Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

40E

Feng long




> LOCALISATION

Chamfrault :

8 cun au-dessus de la malléole externe, dans un creux de la partie externe de la jambe, au même niveau que le point Shang ju xu (37E), un peu en dehors de lui.

Soulié de Morant :

Face antéro-externe de jambe, 5 TDD au-dessus de la malléole externe, dans l’angle inférieur de deux muscles qui se rétrécissent, entre le bord postérieur du jambier antérieur et le bord antérieur de l’extenseur commun des orteils, dans un creux.

Pékin :

8 cun au-dessous du genou, 1 TDD en dehors de Tiao kou (38E).

Shanghai :

8 cun au-dessus du bord antérieur de la malléole externe et 1 cun en dehors de Tiao kou (38E).

Duron-Borsarello :

8 cun au-dessus de la malléole externe, à 1 cun de Tiao kou (38E) vers l’extérieur.

Nguyen van Nghi :

8 cun au-dessus et en avant de la malléole externe, 1 cun en dehors de Tiao kou (38E).

Dacheng :

À 8 cun de la malléole externe, entre tibia et péroné.

Sun Simiao :

8 cun au-dessus de la malléole externe. Une branche collatérale de zu yangming en part et rejoint le taiyin.

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
豐隆,足陽明絡也,在外踝上八寸,下廉外廉陷者中,別走太陰者。
« Le [point] Feng long (40E) est le point luo du yangming de pied. Il se situe à huit pouces au-dessus de la malléole externe, dans un creux sur la face externe de jambe (au niveau du point) Xia lian (39E)2. Un trajet se sépare vers (別走 bie zou) le taiyin. »
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».
2. Les ouvrages anciens divergent sur la localisation de ce point. La majorité des commentaires le situant à « huit au-dessus de la malléole externe », il doit plutôt être au niveau de Tiao kou (38E).



> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

0,5 cun pour Tongren.

Pékin :

Perpendiculaire, 1 à 1,5 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire vers l’intérieur, 1,5 à 3 cun.

Nguyen van Nghi :

Légèrement oblique vers la crête tibiale, 1,3 à 3 cun.

Dacheng :

0,3 cun pour Tongren.

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
刺入三分,灸三壯。
« On le puncture à 0,3 pouce de profondeur et on y fait trois cônes de moxa ».
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point de vaisseau secondaire vers le méridien de zu taiyin, à puncturer avec le point yuan Tai bai (3Rt) dans les troubles de vaisseau secondaire du méridien zu taiyin.

Soulié de Morant :

Répond au point Xin hui (22VG).
Passage entre estomac et rate/pancréas. Tonifier tonifie l’estomac et disperse la rate (point droit) et le pancréas (point gauche).
Le cerveau antérieur est le siège des fonctions psychiques les plus importantes. Le pouls de l’Antérieur Frontal […] est la partie inférieure (vers doigts) du quart inférieur du droit IV profond.
- Insuffisance : manque de conscience morale (ne distingue pas le bien du mal, ne voit pas la conséquence de ses actes mais la seule satisfaction de ses impulsions), imprévoyance ; manque de compréhension, de liaison des notions et des images, de synthèse qui superpose les notions connues, d’où difficulté à résoudre les problèmes de mathématiques et de la vie ; suggestibilité qui accepte tout sans relier à ses autres notions ; manque d’imagination (qui ne voit pas les images complexes et le mouvement, mais les mots et l’état), manque de raison de jugement, d’attention, de concentration, en fait manque d’intelligence (interligere, relié ce qui est enregistré ; comprendre, prendre ensemble). Aussi au physique, paresse, fatigue surtout le matin avec difficulté à s’endormir de bonne heure le soir.
- Excès : se manifeste par un tourbillon d’images et de pensées surtout déplaisantes ; l’exagération des soucis et ennuis ; des obsessions allant jusqu’aux cauchemars, aux rêves incessants.
Les points agissant sur l’Antérieur Frontal sont :
- Insuffisance : tonifier Da du (2Rt), Tai bai (3Rt). Héraut de rate/pancréas, Zhang men (13F). Voire Shao chong (9C), Shen ting (24VG), Feng long (40E), Xi men (4MC).
- Excès : disperser Shang qiu (5Rt), Tai bai (3Rt), Shen ting (24VG).

