Ombre milieu
PARTAGEONS LES POINTS
 
Ombre haut
Ombre bas
 














































 

> Résultats de la recherche

2P

Yun men




> LOCALISATION

Chamfrault :

1,6 cun au-dessus de Zhong fu (1P), sur la ligne para-axillaire (à 2 cun de la ligne mamelonnaire). On peut localiser ce point de quatre manières :
1- En partant du mamelon, horizontalement à 2 cun vers la ligne axillaire, puis verticalement à 6,4 cun au-dessus de lui.
2- En partant de la ligne médiane antérieure, du point Xuan ji (21VC), en se dirigeant horizontalement, on trouve successivement à 2 cun le point Shu fu (27Rn), à 2 cun de celui-ci le point Qi hu (13E) et encore à 2 cun le point Yun men (2P) qui est donc à 6 cun de la ligne médiane antérieure.
3- Sur la ligne verticale para-axillaire, à 2 cun en dehors de la ligne mamelonnaire, le point Zhong fu (1P) est à 1,6 cun au-dessous de Yun men (2P) ; au-dessus de la clavicule se trouve le point Ju gu (16GI).
4- Il est localisé dans un creux sous la clavicule où l’on sent battre l’artère sous-clavière.

Soulié de Morant :

Région supéro-antérieure du bras, 3 TDD au-dessous et en dehors de l’apophyse coracoïde, à l’angle du bord supérieur du muscle grand pectoral et du bord externe du court biceps qui s’insère sur l’apophyse coracoïde, dans en creux, 3 TDD sous Zhong fu (1P), 2 larges TDD en dehors de Ji quan (1C), 4 TDD en dedans de Bi nao (14GI). (Remarque : SdM situe, contradictoirement à son atlas, Zhong fu à la place de Yun men et réciproquement).

Pékin :

Au bord inférieur de l’extrémité externe de la clavicule, à 6 cun de la ligne médiane antérieure du sternum.

Shanghai :

1 cun au-dessus de Zhong fu (1P), dans le creux situé sous le tiers externe de la clavicule.

Duron-Borsarello :

Se trouve en faisant soulever le bras. Il se forme alors une cavité au-dessous de l’extrémité externe de la clavicule où se trouve le point. Selon Biao Yin Yi, les énergies du réchauffeur supérieur sortent à ce point. La zone est sensibilisée par les affections cardiaques et thoraciques.

Dacheng :

Sous la clavicule, dans un creux, à 2 cun en dehors du point Qi hu (13E) où se trouve l’artère sous-clavière, à 6 cun de la ligne médiane antérieure. Lever le bras pour localiser le point.

Sun Simiao :

Dans une dépression au-dessous de la clavicule, à 2 cun latéralement du point Qi hu (13E), sur l’artère. Il est facilement repérable lorsque le patient lève le bras.

Jiayi jing :

III-17: « Les douze points qui descendent de chaque côté de la poitrine à partir du [point] Yun men (2P), situé latéralement à 2 pouces du [point] Qi hu (13E), jusqu’au [point] Shi douleur (17Rt) »
雲門,在巨骨下,氣兩傍各二寸陷者中,動脈應手,舉臂取之。太陰脈氣所發(氣穴論注云在巨骨下,任脈兩傍各六寸。)
« Le [point] Yun men (2P) se situe sous la clavicule (巨骨 jugu), dans un creux, à deux pouces latéralement de chaque [point] Qi hu (13E), là où l’on sent battre une artère sous la main. On le localise en faisant lever le bras ». [Le commentaire de la "Discussion sur les demeures du souffle" (Suwen 59) dit : « il se situe sous la clavicule (巨骨 jugu) à 6 pouces de chaque côté du renmai ».]


> TECHNIQUES DE PUNCTURE

Chamfrault :

3 à 7 fen.

Pékin :

0,5 à 1 cun.

Shanghai/Nguyen van Nghi :

Oblique, 0,5 à 1 cun.

Dacheng :

0,7 cun selon Suzhu. 0,3 cun selon Tongren. La puncture peut provoquer un malaise.

