Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

4Rt

Gong sun




> LOCALISATION

Chamfrault/Dacheng/Sun Simiao :

1 cun en arrière de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil, sur le bord interne du pied ; en avant de la malléole interne (DC). une branche collatérale du taiyin en part et va au yangming (SS).

Soulié de Morant :

Bord médial du pied, à mi-longueur, à l’angle inférieur de l’articulation entre le 1er métatarsien et le 1er cunéiforme, entre le bord postérieur de la base du 1er métatarsien et le bord antérieur du cunéiforme, dans un creux, 2 TDD en arrière et en dehors de Tai bai (3Rt), 2 larges TDD en avant de Shang qiu (5Rt), 2 larges TDD en dedans de Chong yang (42E).

Pékin :

Sur le bord interne du pied, dans une dépression située en avant et en bas de la base du 1er métatarsien, à la ligne de démarcation entre la chair rouge et la chair blanche.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

Au bord interne du pied, 1 cun en arrière de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil, sur le bord inférieur du 1er métatarsien, en avant de sa base.

Duron-Borsarello :

1 cun en arrière de 3Rt, là où s’arrête le doigt quand on le fait glisser de 3Rt vers l’arrière, à la base du 1er métatarsien.

Jiayi jing :

- II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足太陰之別,名曰公孫,去本節後一寸,別走陽明。其別者,入絡腸胃。
« Le luo du taiyin de pied s’appelle Gong sun (4Rt). Il se sépare à une distance de l’articulation métatarso-phalangienne pour aller au yangming. Son [trajet] séparé entre établir une liaison (絡 luo) avec les intestins et l’estomac. »

- III-30 : « Les 22 points du taiyin de pied aux membres inférieurs »
公孫,在足大指本節後一寸,別走陽明
« Le [point] Gong sun (4Rt) se situe à un pouce en arrière de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil. Un trajet se sépare (別走 biezou) vers le yangming. »


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault/Dacheng :

0,4 cun selon Tongren.

Pékin :

Perpendiculaire, 0 ,5 à 1 cun.

Shanghai :

Perpendiculaire vers Yong quan (1Rn), 1,5 à 2 cun.

Nguyen van Nghi :

Verticale, 0,3 à 0,5 cun.

Jiayi jing :

III-30 : « Les 22 points du taiyin de pied aux membres inférieurs »
刺入四分,留二十呼,灸三壯。
« On le puncture à 0,4 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant vingt expirations. On y fait trois cônes de moxa. »


> FONCTIONS

Chamfrault :

Point de vaisseau secondaire à puncturer en présence des symptômes de troubles des vaisseaux secondaires du ZYgM/E, en même temps que le point yuan (Chong yang 42E).
Point clé du méridien chongmai à puncturer avec Nei guan (6MC). En piquant ce point, on agit sur chongmai et on peut guérir les affections des cinq organes, du coeur et du ventre.

Soulié de Morant :

Point de commande du chongmai (yin : accès de surexcitation, crises de nerfs, douleurs violentes ou soudaines externes ou internes ; contractions, révolte d’énergie surtout d’abdomen et coeur ; femmes, douleur de règles ou douleur de la lactation ; yin insuffisant ne contrebalançant pas le yang). Tonifier disperse les excès de yang . Répond à Nei guan (6MC) opposé qui agit sur toutes les énergies yin et est un passage entre yin et yang (voir Wai guan 5TR).
Point de passage entre rate-pancréas et estomac. Si excès de yang, douleur tranchante des intestins ou de l'estomac (tonifier). Si insuffisance de yang, estomac gonflé, abdomen se gonflant, tympanisme (disperser). Tonifier transfère l’excès d’estomac et intestins dans l’insuffisance de rate-pancréas, coeur, reins. Disperser agit en sens contraire.
Commencer par Gong sun pour : aérogastrie, gaz dans estomac ou intestins. Mauvaise digestion. Hoquets. Diarrhée incessante. Jaunisse. Douleur au coeur. Fièvre des différents organes. Douleurs des membres. Finir par Nei guan (6MC).
Agit sur rate, pancréas, foie, coeur, poumons, organes sexuels, intestins, estomac, reins, moelle épinière inférieure, gros orteil, pouce.