Évolué et shen : Le plan psychique supérieur, qui est d’autant mieux doué que les lobes frontaux sont plus développés, a été bien étudié par la Chine puisque plusieurs points de commande agissent sur lui. Il fait agir toutes les facultés qui différencient l’Humain Évolué des animaux instinctifs. La conscience morale avant tout qui voit la conséquence de ses actes en même temps que la satisfaction de son désir, d’où la notion du Bien et du Mal. Il donne une perception précise de la réalité, des faits que les mots déforment ou cachent. Il donne la vision des apports de ces réalités entre elles, d’où idées justes, jugement. Voyant les conséquences des actes, il peut agir sur l’avenir. Il donne enfin la faculté de résoudre rapidement les problèmes de la mathématique et de la vie. Tout ceci pouvant se résumer en : don d’observation et don de synthèse ; en fait l’intelligence qui voit juste, pense juste et agit juste, c'est à dire conformément à la réalité totale.
Le nom d’"Évolué" semble le plus approprié pour traduire la notion de shen que le dictionnaire explique ainsi : « est devenu un homme ; est évolué, n’est plus un animal » ; ce nom étant encore employé pour les génies, les sages ; pour l’âme.
On voit qu’en plus, du conscient de Freud, ce plan possède la raison et la conscience morale, le sens des réalités.
Le pouls est gauche superficiel [secteur IV du système de SdM, situé en amont du pied]. Il varie en même temps que la partie du pouls du cerveau qui reflète les lobes frontaux.
Plusieurs points de commande agissent sur lui pour le faire fonctionner et le développer au maximum possible. Par eux, il a été obtenu de permettre à de jeunes mathématiciens de comprendre leurs problèmes avec aisance et rapidité ; de donner de la conscience morale à des enfants.
Les méridiens intéressés sont surtout zu taiyin et shou shao yin. Il est possible que par une meilleure assimilation du sucre indispensable aux centres nerveux par le pancréas, et par une meilleure circulation sanguine, le fonctionnement de ces lobes soit amélioré. Citons Da du (2Rt) et Shao chong (9C). Aussi Feng long (40E).
Au Japon, la secte Zen du bouddhisme vise à effacer de l’esprit l’emprise déformante des mots et des notions apprises (tout l’Automate et le Perroquet) afin de percevoir la réalité complexe, et les rapports profonds et essentiels des choses, les mots ne pouvant donner qu’un aspect ou trop simple ou trop vague ; en fait de redonner la primauté intégrale à l’Évolué.
Troubles de l’Évolué :
- Insuffisance : inconscience, amoralité. Ne voit pas les aspects profonds de la réalité ni ses rapports. Pas de synthèse. Obéit sans comprendre. Aisément suggestible. Imprévoyance, insouciance. Joyeux, sociable. Réalités toujours faussées. Ne peut concevoir un plan viable. Ne peut se concentrer longtemps, l’esprit s’échappe.
- Excès : Conscience morale. Moralité. Superpose aussitôt les données d’un problème et le résout. . Esprit de synthèse.
- Distingue aussitôt le vrai du faux ; comprend aisément toute question. Prévoyance. Préoccupé de l’avenir. Sombre. Images juste de la réalité. Organisateur, pense à tout. Concentration aisée, prolongée.
. Agit sur estomac, vésicule biliaire, genou, pied, poignet, main, cerveau, coeur, gorge, nez, foie ; disperse rate/pancréas, poumon opposé.

Shanghai :

Point luo du zu yangming.
Élimine les glaires et l’humidité. Calme l’esprit.

Duron-Borsarello :

Diffuse les impuretés. 

Nguyen van Nghi :

Point luo du zu yangming d’où partent les vaisseaux luo. Le luo transversal gagne le méridien zu taiyin.
Régulateur du système « rate/estomac ».
Activateur des mouvements énergétiques du zhong jiao (réchauffeur moyen), de la rate et de l’estomac dans le but de :
- Régulariser la répartition des liquides organiques.
- Activer la métabolisation de l’Humidité/glaires.
- Calmer le shen central (mental).