Jiayi jing :

- III-17 : « Les douze points qui descendent de chaque côté de la poitrine à partir du [point] Yun men (2P), situé latéralement à 2 pouces du [point] Qi hu (13E), jusqu’au [point] Shi douleur (17Rt) »
刺入七分,灸五壯,刺太深令人逆息。
« On le puncture à 0,7 pouce de profondeur et on laisse l’aiguille pendant cinq expirations. On y fait cinq cônes de moxa. La puncture trop profonde provoque chez le patient un reflux respiratoire (逆息 nixi). »


- V-1 (2) : « Les interdictions de la puncture et de la moxibustion »
雲門刺不可深(深則使人逆息不能食)。
« La puncture du [point] Yun men (2P) ne doit pas être profonde [(la puncture) profonde provoque un reflux respiratoire (逆息 nixi) et anorexie]. »


> FONCTIONS

Soulié de Morant :

Agit sur poumons, nez, gorge, peau, thorax, dos, poignet.

Nguyen van Nghi :

Fait partie du groupe des points de dispersion de la chaleur au niveau des membres (Suwen 32). « Pour disperser le yang aux membres : Yun men (2P), Jian yu (15GI), Heng gu (11Rn), Wei zhong (40V). »

Gérard Guillaume-Mach Chieu :

Purifie la chaleur du poumon.
Élimine la sensation d’inquiétude thoracique.
Lubrifie les articulations.
Selon Tai yi shen zhen :
Dégage les poumons, calme la toux et détend le thorax.
Abaisse le contre-courant.

Jiayi jing :

- III-17: « Les douze points qui descendent de chaque côté de la poitrine à partir du [point] Yun men (2P), situé latéralement à 2 pouces du [point] Qi hu (13E), jusqu’au [point] Shi douleur (17Rt) »
太陰脈氣所發(刺熱穴論注云手太陽脈氣所發。)
« Le souffle du méridien taiyin de main s’y déploie ». [Le commentaire de la "Discussion sur le puncture des points de la chaleur" dit : « le souffle du méridien taiyang de main s’y déploie ».]

- VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l'affection des six méridiens » / SW 61 : « Discussion sur les points soignant l'oedème et les maladies de la chaleur »
雲門、骨、委中、髓空,此八者,以瀉四肢之熱也。
« Les points Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)1 servent tous les huit à disperser la chaleur des membres ».
1. Les interprétations sur la localisation du point Sui kong divergent. Les plus plausibles sont celles de Wu Kun et du Suwen jishu qui affirment qu'il s'agit du point Heng gu (11Rn). Signalons que Sui kong est aussi le nom secondaire des points Yao shu (2VG), Xuan lu (5VB) et Da ying (5E).

Jean Marc Kespi :

« Acupuncture »
Point barrière qui fait sortir le yin du thorax vers l’extérieur et la périphérie. Il répond en effet à deux mouvements :
- Il est d’abord ouverture spatiale du yin thoracique vers l’extérieur ; cette ouverture est taiyin et résonne sur shou taiyin parce qu’elle concerne le thorax.
- Il est aussi origine du yin qui vient du thorax et gagne les membres supérieurs ; originellement le yin est taiyin, il résonne donc sur le méridien de même nom et émerge au niveau d’un point ; ce méridien est shou car ce mouvement a trait aux membres supérieurs.
Dans une dialectique rong/wei, la distribution des souffles rong (yin par rapport aux wei) est le fait du 2P quand celle des souffles wei est liée au 18GI (yang par rapport à shou taiyin).
On a donc à puncturer ce point pour favoriser l’ouverture du yin thoracique vers l’extérieur, pour faciliter la sortie du yin à la barrière de l’épaule, pour accélérer la distribution de l’énergie rong et pour faire sortir les souffles du réchauffeur supérieur.
Ce point permet aux souffles purs de la rate qui vont monter d’aller au Ciel constituer les nuages puis diffuser pour nourrir l’organisme entier.
Il semble enfin impliqué dans l’expiration en permettant la montée du souffle qui vient de prendre appui aux reins.


> SYMPTOMATOLOGIE

Signes généraux

Chamfrault :

Chaleur des quatre membres. Sensation de l’énergie qui remonte vers le haut. Fièvre.

