, sur n’importe quel sujet, de ses lectures ou de ses conférences. Mémoire des mots, des dates. Les mots remplacent et cachent les faits. Profite du travail d’autrui. Bon fonctionnaire en second ; dangereux dans un grand poste aux heures graves.

. Agit sur estomac, peau, muscles, hémicorps homolatéral ; disperse artères, sein, urètre.

Shanghai :

Point he inférieur de l’intestin grêle.

Duron-Borsarello :

Point he de l’entraille intestin grêle.
Traite tous les vides de la partie supérieure du corps.

Nguyen van Nghi :

Point he inférieur de l’intestin grêle.
Forme avec Douleur abdominale zhu (11V) et Shang ju xu (37E) le groupe des points dits « mer des 12 méridiens ».
Élimine la « chaleur/humidité » et active le métabolisme alimentaire.

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Purifie et dissipe l’humidité/chaleur.
Perméabilise les entrailles. Transforme les accumulations.
Selon Tai yi shen zhen :
Celles de Shang ju xu (37E) : Tonifie le souffle des organes. Disperse la chaleur et l’humidité des intestins et de l’estomac. Harmonise l’intestin et l’estomac. Calme la dyspnée. Élimine les douleurs de la moelle liées au froid.
Expulse le vent et dissipe l’humidité. Élimine la chaleur de l’estomac et des intestins.

Lingshu :

- LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
大腸屬上,小腸屬下,足陽明胃脈也。大腸小腸,皆屬於胃,是足陽明也。
« Le gros intestin est en relation de dépendance (屬 shu) avec [le point] haut Ju xu shang lian (37E), l’intestin grêle avec [celui du] bas Ju xu xia lian (39E), [les deux font partie] du méridien (脈 mai) de l’estomac yangming de pied. »


LS 4 : « Souffle pervers, organe, entrailles et symptômes objectifs des maladies » / Jiayi jing IV-2 (2) : « Les symptômes des maladies et le diagnostic par les pouls »
黃帝曰:治內府奈何?岐伯曰:取之於合。黃帝曰:合各有名乎?岐伯答曰:胃合於三里,大腸合入於巨虛上廉,小腸合入於巨虛下廉,三焦合入於委陽,膀胱合入於委中央,膽合入於陽陵泉。
« Huang di demanda : Comment soigne t-on l’entraille à l’intérieur ?
Qi bo répondit : On traite le [point] he.
Huang di demanda : Est-ce que chaque [point] he a un nom ?
Qi bo répondit : Pour l’estomac le [point] he entre au [point] San li (36E) ; pour le gros intestin, le [point] he entre au [point] Ju xu shang lian (37E) ; pour l’intestin grêle, le [point] he entre au [point] Ju xu xia lian (39E) ; pour le triple réchauffeur, le [point] he entre au [point] Wei yang (39V) ; pour la vessie le [point] he entre au [point] Wei zhong (40V) ; pour la vésicule biliaire le [point] he entre au [point] Yang ling quan (34VB)1. »
1. Un commentaire dit : « Le [point] he du gros intestin est Qu chi (11GI), le [point] he de l’intestin grêle est Xiao hai (8IG), le [point] he du triple réchauffeur est Tian jing (10TR) ; maintenant ceux-là sont différents car c’est une méthode spéciale ancienne. Autre remarque : précisons que Ju xu shang lian et Ju xu xia lian sont respectivement les [points] he sur le yangming de pied du gros intestin et de l’intestin grêle. À la différence de San li (36E) qui est le [point] he de l’estomac, Wei zhong qui est le [point] he de la vessie et Yang ling quan qui est le [point] he de la vésicule biliaire, ceux-là ne correspondent pas au lieu de rentrée du méridien qui fait le [point] he. On dit que le [point] Wei yang est le [point] he du triple réchauffeur car il est le [point] inférieur du triple réchauffeur ; ici on ne voit pas non plus d’explication à ce [point] he. »
Commentaire de la traduction de NvN : Zhang shi explique : « Parce que le sang circulant dans les méridiens provient des 6 entrailles, les points San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) sont les points he du shou yangming et du zu yangming ; de ce fait, la puncture du San li (36E) s’effectue la jambe baissée car ce méridien se trouve à la partie basse du corps ; la puncture des Ju xu (37E et 39E) s’effectue le pied relevé pour relâcher les muscles de cette zone. Le Wei yang (39V) appartenant au zu taiyang est le point he ; la puncture de ce point s’effectue avec des mouvements de flexion et d’extension pour activer la circulation de l’énergie du sanjiao dans cette partie du corps. La vessie régit l’eau, c’est pourquoi la puncture du Wei zhong (40V) s’effectue le genou plié. Le shaoyang appartient au Bois, c’est pourquoi pour puncturer le Yang ling quan (34VB) il faut demander de plier les deux genoux à la même hauteur pour que l’énergie Bois soit bien équilibrée (distendue) ».