Shanghai :

Traite l’estomac et les intestins.
Stimule le chongmai.

Duron-Borsarello :

Traite toutes les perturbations des énergies yang.
Facilite la digestion. Aide la diffusion de la rate.

Nguyen van Nghi :

Point luo (絡) du méridien d’où partent les vaisseaux luo.. Le luo transversal gagne le méridien ZYgM/E.
Point d’ouverture du méridien curieux chongmai dans le but d’harmoniser le zhongjiao (réchauffeur moyen) et de combattre le reflux énergétique vers le haut.
Point spécial à puncturer selon la technique dite de la « piqûre à l’encontre » dans les troubles de la rate dus au vent pervers (cf SW 36).

Auteroche :

Renforce rate et estomac. Aide le transport/transformation. Transforme la chaleur/humidité.
Régularise les fonctions du qi.
Métamère L5.

Dacheng :

Énoncé 44
« Le chongmai part du point Qi chong (30E), emprunte le trajet du zu shaoyin pour passer à l’ombilic puis parvenir au thorax où il se ramifie. Il communique avec le point Gong sun (4Rt) du zu taiyin. »

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Harmonise la rate et l’estomac. Élimine l’humidité/chaleur.
Apaise le shen et calme le zhi.
Selon Tai yi shen zhen :
Tonifie la rate et l’estomac
Harmonise le souffle et le sang. Libère le froid et la chaleur.
Calme les douleurs et élimine les ballonnements.

Lingshu :

LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足太陰之別,名曰公孫。去本節之後一寸,別走陽明;其別者,入絡腸胃,厥氣上逆則霍亂,實則腸中切痛;虛則鼓脹。取之所別也 [] 凡此十五絡者,實則必見,虛則必下。視之不見,求之上下。人經不同,絡脈亦所別也。
« Le luo (別 bie)1 du taiyin de pied s’appelle Gong sun (4Rt). Il se sépare à une distance de l’articulation métatarso-phalangienne pour aller au yangming. [Son trajet] séparé entre établir une liaison (絡 luo) avec les intestins et l’estomac. Si le souffle jue (厥氣 jueqi) reflue vers le haut, il y a des vomissements et des diarrhées intenses et subites (霍亂 huoluan)2 ; en cas de plénitude, il y a de violentes douleurs dans le ventre ; en cas de vide, il y a des ballonnements abdominaux. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien] 
[…] Chacun de ces quinze luo3, en cas de plénitude, est obligatoirement visible ; en cas de vide, ils sont obligatoirement enfoncés. Quand ils ne sont pas visibles, on les cherche en avant et en aval [du point luo, car] les méridiens (經 jing) des hommes n’étant pas identiques, les vaisseaux luo sont également différents4. » »
1. Ici le 絡 luo est appelé 別 bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas 絡 luo mais 別 bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Les vomissements et diarrhées intenses et subites avec anxiété thoracique correspondent au syndrome 霍亂 huoluan traduit souvent par choléra. Le Leijing dit : « Toute perturbation du souffle de la rate qui provoque du froid ou de la chaleur s’appelle "souffle jue" ; s’il reflux et monte, cela donne des vomissements, des diarrhées intenses et subites (霍亂 huoluan). Le méridien principal entre dans le ventre, établit une relation de dépendance avec la rate et fait une liaison avec l’estomac, c’est pourquoi la maladie [de ce vaisseau luo] est ainsi ».
3. Le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Ce chapitre (LS 10) compte quinze méridiens luo avec le changqiang du dumai et le weiyi du renmai [tandis que] le Nanjing compte quinze méridiens luo avec les luo du yangqiao et du yinqiao. [Ce dernier] ignore totalement que c’est par les vaisseaux luo que le dumai gouverne les yang et que le renmai gouverne lesyin ; c’est encore le Lingshu qui a raison. » Le Leijing écrit : « Dans ce chapitre, le luo (別 bie) de taiyin de pied s’appelle gongsun, mais il y a aussi le grand luo de la rate qui s’appelle dabao, le luo (別 bie) de yangming de pied s’appelle fenglong, mais dans [le chapitre] "Sur la respiration et le pouls du sujet sain" (Suwen 18), il y a aussi le grand luode l’estomac qui s’appelle xuli. Cependant, chaque méridien n’a qu’un seul luo, mais la rate et l’estomac en ont chacun deux, car la rate et l’estomac sont l’origine (本 ben) des organes et des entrailles et les douze méridiens en reçoivent tous le souffle. On compte en tout seize luo. »
4. Le Taisu dit : « En cas de plénitude, le sang remplit les vaisseaux, c'est pourquoi [ils sont] obligatoirement visibles ; en cas de vide, le sang manque dans les vaisseaux, c'est pourquoi ils s’enfoncent obligatoirement. Les vaisseaux enfoncés sont difficiles à voir, c'est pourquoi on les cherche en amont ou en aval. L’homme est doté du souffle et du corps, aucune partie ne peut être identique [chez les sujets différents], comment serait-il possible qu’il y ait des méridiens et des luo identiques ? C'est pourquoi il faut les chercher en amont et en aval et alors on peut les voir. »

