Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

45E

Li dui




> LOCALISATION

Chamfrault/Dacheng :

À l’extrémité du 2ème orteil, au niveau de l’angle unguéal externe, à environ 2 mm de cet angle, largeur d’une feuille de gao (Ch) ; à environ une feuille de re (DC).

Soulié de Morant :

3ème orteil, phalangette onglée, à environ mi-largeur de la face interne, à l’angle du renflement et du corps de l’os, au rebord dorsal du fléchisseur, dans un creux.

Pékin/Shanghai/Nguyen van Nghi :

0,1 cun en arrière et en dehors de l’angle unguéal externe du 2ème orteil.

Duron-Borsarello :

À 2 mm de l’angle de l’ongle du 2ème orteil, côté du 3ème.

Sun Simiao :

À une feuille d’allium de l’angle unguéal interne, au bout du 2ème orteil.

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
« Le [point] Li dui (45E) [se situe] sur le côté externe de l’extrémité du deuxième orteil. »

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
厲兌者,金也。在足大指次指之端,去爪甲角如韭葉
« Le [point] Li dui c’est le métal. Il se situe à l’extrémité du deuxième orteil, distant de l’angle de l’ongle [de la largeur] d’une feuille d’échalote (韭 jiu)2. »
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».
2. Il s’agit d’une sorte d’échalote chinoise aux feuilles étroites (environ 0,1 pouce).


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,1 cun pour Tongren.

Pékin :

Oblique, 0,1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire, 0,1 à 0,3 cun.

Nguyen van Nghi :

Vertical, 0,3 à 0,5 cun.

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
刺入一分,留一呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,1 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant une expiration. On y fait trois cônes de moxa. »
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point jing (井) et point de dispersion du zu yangming.

Soulié de Morant :

Agit sur estomac, vésicule biliaire, gencives, amygdales, occipital, organes génitaux.

Nguyen van Nghi :

Point jing (井) et point de dispersion du zu yangming correspondant à l’élément "métal/poumon".
Point de dispersion en cas de plénitude de l’énergie de l’estomac.
Point faisant partie des points de réanimation dans le traitement de la « syncope cadavérique » : Yong quan (1Rn), Shao shang (11P), Shen men (7C), Yin bai (1Rt) et Li dui (45E).

Dacheng :

Lieu de « sortie/manifestation » de l’énergie de yangming appelé jing (井) – métal.
Point de dispersion en cas de plénitude de l’énergie de l’estomac.

Dacheng :

Stimule le shen. Harmonise le qi.
Calme la douleur.

Suwen :

SW 6 : « Traité sur les séparations et réunions du yin et du yang »
帝曰:願聞三陰三陽之離合也。岐 伯曰:聖人南面而立,前曰廣明,後曰太沖。太沖之地,名曰少陰、少陰之上,名曰太陽。太陽根起於至陰,結於命門,名曰陰中之陽。中身而上名曰廣明。廣明之 下名曰太陰,太陰之前,名曰陽明。陽明根起於厲兌,名曰陰中之陽。厥陰之表,名曰少陽。少陽根起於竅陰,名曰陰中之少陽。是故三陽之離合也:太陽為開,陽明為闔,少陽為樞。三經者不得相失也,搏而勿浮,命曰一陽。帝 曰:願聞三陰?岐伯曰:外者為陽。內者為陰。然則中為陰,其沖在下,名曰太陰,太陰根起於隱白,名曰陰中之陰。太陰之後,名曰少陰,少陰根起於涌泉,名曰 陰中之少陰。少陰之前,名曰厥陰,厥陰根起於大敦,陰之絕陽,名曰陰之絕陰。是故三陰之離合也,太陰為開,厥陰為闔,少陰為樞。三經者不得相失也,搏而勿沉,名曰一陰。陰陽**,積傳為一周,氣裏形表,而為相成也。