- LS 33 : « Discussion sur les mers » / Jiayi jing I-8 : « Les quatre mers »
人有四海,十二經水者皆注於海。有髓海,有血海,有氣海,有水穀之海1胃者水谷之海,其輸上在氣街(衝),下至三里;衝脈者,為十二經之海,其輸上在於大杼,下出於巨虛之上下廉;膻中者,為氣之海,其輸上在於柱骨之上下,前在於人迎,腦為髓之海,其輸上在於其蓋,下在風府。
« L’homme a quatre mers. Les douze cours d’eau se déversent dans les quatre mers. Il y a la mer des moelles, la mer du sang, la mer du souffle, la mer de l’eau et des céréales1. L’estomac, c’est la mer de l’eau et des céréales, son point en haut c’est Qi jie (30E), en bas c’est San li (36E). Le chongmai, c’est la mer des douze méridiens, son point (輸 shu) en haut c’est Da zhu (11V), en bas ces points (輸 shu) sortent à Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E). Le milieu de la poitrine (膻中 tanzhong)2, c’est la mer des souffles, ses points (輸 shu) en haut sont au-dessus et au-dessous de la septième vertèbre cervicale (柱骨 zhugu)3, en avant c’est Ren ying (9E). Le cerveau, c’est la mer des moelles, son point (輸 shu) en haut se situe au vertex (蓋 gai)4, en bas c’est Feng fu (16VG). »
1. Ce passage ne provient pas du Lingshu mais du Jiayi jing.
2. C’est aussi le nom du point 17VC.
3. D’après le commentaire chinois, il s’agit des points Da zhui (14VG) et Ya men (15VG).
4. C’est le point Bai hui (20VG)

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
足陽明與小腸合。(氣穴論注云足陽明脈氣所發。)
« Le [point] Ju xu xia lian (39E) est le [point] he de l’intestin grêle sur le yangming de pied2 […] Le souffle du méridien yangming de pied s’y déploie ».
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».
2. Textuellement : « (Le point où) le yangming de pied s’unit à l’intestin grêle ».

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Ce point a une fonction régulatrice globale. Il contrôle les mouvements du yin vers le yang des quatre éléments et du niveau spatial taiyang. Aussi est-il le point he spécial du taiyang (et non de IG). On comprend qu’il réponde au benshen du hun qui se relie au printemps.
Sa symptomatologie nous dit une perturbation de ces mouvements du yin vers le yang avec :
- Dans le yin : "chaleur d'estomac, dysenterie, sombré dans la douleur, pied lourd".
- Dans le yang  : "cheveux secs, tombent", "peau sèche, bi de peau, tout trouble de muscle, bi de muscles", "sans force", "taiyang insuffisant" (et non intestin grêle), "visage sans teint"
Il est donc à puncturer quand on veut agir simultanément sur le mouvement du printemps (régi par le 24 ZSYg/VB) et sur le niveau taiyang (contrôlé par les 15 STYg/IG et 36 ZTYg/V). Sa puncture permet ainsi de faire une économie de point ou de renforcer l’action de l’un de ces trois points.