Remarque personnelle : Ordre de citation des méridiens luo dans le Jiayi jing et le Lingshu :
P – C – MC – IG – GI – TR – V – VB – E – Rt – Rn – F – VC – VG – 21Rt
Note de Ming Wong : Gong sun était le pseudonyme de l’Empereur Jaune, fondateur de la médecine chinoise. Mais il s’agit également d’une allusion à la théorie des cinq éléments. Le foie, associé au bois, est le gong (grand-père). Le coeur, associé au feu, est le zi (fils). La rate, associée à la terre, est le sun (petit-fils).

Jiayi jing :

III-30 : « Les 22 points du taiyin de pied aux membres inférieurs »
公孫,太陰絡也。
« Gong sun (4Rt), c’est le [point] luo du taiyin. »

Jean Marc Kespi :

Ce point luo :
- Régularise l’intérieur et l’extérieur au niveau de ZTYi,
- Résonne sur le méridien couplé ZYgM,
- Gouverne les contacts alimentaires qui dépendent du luo longitudinal de ZTYi.
Il est de plus utilisé unilatéralement dans les atteintes externes du SSYg controlatéral.
Il est le point d’ouverture du méridien extraordinaire chongmai.
Il commande enfin le réchauffeur moyen et notamment les obstructions de qi de ce réchauffeur (avec symptômes solaires (RFA, p 61 n°40 – 1984).

Jean Marc Eyssalet :

Connaissance de l’acupuncture : Intestins, labyrinthes et métamorphoses – 2008
Le méridien de la rate appartient aux viscères qualifiés de récipients (器 qi) (SW 9). Il est donc placé à la charnière énergétique entre les viscères creux (腑 fu) dont il rassemble les produits purifiés et les viscères pleins (臟 zang) dont il assure l’entretien en saveurs et en liquides. C’est l’énergie de la rate qui assure la montée de l’humidité vers les poumons et la peau, celle de la salive xian 涎 vers la bouche et celle de l’énergie nourricière qui participe à la formation du sang. On peut comprendre que le méridien curieux chongmai, grand organisateur de la croissance du foetus, et de ce fait « mer du sang » et « mer des méridiens », empreinte son point d’ouverture au 4Rt, 公孫 Gong sun, « Grand-père, petit-fils », point luo de zu taiyin, le méridien de la rate.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Paludisme yin avec perte d’appétit. Fièvre avec sueurs abondantes, divagation, grande soif.
Toutes sortes de troubles de l’énergie.
Enflure de la tête et du visage.