Traduction de Cl. Larre et E. Rochat :
« L’Empereur : J’aimerai un enseignement sur les séparations et les réunions des trois 
yin et des trois yang ? Qibo : L’homme saint, établi face au sud, devant c’est le Vaste rayonnement, derrière c’est le Puissant courant du médian. Le domaine inférieur de ce puissant courant, on l’appelle shaoyin. L’en haut du shaoyinon l’appelle taiyang. Le taiyang s’enracine et surgit à Zhi yin (67V) et il noue son extrémité à Ming men (1V) ; on l’appelle le yang au sein du yin. L’au-dessus du milieu du corps s’appelle Vaste rayonnement. L’en bas de ce Vaste rayonnement s’appelle taiyin. L’avant du taiyin s’appelle yangming. Le yangming s’enracine et surgit à Li dui (45E). On l’appelle le yang au sein du yin. L’avers du jueyin s’appelle shaoyang. Le shaoyang s’enracine et surgit à Qiao yin (44VB) ; on l’appelle shaoyang au sein du yin. Voici en quoi consiste les séparations et réunions des Trois yang : le taiyang fait (est) l’ouverture, le yangming fait (est) la fermeture, le shaoyang fait (est) le pivot. Ces Trois méridiens dépendent nécessairement les uns des autres ; on doit les sentir battre, mais pas trop en superficie ; c’est ce qu’on appelle l’Unité des yang. »

« L’Empereur : Qu’en est-il des Trois yin ? Qibo : L’extérieur est yang alors que l’interne est yin. En conséquence, le centre est yīn et son impétueux courant médian est par en bas ; on l’appelle taiyin. Le taiyin s’enracine et surgit à Yin bai (1Rt). On l’appelle le yin au sein du yin. L’arrière du taiyin s’appelle le shaoyin. Le shaoyin s’enracine et surgit à Yong quan (1Rn). On l’appelle le shaoyin au sein du yin. L’avant du shaoyin s’appelle le jueyin. Le jueyin s’enracine et surgit à Da dun (1F). Le yang qui s’épuise dans le yin, on l’appelle le yin qui s’épuise au sein du yin. Voici en quoi consiste les séparations et réunions des Trois yin : letaiyin fait (est) l’ouverture, le jueyin fait (est) la fermeture, le shaoyin fait (est) le pivot. Ces Trois méridiens dépendent nécessairement les uns des autres ; on doit les sentir battre, mais pas trop en profondeur ; c’est ce qu’on appelle l’Unité des yin. Ils vont et viennent le yin et le yang ! Il se concentrent, ils se diffusent réalisant la totalité de leur circuit. Souffle au revers, forme corporelle à l’avers, s’accomplissent l’un par l’autre. »

Traduction de Nguyen van Nghi :
« Huangdi interroge : Voulez-vous me parler de la séparation et de la réunion des trois méridiens yin et des trois méridiens yang ? Qibo répond : Lorsque le Sage fait face au sud, le devant s’appelle guangming (vaste lumière) ; le derrière taichong (grand carrefour)1. Le jingmai qui circule dans la région de taichongs’appelle le shaoyin (reins). Au-dessus de shaoyin est le taiyang (vessie) ; celui-ci a sa racine au niveau du point Zhi yin (67V), il remonte à la face pour se concentrer au point Jing ming (1V) et porte le nom de "yang dans le yin". Si l’on considère le haut et le bas du corps, la moitié supérieure est yang, appelée aussiguangming, la moitié inférieure est yin, appelée taiyin (rate). Le devant du taiyin est le yangming (estomac). Ce dernier a sa racine au point Li dui (45E) et porte le nom de "yang dans le yin". Si l’on considère l’extérieur et l’intérieur du corps, la partie extérieure du méridien jueyin (foie) s’appelle le shaoyang (vésicule biliaire) dont la racine se trouve au point Qiao yin (44VB). C’est le shaoyang dans le yin". C’est pourquoi, si l’on considère la séparation et la réunion des trois méridiens yang, on a le taiyang qui s’ouvre, le yangming qui se referme et le shaoyang qui est la charnière. Parmi ces trois méridiens, aucun n’est le principal. Entre eux, ils ont des relations très étroites. Ensemble, ils portent le nom de "Un yang".
Huangdi interroge : Voulez-vous me parler de la séparation et de la réunion des trois yin ? Qibo répond : l’extérieur est yang, l’intérieur est yin. C'est pourquoi la partie interne correspond aux trois yin. Le qichong est en bas. Le vaisseau qui se trouve devant le shaoyin (reins) s’appelle le taiyin (rate) dont la racine se situe au point Yin bai (1Rt). C’est le yin dans le yin. Le vaisseau qui circule derrière le méridien taiyin s’appelle le shaoyin (reins) dont la racine se trouve au point Yong quan (1Rn). C’est le shaoyin dans le yin. Le vaisseau qui circule devant le méridien shaoyin s’appelle le jueyin (foie) dont la racine se trouve au point Da dun (1F). C’est là que le yang n’arrive pas, c’est la fin du yin dans le yin. C'est pourquoi, si l’on considère la séparation et la réunion des trois méridiens, on aura : letaiyin qui s’ouvre, le jueyin qui se referme, le shaoyin qui est la charnière. Mais parmi ces trois méridiens aucun ne joue le rôle principal. Entre eux, ils ont des relations très étroites. Aussi se nomment-ils "Un yin". »
1. Guangming désigne tout ce qui correspond au yangtaichong tout ce qui correspond au yin. Par conséquent, le devant et la partie antéro-supérieure du corps sont guangming, le derrière et le bas du dos (région lombaire) sont taichong. [Ainsi], le guangming représente chez l’homme le cœur et la poitrine (la poitrine est en haut donc « yang de yin » ; et cœur = sud = feu = yang). Le guangming est donc le lieu de croisement de tous les yang du corps avant qu’ils ne se répartissent dans la région yin (poitrine et abdomen). Même raisonnement pour le taichong. Celui-ci désigne les reins et la région lombaire, parce que la région rénale est en bas du dos, donc yin, et reins = nord = eau = yin. Le taichong est donc une sorte de carrefour où se réunissent toutes les énergies yin venant des reins avant qu’elles ne se répartissent dans la région yang (dos).