Soulié de Morant :

Se réveille vers 3h00 du matin.
Énergie en haut.

Sun Simiao :

Ne peut rester assis tranquillement.

Dacheng :

Maladie évolutive du froid (shanghan). Sensation de chaleur des quatre membres.

Psychisme

Sun Simiao :

Ne peut rester assis tranquillement.

Dacheng :

Tristesse.

ORL

Chamfrault :

Angine.

Soulié de Morant/Duron-Borsarello :

Amygdalite.

Dacheng :

Pharyngite.

Sun Simiao :

Inflammation de la gorge, angine.

Stomatologie

Sun Simiao :

Absence de goût.

Dermatologie

Chamfrault :

Adénopathies.

Soulié de Morant :

Peau de figure opposée et lèvres : acné, dartre, perlèche.

Duron-Borsarello :

Inflammation des ganglions.

Dacheng :

Adénite cervicale et axillaire. 

Pneumologie

Chamfrault :

Oppression, toux avec gêne dans la poitrine. Sensation de plénitude de la poitrine.

Soulié de Morant :

Quintes de toux. Ne peut respirer. Toux nerveuse (cause vomissements).
Plénitude et agitation de la poitrine.
Bronchite. Congestion pulmonaire. Tuberculose pulmonaire.

Pékin :

Toux, asthme, point de côté, oppression respiratoire.

Shanghai :

Toux, douleur thoracique, dyspnée, suffocation intermittente.

Nguyen van Nghi :

Toux, dyspnée, plénitude thoracique.

Dacheng :

Dyspnée avec difficulté pour respirer. Gêne et oppression thoracique.

Sun Simiao :

Douleurs thoraciques.
Dyspnée et palpitations. Dyspnée, inversion et remontée du souffle. Soudaine inversion du souffle dans le thorax. Toux et inversion du souffle. Toux, inversion et remontée du souffle. Respiration haut placée.
Expectoration abondante.

Cardiovasculaire

Chamfrault :

Migration énergétique vers le coeur.

Soulié de Morant :

Coeur : tout trouble.

Pékin :

Palpitations nerveuses.

Dacheng :

Dépression respiratoire avec sensation d’envahissement cardiaque.

Sun Simiao :

Cardialgie. Douleur thoracique.

Digestif

Soulié de Morant :

Foie et rate distendus.

Appareil locomoteur

Chamfrault :

Douleur de l’épaule. Douleur du bras.
Douleur allant des flancs jusqu’au dos.

Soulié de Morant :

Ne peut lever le bras.
Doigts, poignets, dorsaux : raideur, maladresse, douleur.

Nguyen van Nghi :

Scapulo-brachialgie.
Dorsalgie.

Dacheng :

Douleur de l’épaule et du bras.

Sun Simiao :

Douleur intercostale irradiant dans le dos.
Scapulalgie. Impossibilité de lever le bras.


> SYMPTOMATOLOGIE DANS LES TEXTES

Lingshu :

- LS 9 : « Fin et commencement » / Jiayi jing V-5 : « La fin et le commencement dans l’articulation de l’acupuncture »
膺俞中膺,背俞中背,肩膊虛者,取之上。
« Les points de la région pectorale (膺輸 yingshu) s’atteignent à la poitrine (膺 ying), les points de la région dorsale (背輸 beishu) s’atteignent au dos. Lorsque l’omoplate est vide, il faut la traiter en haut1. »
1. Ce texte est obscur et nous l’avons traduit littéralement. Les commentaires modernes du présent ouvrage et du texte correspondant dans le Lingshu paraphrasent la commentaire du Leijing dont voici la traduction : « les deux côtés surélevés de la poitrine s’appellent région pectorale (膺 ying). En général, lorsque l’omoplate (肩膊 jianbo) est faible et douloureuse par vide, il faut distinguer les maladies des méridiens yin et celles des méridiens yang. Les méridiens yin se situent dans la région pectorale ; c’est pourquoi, pour soigner les maladies yin, il faut traiter les points de la région pectorale (膺輸 yingshu) et on doit atteindre la poitrine (膺 ying). (Nous pensons que l’auteur emploie "atteindre" (中 zhong) au lieu de "puncturer" (刺 ci) afin d’expliquer les deux premières phrases du texte). Les méridiens yang se situent dans le dos ; c’est pourquoi, pour soigner les maladies yang, il faut traiter les points de la région dorsale (背輸 beishu) et on doit atteindre le dos. Les maladies qui se situent dans les méridiens de la main sont traitées par le haut. Le haut signifie main. Par exemple, les points Zhong fu (1P) et Yun men (2P) du taiyin de main et le point Tian chi (1MC) sont tous des points de la région pectorale. Les points Jian liao (14TR) et Tian liao (15TR) du shaoyang de main et les points Tian zong (11IG), Qu yuan (13IG) et Jian wai shu (14IG) du taiyang de main sont tous des points de la région dorsale (背輸 beishu). Tous ces points traitent les douleurs par vide des omoplates ».