Concernant les points "he spéciaux", il est logique, s’agissant de maladies extérieures, que ne soient étudiés que les méridiens yang. De ces 6 points, 3 sont des points he/shu antiques (36E, 40V, 34VB) et 3 ne le sont pas (37E avec SYgM, 39E avec STYg, 39V avec SSYg). On peut se demander si ces trois derniers points ne sont pas les seuls vrais he spéciaux. On ne considèrerait alors que les 3 shou yang, que le haut du corps. En effet, le yang est attaqué en haut du corps, le yin l’est en bas : "l’énergie perverse attaque la partie supérieure du corps, celle de l’humidité attaque la partie inférieure ; la première est celle du Ciel, la seconde, celle de la Terre (LS4)".
Ainsi, les points he spéciaux ne seraient que trois et auraient pour indication la protection contre les agressions extérieures :
- 39E pour taiyang : psychique, cheveux, peau, muscles, yang des entrailles (dont le grêle).
- 39V pour shaoyang.
- 37E pour le yangming : localisation cérébrale, "moelle", yin des entrailles (dont le gros intestin) ?
Nous pensons plutôt que ces points he régularisent les échanges énergétiques à l’échelon du corps entier, leur normalité même constituant la meilleure protection contre les agressions extérieures.
Aussi Wei yang (39V) est le "he spécial du SSYg" (d’autres disent du TR). En fait, il est he spécial du shaoyang. Complémentairement aux deux points qui gouvernent les mouvements du yang vers le yin (37 ZYgM/E) et du yin vers le yang (39 ZYgM/E), le 39 ZTYg/V gouverne toutes les charnières du yang, "excès de yang dans les muscles internes et externes", "point antifébrile", "céphalée congestive", "poitrine gonflée et pleine", "urine arrêtée, douleur et dureté du bas-ventre" (les urines, yang par rapport aux selles, sont seules mentionnées).
Ce point est donc à puncturer pour assurer la libre circulation du yang dans tout l’organisme en libérant, à tous les niveaux, les charnières du yang.

Paul Couderc :

Revue Française d'Acupuncture n° 80 – 1994
La fonction de ce point est censée abaisser la limite du vide central afin que ce dernier occupe le bas du corps dans le but d’en propulser le « subconscient » enfoui au nord vers le haut, sur le chemin du « préconscient » à l’est. Ce dernier est ensuite guidé par l’intuition pour s’épanouir au niveau du « conscient », au sud.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Teint sans éclat.

Dacheng :

Bi dû au Vent/Froid/Chaleur ou bi dû au Vent/Humidité.
Maladie du shanghan avec signes de chaleur de l’estomac.
Teint blafard. Absence de sudation.

Psychisme

Soulié de Morant :

Aux émotions violentes et soudaines : ou grave dépression, ou surexcitation, paroles extravagantes.
Troubles de mémoire (tonifie les trois mémoires).

Dacheng :

Tressaillement et peur. Schizophasie.

Neurologie

Chamfrault :

Hémiplégie. Paralysie des jambes.

Soulié de Morant :

Congestion ou anémie cérébrale.
Pied flasque, ne relève pas.
Moitié du corps même côté : flaccidité ou contracture.

Duron-Borsarello :

Anémie cérébrale.

Nguyen van Nghi :

Névralgie intercostale.

Dacheng :

Hémiplégie. Amyotrophie.
Oedème des pieds avec impossibilité de lever le pied. Atrophie de la cuisse avec ataxie.

Sun Simiao :

Steppage.

ORL

Chamfrault :

Angine.

Soulié de Morant :

Amygdalite.

Dacheng :

Bi du pharynx. Affections de la gorge.
Bourdonnements d'oreilles. Chaleur devant les oreilles.

Stomatologie

Chamfrault :

Lèvres sèches. Le malade bave.

Soulié de Morant :

Lèvres sèches. Salive coulant sans être perçue.

Dacheng :

Lèvres sèches. Ptyalisme.

Dermatologie

Chamfrault :

Absence de sueurs. Tous les poils sont desséchés.

Soulié de Morant :

Cheveux trop secs, tombent, séborrhée sèche.
Peau : ne peut transpirer. « Rhumatisme de peau », engelures (disperser).
Cors aux pieds (tonifier). Oeil de perdrix (entre les orteils). Tombent après trois semaines. Entre les orteils la peau se détache, humidité, odeur.

Dacheng :

Anhidrose. Sécheresse des cheveux.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant :

Artères faibles (disperser) ; artères dures et fortes (tonifier).

Dacheng :

Douleurs thoraciques.

Digestif

Chamfrault :

Insuffisance d’énergie de l’intestin grêle.

Soulié de Morant :

Estomac : inappétence, chaleur de l’estomac, ne mange pas.
Insuffisance d’énergie de l’intestin grêle, visage sans teint.
Gros intestin : dysenterie avec pus et sang.

Pékin :

Douleur abdominale.

Roustan :

Gastroentérite aiguë ou chronique.
Hépatite aiguë ou chronique.

Duron-Borsarello :

Gastrite aiguë.

Nguyen van Nghi :

Gastroentérite aiguë ou chronique.