Lingshu :

LS 2 : « Les points shu des quatre membres »
胃出於厲兌,厲兌者 [] 為井金。
« [Le souffle] de l’estomac sort au [point] Li dui (45E) […] c’est le [point] jing (puits), [son élément
] est le métal. »


LS 5 : « Racines et noeuds » / Jiayi jing II-5 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
足陽明根於厲兌,溜於沖陽,注於下陵,入於人迎,豐隆也 [] 此所謂十二經者,盛絡皆當取之。
« Le yangming de pied s’enracine (根 gen) à Li dui (45E), s’écoule (溜 liu) à Chong yang (42E), se déverse (注 zhu) à Xia ling (36E), entre (入ru) à Ren ying (9E) et Feng long (40E)1 […] Quand un luo est plein (盛 sheng), il faut le traiter. »
1. Le Taisu dit : « En ce qui concerne les points shu, il s’agit des six méridiens (脈 maiyang qui s’écoulent par 井 jing, 榮 ying, 輸 shu, 原 yuan, 經 jing, 合 he suivant l’ordre des cinq éléments (五行 wuxing) et leur arrivée au corps en fait l’extrémité. Ici, [le trajet] des six yang de main et de pied, qui montent de la racine jusqu’à l’entrée, s’écoulent, se déversent et circulent en montant, présente une certaine différence avec le trajet des chapitres Benshu et Mingtang. Ici, les points où l’on dit « s’enraciner » (根 gen) correspondent tous aux points de sortie de ces deux derniers textes. Ici, les points où l’on dit « s’écouler » (溜 liu) correspondent tous aux points de passage. Seul le point où s’écoule le taiyang de main ne passe pas à Wan gu (4IG), mais se déplace vers le [point] Yang gu (5IG) qui correspond dans ces textes à un point d’écoulement abondant ; il semble que ce soit le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « se déverser » correspondent tous aux points d’écoulement abondant de ces textes ; seul le yangming de pied ne correspond pas au [point] Xie xi (41E) d’écoulement abondant, mais se déplace vers le [point] de réunion Xia ling (36E) ; comme plus haut, c’est le seul méridien qui diffère. Ici, les points où l’on dit « entrer » diffèrent tous des points de ces textes. Les six méridiens yang partent tous des doigts de la main et du pied en tant qu’enracinement et montent établir une liaison (絡 luo) jusqu’à la ramification du grand luo qu’on appelle « l’entrée ». Il y a deux endroits d’entrée […] ; seuls les yangming de main et de pied arrivent en avant du cou aux [points] Ren ying (9E) et Fu tu (18GI). L’endroit où sort le trajet d’écoulement s’appelle 井 jing (puits) ; ici, il s’appelle racine, [car] le puits est le lieu d’où sort l’eau ; c'est pourquoi la racine équivaut au puits (井 jing). »

LS 5 : « Racine et noeuds » / Jiayi jing II-5 : « Le noeud et la racine des méridiens »
陽明根於厲兌,結於顙大。顙大者,鉗耳也。
« Le yangming s’enracine à Li dui (45E) et se noue à 桑大 sangda1Sangda c’est l’oreille. »
1. Les textes sur le noeud de yangming sont obscurs et diffèrent entre eux. Le Lingshu dit : « Maître Lou dit : sangda signifie les deux points touwei sur les tempes à l’intérieur de la ligne d’implantation des cheveux. Comme ils se situent des oreilles comme s’ils tenaient en tenailles, on les nomme qianer » (qian veut dire en tenailles). Le Jiayi jing le localise aux choanes (頏顙 hangsang), mais le définit par l’oreille : « Le yangming s’enracine à Li dui (45E) et se noue aux choanes (頏顙 hangsang). Les choanes c’est 鉗大 qiandaet 鉗大 qianda c’est l’oreille ». Le commentaire moderne dit qu’il ne comprend pas le sens de 鉗大 qianda et ne donne aucune explication.