LS 20 : « Les cinq pervers (五邪 wuxie) » / Jiayi jing IX-3 : « Toux avec remontée du souffle produite par le pervers qui, se situant au poumon, aux cinq organes et aux six entrailles, les rend malades »
邪在肺,則病皮膚痛,寒熱,上氣喘,汗出,欬動肩背。取之膺中外喻,背三節五臟之傍,以手疾按之,快然,乃刺之。取之缺盆中以越之。
« Si le pervers se situe dans le poumon, on souffre de douleurs à la peau, d’accès de frissons et de fièvre, de remontée du souffle avec dyspnée, de transpiration et de toux qui secoue les épaules et le dos. On traite les points (俞 shu) sur les côtés externes de la poitrine (膺中yingzhong)1 ainsi que ceux du dos à côté de la 3ème vertèbre dorsale [Fei shu-13V]. On appuie dessus et, dès que [le patient] ressent une sensation agréable, on puncture. On traite aussi au milieu du creux sus-claviculaire2 afin de dissiper (越 yue) [le pervers]. »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points Yun men (2P) et Zhong fu (1P).
2. Ou bien on traite le point Que pen (12E). Le commentaire moderne du 
Lingshu dit qu’il s’agit du point Tian tu (22VC) qui se situe au milieu et à égale distance des deux creux sus-claviculaires. Il fait en cela probablement référence à la phrase du Lingshu 2 qui dit « au milieu des creux sus-claviculaires, c’est renmai, on l’appelle tiantu. »
Version de Chamfrault : « Si l’énergie perverse atteint les poumons, le malade ressent des douleurs à l’épiderme, des frissons ou de la fièvre, il a la sensation que son énergie assaille la partie supérieure du corps, il transpire et tousse ; dans ce cas, il faut puncturer le point Po hu (42V), situé à côté du point d’assentiment des poumons (Fei shu 13V). Il faut d’abord masser fortement Po hu avec le doigt jusqu’à ce qu’il sente un soulagement, à ce moment on le puncture, puis on puncture le point Fu tu (18GI) pour attirer l’énergie perverse au-dehors. »


- LS 22 : « Démences » / Jiayi jing VII-3 : « Apparition d’un jue chaud par dépérissement du yin et apparition d’un jue froid par dépérissement du yang »
厥逆腹脹滿,腸鳴,胸滿不得息,取之下胸二脅,咳而動手者,與背輸,以手按之,立快者是也。
« Dans les reflux jue avec sensation de plénitude au thorax, ballonnement abdominal avec borborygmes, difficulté pour respirer, on traite la région de chaque côté sous la poitrine, là où l’on sent des battements sous la main quand [le malade] tousse1 et les points du dos (背輸 beishu) là où le malade ressent un soulagement immédiat quand on appuie avec les doigts ».
1. Le Leijing précise qu’il s’agit des points Zhang men (13F) et Qi men (14F).