Dacheng :

Insuffisance d'énergie de l’intestin grêle, teint blafard.
Maladie du
shanghan avec signes de chaleur de l’estomac : anorexie, selles liquides ou sanguinolentes ou purulentes.
Douleur au ventre et à la poitrine irradiant vers les testicules. Douleur pelvienne avec irradiation testiculaire et parfois ténesmes.

Uro-néphrologie

Soulié de Morant :

Urine difficile et douloureuse.

Andrologie

Dacheng :

Douleur au ventre et à la poitrine irradiant vers les testicules. Douleur pelvienne avec irradiation testiculaire et parfois avec ténesmes.

Sénologie

Chamfrault/Duron-Borsarello :

Abcès du sein.

Soulié de Morant :

Abcès du sein (opposé).

Dacheng :

Mastite. Mammite chez la jeune fille.

Métabolisme

Soulié de Morant :

Béribéri : sans force, « sombré dans la lourdeur ».

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Rhumatisme dû au feng.
Énergie dans le pied (rhumatisme) avec sensation de pied très lourd.
Douleur aux chevilles et au talon chez la femme.

Soulié de Morant :

Muscles du même côté : tout trouble.
Rhumatisme musculaire. Rhumatisme par froid, humidité, vent, ne peut bouger.
Genou : douleur aiguë surtout en descendant un escalier (en montant = 34E).
Enflure douloureuse de la jambe antérieure.
Rhumatisme de la base des orteils (métatarso-phalangienne), douleur en mettant le pied à terre.
Douleur du talon postérieur.

Duron-Borsarello :

Rhumatisme du bas du corps.

Dacheng :

Bi d’étiologie chaleur, vent, froid, humidité.
Oedème des pieds avec impossibilité de lever le pied.
Douleur du talon. Relâchement du cou-de-pied et talalgie chez la jeune fille.

Sun Simiao :

Douleur du talon. Sensation de pesanteur des cuisses.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

- LS 4 : « Souffle pervers, organes et des entrailles et symptômes objectifs des maladies »
小腸病者,小腹痛,腰脊控睪而痛,時窘之後,當耳前熱,若寒甚,若獨肩上熱甚,及手小指次指之間熱,若脈陷者,此其候也。手太陽病也,取之巨虛下廉。
« [Lorsque] l’intestin grêle est malade, [on souffre] de douleurs hypogastriques, de douleurs aux lombes et à la colonne vertébrale avec irradiation aux testicules, d’épreintes et de ténesmes fréquents, de chaleur ou de froid intense en avant des oreilles, ou de chaleur intense seulement sur les épaules, et de chaleur entre l’auriculaire et l’annulaire, ou encore de dépression des vaisseaux. Tels sont les symptômes observés (候 hou) dans les maladies du taiyang de main. On les traite au [point] Ju xu xia lian (39E). »

- LS 19 : « Discussion des quatre saisons » / Jiayi jing IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
小腹控睪,引腰脊,上衝心。邪在小腸者,連睪系,屬於脊,貫肝肺,絡心系。氣盛則厥逆,上衝腸胃,燻肝,散於肓,結於臍,故取之肓原以散之,刺太陰以予之,取厥陰以下之,取巨虛下廉以去之,按其所過之經以調之。
« [Lorsque la douleur] à l’hypogastre tire sur les testicules, irradie aux lombes, à la colonne vertébrale, monte assaillir le coeur1, c’est que le pervers se situe dans l’intestin grêle. L’intestin grêle est lié au système de liaison des testicules (睪系 gaoxi) et il est en relation de dépendance avec la colonne vertébrale. [Son méridien] enfile le foie et le poumon et établit une liaison (絡 luo) avec le système de connexion du coeur (心系 xinxi). Si le souffle [pervers] est abondant, il y a reflux par jue qui assaille en haut l’estomac et les intestins, imprègne le foie2, se disperse au mésentère (肓 huang) et se noue au nombril. C’est pourquoi on traite le [point] huangyuan3 pour disperser [ce qui est noué à l’ombilic et à l’abdomen]4, on puncture le taiyin pour tonifier5 [le poumon]4, on traite le jueyin pour faire descendre [le souffle]6, on traite le [point] Ju xu xia lian (39E) pour éliminer le [pervers] afin de les harmoniser7 ».
1. Le Jiayi jing dit : « le coeur et le poumon ».
2. Le
Jiayi jing dit : « le foie et le poumon ».
3. Huang yuan est un autre nom du point Qi hai (6VC), ainsi désigné parce qu’il est le point source des
huang (Lingshu 1 et Jiayi jing VI-1).
4. Les crochets sont ajoutés d’après le commentaire du
Leijing.
5. Textuellement « pour lui donner [du souffle essentiel] ».
6. D’après le
Leijing, ceci signifie « pour disperser la plénitude du méridien du foie ».
7. D’après le
Leijing, ceci signifie qu’il faut traiter là où se manifeste le pervers.