LS 9 : « Fin et commencement »
三脈動於足大趾之間,必審其實虛,虛而瀉之,是謂重虛。重虛病益甚。凡刺此者,以指按之,脈動而實且疾者疾瀉之,虛而徐者則補之。反此者,病益甚。其動也,陽明在上,厥陰在中,少陰在下。
« Lorsque les trois vaisseaux (脈 mai)1 battent dans la région du gros orteil2, il faut examiner soigneusement s’ils sont vides ou pleins. S’ils sont vides et qu’on les disperse, c’est ce que l’on appelle un double vide (重虛 chongxu) et un double vide aggrave la maladie3. En somme, lorsque l’on puncture un tel [patient], il faut appuyer dessus avec les doigts : si les battements des pouls sont pleins (實 shi) et vifs (疾 ji), on les disperse rapidement ; s’ils sont vides et calmes (徐 xu), on les tonifie. Le contraire aggrave la maladie. [Parmi les trois pouls] qui battent [au gros orteil]4, le yangming se situe en haut, le jueyin au milieu et le shaoyin est en bas. »
1. D’après le Leijing, il s’agit des trois méridiens de pied yangmingjueyin et shaoyin.
2.
 Ma Shi dit : « Le [méridien] yangming bat entre le grand et le deuxième orteil ; ses points Li dui (45E), Xian gu (43E), Chong yang (42E) et Jie xi (41E) se situent tous sur la partie haute du dessus du pied. Le jueyin bat entre le grand et le deuxième orteil, [les points] Da dun (1F), Xing jian (2F), Tai chong (3F) et Zhong feng (4F) se situent sur le côté intérieur du dessus du pied. Le shaoyin bat dans le creux de la voûte plantaire, son point Yong quan (1Rn) se situe sous le dessus du 
3. Le 
Taisu dit : « Il faut examiner entre le grand et le deuxième orteil si les trois méridiens sont vides ou pleins en appuyant avec la main. D’abord on tonifie le vide et ensuite on disperse le plein. Si l’on ne sait pas que les trois méridiens sont pleins et que l’on disperse le vide, cela s’appelle double vide et la maladie s’aggrave. »
4. Les mots entre crochets sont ajoutés d’après le 
Leijing.

LS 52 : « Le souffle défensif » / Jiayi jing II-4 : « La cime et le tronc d’enracinement des douze méridiens »
足陽明之本,在厲兌,標在人迎,頰挾頏顙也。
« Le tronc d’enracinement du yangming de pied se situe au [point] Li dui (45E) et sa cime se situe à renying1 des deux côtés des choanes (頏顙 hangsang)2. »
1. Le Jiayi jing dit : « … et sa cime se situe au-dessus de renying (人迎上 renying shang) sur les joues des deux côtés des choanes. »
2. Le texte est obscur et les commentaires divergent : les uns pensent qu’il s’agit du [point] Ren ying (9E) et de la région entre la mâchoire et les choanes, les autres pensent qu’il s’agit du [point] Ren ying (9E) seul. La présente édition penche plutôt pour la première version.

Note personnelle : ordre de citation des troncs et des cimes
Lingshu : V – VB – Rn – F – E – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC
Jiayi jing : V – Rn – VB – E – F – Rt – IG – TR – GI – P – C – MC

Jiayi jing :

III-33 : « Les trente points du yangming de pied aux membres inférieurs1 »
胃出厲兌,厲兌者,金也 [] 足陽明脈之所出也,為井。
« Le méridien de l’estomac sort au [point] Li dui (45E). Le [point] Li dui c’est le métal […] Là sort le méridien yangming de pied, c’est le [point] jing (puits). »
1. Textuellement : « Les trente points du yangming de pied arrivant aux cuisses ».


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Fièvre. Paludisme avec perte d’appétit. Frissons.
Malaise à la tête. Dort beaucoup.

Soulié de Morant :

Chaleur, agitation. Paludisme avec surexcitation ou paludisme glacé (algide).
Perte de vitalité.

Pékin :

Maladies fébriles.
Sommeil agité avec cauchemars.