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Élimine les glaires. Dissipe le vent
Harmonise l’estomac. Calme l’esprit. Vivifie les luo.
Selon Tai yi shen zhen :
Dissout les glaires. Calme la dyspnée.
Apaise l’esprit. Stabilise la volonté. Élimine la chaleur et l’anxiété.
Ce point a la propriété d’induire un mouvement d’abaissement.

Lingshu :

LS 5 : « Racines et nœuds » / Jiayi jing II-5 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
足陽明根於厲兌,溜於沖陽,注於下陵,入於人迎,豐隆也 [] 此所謂十二經者,盛絡皆當取之。
« Le yangming de pied s’enracine (根 gen) à Li dui (45E), s’écoule (溜 liu) à Chong yang (42E), se déverse (注 zhu) à Xia ling (36E), entre (入ru) à Ren ying (9E) et Feng long (40E)1 […] Quand un luo est plein (盛 sheng), il faut le traiter. »
1. Le Taisu dit : « En ce qui concerne les points shu, il s’agit des six méridiens (脈 maiyang qui s’écoulent par 井 jing, 榮 ying, 輸 shu, 原 yuan, 經 jing, 合 he suivant l’ordre des cinq éléments (五行 wuxing) et leur arrivée au corps en fait l’extrémité. Ici, [le trajet] des six yang de main et de pied, qui montent de la racine jusqu’à l’entrée, s’écoulent, se déversent et circulent en montant, présente une certaine différence avec le trajet des chapitres Benshu et Mingtang. Ici, les points où l’on dit « s’enraciner » (根 gen) correspondent tous aux points de sortie de ces deux derniers textes. Ici, les points où l’on dit « s’écouler » (溜 liu) correspondent tous aux points de passage. Seul le point où s’écoule le taiyang de main ne passe pas à Wan gu (4IG), mais se déplace vers le [point] Yang gu (5IG) qui correspond dans ces textes à un point d’écoulement abondant ; il semble que ce soit le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « se déverser » correspondent tous aux points d’écoulement abondant de ces textes ; seul le yangming de pied ne correspond pas au [point] Xie xi (41E) d’écoulement abondant, mais se déplace vers le [point] de réunion Xia ling (36E) ; comme plus haut, c’est le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « entrer » diffèrent tous des points de ces textes. Les six méridiens yang partent tous des doigts de la main et du pied en tant qu’enracinement et montent établir une liaison (絡 luo) jusqu’à la ramification du grand luo qu’on appelle « l’entrée ». Il y a deux endroits d’entrée […] ; seuls les yangming de main et de pied arrivent en avant du cou aux [points] Ren ying (9E) et Fu tu (18GI). L’endroit où sort le trajet d’écoulement s’appelle 井 jing (puits) ; ici, il s’appelle racine, [car] le puits est le lieu d’où sort l’eau ; c'est pourquoi la racine équivaut au puits (井 jing). »

- LS 6 : « Durée de vie, dur et mou » / Jiayi jing VI-6 : « Importante discussion sur l’examen de la forme corporelle à l’extérieur et à l’intérieur, des jeunes et des vieux, des gras et des maigres et sur la clarté d’esprit le matin et l’aggravation le soir chez les malades »
病在陰之陽者,刺絡脈。
« Lorsque la maladie est dans le yang de yin, on puncture les [points] luo des yang1. »
1. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ceci veut dire que lorsque les cinq organes sont malades et que [la maladie] se situe dans la peau, on doit puncturer le [point] luo des méridiens yang ». Le Lingshu jizhu dit : « La maladie est dans le yang de yin signifie qu’à l’intérieur les six entrailles sont malades, c'est pourquoi on doit puncturer les vaisseaux luo. ». Le Leijing dit : « Le yang de yin désigne une maladie yin dans le yang. On doit puncturer les vaisseaux luo car les vaisseaux luo sont superficiels et se trouvent tous en zone yang. »

LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足陽明之別,名曰豐隆。去踝八寸。別走太陰;其別者,循脛骨外廉,上絡頭項,合諸經之氣,下絡喉嗌。其病氣逆則喉痹瘁瘖。實則狂巔,虛則足不收,脛枯。取之所別也 [] 凡此十五絡者,實則必見,虛則必下。視之不見,求之上下。人經不同,絡脈亦所別也。
« Le luo (別 bie)1 de yangming de pied s’appelle Fen long (40E). Il se sépare à huit distances de la malléole externe pour aller au taiyin. Son [trajet] séparé monte le long de la face externe du tibia pour établir une liaison (絡 luo) à la tête et à la nuque et s’unir (合 he) au souffle des méridiens ; [ensuite] il descend établir une liaison (絡 luo) à la gorge (喉嗌 houyi). Si c’est une maladie par reflux du souffle (氣逆 qini), il y a un bi du larynx2 avec aphonie soudaine ; en cas de plénitude, c’est la démence (癲狂 diankuang) ; en cas de vide, les pieds sont relâchés (不收 bushou) et les jambes se dessèchent. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien] […] Chacun de ces quinze luo3, en cas de plénitude, est obligatoirement visible ; en cas de vide, ils sont obligatoirement enfoncés. Quand ils ne sont pas visibles, on les cherche en avant et en aval [du point luo, car] les méridiens (經 jing) des hommes n’étant pas identiques, les vaisseaux luo sont également différents4. »
luo est appelé bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas luo mais bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. 
Bi du larynx (喉庳 houbi) : appellation générale des enflures, douleurs et obstructions de la gorge qui sont soit d’origine externe (vent, chaleur principalement) soit d’origine interne par vide de yin. Le Zhengzhi zhunsheng écrit : « En général, quand les classiques parlent de bi du larynx, cela signifie que la respiration est bloquée dans le larynx, on ne peut parler, le souffle du ciel est obstrué ; mais quand on parle de douleur du pharynx, cela signifie que la gorge ne peut avaler ni la salive, ni la nourriture, c'est à dire que le souffle terrestre est obstrué. Quand on parle de bi du larynx et de douleurs du pharynx, cela veut dire que le larynx et le pharynx sont tous les deux malades et que les souffles du ciel et de la terre sont tous les deux obstrués. Car ceux qui souffrent de bi du larynx souffrent obligatoirement de douleur du pharynx, tandis que ceux qui souffrent de douleur du pharynx ne souffrent pas nécessairement de bi du larynx en même temps. »
3. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ce chapitre (LS 10) compte quinze méridiens luo avec le changqiang du dumai et le weiyi du renmai [tandis que] le Nanjing compte quinze méridiens luo avec les luo du yangqiao et du yinqiao. [Ce dernier] ignore totalement que c’est par les vaisseaux luo que le dumai gouverne les yang et que le renmai gouverne les yin ; c’est encore le Lingshu qui a raison. » Le Leijing écrit : « Dans ce chapitre, le luo (別 bie) de taiyin de pied s’appelle gongsun, mais il y a aussi le grand luo de la rate qui s’appelle dabao, le luo (別 bie) de yangming de pied s’appelle fenglong, mais dans [le chapitre] "Sur la respiration et le pouls du sujet sain" (Suwen 18), il y a aussi le grand luo de l’estomac qui s’appelle xuli. Cependant, chaque méridien n’a qu’un seul luo, mais la rate et l’estomac en ont chacun deux, car la rate et l’estomac sont l’origine (本 ben) des organes et des entrailles et les douze méridiens en reçoivent tous le souffle. On compte en tout seize luo. »
4. Le Taisu dit : « En cas de plénitude, le sang remplit les vaisseaux, c'est pourquoi [ils sont] obligatoirement visibles ; en cas de vide, le sang manque dans les vaisseaux, c'est pourquoi ils s’enfoncent obligatoirement. Les vaisseaux enfoncés sont difficiles à voir, c'est pourquoi on les cherche en amont ou en aval. L’homme est doté du souffle et du corps, aucune partie ne peut être identique [chez les sujets différents], comment serait-il possible qu’il y ait des méridiens et des luo identiques ? C'est pourquoi il faut les chercher en amont et en aval et alors on peut les voir. »
Remarque personnelle : Ordre de citation des méridiens luo dans le Jiayi jing et le Lingshu :
P – C – MC – IG – GI – TR – V – VB – E – Rt – Rn – F – VC – VG – 21Rt


Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Ce point luo :
- Régularise les échanges intérieur/extérieur du zu yangming.
- Répond au méridien couplé zu taiyin (d’où son action importante sur les glaires).
- Régit, par le luo longitudinal, les membres inférieurs, la gorge et la situation psychique de l’homme dans le monde extérieur.
Il est, de plus, à puncturer unilatéralement dans les atteintes externes du shou jueyin controlatéral.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Küt (troubles de l’énergie). Asthénie. Syncope.
Forte céphalée due au feng.
En tant que point luo, dans les troubles de l’énergie du méridien :
Plénitude : troubles psychiques, folie, …
Vide : atrophie du mollet, articulations relâchées et hypotoniques.

Soulié de Morant :

Faiblesse, flaccidité (tonifier).
Refroidissements, glaires, maux de tête.
En tant que point luo :
Excès : surexcitation, insanité.
Insuffisance : flaccidité.

Pékin :

Vertige.

Nguyen van Nghi :

Migraine, céphalée. Vertige.

Dacheng :

Afflux énergétique (circulation à rebours). Syncope.
Lassitude. Fatigabilité.
Céphalée grave. Céphalée à type d’accumulation de glaires.
En tant que point luo :
Plénitude : folies.
Vide : extension des pieds et atrophie des jambes.

Sun Simiao :

Céphalée.
Chaud et froid. Sudation sans crainte du froid.
Humidité dans tout le corps.
Inversion du souffle due au vent. Retrait et remontée du souffle.

Psychisme

Chamfrault :

Folie. Voit des fantômes, rit, chante, se déshabille, court, veut monter très haut.

Soulié de Morant :

Évolué : paresse, indolence, lassitude (disperser). Ou crises de nerfs, teint bleuté soudain, ne peut parler, corps humide et froid, mains glacées (tonifier). Ou surexcitation, insanité, hallucinations (disperser).
Accès de surexcitation, chante, monte sur les tables, rejette ses vêtements (disperser).

Pékin :

Schizophrénie.

Duron-Borsarello :

Folie. Hystérie.

Nguyen van Nghi :

Maladies mentales.

Dacheng :

Folie calme ou folie agitée. Comportement particulier : escalade en chantant, fuite éperdue, dévêtu, rire immotivé (disperser).

Sun Simiao :

Démence. Esprit agité. Hallucinations.
Aime rire. Patient ayant l’impression qu’on lui coupe le ventre avec un sabre. Patient grimpant, se mettant à chanter, se dévêtir et déambuler tout nu. Patient marchant en tout sens comme un fou. Patient ne pouvant pas s’alimenter.

Neurologie

Chamfrault :

Syncope. Atonie ou spasmes des membres inférieurs.

Soulié de Morant :

Jambe amaigrie, pied flasque.

Pékin :

Épilepsie, paralysie du membre inférieur, hémiplégie.

Shanghai :

Polynévrite vitaminoprive.

Duron-Borsarello :

Épilepsie.

Dacheng :

Syncope.
Douleur au mollet avec gonalgie et trouble de motricité.
Extension des pieds et atrophie des jambes (tonifier).

ORL

Chamfrault :

Angine empêchant de parler. Devient brusquement muet.

Soulié de Morant :

Congestion de la face et du nez, mal de gorge, ne peut parler (après refroidissement) (tonifier).

Duron-Borsarello :

Maux de gorge.
Enflure du visage.

Dacheng :

Pharyngite avec aphonie (en cas de circulation à contresens des énergies). Obstruction énergétique et pharyngisme. Mutité soudaine.

Sun Simiao :

Inflammation de la gorge. Angine avec incapacité de parler.