- LS 33 : « Discussion sur les mers » / Jiayi jing I-8 : « Les quatre mers »
 人有四海。。。衝脈者,為十二經之海,其輸上在於大杼,下出於巨虛之上下廉。。。血海不足,亦常想其身小,狹然不知其所病
 « L’homme a quatre mers ... Le chongmai, c’est la mer des douze méridiens, son point (輸 shu) en haut c’est Da zhu (11V), en bas ces points (輸 shu) sortent à Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) ... Quand la mer du sang est trop abondante, on ressent souvent le corps grand, on est triste et on ne sait pas de quoi on est malade ; quand la mer du sang est insuffisante, on ressent souvent le corps petit, on se sent resserré et on ne sait pas de quoi on est malade. »


Jiayi jing :

VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens » / SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs » / LS 23 : « Maladies fébriles »
Selon Lingshu, « ce que l’on appelle les 59 punctures [sont] : sur les côtés interne et externe des deux mains, il y en a trois de chaque [côté], soit [douze] points en tout [c’est à dire Shao shang (11P), Zhong chong (9MC), Shao chong (9C) du côté interne et Shao ze (1IG), Guan chong (1TR), Chang yang (1GI) du côté externe]. Aux intervalles des cinq doigts1, il y en a un à chaque [intervalle], soit huit points en tout [c’est à dire Hou xi (3IG), Zhong zhu (3TR), San jian (3GI), Shao fu (8C)] ; il en est de même aux pieds [c’est à dire Shu gu (65V), Zu lin qi (41VB), Xian gu (43E), Tai bai (3Rt)]. [Au-dessus du front], à 1 pouce à l’intérieur des cheveux, il y en a trois de chaque [côté], soit six [points] en tout [c’est à dire Wu shu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V)]. Plus loin, à trois pouces à l’intérieur des cheveux, il y en a cinq de [chaque] côté, soit dix [points] en tout [c’est à dire Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB), Nao kong (19VB)]. En avant et en arrière de l’oreille, au-dessous de la bouche, il y en a un à chaque endroit qui, avec celui du milieu de la nuque, en fait six en tout [c’est à dire Ting hui (2VB), Wan gu (12VB), Cheng jiang (24VC), Ya men (15VG)]. Il y en a un au vertex [c’est à dire Bai hui (20VG)], un au [point] Xin hui (22VG), un à chaque bord des cheveux [selon Leijing, il s’agit de deux points : l’un au bord des cheveux en avant, c’est à dire Shen ting (24VG) et l’autre en arrière, c’est à dire Feng fu (16VG)], un au point Lian quan (23VC), deux au point Feng chi (20VB) et deux aux [points] Tian zhu (10V) ».
« Le Suwen dit : " Les 59 [points] sont les suivants : cinq points sur [chacune des] cinq lignes de la tête2 pour disperser par le haut le reflux de la chaleur de tous les yang. [Les points] Da zhui (14VG), Ying shu (1P), Que pen (12E), Bei shu (12V)* servent tous les huit à disperser la chaleur du thorax. [Les points] Qi chong (30E), San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) servent tous les huit à disperser la chaleur de l’estomac. [Les points] Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)** servent tous les huit à disperser la chaleur des quatre membres. Les cinq [points] situés des deux côtés des points shu [du dos] des cinq organes [Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi shu (49V) et Zhi shi (52V)] servent tous les dix à disperser la chaleur des cinq organes. Ces 59 [points] sont à gauche et à droite [des points importants pour guérir les maladies] fébriles." »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points situés en arrière des articulations métacarpo-phalangiennes.
2. Le Leijing précise : « les cinq lignes de la tête indiquent les cinq trajets des méridiens, le 
dumai, les deux taiyang de pied et les deux shaoyang de pied. Les cinq points sont respectivement : Shang xing (23VG), Xin hui (22VG), Xian ding (21VG), Bai hui (20VG) et Hou ding (19VG) ; Wu chu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V), Luo que (8V) et Yu zhen (9V) ; Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB) et Nao kong (19VB) ; soit 25 points en tout. »
* 背輸 Bei shu est un nom secondaire des points 11V, 12V et 15V. Il s’agit ici du 12V.
** 髓空 Sui kong est un nom secondaire des points 11Rn et 2VG.