Nguyen van Nghi :

Sommeil agité avec cauchemars.

Dacheng :

Maladie de la chaleur sans sueurs. Frilosité, pieds et mains glacés. Fièvre par poussées.
Tétanie.
Adénite cervicale.
Sommeil agité.

Sun Simiao :

Fièvre intermittente avec inappétence. Crainte du froid. Maladie de la chaleur sans sueurs.
Oedème superficiel de la face.
Aime dormir. Dort trop.

Psychisme

Chamfrault :

Peur. Folie. Veut monter haut pour chanter, se déshabiller pour courir. A l’air d’être possédé du démon.

Soulié de Morant :

Cauchemars et rêves incessants.
Réactions nerveuses exagérées. Sursaute aux bruits soudains. Excès d’émotivité. Surexcitation jusqu’à insanité. Langue sortie. Ou déteste les maisons d’autrui. Neurasthénie.
Ne connaît plus le plaisir sexuel ?

Roustan :

Neurasthénie. Hystérie.

Nguyen van Nghi :

Neurasthénie. Hystérie. Folie. Asthénie psychique.
Sommeil agité avec cauchemars.

Dacheng :

A l'air d'être possédé. Tressaillement et peur. Peur du feu, peur du bruit. État confusionnel.
Folie agitée. Monte et chante. Veut se déshabiller pour courir. Veut se déshabiller et marcher sans cesse.
Misanthropie. 

Sun Simiao :

Aime dormir. Dort trop.
Patient facilement effrayé. N’aime pas bouger les membres.

Neurologie

Chamfrault :

Déviation de la bouche. Syncope.

Soulié de Morant :

Anémie cérébrale. Coma cadavérique, pouls aboli, ne perçoit rien.
Face : affaiblissement, flaccidité, atrophie des risorius et orbiculaire des lèvres ; déviation de la bouche. Ou contracture.

Roustan :

Anémie cérébrale.

Duron-Borsarello :

Anémie cérébrale. Épilepsie.

Dacheng :

« Coma cadavérique », dysphasie. Syncope. Déviation de la bouche.

Sun Simiao :

Langue pendante.

Ophtalmologie

Sun Simiao :

Larmoiements.

ORL

Chamfrault :

Angine.
Nez bouché. Affections du nez. Épistaxis.

Soulié de Morant :

Gorge : inflammation, douleur.
Nez : froid. Rhinite aiguë. Sinusite.

Roustan :

Amygdalite.

Duron-Borsarello :

Toutes les affections du nez. Nez bouché.

Dacheng :

Épistaxis. Éternuements. Obstruction nasale.
Pharyngite. Affections de la gorge. Adénopathies cervicales.

Sun Simiao :

Chaud et froid dans la gorge. Inflammation de la gorge, angine.
Épistaxis due à la présence de chaleur dans la tête. Rhinorrhée purulente et jaunâtre.
Troubles de la respiration nasale.

Stomatologie

Chamfrault :

Lèvres fendillées. Gingivite (gencives supérieures). Odontalgie du maxillaire supérieur.

Soulié de Morant :

Lèvres : petites coupures ; bouche de même.
Sensation de froid aux dents. Caries des incisives ou des molaires.

Duron-Borsarello :

Odontalgie du maxillaire supérieur.

Nguyen van Nghi :

Odontalgie.

Dacheng :

Gerçure des lèvres. Furoncles péri-labiaux.
Carie dentaire du maxillaire supérieur. Sensation de froid aux dents.

Sun Simiao :

Carie dentaire. Langue pendante.

Dermatologie

Soulié de Morant :

Peau : maladies humides ou avec pus.

Dacheng :

Dermatose et prurit. Furoncles péri-labiaux. Adénopathies cervicales.

Pneumologie

Chamfrault :

Étouffement.

Dacheng :

Plénitude thoraco-abdominale.

Sun Simiao :

Engorgement et ballonnement abdominal avec gêne respiratoire.
Troubles de la respiration nasale.

Cardiovasculaire

Soulié de Morant :

Coeur : douleur, oedème.

Dacheng :

Douleur de la poitrine.

Sun Simiao :

Douleur thoracique ou mammaire avec irradiation jusqu’au Fu tu (32E) et à la face externe de la jambe et au dos du pied.

Digestif

Chamfrault :

Ballonnement abdominal. Mauvaise digestion. Mange beaucoup mais reste maigre, a toujours faim.
Inflammation du foie. Jaunisse. Ascite.