Soulié de Morant :

Malaria.

Roustan :

Fièvre intermittente.

Dacheng :

Fièvre et frilosité dues au froid. Forte fièvre et frilosité avec hyperhidrose et vomissements (dans ce cas, la fièvre tombe quand les vomissements cessent).

Sun Simiao :

Chaleur. Chaleur avec sudation.
Insomnie. Reflux du souffle.

Psychisme

Chamfrault :

Soupire souvent.

Soulié de Morant :

Accès de surexcitation ; crises de nerfs. Dépression en cas de fièvre de rate/pancréas (disperser).

Duron-Borsarello :

Anxiété.

Dacheng :

Soupirs et lamentations. Inquiétude. Schizophasie. Délire verbal. Peur. Nervosité.

Sun Simiao :

Démence. Esprit agité.

Neurologie

Chamfrault/Duron-Borsarello/Dacheng :

Épilepsie.

Pneumologie

Soulié de Morant :

Toux, accès de suffocation (disperser).

Dacheng :

Respiration pneumatorectique (= respiration profonde et accélérée).

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Gêne au niveau de la région cardiaque. Toutes sortes de douleurs au coeur.

Soulié de Morant :

Toutes sortes de douleurs au coeur : par excès (disperser), par insuffisance (tonifier). Douleur au coeur avec enflure de la face et de la tête.
Douleur aiguë au coeur et rate-pancréas (disperser). Malaria, douleur au coeur. Inflammation du coeur.
Hypertension par aérogastrie comprimant le coeur (tonifier).

Duron-Borsarello :

Douleur cardiaque.

Digestif

Chamfrault :

Choléra. Malaise au-dessous du nombril. Douleur abdominale, douleur des flancs et des intestins.
Douleur de l’estomac par suite de troubles de la rate (disperser). Vomissements. Mauvaise digestion.
Vide de la vésicule biliaire.

Soulié de Morant :

Estomac opposé. Toute maladie de l'estomac par insuffisance : ne mange pas ; gonflé, spasmes du pylore, coeur gêné (disperser). Toute maladie de l'estomac par excès : douleur, inflammation, vomissements (tonifier). Cancer de l’estomac.
Rate (point droit) et pancréas (point gauche) : douleurs, douleur au coeur 
aiguë (disperser). Fièvre de rate-pancréas (vomit et est déprimé) (disperser).
Intestins opposés. Tout trouble par excès (tonifier), par insuffisance (disperser). Les diarrhées inflammatoires sont aussitôt guéries (tonifier). Hémorragies intestinales. Toute douleur d’abdomen par excès (tonifier).
Si excès de
yang, douleur tranchante des intestins et de l'estomac (tonifier). Si insuffisance de yang, estomac gonflé, ballonnement abdominal, tympanisme (disperser).

Pékin :

Gastralgie, dyspepsie, vomissements, diarrhée.

Roustan :

Douleurs gastriques, entérite aiguë ou chronique, vomissements. Gonflement du ventre, diarrhée.

Duron-Borsarello :

Vomissements de sang. Prolapsus rectal. Ne peut manger.

Nguyen van Nghi :

Gastralgie. Dyspepsie. Nausées et vomissements. Diarrhée.

Dacheng :

Gastralgies dues au froid de la rate (disperser). Remontée d'énergie froid avec vomissements et diarrhée.
Douleurs ombilicales. Douleur abdominale aiguë (par plénitude). Maladies sous-ombilicales. Anorexie.
Vide de la vésicule biliaire.

Sun Simiao :

Borborygmes. Nausées. Inappétence. Engorgement et ballonnement abdominal. Tympanisme.
Douleur intestinale intense. Syndrome cholériforme.

Andrologie

Soulié de Morant :

Coups aux testicules (massages du point).

Gynécologie

Soulié de Morant :

Règles venant trop souvent ou irrégulières (disperser). Douleur de règles ou douleur de la lactation. Spasmes du petit bassin.