VIII-1 (2) : « La transmission des maladies dans les cinq organes et les accès de frissons et de fièvre » 
少腹痛,泄出糜,次指間熱,若脈陷寒熱身痛,唇渴不乾,汗出,毛髮焦,肉少氣,有熱,不欲動搖,泄膿血,腰引少腹痛,暴驚,狂言非常,巨虛下廉主之。
« Les douleurs hypogastriques, la diarrhée avec des aliments non digérés, la chaleur entre l’annulaire et l’auriculaire et le pouls affaissé (陷 xian)1, les frissons et la fièvre avec le corps douloureux, la sécheresse des lèvres, impossibilité de transpirer, les poils et les cheveux [secs comme s’ils étaient] calcinés, l’amaigrissement, le manque de souffle, la chaleur interne, la non envie de bouger, la diarrhée avec pus et sang, les douleurs des lombes jusqu’à l’hypogastre, les frayeurs soudaines, les paroles insensées et étranges relèvent du point Ju xu xia lian (39E). »
1. Ces deux symptômes sont cités dans le Lingshu au chapitre 4 parmi les symptômes des maladies du taiyang de main.

IX-8 : « Gonflement abdominal, douleurs lombaires irradiant au dos et douleurs hypogastriques irradiant aux testicules provoqués par les maladies qui atteignent les reins et l’intestin grêle »
陽明令人腰痛,不可以顧,顧如有見者,善悲。刺陽明於前三,上下和之出血,秋無見血。
« [Lorsque] le 
yangming provoque chez l’homme des lombalgies, impossibilité de tourner la tête ou des hallucinations s’il la tourne, et une tendance au chagrin, on puncture le yangming devant le tibia à trois reprises (骭前三痏 gan xian san wei)1 et on harmonise au moyen des [points] Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) en les faisant saigner. On ne doit pas faire apparaître le sang en automne2. »
1. Les interprétations de « gan [le texte du Suwen dit « 䟰 heng » mais le sens est le même : tibia] qian san wei » divergent. Nous avons suivi la présente édition chinoise qui précise en outre que « devant le tibia » (骭前 gan qian) désigne le point Zu san li (36E), ce qui correspond au commentaire de Wang Bing. Selon le Leijing, ces quatre caractères indiquent le point Zu san li (36E) [c'est à dire qu’il n’est pas question de trois reprises]. Par contre, d’après le Suwen zhijiesan wei signifie « trois points », c'est à dire Zu san li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E).
2. 
Wang Bing dit : « Yangming correspond à la rate. La rate prospère en été. La terre s’affaiblit en automne, c’est pourquoi on ne doit pas faire apparaître le sang en automne ».


X-1 (2) : « Les bi provoqués par le yin atteint par la maladie »
痺,脛重,足跗不收,跟痛,巨虛下廉主之。
« Les bi avec enflure des jambes, paralysie atrophique (不收 bushou) du dessus des pieds et douleur du talon relèvent du [point] Ju xu xia lian (39E). »

IX-11: « Hernie 隤 tui, incontinence ou rétention urinaires provoquées par l’atteinte du méridien (脈 mai) jueyin de pied ou par la joie et la colère fréquentes »
溺黃,下廉主之。
« Les urines jaunes1 relèvent du [point] Xia lian (39E). »
1. Le mot 黃 huang comprend beaucoup plus de teintes foncées, notamment marron et brun, que le mot français « jaune » qui le traduit.

XII-4 : « Maladies oculaires provoquées par l’atteinte des méridiens (脈 maitaiyang et yangming de pied et shaoyang de main »
眼痛,下廉主之。
« La douleur oculaire relève du [point] Xia lian (39E)1. »
1. Note personnelle : Xia lian est le nom principal du 8GI

XII-10 : « Diverses maladies de la femme »
乳癰驚痺,脛重,足不收,跟痛,巨虛下廉主之。
« L’abcès mammaire, 驚痺 jing bi1, les jambes lourdes, le relâchement du cou de pied et les douleurs des talons relèvent du [point] Ju xu xia lian (39E). »
1. Selon la présente édition ce terme apparaît également dans le Qianjin et le Waitai, mais sa signification est inconnue. Le Tongren écrit « bi du larynx ».


> OBSERVATIONS