Soulié de Morant :

Disperse les excès d’énergie de l’estomac. Inflammation de l’estomac (gastrite). Fièvre d’estomac (froid continuel, recherche le feu, ne peut manger sans enfler, mauvaise digestion). Aérogastrie et ballonnement épigastrique après le repas. Douleurs d’estomac. Perte d’appétit (anorexie). Ou faim excessive (boulimie), digestion trop rapide.
Ascite.

Roustan :

Hépatite. Dyspepsie.

Duron-Borsarello :

Mauvaise digestion.

Nguyen van Nghi :

Dyspepsie.

Dacheng :

Embarras gastrique. Sensation de faim impérieuse. Anorexie. Fièvre intermittente de l’automne atteignant l’estomac : asthénie profonde, dysphagie, météorisme post-prandial (36E, 41E et 45E).
Ictère.

Sun Simiao :

Engorgement et ballonnement abdominal avec gêne respiratoire.
Fièvre intermittente avec inappétence, crainte du froid.
Tiraillements dans la région ombilicale.

Uro-néphrologie

Chamfrault :

Urines très jaunes.

Soulié de Morant :

Reins : oedème ; ascite.

Dacheng :

Urines foncées ou urines jaunâtres.

Endocrinologie

Chamfrault :

Mange beaucoup mais reste maigre, a toujours faim.

Soulié de Morant :

Faim excessive, digestions trop rapides.

Dacheng :

Sensation de faim impérieuse.

Métabolisme

Chamfrault :

Ascite.

Soulié de Morant :

Ascite. Oedème. Enflure superficielle de la face. Enflure de la nuque. Enflure du genou.

Nguyen van Nghi :

Oedème généralisé.

Dacheng :

Anasarque ; oedème de la face.

Sun Simiao :

Oedème superficiel de la face.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Hydarthrose du genou. Douleur de la cuisse, du mollet et du pied ;
Douleur et sensation de froid du point Fu tu (32E) jusqu’au pied. Sensation de pied froid.

Soulié de Morant :

Tuberculose osseuse ?
Douleur de la nuque.
Aine : douleur. Inflammation des tissus. Douleur du genou. Jambe : froid. Pieds : douleur ou froid.

Dacheng :

Inflammation et douleur des genoux.
Douleur thoracique ou mammaire avec irradiation jusqu’au Fu tu (32E) et à la face externe de la jambe et au dos du pied.

Sun Simiao :

Froid dans la jambe avec incapacité de s’allonger.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW 36 : « Acupuncture dans les malarias »
胃瘧者,令人且病也,善飢而不能食,食而支滿腹大。刺足陽明太陰橫脈出血。
« La malaria de l’estomac cause une maladie avec sensation de faim et impossibilité de manger par suite de la dilatation abdominale. On fait saigner le yangming de pied1 et le gros vaisseau transversal du taiyin de pied2. »
1- Il s'agit des points Li dui (45E), Jie xi (41E) et San li (36E).
2- Il s'agit du point (5Rt).


- SW 63 : « Discussion sur la piqûre miu »
邪客於五臟之間,其病也,脈引而痛,時來時止,視其病繆刺之於手足爪甲上,視其脈,出其血,間日一刺,一刺不已,五刺已。繆傳引上齒,齒唇寒痛,視其手背脈血者,去之,足陽明中指爪甲上一痏,手大指次指爪甲上各一痏,立已,左取右,右取左
Quand le xie est installé parmi les viscères, une douleur suit le trajet du vaisseau de celui qui est atteint. Si le mal est épisodique, on fait la piqûre miu (sur le point jing) au-dessus de l’ongle du pied ou de la main correspondant au vaisseau du viscère malade. S’il y a une vascularisation apparente, on la fait saigner à jour passé. Si une piqûre ne suffit pas, on en fait cinq. Si la propagation intéresse la mâchoire supérieure, les dents et les lèvres souffrent d’une douleur froide, on vide de son sang toute vascularisation apparente sur le dos de la main et on fait une piqûre au-dessus de l’ongle du 2ème orteil1 et de l’index2. La maladie cesse immédiatement. Si elle est unilatérale, on traite à l’opposé ».
1- Il s’agit du point Li dui (45E)
2- Il s’agit du point Shang yang (1GI).