Pékin/Nguyen van Nghi :

Règles douloureuses.

Roustan :

Endométrite.

Duron-Borsarello :

Prolapsus utérin.

Dacheng :

Pesanteur du bas-ventre (par vide).

Sénologie

Soulié de Morant :

Douleur de règles ou douleur de la lactation.

Obstétrique

Chamfrault :

Syncope de l’accouchée. Placenta qui ne descend pas.

Duron-Borsarello :

Éclampsie.

Métabolisme

Chamfrault :

Enflure de la tête et du visage. Oedème.

Soulié de Morant :

Reins : oedème (disperser). Enflure de la tête ou de la face avec douleur au coeur.

Duron-Borsarello :

Oedème.

Dacheng :

Polydipsie. Enflure du visage.

Sun Simiao :

Grande soif. Gonflement de la tête et de la face.

Bossy :

Action sur l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien.

Appareil locomoteur

Soulié de Morant :

Douleurs internes ou externes contractantes (même côté).
Membres : pouce même côté. Gros orteil même côté.

Roustan :

Douleur de la cheville.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Suwen :

- SW36 : « L’acupuncture dans les malarias »
足太陰之瘧,令人不樂,好太息,不嗜食,多寒熱汗出,病至則善嘔,嘔已乃衰,即取之。
« La malaria du
taiyin de pied rend le malade maussade, poussant de gros soupirs et manquant d’appétit. Les accès sont fréquents, suivis de sudation. Au moment de l’accès il y a des vomissements, une sédation s’ensuit dont on profite pour piquer le vaisseau de la rate [aux points Yin bai (1Rt), Tai bai (3Rt) et Gong sun (4Rt)]. »
Remarque : Le Dacheng, dans l’énoncé 3 sur le traitement des fièvres intermittentes de l’automne, n’indique que le 4Rt.

- SW 36 : « L’acupuncture dans les malarias »
脾瘧者,令人寒,腹中痛。熱則腸中鳴,鳴已汗出,刺足太陰。
« La malaria de la rate cause des accès froids avec douleurs abdominales. Lors du réchauffement, le ventre gargouille, après quoi la sueur sort. On pique le taiyin de pied1. »
1- Il s'agit des points Shang qiu (5Rt), Yin bai (3Rt) et Gong sun (4Rt).

Remarque : Le Dacheng, dans l’énoncé 3 sur le traitement des fièvres intermittentes de l’automne, n’indique que le 5Rt.

Lingshu :

- LS 10 : « Les méridiens (經脈 jingmai) / Jiayi jing II-1 (2) : « Les douze méridiens, les luo et les branches distinctes »
足太陰之別,名曰公孫。去本節之後一寸,別走陽明;其別者,入絡腸胃,厥氣上逆則霍亂,實則腸中切痛;虛則鼓脹。取之所別也。
« Le Iuo (別 bie)1 du taiyin de pied s’appelle Gong sun (4Rt). Il se sépare à une distance de l’articulation métatarso-phalangienne pour aller au yangming. [Son trajet] séparé entre établir une liaison (絡 luo) avec les intestins et l’estomac. Si le souffle jue (厥氣 jueqi) reflue vers le haut, il y a des vomissements et des diarrhées intenses et subites (霍亂 huoluan)2 ; en cas de plénitude, il y a de violentes douleurs dans le ventre ; en cas de vide, il y a des ballonnements abdominaux. On le traite à l’endroit où il se sépare [de son méridien]. »
1. Ici le 絡 luo est appelé 別 bie ce qui veut dire « se séparer » ou « trajet séparé ». À ce sujet, le Lingshu zhuzheng fawei dit : « Or [ici] on ne dit pas 絡 luo mais 別 bie parce qu’au niveau de ce point [le luo] se sépare de son méridien propre pour aller au méridien voisin ».
2. Les vomissements et diarrhées intenses et subites avec anxiété thoracique correspondent au syndrome 霍亂 huoluan traduit souvent par choléra. Le Leijing dit : « Toute perturbation du souffle de la rate qui provoque du froid ou de la chaleur s’appelle "souffle jue" ; s’il reflux et monte, cela donne des vomissements, des diarrhées intenses et subites (霍亂 huoluan). Le méridien principal entre dans le ventre, établit une relation de dépendance avec la rate et fait une liaison avec l’estomac, c’est pourquoi la maladie [de ce vaisseau luo] est ainsi ».