Traduction de Chamfrault : « Dans la folie due à l’accumulation de l’énergie perverse … S’il y a perturbation de l’énergie avec ventre gonflé, borborygmes au gros intestin, poitrine gonflée avec difficulté pour respirer, il faut puncturer le point Zhong fu (1P) et Yun men (2P) sur l’artère sous-clavière. Si l’on appuie du doigt sur ces deux points et sur le point Fei shu (13V), le malade sent que l’énergie remonte et, si l’on appuie plus fort, il se sent soulagé. C’est donc bien la preuve que c’est la perturbation de circulation de l’énergie qui menace de dégénérer en folie ».
Traduction de Ming Wong : « En cas de maladie par remontée contraire de l’énergie, on observe le ballonnement abdominal, les borborygmes et l’oppression. Il faut traiter les deux côtés du thorax (points 13F et 14F). En faisant tousser le malade, les points répondent à la pression de la main. On doit encore traiter les bei shu (assentiments du dos). La pression du doigt sur les points facilité l’impression rapide de relâchement ».
Traduction de NvN : « Dans le jueni (afflux contraire) se caractérisant par les signes tels que gonflement et plénitude abdominale, borborygmes et plénitude thoracique avec difficulté pour respirer, il faut puncturer les points sous-thoraciques aux deux hypochondres1, à l’endroit où la toux répond à la pression de la main, et les points shu dorsaux (beishu) à l’endroit où le patient ressent un soulagement à l’appui des doigts ».

1. D’après Zhang Shi, il s’agit de Zhong fu (1P) et Yun men (2P). D’après NvN, il s’agit de Zhang men (13F) et Qi men (14F).

Jiayi jing :

VII-1 (2) : « Atteintes par le froid et maladies fébriles produites par l’affection des six méridiens » / SW 61 : « Les points des eaux et des chaleurs » / LS 23 : « Maladies fébriles »
Selon Lingshu, « ce que l’on appelle les 59 punctures [sont] : sur les côtés interne et externe des deux mains, il y en a trois de chaque [côté], soit [douze] points en tout [c’est à dire Shao shang (11P), Zhong chong (9MC), Shao chong (9C) du côté interne et Shao ze (1IG), Guan chong (1TR), Chang yang (1GI) du côté externe]. Aux intervalles des cinq doigts1, il y en a un à chaque [intervalle], soit huit points en tout [c’est à dire Hou xi (3IG), Zhong zhu (3TR), San jian (3GI), Shao fu (8C)] ; il en est de même aux pieds [c’est à dire Shu gu (65V), Zu lin qi (41VB), Xian gu (43E), Tai bai (3Rt)]. [Au-dessus du front], à 1 pouce à l’intérieur des cheveux, il y en a trois de chaque [côté], soit six [points] en tout [c’est à dire Wu shu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V)]. Plus loin, à trois pouces à l’intérieur des cheveux, il y en a cinq de [chaque] côté, soit dix [points] en tout [c’est à dire Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB), Nao kong (19VB)]. En avant et en arrière de l’oreille, au-dessous de la bouche, il y en a un à chaque endroit qui, avec celui du milieu de la nuque, en fait six en tout [c’est à dire Ting hui (2VB), Wan gu (12VB), Cheng jiang (24VC), Ya men (15VG)]. Il y en a un au vertex [c’est à dire Bai hui (20VG)], un au [point] Xin hui (22VG), un à chaque bord des cheveux [selon Leijing, il s’agit de deux points : l’un au bord des cheveux en avant, c’est à dire Shen ting (24VG) et l’autre en arrière, c’est à dire Feng fu (16VG)], un au point Lian quan (23VC), deux au point Feng chi (20VB) et deux aux [points] Tian zhu (10V) ».