- SW 63 : « Discussion sur la piqûre miu (côté opposé) (miu ci lun) » / Jiayi jing
V-3 : « La piqûre miu » (traduction Jiayi jing)
邪 客於手足少陰太陰足陽明之絡,此五絡皆會於耳中,上絡左角,五絡俱竭,令人身脈皆動,而形無知也,其狀若屍,或曰屍厥。刺其足大指內側爪甲上,去端如韭 葉,後刺足心,後刺足中指爪甲上各一痏,後刺手大指內側,去端如韭葉,後刺手心主,少陰銳骨之端,各一痏,立已。不已,以竹管吹其兩耳,鬄其左角之髮,方 一寸燔治,飲以美酒一杯,不能飲者,灌之,立已。
« Lorsque le pervers s’installe dans les luo des shaoyin et taiyin [une autre version dit : taiyang] de main et de pied et dans le yangming de pied qui se rencontrent tous les cinq dans l’oreille et qui en haut se lient (絡 luo) à l’angle gauche du front, et si les cinq luo sont tous épuisés, il provoque chez le patient, malgré des pulsations dans le corps, une perte complète de connaissance et le corps devient comme un cadavre ; cela s’appelle un jue cadavérique (尸厥 shijue). On puncture l’extrémité du côté interne du gros orteil distante de l’angle de l’ongle [de la largeur] d’une feuille d’échalote1, ensuite on puncture le creux de la voûte plantaire2 puis on puncture le troisième au-dessus de l’ongle*, une fois à chaque [orteil], puis on puncture le côté interne du pouce distant de l’angle de l’ongle [de la largeur] d’une feuille d’échalote3, ensuite puncturer le ministre du coeur de main**, enfin on puncture le shaoyin de main à l’extrémité de la styloïde [cubitale] une fois à chaque [main]*** et cela cesse immédiatement.
Si cela ne cesse pas, on souffle dans ses deux oreilles à travers un tube de bambou, on coupe un pouce carré de cheveux sur son angle gauche du front et on les brûle en lui faisant boire dans un verre de bon vin. S'il ne peut boire, on lui fait ingurgiter et cela cesse immédiatement. »
1. Soit le point Yin bai (1Rt).
2. Soit le point Yong quan (1Rn)
3. Soit le point Shao shang (11P)
* 45E bis (séminaire AFA novembre 2008).
**
Il s'agit du point Zhong chong (9MC). Le Jiayi jing dit : "ensuite puncturer le ministre du coeur de main, ce qui n'est pas correct" ( 後刺手心主者,非也 )
*** 7C (séminaire AFA novembre 2008).

Dacheng :

« Acupuncture et traitement des fièvres intermittentes de l’automne »
« L’énergie perverse peut s’installer simultanément dans le tai luo du shou et du zu shaoyin (C, Rn), du shou et du zu taiyin (P, Rt) et du zu yangming (E). Ces cinq grands luo se réunissent dans l’oreille et se ramifient à l’angle frontal. L’épuisement de l’énergie de ces grands luo favorise la pénétration de l’énergie perverse et entraîne des troubles en chaîne des voies énergétiques du corps dont le signe essentiel est la perte de conscience appelée "syncope cadavérique" (état lipothymique). On puncture d’abord Yin bai (1Rt), Yong quan (1Rn), Li dui (45E) puis Shao shang (11P), Shao chong (9C)1, Shen men (7C). Le malade sera immédiatement réanimé. Si le malade n’est pas réanimé, on insuffle les deux oreilles avec un tube de bambou (pour désobstruer les grands luo) et en même temps on arrache une touffe de cheveux située à l’angle frontal de l’oreille (pour faire revenir l’énergie des grands luo situés dans l’oreille), on les calcine et on mélange la cendre avec de l’alcool que l’on fait ingurgiter au malade. Il revient aussitôt à lui. »
1. Pour certains auteurs, il s’agit de Zhong chong (9MC) et non de Shao chong (9C).

Jiayi jing :

- VII-2 : « Fièvre (熱 re), folie furieuse (狂 kuang) et fugues causées par les maladies du méridien yangming de pied »
熱病汗不出,鼽衄,眩,時仆而浮腫,足脛寒,不得臥,振寒,惡人與木音,喉痺齲齒,惡風,鼻不利,多善驚,厲兌主之。
« Les maladies fébriles sans transpiration avec épistaxis, rhinorrhée, vertiges, syncope fréquentes, oedème, froid aux pieds et aux jambes, insomnie, tremblements dus au froid, déteste [voir] des gens et [entendre] le son du bois, bi de la gorge, caries dentaires, crainte du vent, obstruction nasale, tendance fréquente à la frayeur relèvent du [point] Li dui (45E). »