Pneumologie

Chamfrault :

Toux catarrhale. Asthme aigu empêchant le sommeil.

Soulié de Morant :

Refroidissement, glaires, céphalée, congestion de la face et du nez, mal de gorge (tonifier).
Pleurésie ?

Pékin :

Toux, expectoration abondante.

Roustan :

Toux, hypersécrétion.

Duron-Borsarello :

Asthme.

Nguyen van Nghi :

Toux avec expectoration abondante.

Dacheng :

Glaires d’origine Vent avec céphalée.
Toux avec dyspnée empêchant de s'allonger. Tuberculose avec glaires abondantes.

Sun Simiao :

Douleurs thoraciques à type de piqûre.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Douleur au coeur. Douleur à la poitrine avec sensation de piqûre.

Soulié de Morant :

Douleur perçante au coeur et à la poitrine.

Dacheng :

Douleurs thoraciques à type de piqûre.

Sun Simiao :

Douleur thoracique semblable à des picotements.
Cyanose soudaine des pieds douloureux avec de violents picotements.

Digestif

Chamfrault :

Douleur abdominale en coup de couteau.
Inflammation du foie. Constipation.

Soulié de Morant :

Douleur de l'estomac, ou brûlures gastriques, ou gonflement de l'estomac.
Foie insuffisant : selles et urines difficiles.
Douleur tranchante des intestins.

Pékin :

Indigestion.

Duron-Borsarello :

Diarrhée.

Dacheng/Sun Simiao :

Douleur abdominale en coup de couteau.
Constipation par afflux énergétique.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Anurie. Urine difficile.

Soulié de Morant :

Urine difficile (foie insuffisant).

Duron-Borsarello :

Ne peut pas uriner.

Dacheng/Sun Simiao :

Dysurie par afflux énergétique.

Gynécologie

Roustan :

Aménorrhée. Hémorragie utérine.

Métabolisme

Chamfrault :

Enflure des quatre membres due au feng.

Dacheng :

Oedème des membres dû au Froid/Humidité.

Sun Simiao :

Gonflement des membres. Gonflement soudain de la face et des membres.
Oedème superficiel de la face.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Enflure des quatre membres due au feng.
Atonie, douleur ou spasmes des membres inférieurs.
Douleur de la jambe et du genou qui se plie difficilement.
Pied de couleur verdâtre.

Soulié de Morant :

Engourdissement du genou difficile à étendre ou fléchir.

Duron-Borsarello :

Rhumatisme de la jambe.

Dacheng :

Douleur au mollet avec gonalgie et trouble de la motilité.
Oedème des membres dû au Froid/Humidité.
Lombalgie à type de brisure.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

- LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足陽明之別,名曰豐隆。去踝八寸。別走太陰;其別者,循脛骨外廉,上絡頭項,合諸經之氣,下絡喉嗌。其病氣逆則喉痹瘁瘖。實則狂巔,虛則足不收,脛枯。取之所別也。
« Le luo (別 bie)1 de yangming de pied s’appelle Fen long (40E). Il se sépare à huit distances de la malléole externe pour aller au taiyin. Son [trajet] séparé monte le long de la face externe du tibia pour établir une liaison (絡 luo) à la tête et à la nuque et s’unir (合 he) au souffle des méridiens ; [ensuite] il descend établir une liaison (絡 luo) à la gorge (喉嗌 houyi). Si c’est une maladie par reflux du souffle (氣逆 qini), il y a un bi du larynx2 avec aphonie soudaine ; en cas de plénitude, c’est la démence (癲狂 diankuang) ; en cas de vide, les pieds sont relâchés (不收 bushou) et les jambes se dessèchent. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien]. »
1. Ici le luo est appelé bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas luo mais bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2.
Bi du larynx (喉庳 houbi) : appellation générale des enflures, douleurs et obstructions de la gorge qui sont soit d’origine externe (vent, chaleur principalement) soit d’origine interne par vide de yin. Le Zhengzhi zhunsheng écrit : « En général, quand les classiques parlent de bi du larynx, cela signifie que la respiration est bloquée dans le larynx, on ne peut parler, le souffle du ciel est obstrué ; mais quand on parle de douleur du pharynx, cela signifie que la gorge ne peut avaler ni la salive, ni la nourriture, c'est à dire que le souffle terrestre est obstrué. Quand on parle de bi du larynx et de douleurs du pharynx, cela veut dire que le larynx et le pharynx sont tous les deux malades et que les souffles du ciel et de la terre sont tous les deux obstrués. Car ceux qui souffrent de bi du larynx souffrent obligatoirement de douleur du pharynx, tandis que ceux qui souffrent de douleur du pharynx ne souffrent pas nécessairement de bi du larynx en même temps. »

- LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing X-1 (2) : « Les bi provoqués par le yin atteint par la maladie »
厥痹者,厥氣上及腹。取陰陽之絡,視主病也,瀉陽補陰經也。
« Pour le
jue avec bi (厥庳 juebi), quand le souffle jue monte jusqu’à l’abdomen, on traite les luo des yin et des yang en examinant lesquels régissent la maladie, en dispersant les méridiens yang et tonifiant les méridiens yin1. »
1. Le Leijing dit : « Le jue commence immanquablement aux quatre membres. Lorsque le jue s’accompagne de bi et que le souffle (厥 jue) monte jusqu’à l’abdomen, il faut traiter le point luo du taiyin de pied Gong sun (4Rt) et le point luo du yangming de pied Feng long (40E), car [les maladies] de l’abdomen et des quatre membres se situent à la rate et à l’estomac. Cependant, il faut examiner lequel est en relation avec la maladie, le yin ou le yang, et traiter [en conséquence]. Le yangming est le plus souvent plein, c’est pourquoi il convient de la disperser ; le taiyin est le plus souvent vide, c’est pourquoi il convient de le tonifier ».

- LS 23 : « Maladies fébriles » / Jiayi jing VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produite par l’affection des six méridiens »
熱病體重,腸中熱,取之以第四針於其及下諸指間,索氣於胃絡得氣也。
« La maladie fébrile où le corps est lourd et où il y a de la chaleur dans les intestins1 se traite avec l’aiguille n°4 2 aux [points] shu et aux [points des] orteils3. On requiert le souffle au luo de l’estomac pour obtenir le souffle [de la rate]4. »
1. Le Leijing dit : « La rate régit la chair et les quatre membres. Le pervers se situe dans la rate, c'est pourquoi le corps est lourd. Le gros intestin et l’intestin grêle appartiennent à l’estomac. Lorsque le pervers se situe dans l’estomac, il y a de la chaleur dans les intestins. »
2. C'est-à-dire l’aiguille pointue (鋒針
fengzhen).
3. Littéralement : « et aux orteils en bas ». Le
Leijing dit : « On traite les [points] shu des méridiens de la rate et de l’estomac qui se nomment Tai bai (3Rt) et Xian gu (43E), et … les autres points des pieds. »
4. Ajouté d’après le Leijing qui dit : « Le luo de yangming s’appelle Feng long (40E) ; il se sépare et va vers le taiyin. C'est pourquoi, en le traitant, on peut obtenir le souffle de la rate. »
Remarque : La version de Chamfrault dit : « il faut puncturer les points Yin bai (1Rt) et Li dui (45E) ». La version de Ming Wong ne mentionne pas ces deux points mais dit : « Il faut traiter avec l’aiguille n°4 sur les points spécifiques shu et sur les points dans l’intervalle des doigts de pied ».

Jiayi jing :

VII-1 (3) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produite par l’affection des six méridiens »
厥頭痛,面浮腫,煩心,狂見鬼,善笑不休,發於外有所大喜,喉痺不能言,豐隆主之。
« Les céphalées par jue avec oedème du visage, anxiété, folie comme s’il voyait des démons, rires fréquents qui ne cessent pas, une expression comme s’il lui arrivait une grande joie et un
bi de la gorge (喉庳 houbi) sans pouvoir parler relèvent du [point] Feng long (40E). »


> OBSERVATIONS