Note de Ming Wong : Gong sun était le pseudonyme de l’Empereur Jaune, fondateur de la médecine chinoise. Mais il s’agit également d’une allusion à la théorie des cinq éléments. Le foie, associé au bois, est le gong (grand-père). Le coeur, associé au feu, est le zi (fils). La rate, associée à la terre, est le sun (petit-fils).

LS 21 : « Les maladies du froid et de la chaleur » / Jiayi jing X-1 (2) : « Les bi provoqués par le yin atteint par la maladie »
厥痹者,厥氣上及腹。取陰陽之絡,視主病也,瀉陽補陰經也。
« Pour le jue avec bi (厥庳 juebi), quand le souffle jue monte jusqu’à l’abdomen, on traite les luo des yin et des yang en examinant lesquels régissent la maladie, en dispersant les méridiens yang et tonifiant les méridiens yin1. »
1. Le Leijing dit : « Le jue commence immanquablement aux quatre membres. Lorsque le jue s’accompagne de bi et que le souffle (厥 jue) monte jusqu’à l’abdomen, il faut traiter le point luo du taiyin de pied Gong sun (4Rt) et le point luo du yangming de pied Feng long (40E), car [les maladies] de l’abdomen et des quatre membres se situent à la rate et à l’estomac. Cependant, il faut examiner lequel est en relation avec la maladie, le yin ou le yang, et traiter [en conséquence]. Le yangming est le plus souvent plein, c’est pourquoi il convient de la disperser ; le taiyin est le plus souvent vide, c’est pourquoi il convient de le tonifier ».


LS 22 : « Démences » / Jiayi jing XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jueyang et une grande frayeur »
狂之始生,先自悲也,善忘善怒善恐者,得之憂飢。治之先取手太陰、陽明,血變而止,及取足太陰、陽明。
« Lorsque la folie furieuse (狂 kuang) est sur le point de se produire, [le malade] ressent d’abord du chagrin [puis] devient amnésique, coléreux et peureux. [Cette maladie] est causée par la tristesse et la faim. Pour la soigner, on traite d’abord les taiyin et yangming de main1 et on arrête [le traitement] dès que le sang change [de couleur]. On traite ensuite les taiyin et yangming de pied2. »
1. Le Leijing dit : « Les [points] Tai yuan (9P) et Lie que (7P) du taiyin de main ainsi que les [points] Pian li (6GI) et Wen liu (7GI) du yangming de main ».
2. Le 
Leijing dit : « Les [points] Yin bai (1Rt) et Gong sun (4Rt) du taiyin de pied ainsi que les [points] San li (36E) et Xie xi (41E) du yangming de pied ».