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang » / SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias »
一,刺瘧者,必先問其病之所先發者,先刺之。先頭痛及重者,先刺頭上及兩額兩肩間出血。先項背痛者,先刺之,先腰脊痛者,先刺中出血。先手臂痛者,先刺手少陰陽明十指間;先足脛酸痛者,先刺足陽明十指間出血。
« Dans la puncture contre la malaria, on se renseigne d’abord sur l’endroit où commence l’accès de la maladie et l’on puncture en premier cet endroit. Si [le patient] commence par avoir la tête douloureuse et lourde, on puncture d’abord en haut de la tête, des deux cotés du front, entre les sourcils et l’on fait saigner1. S’il commence par avoir des douleurs à la nuque et au dos, on les puncture d’abord2. S’il commence par avoir des douleurs aux vertèbres lombaires, on puncture d’abord Xi zhong (40V) et on le fait saigner. S’il commence par des douleurs aux mains et aux bras, on puncture d’abord les shaoyin et yangming de main et les dix doigts3. S’il commence par des douleurs et des courbatures aux pieds et aux jambes, on puncture d’abord le yangming4 de pied et les dix doigts que l’on fait saigner. »
1. Le Leijing dit : « En haut de la tête désigne les points Bai hui (20VG) et Shang xing (23VG) du dumai. Les deux côtés du front désignent les points Xuan lu (5VB) du shaoyang de pied. Entre les sourcils désigne le point Zan zhu (2V) du taiyang de pied ».
Remarques : Ici, NvN cite en lieu et place du 5VB et du 2V deux points hors méridien : Tai yang (9PC) et Yin trang (3PC).
La version du Dacheng dit : « les deux côtés du front » au lieu des tempes et donne Yang bai (14VB) au lieu de 5VB.
2. Remarque : Cette phrase reste imprécise. NvN et Husson la traduisent comme « il faut puncturer les points de la nuque et du dos » à savoir : Feng chi (20VB), Feng fu (16VG), Shen dao (11VG) et Da zhui (11V).
3. Le
Leijing dit : « Pour les shaoyin et yangming de main, il s’agit des points 井 jing (puits), Shao chong (9C) et Shang yang (1GI). On puncture les dix doigts en traitant aussi les points 井 jing (puits) selon les méridiens affectés par la maladie ».
4. Remarque : NvN et Husson citent Li dui (45E).

- VII-5 : « Les trois (types) de malaria causée par la permutation du yin et du yang » / SW 35 : « Discussion sur les malarias »
瘧不食,厲兌主之。
« La malaria avec inappétence relève du [point] Li dui (45E). »

- IX-7 : « Ballonnements, plénitude abdominale, borborygmes et souffle court provoqués par les maladies qui atteignent la rate, l’estomac et le gros intestin » / LS 4 : « Souffle pervers, organe/entrailles et symptômes des maladies »
寒,腹脹滿,厲兌主之。
« Le froid avec gonflement et plénitude abdominale relève du [point] Li dui (45E). »

Lingshu :

LS 23 : « Maladies fébriles » / Jiayi jing VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produite par l’affection des six méridiens »
熱病體重,腸中熱,取之以第四針於其及下諸指間,索氣於胃絡得氣也。
« La maladie fébrile où le corps est lourd et où il y a de la chaleur dans les intestins1 se traite avec l’aiguille n°4 2 aux [points] shu et aux [points des] orteils3. On requiert le souffle au luo de l’estomac pour obtenir le souffle [de la rate]4. »
1. Le Leijing dit : « La rate régit la chair et les quatre membres. Le pervers se situe dans la rate, c'est pourquoi le corps est lourd. Le gros intestin et l’intestin grêle appartiennent à l’estomac. Lorsque le pervers se situe dans l’estomac, il y a de la chaleur dans les intestins. »
2. C'est-à-dire l’aiguille pointue (鋒針 
fengzhen).
3. Littéralement : « et aux orteils en bas ». Le 
Leijing dit : « On traite les [points] shu des méridiens de la rate et de l’estomac qui se nomment Tai bai (3Rt) et Xian gu (43E), et … les autres points des pieds. »
4. Ajouté d’après le Leijing qui dit : « Le luo de yangming s’appelle Feng long (40E) ; il se sépare et va vers le taiyin. C'est pourquoi, en le traitant, on peut obtenir le souffle de la rate. »
Remarque : La version de Chamfrault dit : « il faut puncturer les points Yin bai (1Rt) et Li dui (45E) ». La version de Ming Wong ne mentionne pas ces deux points mais dit : « Il faut traiter avec l’aiguille n°4 sur les points spécifiques shu et sur les points dans l’intervalle des doigts de pied ».


> OBSERVATIONS