« Le Suwen dit : " Les 59 [points] sont les suivants : cinq points sur [chacune des] cinq lignes de la tête2 pour disperser par le haut le reflux de la chaleur de tous les yang. [Les points] Da zhui (14VG), Ying shu (1P), Que pen (12E), Bei shu (12V)* servent tous les huit à disperser la chaleur du thorax. [Les points] Qi chong (30E), San li (36E), Ju xu shang lian (37E) et Ju xu xia lian (39E) servent tous les huit à disperser la chaleur de l’estomac. [Les points] Yun men (2P), Yu gu (15GI), Wei zhong (40V) et Sui kong (11Rn)** servent tous les huit à disperser la chaleur des quatre membres. Les cinq [points] situés des deux côtés des points shu [du dos] des cinq organes [Po hu (42V), Shen tang (44V), Hun men (47V), Yi shu (49V) et Zhi shi (52V)] servent tous les dix à disperser la chaleur des cinq organes. Ces 59 [points] sont à gauche et à droite [des points importants pour guérir les maladies] fébriles." »
1. Selon le Leijing, il s’agit des points situés en arrière des articulations métacarpo-phalangiennes.
2. Le 
Leijing précise : « les cinq lignes de la tête indiquent les cinq trajets des méridiens, le dumai, les deux taiyang de pied et les deux shaoyang de pied. Les cinq points sont respectivement : Shang xing (23VG), Xin hui (22VG), Xian ding (21VG), Bai hui (20VG) et Hou ding (19VG) ; Wu chu (5V), Cheng guan (6V), Tong tian (7V), Luo que (8V) et Yu zhen (9V) ; Lin qi (15VB), Mu chuang (16VB), Zheng ying (17VB), Cheng ling (18VB) et Nao kong (19VB) ; soit 25 points en tout. »
* 背輸 
Bei shu est un nom secondaire des points 11V, 12V et 15V. Il s’agit ici du 12V.
** 髓空 
Sui kong est un nom secondaire des points 11Rn et 2VG.


- VIII-2 : « Les atteintes (收 shou) des méridiens et des luo par la maladie qui, en pénétrant dans les intestins, l’estomac et les cinq organes, provoquent [les amas] 伏梁 fuliang, 息賁 xiben, 肥氣 feiqi, 痞氣 piqi et 奔豚 bentun1 »
暴心腹痛,疝橫發上衝心,雲門主之。
« Les douleurs soudaines au coeur et au ventre où les amas par hernies2 montent fréquemment heurter par à coups le coeur relèvent du [point] Yun men (2P). »
1. Il s’agit des cinq amas : l’amas du coeur s’appelle fuliang, l’amas du foie feiqi, l’amas de la rate piqi, l’amas du poumon xiben, l’amas du rein bentun.
2.
Shan, qui signifie « hernie », désigne en réalité dans la médecine chinoise des syndromes douloureux de l’hypogastre et des organes génitaux, aussi bien chez l’homme que chez la femme.. On trouve l'emploi de hernie shan dans trois types de syndromes : 1- Appellation générale des anomalies saillantes du tronc qui s’accompagnent de douleurs telles que les hernies abdominales, scrotales, … 2- Maladies des organes sexuels externes accompagnées d’abcès, pus, gonflements, douleurs, … 3- douleurs abdominales violentes accompagnées de constipation et d’anurie.

- IX-3 : « Toux avec remontée du souffle produite par le pervers qui, se situant au poumon, aux cinq organes et aux six entrailles, les rend malades »
咳喘不得,坐不得臥,呼吸氣素,咽不得,胸中熱,雲門主之 
« La toux avec halètement [au point de] ne pas arriver à respirer, position assise sans pouvoir s’allonger, respiration [difficile comme si] le souffle s’épuisait, impossibilité à avaler et chaleur dans la poitrine relève du [point] Yun men (2P). »

- IX-4 : « Sensation de plénitude et douleurs à la poitrine et aux côtés du thorax causées par la maladie qui atteint le foie et par la stagnation du souffle défensif »
喉痺,胸中暴逆,先取衝脈,後取三里、雲門,皆瀉之。 
« Dans le bi du larynx avec reflux subit [du souffle] dans le thorax, on traite d’abord le chongmai1, puis les [points] San li2 et Yun men (2P) en les dispersant. »
1. Il s’agit de traiter le [point] Qi chong (30E)
2. Il s’agit très probablement du point 36E et non du 10GI qui a le même nom.


X-5 : « Douleurs scapulaires et dorsales, douleur à la partie antérieure de l’épaule, au bras et [douleur] d’arrachement à l’épaule provenant de l’atteinte des taiyinyangmingtaiyanget shaoyang de main. »
肩痛不可舉,引缺盆痛,雲門主之。
« Les douleurs de l'épaule au point de ne pas pouvoir lever le bras avec des irradiations douloureuses dans le creux sus-claviculaire relèvent du
[point] Yun men (2P). »


> OBSERVATIONS