- LS 22 : « Démences » / Jiayi jing IX-10 : « Impossibilité d’uriner et d’aller à la selle provoquée par l’obstruction interne de [la fonction de] maîtrise [de l’eau] du triple réchauffeur »
閉不得溲,刺足少陰,太陽與上以長針。氣逆,取其太陰、陽明。厥甚,取太陰、陽明動者之經。
« Dans l’obstruction interne (內閉 neibi) où l’on n’arrive pas à uriner, on puncture les shaoyin et taiyang de pied, ainsi que les points du sacrum, au moyen de la longue aiguille (長針 changzhen)1. Lorsque le souffle reflue, on traite les taiyin et yangming2. Si c’est un jue grave, on traite là où battent les yangming et shaoyin3 sur leurs méridiens4 ».
1. Il s’agit de l’une des neuf aiguilles (n°8 de sept pouces dans le Lingshu 1). Le Leijing dit : « Dans l’obstruction où l’on n’arrive pas à uriner, la maladie se situe dans les viscères de l’eau, c’est pourquoi il convient de puncturer les [points] Yong quan (1Rn) et Zhu bin (9Rn) du méridien shaoyin ainsi que les [points] Wei yang (39V), Fei yang (58V), Pu can (61V) et Jin men 63V) du méridien taiyang de pied. [Le point situé] sur le coccyx désigne le point du dumai sur le coccyx ; on l’appelle Chang qiang (1VG). On le puncture au moyen de la grande aiguille qui est la huitième [des neuf aiguilles].
2. Le 
Leijing dit : « Sur le méridien taiyin de la rate, on traite les [points] Yin bai (1Rt) et Gong sun (4Rt) ; sur le méridien yangming de l’estomac, on traite les [points] San li (36E) et Jie xi (41E) ».
3. Le texte original écrit 
taiyin. La présente édition chinoise l’a corrigé d’après le Lingshu et le Taisu.
4. Le 
Lingshu zhuzheng fawei dit : « On traite le point Fu liu (7Rn) du méridien de shaoyin de pied du rein et le point Jie xi (41E) du méridien yangming de pied de l’estomac ».

Dacheng :

« Acupuncture et traitement des fièvres intermittentes de l’automne »
« Quand la maladie se localise au zu taiyin, les signes cliniques sont : tristesse, soupirs fréquents, anorexie, frilosité et hyperthermie, hidrose. Pendant la crise : vomissements suivis de sensation de bien-être. Il faut immédiatement piquer le zu taiyin au Gong sun (4Rt). »

« Atteinte du zu taiyin : le malade a simultanément chaud et froid avec vomissements qui améliorent son état. Puncturer Gong sun. »

Jiayi jing :

- XI-2 : « Folie furieuse et épilepsie provoquées par un jue yang et une grande frayeur »
凡好太息,不嗜食,多寒熱,汗出,病至則善嘔,嘔已乃衰,即取公孫及井。實則腸中切痛,厥,頭面腫起,煩心,狂多飲,虛則鼓濁,腹中氣大滯,熱痛不嗜臥,霍亂,公孫主之。
« Dans tous les cas de soupirs fréquents, d’inappétence, de frissons et de fièvre fréquente, de transpiration et lors des accès de la maladie de fréquents vomissements avec [sensation de] soulagement après avoir vomi, on traite le [point] Gong sun (4Rt) et le [point] jing (puits) [de ce même méridien]1. En cas de plénitude, [le malade souffre de] douleurs aiguës dans les intestins,
jue, enflure de la tête et du visage, anxiété, folie furieuse, polydipsie et refuse de rester couché. En cas de vide, [le malade souffre de] ballonnements avec gaz, chaleur et douleur abdominale, inappétence ainsi que de vomissements et diarrhées intenses et subits (霍亂 huoluan)2. [Tout ceci] relève du [point] Gong sun (4Rt). »
1. Il s'agit du point Yin bai (1Rt).
2. Le terme 霍亂 huoluan est traduit habituellement par choléra. Nous avons préféré le traduire par les symptômes qui le désignent car ils ne sont pas nécessairement causés par le vibrion cholérique.

XI-4 : « Syndrome cholériforme (霍亂 huoluan) avec vomissements et diarrhée provoqués par la perturbation du souffle dans les intestins et l’estomac »
霍亂,巨闕、關衝、支溝、公孫(千金又取陰陵泉)解溪主之。
« Les syndromes cholériformes relèvent des [points] Ju que (14VC), Guan chong (1TR), Zhi gou (6TR), Gong sun (4Rt) et Jie xi (41E). » [D’après Qianjin on prend aussi le Yin ling quan (9Rt)].


> OBSERVATIONS